Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

STEVE JOBS

Horizontal infographics

FIRE FIGHTER

Horizontal infographics

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

SITTING BULL

Horizontal infographics

BEYONCÉ

Horizontal infographics

Transcript

Syrie: De la résolution du conflit à la construction de la paix

Syrie peacebuilding

Août 2013

Washington déclare que l'utilisation d'armes chimiques est une ligne rouge, mais une attaque au gaz sur la Ghouta orientale, densément peuplée et tenue par les rebelles, à la périphérie de Damas, tue des centaines de civils sans déclencher de réponse militaire américaine.

Sept 2015

La Russie se joint à la guerre aux côtés d'Assad, en déployant des avions de guerre et en fournissant une aide militaire qui, avec l'aide de l'Iran, fait rapidement basculer le conflit contre les rebelles.

Avril 2017

Les États-Unis lancent une première attaque de missiles de croisière contre une base aérienne du gouvernement syrien près de Homs après une attaque au gaz toxique sur Khan Sheikhoun, tenue par les rebelles.

Juillet 2012

Assad lance des raids aériens sur les villes qui s'étaient rebellées contre son régime, alors que les manifestants autrefois pacifiques portent désormais des armes. Des milliers de personnes sont tuées.

Janvier 2014

Un groupe dissident d'Al-Qaïda s'empare de Raqqa avant de s'emparer de territoires en Syrie et en Irak, de déclarer un califat et de se rebaptiser État islamique.

Août 2016

Alarmée par les avancées kurdes à la frontière, la Turquie lance une offensive avec des rebelles alliés, créant une zone de contrôle turc qu'elle étend ensuite en 2018.

Nov. 2017

Les forces soutenues par les États-Unis et dirigées par les Kurdes défont l'État islamique à Raqqa. Cette offensive, et une offensive rivale de l'armée syrienne, chassent les djihadistes de la quasi-totalité de leur territoire.

Chrononologie de la guerre en Syrie

Mars 2011

Les premières grandes manifestations contre le régime d'Assad, qui ont débuté à Deraa, dans le sud de la Syrie, se propagent dans tout le pays. Les forces de sécurité répondent par des arrestations et des fusillades.

Juin 2012 - Les puissances mondiales se réunissent à Genève et s'accordent sur la nécessité d'une transition politique, mais les divisions sur la manière d'y parvenir vont faire échouer des années d'efforts de paix parrainés par l'ONU.

Mars 2015 - Alors que les forces d'Assad perdent du terrain dans de nombreuses villes qui se sont soulevées contre son régime du Baath, une insurrection armée traditionnelle composée d'anciens manifestants et de déserteurs de l'armée est lentement minée par des militants islamistes aidés par des djihadistes étrangers venus en Syrie.

Déc. 2016 - L'armée syrienne et ses alliés viennent à bout des rebelles dans leur plus grande base urbaine d'Alep après des mois de siège et de bombardements, confirmant l'élan d'Assad.

Mars 2017 - Israël reconnaît avoir lancé des frappes aériennes contre le Hezbollah en Syrie, visant à dégrader la force de l'Iran dont les forces d'élite Quds et les milices chiites d'Afghanistan et du Liban étendent régulièrement leur influence en Syrie.

Avril-déc. 2019

Alors que leurs alliés locaux s'emparent de la dernière zone de l'État islamique dans l'est du pays, les États-Unis décident de maintenir certaines troupes en Syrie après avoir annoncé leur retrait.

Mai 2020-mars 2021

Le gouvernement est confronté à de graves pénuries de carburant et les Syriens font la queue pendant des heures pour obtenir du pain subventionné, signes d'une économie chancelante. Le gouvernement est contraint de rationner l'approvisionnement et d'appliquer plusieurs séries de fortes hausses de prix.

2021 février

L'administration américaine de Joe Biden effectue une frappe aérienne dans l'est de la Syrie, le long de la frontière irakienne, contre une structure appartenant, selon elle, à une milice soutenue par l'Iran. La Syrie qualifie l'attaque de "lâche".

Mars 2019

Les forces soutenues par la Russie lancent une campagne dans le nord-ouest qui se termine par la prise d'une ville rebelle stratégique, Khan Cheikhoun, en août, site d'une importante attaque chimique contre des civils.

