Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Comment différents facteurs peuvent-ils

exposer les individus à l'affablissement
ou à la rupture des liens sociaux ?

La fragilité des
liens sociaux.

Après avoir pu comprendre
comment les nouvelles sociabilités
numériques contribuaient au lien
social, nous allons maintenant nous
intéresser à l'affaiblissement ou
même totalement à l'effondrement
de ce fameux lien social.

Précarité, chômage, vieillesse,
isolement, ségrégations ou même
encore ruptures familiales ; de
nombreux facteurs attaquant avec
une facilité déconcertante les liens
qui nous permettent à nous, êtres
humains, assoiffés de liens,
de vivre.


Nos différents types de liens.

Déficit de protection : Pas de solidarité réciproque entre générations. Pas d'aide financière, de soutien moral, d'écoute, de soins physiques pour l'enfant par ses parents.


Déficit de reconnaissance : Pas de reconnaissance affective et de sécurité, pas de moment de sociabilité. Pas encouragé, stimulé dans ses projets/défis.

Lien

organique.

Lien

électif.

Pour débuter, nous allons voir avec ce tableau-ci les déficits que pourraient avoir nos relations si elles venaient à s'affaiblir.

Lien de filitation.

Déficit de protection : pas d'emploi stable, de revenu stable, de CDI, de protection par le contrat de travail, pas de protections sociales qui découle du travail ( assurance en cas de chômage, maladie, accident de travail.

Déficit de reconnaissance : Pas de reconnaissance de travail accompli, d'estime, pas de sens, de valorisation, de récompense. Aucun sentiment d'utilité, de fierté, dépanouissement.

Déficit de protection : Pas de solidarité réciproque, d'aide financière, de soutien moral, d'écoute.

Déficit de reconnaisance : Pas d'affection portée, de moment de sociabilité, de ressemblance ( goût, pratiques ), de soutiens dans nos aspirations, d'encouragement. Pas de démonstration régulière de la preuve de l'importance de l'un pour l'autre.

Lien de
citoyenneté.

Déficit de protection : Pas de protections juridiques avec des droits civils ( se marier, être propriétaire.. ), des droits politiques ( voter,.. ) ou sociaux ( droit au travail, droit de grève, droit à l'éducation.. ) sous tendus par le principe d'égalité.

Déficit de reconnaissance : L'individu souverain n'est pas reconnu. Pas le droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation.

Afin d'affirmer et illustrer nos propos, nous prendrons deux exemples de personnes, qui aujourd'hui encore sont d'actualité, subissant une rupture des liens sociaux.

Homosexualité

&
Ruptures Conjuguales.

Forme de déviance, l'homosexualité peut être une cause d'affaiblissement ou de rupture de liens sociaux. Du au rejet des autres, l'hétérosexualité étant encore considéré comme la norme sociale, les homosexuels doivent parfois cacher leur orientation :

L'homosexualité.

Sur 193 pays, 69 punissent l'homosexualité. Le secret est à son paroxysme et les homosexuels, la majorité, font tout pour ne pas voir leurs liens sociaux se rompre en préservant un certain anonymat. Et pourtant, même or de ces pays, il est facile de retrouver des discriminations dans les secteurs dits civilisés. 1990 crimes et délits homophobes en 2020 en France ont été recensés et dans 57% des cas, les agressions se déroulent dans des lieux publics.

Source :

Petit plus traitant de cas graves de ruptures familiales, et d'isolement total :

Dans le travail, avec l'application de stéréotypes. Les hommes avec des "qualités d'hommes" ( la brutalité, la virilité.. ) et les femmes avec des "qualités de femmes" ( douceur, fragilité.. ). Ils se retrouvent alors freiner dans l'accès à certains emplois, à des postes de direction ou a des secteurs puisqu'ils ne rentrent pas dans des cases. Ce qui peut amener à une certaine précarité, ou bien à un sentiment vide d'épanouissement, visant ici le lien organique. On doit se cacher et se revêtir d'attitudes plus clichées.

