Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

De Youri Gagarine à la Guerre des Etoiles

Les origines

Victoire USA

Europe et France

Domination URSS

Coopération

Nouveaux acteurs

Consignes

Réalisation d'une présentation orale de 5 minutes par groupe



- Présentation d'un diaporama ou d'un support numérique autre (canva / genially...)

- Tous les membres du groupe doivent participer à la présentation orale.


- Il est possible d'utiliser des notes papiers lors de la présentation.


- La présentation orale aura lieu à la date fixée même si l'un des membres est absent.


- Pour réussir votre présentation vous devez utiliser les documents d'accompagnement proposés, ceux du manuel et vos recherches personnelles.


- Vous devez au minimum répondre aux questions associées à votre sujet. Vous pouvez également ajouter des éléments en lien avec votre sujet.

- Le support numérique est obligatoire.

- Vous devez être capable de le présenter même si l'un des membres du groupe est absent !


- Votre support doit comporter une page de titre avec une illustration puis au minimum 4 autres diapos / pages.


- Pour chaque illustration, il faudra préciser la source et ajouter une légende.

Les origines : Des V2 aux programmes soviétique et américain

Premiers pas dans l'espace

La compétition spatiale

Puissance des bombes

Satellite russe Spoutnik

Les ingénieurs


Khrouchtchev définit la compétition spatiale entre les Etats-Unis et l'URSS

Khrouchtchev est le dirigeant de l'URSS entre 1956 et 1964


Les Etats-Unis n'ont pas de fusée balistique intercontinentale, autrement ils auraient pu, eux aussi, lancer sans difficulté leur satellite. Quand à nous, nous pouvons lancer les satellites car nous possédons l'engin porteur de tels satellites. [...] Si les Etats-Unis ne possèdent pas aujourd'hui la fusée, ils l'auront un jour car la science ne cesse de se développer. On peut dire la même chose de l'Union Soviétique : si nous n'avons pas aujourd'hui quelque chose que vous avez, nous l'aurons à notre tour. C'est également là une sorte de compétition.

Nikita Khrouchtchev, interview dans le New York Times, 1957.

la domination de l'URSS et la mise en scène de la conquête spatiale

Rétrospective histoire de Y. Gagarine

Valentina Terechkova

Le temps des exploits de la Russie

Exemple d'affiche

Extrait du discours de Khrouchtchev lors du retour de Gagarine

Un exemple d'affiche de propagande soviétique

Affiche soviétique de 1962 commémorant l'exploit de Youri Gagarine

Le slogan est le suivant : "Gloire au peuple soviétique, pionnier du cosmos !"

Youri Gagarine, le 8 avril 1961, à l'issue de la commission qui le choisit comme pilote, déclare : "Je saurai me montrer digne de la mission qui m'est confiée et, s'il devait y avoir des problèmes, je saurai les surmonter comme doit le faire un bon communiste."

Khrouchtchev et Gagarine


« En 43 ans de pouvoir soviétique, la Russie naguère illettrée dont certains parlaient avec mépris en la considérant comme un pays arriéré, a parcouru une route grandiose. Notre pays a maintenant créé le premier un vaisseau-satellite, il s'est élancé le premier dans le Cosmos. N'est-ce pas la manifestation la plus éclatante de la liberté authentique du peuple le plus libre du monde, du peuple soviétique ! Après avoir réuni toutes les conditions pour le décollage et l'atterrissage réussi du vaisseau-satellite, nous avons montré de quoi est capable un peuple s'il devient vraiment libre, émancipé sous le rapport politique et économique. Effectivement, sont libres non pas les pays où les riches exploitent librement ceux qui n'ont pas de pain - c'est le monde « libre » - mais les pays où tous les travailleurs, tous les peuples ont la possibilité de jouir de tous les biens matériels et spirituels. (...) Nous déclarons avec fierté et avec une assurance inébranlable devant le monde entier qu'après avoir édifié avec succès le socialisme commencé en 1917 par la Révolution d'Octobre, nous avançons hardiment et fermement dans la voie tracée par le grand Lénine, vers la construction du communisme. (...) Le peuple soviétique, les peuples des pays socialistes, les peuples du monde entier, y compris ceux des Etats qui n'ont pas encore remporté leur victoire, mais qui luttent avec opiniâtreté pour le triomphe du progrès sur l'exploitation et l'oppression, vaincront, bâtiront l'édifice radieux du communisme. (...) La mise en œuvre du plan septennal nous rapprochera du jour où nous franchirons la limite supérieure des réalisations du monde capitaliste et nous nous lancerons comme nous nous sommes lancés dans l'Espace, dans le développement de notre économie, dans la satisfaction des besoins du peuple ! »

Extrait du discours de Nikita Khrouchtchev lors du retour sur Terre de Youri Gagarine, le 14 avril 1961.