Mars 2020

La Turquie et la Russie conviennent d'un cessez-le-feu pour Idlib, s'engageant à organiser des patrouilles conjointes et à établir un corridor sécurisé près de l'autoroute M4.

Juin 2020

Les États-Unis annoncent les sanctions américaines les plus sévères contre Damas, connues sous le nom de "loi César", avec des pouvoirs plus étendus pour geler les avoirs de toute personne traitant avec la Syrie, quelle que soit sa nationalité, et couvrant davantage de secteurs, de la construction à l'énergie.

Mars 2021

La livre syrienne atteint de très bas niveaux, s'échangeant à près de 4 000 pour un dollar, alors que l'économie s'affaiblit dans un contexte de grave pénurie de devises étrangères

Chrononologie de la guerre en Syrie

Sept. 2018

Un accord russo-turc sur Idlib et le nord-ouest tenu par les rebelles gèle les lignes de front et réduit les bombardements qui ont tué des centaines de civils dans le dernier grand bastion de l'opposition.

Avril 2018 - Après des mois de blocus et de raids aériens, l'armée soutenue par la Russie reprend la Ghouta orientale, avant de reprendre les autres enclaves insurgées du centre de la Syrie, puis le bastion méridional des rebelles à Deraa en juin.

Octobre 2019 - Un sommet russo-turc réduit les combats jusqu'à ce que Moscou reprenne un assaut majeur en décembre qui s'enfonce davantage dans le dernier bastion de l'opposition.


Mars-août 2020 - La Syrie est confrontée à une transmission généralisée du COVID-19 qui ajoute aux difficultés du pays.

Déc. 2020-Mars 2021 - Israël intensifie ses frappes aériennes contre diverses parties de la Syrie, en particulier l'est, frappant des cibles pour empêcher un plus grand enracinement iranien.

D'une médiation à une autre: acteurs, stratégies et obstacles

les manoeuvres diplomatiques pour la résolution du conflit syien

Médiatations

Différentes tentatives de médiation diplomatique

Le plan de Ligue arabe

  • La Ligue arabe a réagi en novembre 2011 pour amener le régime syrien et l'opposition à s'asseoir à la même table.
  • Un plan de paix a été élaboré, exigeant que l'armée et l'opposition armée retirent toutes deux leurs forces des rues.
  • Les observateurs de la Ligue arabe ont commencé à travailler dans le cadre de ce plan en décembre en Syrie.
  • Mais les observateurs ont quitté le pays en janvier 2012 en raison de diverses violations du plan. La Ligue a mis fin à sa mission d'observation le 28 janvier 2012.

Mars 2012

Décembre 2011

Le plan Annan

  • L'ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, médiateur des Nations unies et de la Ligue arabe en Syrie, a élaboré un plan prévoyant l'annonce d'une trêve par les deux parties et l'adoption de certaines réformes par le gouvernement syrien à la demande de l'opposition.
  • Annan a annoncé en avril que les deux parties avaient accepté la trêve. Mais en mai, il a annoncé que le gouvernement syrien et l'opposition avaient violé le plan à plusieurs reprises.
  • Il a démissionné de son poste de médiateur en août 2012.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

Différentes tentatives de médiation diplomatique

Conférence de Genève 1

  • Les ministres des affaires étrangères des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU ainsi que la Turquie, l'Irak, le Koweït et le Qatar ont participé à une réunion à Genève.
  • Le groupe, connu sous le nom de Groupe d'action pour la Syrie, a annoncé qu'un gouvernement de transition pour la Syrie serait formé, composé du gouvernement et de l'opposition. Mais le plan n'a jamais été réalisé en raison de désaccords sur la possibilité d'inclure le chef du régime Bachar al-Assad dans le gouvernement de transition.

Janvier 2013

30 juin 2012

Le plan de paix de Assad

  • Le président syrien propose son propre plan de paix qui prévoit une conférence de réconciliation nationale, un nouveau gouvernement et une nouvelle constitution.
  • L'opposition syrienne rejette l'initiative de paix

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

Différentes tentatives de médiation diplomatique

Résolution du CSNU

  • La résolution du Conseil de sécurité des Nations unies stipule que le gouvernement syrien doit démanteler son arsenal d'armes chimiques.

