Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Optimiam

une application anti-gaspi

start

01 L'origine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

02 Caractérisations . . . . . . . . . . . . . . . . . .

03 le mode fonctionnement. . . . . . . . . . . . .

04 Lois sur le gachis alimentaire . . . . . . .

05 Principaux Partenaires . . . . . . . . . . . . .

06 Le PESTEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

07 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Index

L'ORIGINE

L'application qui vous aide à faire des économies tout en réduisant le gaspillage !

01

ORIGINE

  1. L’application OptiMiam a était crée le 16 octobre 2014, à l'occasion de la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire. Depuis cette date, il ont convaincu près de 800 commerces dans toute la France, pour une communauté d'environ 200 000 utilisateurs. En terme de modèle économique, le commerçant nous rémunère à hauteur d'un euro par transaction.
  2. Cette initiative lancée par Mikael Labrut, Roadath Aminou et Alexandre Bellage, tous trois étudiants en école d'ingénieur, s'appuie sur le numérique pour limiter le gaspillage alimentaire tout enproposant aux utilisateurs de bénéficier de prix réduits.

4

1

3

2

solidaire

une application au top

une équipe au top !

anti-gaspillage

Caracteristiques

02

45' preparation time

OPTIMIAM

  • DATE DE CREATION : 16 octobre 2014
  • FONDATEUR : Alexandre Bellage et Roadath Aminou
  • TYPE : Association
  • RESSOURCES : 200 000 utilisateurs de l’application, 800 commerces
  • FINALTES :
  • societal : pour éviter le gachis alimzntaire
  • économique : pour se faire du profit
  • OBJECTIFS : permettre aux commerçants de vendre à prix cassés les produits proches de la date de péremption et ainsi lutter contre le gaspillage alimentaire
  • SITUATION GEOGRAPHIQUE : PARIS


Eggs

Lemon

Onion

Alexandre Bellage

Mode de fonctionnement

Pour se rémunérer, Optimiam récupere 1 euros par transaction

45' preparation time

  • L'obligation, pour les magasins alimentaires de plus de 400m de proposer une convention de don à des associations pour la reprise de leurs invendus alimentaires encore consommables
  • l'interdiction, pour les distributeurs alimentaires, de rendre impropres à la consommation des invendus encore consommables.

LOI GAROT

11/02/2016

La loi AGEC
"anti-gaspillage pour une économie circulaire" est entrée en vigueur le 1er janvier 2022.Elle vise notamment à mettre fin au plastique à usage et oblige également les entreprises à recycler ou réutiliser leurs invendus non-alimentaire.

LES PRINCIPAUX PARTENAIRES

  1. Casino, Spar, Carrefour City et bientôt Monoprix font partie des 6 enseignes alimentaires avec lesquelles la start-up Optimiam a annoncé être partenaire à partir du 9 mai 2016
  2. Mais ce dernier accord passé avec 6 chaines de l’alimentation va permettre d’accélérer l’implantation d’Optimiam à Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Toulouse.

LEGAL

La France au travers du Pacte national et de la loi AGEC, est engagée à réduire de moitié de gaspillage alimentaire d'ici 2025 pour les secteurs de la restauration collective et de la distibution, et d'ici 2030 pour les secteurs de la consommation, transformation, production et restauration commerciale.

POLITIQUE

La loi renforce les mesures de lutte contre le gaspillage alimentaire : les grossistes dont le chiffre d'affaires annuel est supérieur à 50 milliond d'euros sont désormais concernés par les obligations de non-destruction des invendus et de don alimentaire.

ECONOMIQUE

Le gaspillage alimentaire aggrave les externalités négatives de l'expansionagricole et de la monoculture en provoquant des pertes non justifiées de biodiversité ( notamment la dsiparition des mammiféres, oiseaux, poissons et amphibiens ).

SOCIOCULTUREL

ECOLOGIQUE

TECHNOLOGIE

La nouvelle technologie offre de nombreuses opportunités aux consommateurs. Celle-ci peut fournir des informations détaillées : sur l'origine des produits, des conseils de stockage, des recettes et des astuces pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

En France, les pertes et gaspillages alimentaires représentent 10 millions de tonnes de produits par a, soit une valeur commerciale estimée à 16 millards d'euros.

D'après l'ADEME, l'empreinte carbone annuelle du gaspillage alimentaire serait de près de 15,5 millions de tonnes d'équivaient CO2 par an en France, ce qui n'a rien d'étonnant lorsqu'on sait que l'alimentation repésente à elle seule 36% des émissions nationales de gaz à effet de serre.

ORGANISATION

OPITMIAM !

anti-gaspillage alimentaire