Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

"Sobriété numérique" :
pour des pratiques respectueuses de l'environnement et de la santé

Définition

1

La sobriété numérique est une démarche qui vise à réduire l'impact environnemental du numérique en limitant ses usages. L'expression « sobriété numérique » a été forgée en 2008 par l'association GreenIT.fr pour désigner « la démarche qui consiste à concevoir des services numériques plus sobres et à modérer ses usages numériques quotidiens ».

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sobri%C3%A9t%C3%A9_num%C3%A9rique

Sobriété, consommation et numérique ?

https://www.aquinum.fr/l-association/actualites-d-aquinum/229-aquitalks-numerique-special-sobriete-numerique.html

Constats

2

https://librairie.ademe.fr/cadic/2351/guide-pratique-face-cachee-numerique.pdf?modal=false

  1. L'idée de sobriété numérique est de dépasser le constat pour être réellement actif.
  2. La société, par le biais du Sénat s'est également emparé de la question. Il a adopté la proposition de loi, “Réduire l’empreinte environnementale du numérique” le mardi 2 novembre 2021, visant à réduire l'empreinte environnementale du numérique en France et la proposition de loi visant à renforcer la régulation environnementale du numérique par l'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse.
  3. La prise de conscience pour agir, doit se faire à titre individuel mais également collectif, en direction de tous les élèves (tant au niveau de l’impact environnemental et que des effets sanitaires de ces pratiques numériques).



Prise de conscience individuelle et collective

https://etats-generaux-du-numerique.education.gouv.fr/processes/numerique-souverain/f/22/

Hygiène numérique et l'école : les constats des états généraux du numérique

  • Energétiques : effets des pratiques sur l'environnement
  • Sanitaires : effets des mésusages sur la santé


Les enjeux

3

Les enjeux énergétiques parcourent toutes les sphères de notre société. Le numérique n'échappe pas au questionnement. Comment rendre le numérique plus "vert" ?

  1. Trier ses mails, éviter les pièces jointes trop lourdes, des news letter qu'on ne consulte pas, éviter le trop grand nombre de destinataires direct ou en copie. NB : 6 mails/jour = 1km en voiture
  2. Stockage sur les clouds : données stockées = énergie dépensée par les data centers ; limiter l'utilisation des plate-formes de streaming vidéo. NB : 1h de streaming = un ventilateur allumé pendant 6 heures ; éviter de regarder les vidéos en HD quand cela n'est pas nécessaire voir même désactiver les vidéos (mode "audio uniquement" sur Youtube music (compte Premium nécessaire)).
  3. Utiliser des moteurs de recherche "plus citoyens" : Passer de Google à Youcare (protection animale), Ecosia (écologie)... et éviter de répéter les mêmes recherches pour les sites dont on connait l’adresse (mise en favoris).
  4. Limiter la consommation électrique des appareils numérique : ex : Programmer la box pour qu'elle s'éteigne automatiquement en début de nuit.

Comment faire évoluer ses pratiques quotidiennes et limiter la pollution liée à l’utilisation et au stockage des données ?

  1. Acheter moins d'appareils numériques ! Leur fabrication est à l'origine de problèmes environnementaux (pollution air, sols...), économiques et sociaux (non respect du droit des travailleurs dans l'extraction de matières premières)...
  2. Limiter la consommation des objets connectés et prolonger leur durée de vie.
  3. Soigner la fin de vie des équipements : recycler des objets numériques dans des filières spécialisées (substances toxiques contenues par les appareils). En France seuls 17,4% des DEEE* étaient recyclés en 2019 contre 42,5% en Europe.

*DEEE « déchet d’équipement électrique et électronique » : appareil mobile, ordinateur, télévision, console de jeux, équipements électriques…

Comment faire évoluer ses pratiques de consommateur pour limiter l'impact environnemental des objets numériques ?

Acheter moins et mieux : Notion de LOW tech : "La ou les low-tech, mot à mot basses technologies, désignent une catégorie de produits, de services, de procédés ou autres systèmes permettant, via une transformation technique, organisationnelle et culturelle, le développement de nouveaux modèles de société intégrant, dans leurs principes fondamentaux, les exigences de durabilité forte et la résilience collective"

Comment limiter l'achat des appareils connectés ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Low-tech

Limiter les déchets électroniques : garder le matériel plus longtemps, limiter la multiplication du matériel numérique au sein d'un même foyer, le réparer ou le faire faire réparer (magasins spécialisés, repair café, associations...), favoriser la seconde main.

Comment prolonger la durée de vie des appareils connectés ?