22 janvier 2014

Septembre 2013

Conférence de Genève 2

  • Après des discussions entre les États-Unis et la Russie, il a été décidé d'organiser une deuxième conférence à Genève.
  • Le successeur d'Annan, Lakhdar Brahimi, a modéré les négociations, qui on'ont pas permis de parvenir à un accord.
  • En février de cette même année, après le deuxième tour, Brahimi a déclaré : "Je suis très, très désolé et je présente mes excuses au peuple syrien."

Mai 2014

Brahimi démissionne

  • Lakhdar Brahimi démissionne, invoquant l'impossibilité de mettre en place une réponse internationale efficace au conflit.
  • Le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon nomme Staffan de Mistura comme envoyé spécial pour la Syrie le 10 juillet

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

Différentes tentatives de médiation diplomatique

Assad remporte les élections présidentielles

  • L'opposition syrienne et les soutiens internationaux dénoncent l'élection comme une farce.
  • Quelques semaines plus tard, les dernières armes chimiques déclarées par la Syrie sont expédiées hors du pays pour être détruites.

Novembre 2015

Juin 2014

Accord de Vienne

  • Les 20 membres du Groupe international de soutien à la Syrie (ISSG) se réunissent à Vienne et concluent un accord sur la nécessité d'amener le gouvernement syrien et l'opposition à la table des négociations sous les auspices des Nations unies.
  • Les membres affirment leur engagement à faire respecter le communiqué de Genève de 2012 en faveur d'une transition politique et d'un cessez-le-feu dans tout le pays.

Décembre 2015

CSNU adopte la résolution 2254

  • Le document devient la base des négociations et sert de cadre à la transition politique.
  • La résolution 2254 souligne le soutien de l'ONU à un processus politique dirigé par la Syrie qui "établit une gouvernance crédible, inclusive et non sectaire et fixe un calendrier et un processus pour la rédaction d'une nouvelle constitution" dans les six mois.
  • La résolution recommande également la tenue d'élections libres et équitables, conformément à la nouvelle constitution, dans un délai de 18 mois, sous la supervision des Nations unies.





LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

Différentes tentatives de médiation diplomatique

Genève 3

  • Les pourparlers sont suspendus après trois jours suite à des désaccords entre l'opposition et le gouvernement sur la priorité des questions humanitaires telles que la libération des prisonniers.

Avril 2016

Février 2016

Genève 4

  • L'opposition syrienne dénonce l'escalade de la violence sur le terrain et l'absence de progrès sur les questions humanitaires et relatives aux prisonniers.

Décembre 2016

Cessez-le-feu Russie-Turquie

  • La Turquie et la Russie négocient un cessez-le-feu à l'échelle nationale, accepté par le gouvernement syrien et l'opposition armée.

Janvier 2017

Astana 1

  • Les parrains des pourparlers, la Russie, la Turquie et l'Iran, conviennent de mettre en place un organe de surveillance trilatéral pour faire respecter le cessez-le-feu, qui est entré en vigueur le 30 janvier.
  • Des représentants de l'opposition armée s'assoient pour la première fois face à face avec une délégation gouvernementale.
  • Ni l'opposition ni la délégation gouvernementale ne signent l'accord.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

Différentes tentatives de médiation diplomatique

Astana 2

  • Se termine par l'adoption d'un document visant à formaliser le suivi du cessez-le-feu de décembre.
  • Les parties conviennent également de poursuivre les discussions sur un mécanisme d'échange de cadavres et de prisonniers, y compris les femmes et les enfants.

Février 2014

Février 2017

Genève 5

  • M. de Mistura déclare que les parties belligérantes acceptent de futures négociations sur la base de la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui jette les bases d'une transition politique fondée sur une gouvernance responsable, une nouvelle constitution et des élections supervisées par les Nations unies dans un délai de 18 mois.

Mars 2017

Astana 3

  • L'opposition refuse de participer aux pourparlers et accuse le gouvernement de ne pas avoir respecté le cessez-le-feu déclaré en décembre.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

Différentes tentatives de médiation diplomatique

Astana 4

  • La Russie, la Turquie et l'Iran s'entendent sur un plan prévoyant des "zones de désescalade" dans les territoires tenus par les rebelles.
  • Le plan prévoit la cessation des hostilités entre le gouvernement et les combattants de l'opposition dans quatre zones de sécurité afin de soulager les civils syriens.
  • Une délégation de l'opposition suspend sa participation en invoquant le bombardement par le gouvernement des zones tenues par les rebelles.

