Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

TEN WAYS TO SAVE WATER

Horizontal infographics

GRETA THUNBERG

Horizontal infographics

STEVE JOBS

Horizontal infographics

FIRE FIGHTER

Horizontal infographics

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

SITTING BULL

Horizontal infographics

Transcript

Climat de confiance, de respect mutuel et d'écoute

Pédagogie de l'encouragement

Individualiser nos exigences et s'adapter

Les règles et objectifs de la participation orale

L'oral un outil de réussite

Comment obtenir la participation du plus grand nombre ?

L'oral et l'espagnol

Inciter à la participation

Les travaux en groupe

Tatiana Barrios et Betty Benavente

L'espagnol est une langue vivante, et donc une langue qui se parle. L'apprentissage de la langue nécessite, par conséquent, la mise en place d'un important travail oral et la participation active des élèves.

La prise de parole devant la classe n'est pas facile pour tous nos élèves, pour des raisons de timidité, de manque de confiance, de manque de motivation ou d'intérêt. De même, certains bons élèves ne veulent pas se mettre en rang. Or, nous devons aussi évaluer le niveau oral de chacun. Pour cela, nous devons inciter nos élèves à prendre régulièrement la parole et obtenir la participation de tous.

En instaurant un climat de confiance, de respect mutuel et d'écoute. Nous devons expliquer que l'erreur est admise et qu'elle nous aide à progresser si elle est comprise et corrigée.

En pratiquant une pédagogie de l'encouragement : ne pas hésiter à formuler une appréciation publique pour les réponses intéressantes ou les efforts particuliers : « ¡ Bien ! », « ¡ Muy bien ! ». Il est bon d'encourager et de féliciter. De même, nous devons individualiser les échanges en faisant usage des prénoms pour mettre en valeur les réponses : « Mehdi, ¿ puedes repetir la frase de Mélodie ? », « ¿ Estáis de acuerdo con Vincent ? », … (anecdote d'une jeune professeur qui interrogeait ses élèves de façon anonyme en leur disant : « señor » et « señorita ») et ne pas hésiter à corriger les élèves lorsqu'ils font des erreurs. On ne peut pas vivre en étant dévalorisé. Mais valoriser un élève n'est pas nier la réalité de ses erreurs. C'est pour cela qu'il faut le corriger mais sans l'humilier. Quand on se sent humilié, on réagit violemment ou on s'enferme dans un mutisme. On peut leur dire les choses telles qu'elles sont et montrer à un élève que cela a un sens.

En clarifiant les règles et objectifs de la participation orale dès le début de l'année. Les élèves doivent savoir ce que nous attendons d'eux. La participation n'est pas une simple prise de parole, signe de bonne volonté. Elle répond à des critères précis qui seront évalués. Nous pouvons les expliciter grâce à une fiche d'évaluation de l'oral ou d'auto-évaluation. Cette fiche évite le flou et le subjectif. Elle a pour but d'aider l'élève à construire son expression et à évaluer sa participation. Elle favorise l'écoute et l'autonomie et rappelle par écrit la notion de respect de l'autre : « Je suis à l'écoute de mes camarades et de mon professeur », « J'interviens pour corriger, aider mes camarades ». Exemple et commentaire d'une grille d'auto-évaluation et de l'usage qu'en ont fait les élèves. L'aspect intéressant de l'expérience, c'est la grande lucidité des élèves qui sont parfois plus sévères avec eux que le professeur.

En individualisant nos exigences et en les adaptant au niveau de chacun. Tous les élèves doivent participer, même s'ils ont des niveaux très différents. Nous leur confierons diverses tâches orales, adaptées à leur niveau. Nous savons que nous pouvons demander à nos élèves en difficulté de lire / répéter une phrase / réciter une phrase de reprise, un poème ou un dialogue / formuler des phrases simples. A nous d'adapter nos demandes, sans tomber dans la facilité, si nous ne voulons pas les décourager.

En incitant à la participation. Tous nos élèves, même les plus faibles, sont intéressés par la note, la bonne note. Cela peut être un facteur de motivation et de participation si nous évaluons régulièrement les productions orales, même modestes, sur 5 ou 10. Cela peut concerner une récitation de reprise, de dialogue, de poème, etc...

- L'une des priorités du professeur est de faire prendre la parole au plus grand nombre d'élèves dans les toutes premières minutes du cours.

Lorsque l’on parle une fois, il est plus facile de parler une deuxième fois, puis une troisième fois…

La « Lluvia de palabras » permet de partir sur ce que sait l'élève et donne la possibilité, dès le début de l'heure, d'obtenir la participation du plus grand nombre et de les encourager à prendre la parole.

En proposant des travaux à deux ou travaux de groupes en temps limité avec présentation des résultats au groupe. Pour que ces travaux soient une réussite, le professeur doit donner des consignes claires et précises, et poser un cadre de travail, de discipline, pour que tous les élèves se sentent en confiance et ne ressentent pas la crainte de l'échec.