Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Jean Valjean

Coupable

ou non-coupable?

Témoignage de Cosette

<< Jean Valjean m'a sauvé des griffes des Thénardier et de la misère.

Il m'a instruite, élevée et m'a considérée comme sa propre fille. Pour me

protéger il s'est coupé du monde en allant vivre dans un couvent. Pour mon

bonheur il a sauvé Marius, l'homme que j'aime, blessé, en le portant sur son

dos dans les égouts parmi la vase et la boue. Et quand je me suis marié,

il m'a donné toute sa fortune. C'est un homme profondément bon et je

lui dois tout >>

Ma chère Cosette, Paris, 1833,

Vois-tu, je me sens mourir. Cela ne me fait pas mal mais j'ai l'intime conviction que je vais bientôt partir en haut, à coté du Bon Dieu. Mais avant cela je dois t'avouer des choses. Toute ma vie je t'ai mentis, car je ne voulais pas que tu saches quel horrible personnage je suis. Je vais donc d'abord te parler de moi.


Je suis né dans un petit village de la brie, a Faverolles. J'ai perdu mon père et ma mère très jeune, et j'ai donc appris à me débrouiller tout seul. Je vivais avec ma soeur et avec mon maigre salaire d'émondeur je subvenais au besoin de ses 7 enfants. Une année un hiver très froid arriva et ce fus la disette. Je dus me résoudre a voler un pain et pour cela j'écopa de 5 années de galères. Ces 5 années se transformèrent en 19 ans car j'avais tenté de m'évader plusieurs fois...


Maintenant je vais te parler de ta mère.


Ta mère était la maitresse d'un jeune bourgeois. Un jour il l'abandonna sauf qu'elle était enceinte de lui. Elle voulait donc retourner chez elle, a Montreuil-sur-mer, pour trouver du travail...


Voila Cosette, je t'ai dis tout ce que tu devait savoir avant que je meurs. Sois heureuse avec Marius, ayez de nombreux enfants et une belle vie. Après toute cette vie de cavale, je crois avoir le droit de me reposer. Enfin Cosette, toi ma fille, tu es l'étincelle de ma vie, la seule personne que j'ai vraiment aimé. On se retrouvera, dans les étoiles.



Ton père,

Jean Valjean.


Au début du roman, Jean Valjean est coupable. Il essaye plusieurs fois de s'évader du bagne. Quand il y parvient enfin ,il vole un honnête homme qui l'a hébergé et nourrit. Il récidive ensuite en volant la pièce de petit Gervais. Mais ensuite il va devenir un homme bon. Devenu un riche industriel, il donne beaucoup d'argent aux pauvres et fait travailler beaucoup de monde dans son usine. Il sauve l'enfant d'une femme qu'il ne connait presque pas et fait tout pour elle. Il donne de l'argent à Jondrette , des vêtements, des vivres, et n'hésite pas à aller chercher Marius, l'amant de Cosette au milieu d'un champ de bataille. A leur mariage, il donne toute sa fortune a cosette et s'éteint ,paisiblement. Jean Valjean n'est plus coupable a la fin du roman et, quand on y pense, s'y il a fait 19 ans de galères, c'est pour avoir volé un seul pain pour nourrir sa famille.

Jean Valjean n'est donc pas coupable.