Mai 2017

Mai 2017

Genève 6

  • Les pourparlers échouent après quatre jours sans discussion détaillée des points à l'ordre du jour.

Juillet 2017

Astana 5

  • La Russie, la Turquie et l'Iran ne parviennent pas à régler les détails relatifs aux frontières et au maintien de l'ordre dans les quatre zones de sécurité convenues précédemment.

Juillet 2017

Genève 7

  • Les pourparlers se terminent sans avancée
  • Selon l'ONU, le gouvernement syrien n'est pas disposé à discuter d'une transition politique

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

Différentes tentatives de médiation diplomatique

Astana 5

  • La Russie, la Turquie et l'Iran conviennent de créer des zones de désescalade en Syrie pour une durée de six mois, qui pourrait être prolongée à l'avenir.
  • Ces zones comprendront, en tout ou en partie, la Ghouta orientale, les provinces d'Idlib, de Homs, de Lattaquié, d'Alep et de Hama.

Septembre 2017

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

Échecs répétés

I. Priorité à l'atténuation du conflit plutôt qu'à sa résolution (réduire les intensités des combats avant le début des nogociations plutôt que d'oeuvrer pour une réconciliation substentielles entre les différentes parties).

II. Les médiateurs ont adopté des stratégies s'appuyant sur des leviers à tous les niveaux.
  • Au départ l'objectif était de parvenir à une désescladae des combats, mais face à l'intransigeance des parties, les médiateurs ont déplacé le attention vers le haut au niveau régional et international.
  • Ce "marchandage inversé" mène les médiateurs à rechercher des acteurs qui ont le plus de poids.
  1. La Ligue des Etats arabes a cherché à imposer des sanctions mutilatérales, mais en même temps symboliques.
  2. Annan, s'appuyait sur l'idée que les grandes puissances (les Etats-unis et la Russie) pousseraient les parties à conclure un accord.
  3. Al Ibrahimi et de Mistura ont également cherché à utiliser des soutiens régionaux et internationaux pour faciliter les progrès, mais ils ont mis davantage l'accent sur les consultations ascendantes.
III. La question de l'inclusion est importante, les premiers cycles de négociation de Genève ont exclus deux acteurs majeurs du conflit (Iran et Arabie saoudite). Par la suite, les médiateurs ont essayé de les inclure, mais les négociations étaient déjà dans une impasse.

ANALYSES

Les obstacles

  • L'impartialité des médiateurs est une condition sine quanone pour toute opération de résultion de conflit. Mais ce que l'on peut observer à travers les initiatives menée est que l'ensemble des acteurs de médiation (Ligue arabe et ONU) ne pouvaient imaginer une résolution sans transition ou changement du pouvoir syrien.
  • La désunion des grandes puissances, la Russie et les Etats-unis n'ont jamais pu unir leur approche à propos du conflit syrien, ce qui a fait perdre pied à la médiation de l'ONU.
  • Inversement quand les grandes puissances ont collaboré notamment lors du cessez-le-feu d'Annan en avril 2012, la formulation du Communiqué et du processus de médiation de Genève en 2012 ainsi que lors du processus de Vienne et du cessez-le-feu de 2016.

La partialité des médiateurs

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

Les obstacles

Pour que la médiation ait une chance, un conflit doit être " mûr " pour un règlement.

Jusqu'à la phase 2015-2016, les parties béligérantes n'étaient pas réceptives à la médiation. Pendant la preùière phase du conflit, l'opposition et une grande partie des acteurs externes pensaient que la situation de la Syrie allait évoluer dans le sens des autres pays touchés par la vague des "prentemps atabes" et donc la chute du régime.
Cette erreur de clacul a poussé les différents acteurs du conflit se sont accrochés à une stratégie de vioelence ne voyant que peu d'intérêt à des négociations qui aboutiraient au mieux à un partage de pouvoir.
Par conséquent, lorsqu'il y a un optimisme mutuel sur les perspectives militaires, les parties négocient rarement sérieusement, , car elles pensent que des compromis inconfortables et incertains peuvent être évités par un succès sur le champ de bataille.

Le mûrissement des parties

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

Les problématiques dans la résolution du conflit syrien

Résolution du conflit

Réfugiés

Février 2022

Statistiques

+ Info

Réfugiés

Réfugiés

Un éventuel retour?

