Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

l'OMBRE DE LA NUIT

e

!

You can write a subtitle here

Salut, moi c’est Elliot Borrioli. Aujourd’hui je vais vous raconter mon histoire. Il faut savoir que ma mère est morte, il y a maintenant plus d’un an.
C’était un soir de tempête, j’étais allé me coucher après une longue et dure journée. J’avais eu du mal à m’endormir.
Puis j’ai entendu notre horloge s’accélérer, c’était si fort que je n’entendais absolument rien d’autre.
J’ai décidé d’aller voir d’où venait le bruit. La lumière ne fonctionnait plus. Quand j’ai tourné la tête, j’ai aperçu cette porte en train de s’ouvrir, c’était la chambre de ma mère.
Tout à coup, une ombre est apparue à la fenêtre! J’ai eu si peur que mon corps s’est figé, j’étais tétanisé !!!
Elle était tournée, je ne voyais pas son visage depuis l'endroit où je me trouvais, la peur m’empêchait d’approcher.
Je me suis réveillé en sursaut, dégoulinant de sueur, me demandant si tout cela était réel.

Le lendemain soir, tout a recommencé. Je me suis dirigé dans la chambre de ma mère. L’ombre était toujours présente, mais ,cette fois, elle était assise sur un fauteuil. Ce fauteuil je le connaissais, … C’était… C’était … Ce siège dans lequel ma mère me chantait des berceuses. Puis ce chant je m’en souviens encore, c’est ma mère, c’est sûr c’est elle. J’ai décidé de me rapprocher mais, quand je suis arrivé près du fauteuil, il était vide… Complètement vide… Elle n’était plus là… Puis je me suis réveillé à cause de l’orage. Ça devait être un rêve… Un mauvais rêve.
J’ai décidé d’aller en parler à mon père qui, comme je l'imaginais, ne m’a pas cru. J’ai essayé d’en parler à mes proches mais personne n’a voulu me croire. Le week-end est alors passé sans que rien d'anormal n'ait lieu. Puis, durant la nuit du lundi, mes cauchemars sont à nouveau venus perturber mon sommeil d'une façon peu commune. J’ étais tout seul et il y avait une énorme tempête, les volets claquaient, les éclairs tombaient comme la pluie. J’étais allongé quand soudain toutes les portes claquèrent les unes après les autres ! Je pensais que la porte d’entrée était ouverte mais rien de cela. Les idées se bousculaient dans ma tête : me cacher, m’enfuir, rester pour affronter cette ombre qui me hante chaque nuit. N’était-ce qu’un rêve ? Un rêve étrange ou peut-être étais-je en train de sombrer dans la folie ?

Léandra, jUDIKAël
Alicia
Gabin
Brice
4ème2