Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

Transcript

La stasi fiche les allemands de l’est

de Valentine Yousfi

Katja Van Den Brinka avait été fichée par la Stasi lorsqu'elle vivait en RDA. Près de 15 ans après avoir retrouvé son dossier dans les archives de la police secrète, cette allemande qui vit désormais à Poitiers, reste très troublée par les renseignements de la Stasi.

Poitiers

située sur le Seuil du Poitou entre le massif armoricain et le massif central

- Katja Van den Brink vit désormais à Poitiers. Elle révèle le contenu du dossier que la Stasi avait rédigé sur elle, lorsqu'elle vivait en Allemagne de l'est.

- Elle a retrouvé ce document de 160 pages en 2004. Les archives de la Stasi ont été ouvertes au public par une loi de 1991. Des milliers d'Allemands ont alors cherché à savoir ce que l'on écrivait sur eux.
- Katja découvre alors ce que la police secrète du régime communiste avait noté dans son dossier.

Il est écrit qu'ils ont une source fiable qui dit que je travaille avec des services secrets impérialistes, capitalistes. J'ai découvert qu'un voisin, un cousin, des amis, renseignaient la Stasi, ça fait mal, quand j'ai demandé le dossier, j'ai cru pouvoir être en paix avec tout ça mais quand j'ai eu fini de lire, j'étais vraiement choquée,

-Katja Van Den Brink

Il est écrit qu'ils ont une source fiable qui dit que je travaille avec des services secrets impérialistes, capitalistes. J'ai découvert qu'un voisin, un cousin, des amis, renseignaient la Stasi, ça fait mal, quand j'ai demandé le dossier, j'ai cru pouvoir être en paix avec tout ça mais quand j'ai eu fini de lire, j'étais vraiement choquée,

-Katja Van Den Brink

Les comptes rendus de la Stasi la surprennent car elle explique qu'elle n'était pas une activiste, juste une jeune fille un peu engagée.

C'était l'époque de la guerre froide, on était jeune, on s'exprimait, c'est tout, on allumait des bougies devant l'église, on avait des symboles de la paix sur nos vestes. On a joué avec cette situation d'observation. Lorsque j'avais 20 ans, j'étais à Berlin est et là on a fourni une photocopieuse à des groupes alternatifs qui étaient très actifs mais on était jeunes et on n'avait pas peur,

--Katja Van Den Brink

Trente ans après la chute du mur de Berlin, beaucoup de questions restent encore sans réponses pour Katya qui vit désormais en France.

FIN