  • En avril 2018, dans un rapport intitulé « Des voix non entendues: ce dont les réfugiés syriens ont besoin pour rentrer chez eux » (Unheard Voices: What Syrian Refugees Need to Return Home) le Carnegie Middle East Center a publié les résultats d’un travail de recherche réalisé sur une période de dix-huit mois entre le Liban et la Jordanie auprès de réfugiés syriens.
  • Face aux difficultés économiques et sociales croissantes, les réfugiés se sentent pris au piège entre des pays d’accueil qui ne veulent pas d’eux et une Syrie où ils ne peuvent pas retourner.
  • Ils sont pessimistes quant aux perspectives d’un accord de paix en Syrie.
  • Ils conditionnent leur retour à des garanties de sécurité dont ils ne croient pas qu’elles soient réalisables sans une véritable transition politique, une perspective à laquelle ils ne croient plus dans le court terme

Réfugiés

Un éventuel retour?

  • Ils n’ont aucune confiance dans les acteurs politiques impliqués en Syrie et la plupart des réfugiés anti-régime ne croient pas que l’opposition les représente véritablement.
  • La guerre se prolongeant et les conditions dans les pays d’accueil s’aggravant, un nombre croissant de réfugiés souhaiteraient se réinstaller en dehors de la région, notamment en Europe, si ce n’est qu’ils craignent qu’une fois partis, qu’il devienne encore plus difficile ensuite de revenir.
  • La notion de « retour volontaire » est en train de perdre son sens. Au Liban et en Jordanie, des politiques restrictives peuvent forcer les réfugiés à retourner dans un environnement dangereux, tandis que les politiques du régime en Syrie – sur le logement et les droits de propriété, la conscription militaire et les procédures de contrôle – rendent difficile, et même indésirable, leur retour.

Réfugiés

Les conditions de retour

  • Un retour sûr et durable des réfugiés nécessite un cadre qui prenne en compte les racines politiques de la crise syrienne, affirme que la paix n’est pas possible sans justice et reconnaisse le droit des réfugiés à retourner dans leur région d’origine.
  • La sécurité ne peut être garantie que par un processus politique qui crée des mécanismes de gouvernance inclusifs, mette fin à l’impunité criminelle, et facilite la réintégration, la démilitarisation et l’accès à la justice.
  • Les efforts pour préparer les réfugiés à un retour doivent commencer dès maintenant et pourraient inclure la création d’une équipe d’avocats et de juristes syriens pour les informer de leurs droits et aider à résoudre les nombreux conflits locaux anticipés (droits de propriété, etc.), ou celle d’un réseau de médiateurs communautaires de confiance.
  • Le financement de la reconstruction ne doit en aucun cas permettre de renforcer le régime despotique d’Assad. Commencer par des efforts de reconstruction à l’échelle locale dans des régions qui ne sont pas sous le contrôle du régime serait une meilleure alternative.

Réfugiés

Les conditions de retour

  • Un retour sûr et durable des réfugiés nécessite un cadre qui prenne en compte les racines politiques de la crise syrienne, affirme que la paix n’est pas possible sans justice et reconnaisse le droit des réfugiés à retourner dans leur région d’origine.
  • La sécurité ne peut être garantie que par un processus politique qui crée des mécanismes de gouvernance inclusifs, mette fin à l’impunité criminelle, et facilite la réintégration, la démilitarisation et l’accès à la justice.
  • Les efforts pour préparer les réfugiés à un retour doivent commencer dès maintenant et pourraient inclure la création d’une équipe d’avocats et de juristes syriens pour les informer de leurs droits et aider à résoudre les nombreux conflits locaux anticipés (droits de propriété, etc.), ou celle d’un réseau de médiateurs communautaires de confiance.
  • Le financement de la reconstruction ne doit en aucun cas permettre de renforcer le régime despotique d’Assad. Commencer par des efforts de reconstruction à l’échelle locale dans des régions qui ne sont pas sous le contrôle du régime serait une meilleure alternative.