Dans le logement, certains propriétaires refusent de louer leur appartement à des couples/personnes homosexuels. Or, l'envie et le besoin de trouver un logement l'emporte et les homosexuels se retrouvent à cacher ici aussi la vérité et à vivre dans le secret. Une sorte de renfermement, voir même d'isolement. On tente de se cacher des voisins. Il n'y a pas de moment de sociabilité et un sentiment d'insécurité peut apparaître. Des liens faibles, essentiels, ne sont pas créer.

Dans le lien de filiation, parents et enfants, les homosexuels peuvent aussi être confrontés à des conflits. En 2015, SOS homophobie a recueilli les témoignages de 198 personnes victimes de discriminations au sein de leur famille/entourage proche. 74% ont subi une forme de rejet et 42% sous forme d'insultes. Affirmer son homosexualité devient plus difficile encore quand ceux qui sont censés être proches de vous, vous rejettent. On fait ainsi face à une rupture familiale. Il n'y a plus de reconnaissance affective, de soutien moral, et de soins physiques des parents envers leurs enfants.

Mais le lien de citoyenneté peut aussi être brisé. D'ailleurs, il l'était jusqu'en 2013, où les homosexuels n'avaient pas le droit de se marier et par conséquent n'avaient pas de droits civils.

Ruptures Conjuguales :

Lors d'une rupture, une femme sur trois bascule sous le seuil de pauvreté l'année de la séparation. Tout se déroule très rapidement sans que parfois elles n'aient le temps de réagir. Déjà, le revenu devient plus faible. Et les prestations sociales ne suffisent pas à compenser totalement la baisse du niveau de vie. En moyenne, il va diminuer de 375Euros par mois. Il y aura ainsi plus de privations ; moins de sorties ( théâtre, cinéma, restaurant.. ) où des opportunités de sociabilité auraient pu se présenter. Elles n'ont plus d'emploi stable, de revenus stables. L'anxiété des fins de mois et la perte d'épanouissement, d'estime apparaissent. S'ajoute à cela le fait que les femmes obtiennent plus souvent la garde des enfants, et qu'elles doivent alors s'en occuper. Le lien électif est brisé. On n'a plus de temps, plus d'agent, on voit moins ses amis jusqu'à les perdre de vue. Les proches qu'elles avaient également en commun avec leurs maris/compagnons disparaissent. La pression de la précarité et de l'isolement les étouffe peu à peu. Une séparation signifie également vente du logement commun, et ainsi, la perte du statut de propriétaire. Le lien de citoyenneté avec les droits civils s'affaiblissent peu à peu. Un déménagement peut aussi se présenter. Dans un nouveau lieu où elles n'ont aucun lien. Fort faible. Elles n'ont pas ou peu d'aides financières. Les parents lancent des reproches, et les enfants sont dans l'incompréhension. Le lien filial est aussi touché. Elles n'ont plus le temps pour leurs enfants, fatiguées et accaparées par leurs travails pour satisfaire les besoins de leurs enfants. Avec un manque de reconnaissance de ceux-ci qui ne comprennent pas pourquoi on ne peut plus satisfaire toutes leurs envies. Elles se perdent alors dans la routine, et font du mieux qu'elles peuvent pour satisfaire leurs enfants, au point de s'abandonner et de rompre presque tous leurs liens sociaux.

Ici, nous allons surtout montrer un phénomène
cumulatifs de fragilisation ou de ruptures de
liens en employant l'exemple des ruptures conjuguales mais surtout chez la femme, qui est un facteur de fragilité majeur surtout lorsqu'elles sont jeunes et ont la garde des enfants.

Source :

Ainsi se déroulent certaines ruptures ou affaiblissement des liens sociaux. Ils existent d'autres multitudes d'exemples que nous connaissons tous et vivons parfois. Ce n'est pas un état, mais un processus nommé désaffiliation avec la rupture des liens sociaux, la désocialisation, la perte de l'estime de soi et le sentiment d'inutilité sociale. Ou bien la disqualification sociale, qui elle se traduit par la mise à l'écart de l'emploi, les ruptures relationnelles et une identité sociale négative.