Recycler de manière systématique et de préférence, en privilégiant les circuits de recyclage solidaire (Ex : https://www.jedonnemontelephone.fr/ Ateliers du Bocage, entreprise solidaire du réseau Emmaüs dans les Deux-Sèvres (79))

Comment soigner la fin de vie des appareils connectés ?

Hygiène numérique,

les enjeux sanitaires. Comment se mettre au vert ?

  1. Troubles physiques/métaboliques
  2. Troubles cognitifs
  3. Altération des intéractions sociales

Quels effets des pratiques numériques sur la santé, notamment celle des jeunes ?

  • baisse de la qualité du sommeil : https://www.ors-idf.org/fileadmin/DataStorageKit/ORS/Etudes/2020/sommeilMorphe/ORS_focus_sommeil_adolescent_ecrans.pdf : "Les adolescents ont un besoin accru de sommeil en particulier en période scolaire car le sommeil participe à l’équilibre psychosocial et la consolidation de la mémoire pendant cette période charnière. [...] Les résultats de la présente étude, publiée à l’occasion du Congrès du Sommeil® 2020, montrent cependant que plus d’un adolescent sur deux présente au moins un trouble du sommeil. Les adolescents s’adonnent plus aux activités sur écrans pendant le temps libre après le dîner et une fois au lit et très peu d’entre eux lisent (un sur quatre se connecte en pleine nuit sur les réseaux sociaux)."
  • augmentation de l’IMC : Les adolescents ont une activité physique moindre et sont sensibles aux publicités qui incitent à la consommation d’aliments sucrés/gras. "Une heure supplémentaire passée chaque jour devant les écrans augmente nettement le risque de prendre du poids chez les 9-10 ans, assure une récente publication (Pediatric Obesity, juin 2021) https://www.lesechos.fr/weekend/perso/enfants-les-ecrans-font-grossir-1332545 )"


Quelle est l'incidence des pratiques numériques sur la santé physique ?

  • effets négatifs sur l’apprentissage du langage : Les "études vont dans le sens d'un lien entre surexposition aux écrans non interactifs et retard dans le développement du langage oral et écrit". L'article de Harlé et Desmurget en 2012 : Il est en effet surprenant de prime abord qu'un enfant TDA/H incapable de se concentrer sur un devoir scolaire ou une tâche de la vie quotidienne puisse être « concentré » des heures sur la télévision, console, tablette... Les auteurs expliquent bien que la raison en est deux systèmes attentionnels distincts. Le premier est un système d'alerte, d'orientation de la vigilance vers les stimuli lumineux externes (système bottom-up), il est présent chez tous les mammifères. Le second est un système de contrôle volontaire de l'attention (système top down) : ce système requiert de nombreux facteurs tels que la motivation et il est d'évolution lente, lié à la qualité de la 11 stimulation et de l'environnement de l'enfant. Ainsi les écrans épuisent le système d'alerte et ne permettent pas au système de contrôle volontaire de se mettre en place. Or, le système de contrôle volontaire est indispensable à l'école pour les apprentissages.

Quelle est l'incidence des pratiques numériques sur les capacités cognitives des enfants/adolescents ?

Michel Desmurget et Bruno Harlé dans Pédiatrie au quotidien, Effets de l'exposition chronique aux écrans sur le développement gognitif de l'enfant, https://www.psychaanalyse.com/pdf/ENFANCE%20-%20EFFETS%20DE%20L%20EXPOSITION%20CHRONIQUE%20AUX%20ECRANS%20SUR%20LEUR%20DEVELOPPEMENT%20COGNITIF%20(5%20Pages%20-%20225%20Ko).pdf
Jean François Bach, Olivier Houdé, Pierre Léna et Serge Tisseron, L'enfant et les écrans, Institut de France, Académie des sciences, 17 janvier 2013 https://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/avis0113.pdf

  • effets négatifs sur les capacités attentionnelles : "les écrans (et notamment le temps d'écran) peuvent également avoir des répercussions négatives sur la mobilisation des ressources attentionnelles. Les fonctions cognitives, et donc les apprentissages, sont ainsi impactés directement par le temps d'écran". La culture des écrans où plusieurs écrans peuvent être regardés à la fois, des tâches multiples peuvent être menées en parallèle (Tisseron, 2013). Cela est à double tranchant au niveau cognitif : d'un côté cela peut favoriser la pensée non linéaire, d'un autre cela peut créer « une pensée zapping, trop rapide, superficielle et excessivement fluide » (Bach et al., 2013).
  • développement des comportements agressifs : la question du temps passé devant les écrans est problématique, mais également la question du contenu. L'exposition aux images violentes a en effet trois impacts majeurs (augmentation de la probabilité d'avoir recours à l'agressivité verbale et physique, habituation à la violence qui favorise son acceptation et les passages à l'acte et majoration du sentiment de vivre dans un monde hostile et malveillant favorisant ainsi le repli sur soi (Harlé & Desmurget, 2012). L'exposition aux images violentes diminue les comportements d'entraide et de coopération (Bach et al, 2013).