Réfugiés

Les conditions de retour

  • Tout financement devrait également être subordonné au retour des réfugiés chez eux et à la restitution de leurs biens. Un processus de vérification devrait être mis en place pour garantir que les entités locales bénéficiant d’un financement international n’ont pas été impliquées dans des crimes de guerre et ne constituent pas des avant-postes du régime.
  • En attendant des retours possibles et volontaires les pays d’accueil doivent adopter des politiques qui respectent le droit d’asile et répondent aux besoins fondamentaux des réfugiés. Pour cela, l’aide internationale doit inclure en plus d’une aide humanitaire, des investissements économiques axés sur la création d’emplois pour les ressortissants et les réfugiés du pays hôte.
  • La population des déplacés de l’intérieur en Syrie s’élève à 6 millions de personnes.
  • Malgré le contexte défavorable des camps où les déplacés trouvent refuge, ces Syriens sont parvenus, en ne comptant que sur leurs propres force, à recréer un semblant de vie normale, avec des écoles et des centres de soins. Ces camps s’intègrent désormais dans le paysage fragmenté du pays.

Crimes de guerre

Statistiques

+ Info

Crimes de guerre

premières comdanations

  • .Le travail sur le procès de Coblence fait partie d'une série de plaintes pénales pour torture en Syrie que l'ECCHR a déposées depuis 2016 en Allemagne, en Autriche, en Suède et en Norvège avec près de 100 Syriens* - survivants de la torture, proches, militants* et avocats.

la Cour fédérale de justice avait déjà émis un mandat d'arrêt contre Jamil Hassan, chef des services de renseignement de l'armée de l'air syrienne jusqu'en juillet 2019. Ce mandat d'arrêt peut être exécuté dans le monde entier. Là encore, les dénonciations conjointes de l'ECCHR et de ses partenaires syriens auprès du procureur général ont joué un rôle important.

Juin 2018

le parquet fédéral a porté plainte contre R. et A devant le tribunal régional supérieur de Coblence pour crimes contre l'humanité. L'ECCHR a soutenu 29 survivants de la torture en Syrie dans le procès dit d'Al-Khatib, dont 14 en tant que parties civiles.

Octobre 2019

le premier procès au monde sur la torture d'État en Syrie s'est ouvert en Allemagne. Les accusés : Anwar R. et Eyad A., deux anciens fonctionnaires de la Direction générale des renseignements du président syrien Bachar el-Assad.

Avril 2020

Eyad A. a été condamné à une peine d'emprisonnement de quatre ans et demi, suivie en janvier 2022 par la condamnation d'Anwar R. un ex-collaborateur de haut rang du gouvernement Assad, à une peine de prison à vie pour crimes contre l'humanité en Syrie. R. a été reconnu coupable de complicité, entre autres, de torture, de 27 meurtres, de mise en danger de la vie d'autrui et de violences sexuelles dans le département d'Al-Khatib.

Février 2021

Crimes de guerre

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

LOREM IPSUM DOLOR SIT AMET

Consectetur adipiscing elit. Ut vitae ultrices lacus, eu varius neque. Ut facilisis, lacus vel ultrices finibus, tellus dui efficitur lorem, et ultricies lacus massa id ex. Nullam eget suscipit odio, tristique eleifend mi. Praesent at dapibus nisl. Mauris viverra metus odio, non interdum neque pulvinar et. Aliquam purus orci, faucibus a rutrum sed, aliquam maximus massa. Integer arcu nulla, efficitur at maximus ut, dictum non nibh.

Crimes de guerre

Le rôle de la justice dans la résolution du conflit

  • Afin d'obtenir la responsabilité des violations systématiques et généralisées des droits de l'homme en Syrie, d'autres interventions légales doivent suivre - contre le gouvernement d'Assad, contre les États, les sociétés transnationales, contre les États tiers impliqués dans l'intervention militaire dans le conflit, ainsi que contre des organisations telles que l'EI.
  • Sans justice pour les personnes touchées par les crimes commis en Syrie, il n'y a aucune perspective de solution politique.
  • La justice pour les crimes contre les droits de l'homme est essentielle pour les personnes affectées.
  • Cependant, l'obligation de rendre des comptes pourrait contribuer à la prévention d'autres conflits et au développement de l'État de droit ainsi que des principes démocratiques après la fin de la guerre en Syrie.
  • Les exportations d'armes conventionnelles, d'autres armements ou de technologies de surveillance vers le conflit peuvent constituer d'autres domaines d'intervention juridique possibles, ainsi que la violence sexuelle ciblée contre les femmes et l'utilisation de produits chimiques en Syrie.