LES USA victorieux dans la course à l'espace

Neil Armstrong pose le 1er pas sur la lune

De Youri Gagarine au discours de Kennedy

La course à la lune

Comment la NASA a changé notre regard sur l'univers ?

Les différentes missions Apollo

Le Président Kennedy inaugure à Houston un centre de

recherche spatial

[Les] Etats-Unis n'ont pas été construits par des hommes qui attendaient sans agir. ce pays a été conquis par des hommes qui allaient de l'avant ; il en sera de même pour l'espace. [...] L'exploration de l'espace va se poursuivre, que nous y prenions part ou non, c'est l'une des plus grandes aventures de tous les temps et aucune nation aspirant au premier rang parmi les nations ne peut se permettre de prendre du retard dans la course à l'espace. [...] Nous avons l'intention d'y prendre part, nous avons l'intention d'en prendre la tête. Nous choisissons d'aller sur la Lune. Nous choisissons d'aller sur la lune avant la fin de la décennie, non parce que c'est facile mais parce que c'est difficile, parce que cet objectif permettra d'organiser et de mesurer le meilleur de nos énergies et de nos talents. [... Il s'agit de] l'aventure la plus incertaine, la plus risquée et la plus grande de toutes celles que l'homme ait jamais entreprises.

Extrait du discours de JF Kennedy à Houston, le 12 septembre 1962.

Le début d'une coopération spatiale entre URSS et USA

De la lune à la station internationale

Analyse du programme Star Wars (IDS)

Un désarmement progressif

Appolo - Soyouz : la rencontre dans l'espace

La véritable guerre des étoiles

Analyse du programme Star Wars (IDS)

« Dans un discours fondateur, le 23 mars 1983, Ronald Reagan exhorte la communauté scientifique à rendre les armes nucléaires « impuissantes et obsolètes ». Le déploiement d’une défense stratégique est un impératif moral qui justifie la mobilisation durable des ressources de la nation : elle doit déboucher sur une sortie de la dissuasion par la menace de destruction assurée (MAD) en exploitant des technologies nouvelles. L’ambition est l’édification d’une défense lourde, capable de détruire des assaillants nombreux durant toutes les phases de leur vol. L’IDS prend corps en 1983-1984 : une agence – la Strategic Defense Initiative Organization (SDIO) – est créée pour diriger les recherches ; elle obtient des fonds substantiels mais l’opportunité d’un premier déploiement est écartée en 1986-1987. L’IDS ne débouche sur aucune capacité opérationnelle. Dès 1989, l’administration Bush réduit le budget de l’IDS ; avec la fin de la guerre froide et après la guerre du Golfe, elle revoit totalement son format : l’objectif n’est plus de protéger le territoire d’une attaque massive mais d’intercepter une frappe limitée (lancement accidentel ou attaque d’un État proliférateur). En 1993, l’équipe Clinton proclame la fin l’« ère de la guerre des étoiles », réduit les crédits, supprime la SDIO et donne la priorité aux antimissiles de théâtre. Car l’arrivée de Bill Clinton à la Maison-Blanche, c’est aussi le retour aux affaires de responsables et d’experts qui ont toujours dénoncé les projets reaganiens, non seulement sur des bases techniques, mais aussi au nom de considérations stratégiques : l’IDS nuit selon eux à la stabilité et menace le régime de maîtrise des armements. »

J.-P. BAULON, « les logiques d’une passion stratégique : les EUA et la défense anti-missile », Hérodote, 2011.

l'Europe et la France dans la conquête spatiale

L'agence spatiale européenne en 5 questions

Astronautes français

Agence spatiale européenne

La fusée Ariane

Centre spatial guyanais

Sujet 6 : Les nouveaux acteurs de

la course à l'espace depuis 1991

De nouveaux acteurs dans le "New Space"

Avenir de l'humanité dans l'espace

Elon Musk et SpaceX

Une souveraineté extra-terrestre ?

En 2011, Pékin a annoncé son intention de mettre un homme sur la Lune d’ici 2020, et son agence spatiale a publiquement suggéré d’établir une base sur la Lune comme nous l’avons fait au pôle Sud et au pôle Nord ». Pourtant, Washington n’a guère songé à la possibilité qu’une fois son implantation permanente établie, Pékin puisse chercher à affirmer sa souveraineté territoriale extraterrestre, déclarant une partie de la surface lunaire territoire chinois. L’idée n’est pas aussi folle qu’elle en a l’air. Pendant la guerre froide, la possibilité que des pays revendiquent des territoires sur la Lune ou sur d’autres planètes a été jugée suffisamment réaliste pour que le Traité sur l’espace extra-atmosphérique de 19671 soit adopté pour l’empêcher. […] Si Pékin décidait d’annexer la Lune, ou même une partie seulement de celle-ci, le régime juridique international actuel dans l’espace volerait en éclats, encourageant d’autres pays à annexer leur propre territoire extraterrestre. Cela pourrait marquer le début d’une période de colonialisme telle que nous n’en avons pas connu depuis le XIXème siècle.