  • Développement de phénomène de cyberharcèlement : Le cyberharcèlement fait partie des risques liés à nos usages du numérique. Le cyberharcèlement est un délit (infraction jugée par le tribunal correctionnel et punie principalement d'une amende et/ou d'une peine d'emprisonnement inférieure à 10 ans). Il est plus sévèrement puni si la victime a moins de 15 ans. https://www.clemi.fr/fr/famille-tout-ecran-saison2/lutter-contre-le-cyberharcelement.html Le harcèlement scolaire, amplifié par les réseaux sociaux, toucherait près d'un élève sur dix chaque année.

  • développement de comportements cyberaddictifs et phénomène de dépendance aux écrans : "Le jeune enfant dépendant préfère systématiquement passer du temps sur un écran à toute autre forme d’activité. [...] L’enfant ne parvient pas pas à arrêter ni même limiter sa consommation d’écran (il est, du reste, incapable de se rendre compte du temps qu’il y passe). Il n’a pas conscience du caractère parfois violent et non adapté à son âge de ce qu’il visionne. En situation de privation d’écran par ses parents, l’enfant bascule dans les pleurs et peut exprimer des formes de chantage à la fugue ou à d’autres menaces graves. Dans la vie de tous les jours, il est violent, nerveux, et particulièrement quand l’accès aux écrans lui est restreint. Leur absence provoque en lui un sentiment de vide. Il est sujet à des angoisses et à de l’anxiété". https://cyberaddictologie.fr/cyberaddiction-chez-les-enfants/

Quelle est l'incidence des pratiques numériques sur les intéractions sociales des jeunes ?

En cas de harcèlement, que vous soyez victime ou témoin, appelez le 3020 et trouvez des outils pour vous aider sur le site https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr
https://www.cnil.fr/sites/default/files/atoms/files/10_conseils_pour_rester_net_sur_le_web_-_a2.pdf

La loi du 2 mars 2022 vise à combattre le harcèlement scolaire : cette loi crée un délit de harcèlement scolaire qui pourra être puni jusqu'à 10 ans de prison en cas de suicide ou tentative de suicide de la victime. Elle améliore également le droit à une scolarité sans harcèlement. https://www.vie-publique.fr/loi/282708-loi-balanant-2-mars-2022-combattre-le-harcelement-scolaire

Pour aller plus loin

4

  • Impacts environnementaux du numérique : https://www.fun-mooc.fr/fr/cours/impacts-environnementaux-du-numerique/
  • Guillaume Pitron : « Un téléphone portable ne pèse pas 150 grammes, mais 150 kilos » : https://reporterre.net/Guillaume-Pitron-Un-telephone-portable-ne-pese-pas-150-grammes-mais-150-kilos
  • Quand le numérique détruit la planète : https://www.monde-diplomatique.fr/2021/10/PITRON/63595
  • Impact environnemental du numérique : les internautes peu enclins à changer leurs habitudes : https://theconversation.com/impact-environnemental-du-numerique-les-internautes-peu-enclins-a-changer-leurs-habitudes-167543
  • Pollution numérique : voyage au bout d'un like : https://www.pearltrees.com/ladameducdi/sobriete-numerique/id46290087#item394292474
  • Pollution numérique : la grande illusion du virtuel ? : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-meilleur-des-mondes/le-meilleur-des-mondes-emission-du-vendredi-17-septembre-2021-1345406


Des ressources pour aller plus loin :

  • « Cliquer c'est polluer », le petit guide de la sobriété numérique : https://www.geekjunior.fr/cliquer-cest-polluer-petit-guide-sobriete-numerique-50081/
  • La pollution numérique : un sujet à aborder au collège comme au lycée : http://docpourdocs.fr/spip.php?article664
  • La pollution numérique, c'est quoi ? : https://www.curieux.live/2021/05/14/la-pollution-numerique-cest-quoi/


Des ressources pour la classe :

Conclusion



5

Il appartient à chacun de limiter sa consommation d'outils électroniques et de limiter ses pratiques numériques énergivores. Quelques petits gestes permettent d'alléger la facture énergétique, économique et sociale.
Pour Confucius :
"Celui qui déplace une montagne commence par déplacer de petites pierres." Mieux vaut donc commencer petit, et s'y tenir !
A nous de jouer !