Crimes culturels

L'impact du trafic archéologique sur la reconstruction identitaire

  • Depuis le début de la guerre civile en 2011, toutes les factions belligérantes ont commencé à participer aux opérations de pillages, afin de pouvoir subvenir financièrement aux besoins de la guerre. Le manque d’infrastructure et de sécurité dans la région a évidemment accéléré cette activité clandestine.
  • Mais c’est la proclamation du califat de l’État islamique (EI) en 2014 qui a véritablement amorcé le trafic d’antiquités syriennes à grande échelle à des fins d’auto- financement. Le pillage organisé par l’EI a atteint un niveau industriel avec la création d’un département des antiquités et avec la distribution de permis de fouille sur les terres dont il a le contrôle. Selon un rapport du congrés américain publié en 2017, l’Organisation aurait perçue une taxe comprise entre 20 et 50 % du prix pour chaque vente de biens pillés.
  • Parralèlement à cela, la crise économique et le chaos dans lequel s’est retrouvé le pays ont également poussé de nombreux ressortissants syriens à fouiller des sites historiques de proximité dans une simple perspective de survie


Crimes culturels

L'impact du trafic archéologique sur la reconstruction identitaire

  • Selon les données d'INTERPOL disponibles au public, une fois pillés, les biens archéologiques sont acheminés à travers un réseau constitué de routes, dont une partie avait déjà été tracées au cours du précédent conflit irakien. Ces mêmes itinéraires seraient également utilisés pour le trafic d’armes, de drogues et d’êtres humains.
  • Ces réseaux de trafiquants s’organisent aux extrémités de la Syrie où les passeurs d’antiquités profitent de la porosité des frontières. Les artefacts pillés au nord du pays sont acheminés vers la Turquie, ceux des régions de Homs et de Damas traverseraient la frontière libanaise, et les artefacts pillés au sud de la Syrie transiteraient le plus souvent vers la Jordanie. Une partie de ces pièces serait par la suite revendue sur place à de riches collectionneurs locaux ou encore à des touristes. Mais la plupart sont réexpédiées vers d’autres États.


Crimes culturels

De nouvelles normes internationales

  • Le 12 février 2015, le Conseil de sécurité des Nations-Unies adopte à l’unanimité la résolution n°2199 laquelle condamne fermement la destruction des patrimoines culturels irakiens et syriens et prend des sanctions visant à combattre le trafic illicite d’antiquités et de biens culturels en provenance de ces deux pays.
  • A l’instar du Conseil de sécurité des Nations Unies, l’Union Européenne (UE) a adopté en 2013 le règlement (CE) n° 1332/2013 qui interdit l’importation, l’exportation ou le transfert de biens culturels syriens . On retiendra également, un nouveau contrôle des biens culturels à l’importation qui est en cours de mise en œuvre avec le règlement européen de 2019- 880 dont l’objectif premier est d’harmonisation des régles en la matière.


Quels coûts?

  • On estime que la reconstruction coûtera entre 250 et 400 milliards de dollars US, voire 1 000 milliards de dollars US, selon les sources. Mais que signifie réellement la reconstruction ? Le conflit armé qui a débuté en 2011 suite à la répression violente d'un mouvement de protestation laisse la Syrie face à d'énormes défis. Ceux-ci, les institutions compétentes des Nations unies, la Banque mondiale, les chercheurs et la société civile syrienne en conviennent largement, vont bien au-delà du déminage et de la reconstruction physique des infrastructures et des logements. Il faut notamment créer les conditions permettant aux différentes parties de la société de vivre ensemble en paix, compenser les pertes de capital humain et de développement humain, et relancer l'économie et les services publics de base.
  • Dans les conditions actuelles, la reprise économique en Syrie sous une forme qui permettrait de créer des emplois, de fournir des revenus adéquats et de stimuler la production alimentaire pour les marchés locaux sera presque impossible. L'État lui-même ne parviendra probablement pas non plus à augmenter ses revenus à moyen terme et à reprendre la distribution des services de base à la population, même si Damas le voulait. Les principaux obstacles sont les sanctions, y compris le renforcement des sanctions secondaires américaines, et les structures politico-économiques traditionnelles dysfonctionnelles, aggravées par les distorsions de l'économie de guerre.