1. Ce traité interdit l’appropriation de l’espace extra-atmosphérique et son usage militaire.

John Hickman, « Lever de Lune rouge », Foreign Policy, juin 2012


La militarisation de l’espace

« Des satellites espionnés, brouillés, ou encore éblouis ; les moyens de gêner, neutraliser ou détruire les capacités spatiales adverses existent et ils se développent. A cette militarisation rampante de l’espace, s’ajoutent les risques liés à la démocratisation de l’accès à l’espace, le New Space. Je pense notamment aux entreprises de la Silicon Valley qui s’emparent de l’espace […]. L’espace ne doit pas devenir un nouveau Far West. Il est nécessaire que les Etats soient en mesure de maîtriser les risques. Pour cela, disposer d’une défense spatiale renforcée est absolument essentiel. Car c’est de notre indépendance qu’il s’agit. […] Un grand commandement de l’espace sera créé pour appréhender les questions spatiales militaires. […] »

Discours de Florence Parly, Ministre française de la Défense, Juillet 2019.


L’espace, terrain d’affirmation de puissance

Le test antisatellite effectué par l'Inde le 27 mars 2019 marque la nécessité de définir des règles internationales régissant les activités spatiales.

Au moment même où les discussions internationales peinent à aboutir pour définir des règles d'utilisation de l'espace à long terme, le test antisatellite indien plombe encore un peu plus l'ambiance. Tous les pays s'accordent sur la nocivité de tels tests. Ce type de destruction par collision en orbite génère des débris qui sont autant de dangers potentiels pour les satellites qu'ils rencontrent. […] On ne peut cependant que remarquer la modération des réactions : la Chine elle-même, qui se fait aujourd'hui la championne d'un espace sans armes, s'est fendue d'une simple remarque d'apaisement. De l'absence de réactions marquée à la banalisation de la destruction de satellites il n'y a qu'un pas. Et, dans ce contexte, le risque existe de voir se multiplier les tentations. L'espace ne peut plus être vu comme un simple exutoire de volontés de puissance ou l'expression de calculs électoraux. Avec la réussite de cette expérimentation, l'Inde se voit conférer un statut international nouveau dans un contexte de confrontation avec la Chine. Pour le président Modi, c'est « une immense fierté » ; ainsi, c'est la fibre nationaliste qu'il s'agit de flatter. Pour la communauté internationale, la voie reste étroite. Les États sont interdépendants dans l'espace et tout écart de conduite se paie collectivement. Mais ils sont aussi, encore, en compétition.

Xavier Pasco, « L'espace ne peut plus être vu comme un simple exutoire de volontés de puissance », Le Monde, 4 avril 2019.


Elon Musk de Paypal à SpaceX


C’est officiellement l’homme le plus riche du monde, selon l’indice Bloomberg Billionaires. La fortune d’Elon Musk, patron de SpaceX et de Tesla, fabricant de voitures électriques et de fusées réutilisables, a progressé de 121 milliards de dollars en 2021, accumulant ainsi un patrimoine de 277 milliards de dollars au 1er janvier 2022. Ce qui le propulse loin devant son rival de toujours, Jeff Bezos (190 milliards de dollars), fondateur d’Amazon et de Blue Origins. En queue de ­peloton sont relégués le créateur de Facebook, Mark Zuckerberg, et le père de Microsoft, Bill Gates.


Au Monde, Jean Lasar est le premier à avoir pressenti le potentiel du jeune Elon Musk. Dans le quotidien daté du 14 mars 2000, le journaliste consacre un court article au lancement de X.com, une banque virtuelle qui « entend se tailler la part du lion sur le marché des services financiers sur Internet ». Elon Musk a 28 ans et aucune connaissance dans le domaine bancaire. Mais il a su s’attacher la confiance de « l’un des investisseurs les plus en vue du secteur », note déjà Lasar. En 2002, une brève annonce que le site, devenu PayPal, a été revendu à eBay pour 1,5 milliard de dollars, réinvestis par Musk dans des projets spatiaux.

Deux ans plus tard, le 22 juin 2004, l’envoyé spécial du Monde à Al Segundo, au siège de sa nouvelle société, SpaceX, consacrée à la conquête de l’espace et à la colonisation de Mars, annonce que « le milliardaire Elon Musk veut concurrencer Boeing en proposant des lancements à 6 millions de dollars » (soit le tiers des tarifs du marché).


D'après https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2022/01/11/elon-musk-dans-le-monde-de-paypal-a-spacex_6108967_4500055.html




¡thanks!