Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

Transcript

Les avantages du bilinguisme



  • Avantages sociocognitifs
  • Apprentissage plus facile d’une langue lorsqu’il est précoce
  • Meilleure habilité cognitive
  • Meilleure compréhension des besoins en communication de leur partenaire de conversation
  • Meilleure résolution de problèmes non verbaux
  • Plus de flexibilité
  • Pas d’impact négatif sur le développement de l’enfant
  • Possibilité de mieux comprendre les autres croyances
  • Aptes à envisager 2 représentations d’un même évènement en même temps
  • Avantage linguistiques des Diasporas
  • L’augmentation du nombre de personnes bilingues a pour conséquence le mélange important des langues, faisant de la langue une caractéristique de véhicule identitaire et donc porteuse d’un investissement affectif et symbolique. (2006 Migrations et langage -Deprez )

Explications :

  • Meilleure attention sur les variables pertinentes au contexte
  • Le bilinguisme exerce une influence positive sur le développement langagier et éducationnel des enfants.
  • Une plus grande souplesse mentale
  • Une meilleure mobilité conceptuelle
  • De plus fortes capacités à résoudre des problèmes


De nombreux acteurs soulignent à quel point la maîtrise de la langue « d’origine » favorise l’intégration sociale, la réussite scolaire et l’équilibre psychologique. Ce n’est pas le fait de parler une autre langue qui crée des difficultés d’apprentissage.

(2014-Frédérique Sicard Fraisse (agrégée d’arabe, docteur en sociologie)-arabe et construction identitaire)

Les inconvénients du bilinguisme


  • Certains enfants peuvent présenter certains décalages dans l’acquisition de la langue (retards observés faibles et ne persistent généralement pas)
  • Perte de la langue maternelle peut conduire à une perte de repère dans son identité, dans la représentation de ses émotions et de sa famille
  • Importance de l'intégration : pas de possible intégration si il n'y a pas de reconnaissance de l’identité des personnes, situation courante aujourd'hui. (2014-Lamarre, Intégration & diversité)
  • La langue maternelle des enfants est fragile et est facilement perdu les premières années d'école
  • Les enfants ne mettent pas/peu en avant leurs compétences bilingues quand il s’agit du turc. Ils ne se voient pas comme bilingues. Dans leurs discours, le bilinguisme se limite aux langues ayant un statut social reconnu comme l’anglais. Ils décrivent le peu d’intérêt de leurs enseignants à l’égard de leur première langue.
    (2014-Ann-Birte Krüger (maître de conférences à l’ESPE de Franche-Comté)-Bilinguisme turque)
  • L’école aurait trop souvent la représentation d’un élève issu de l’immigration comme un élève « déficitaire ». Leurs compétences bilingues ne sont pas assez valorisées. (Étude en cours à l’université de Düsseldorf sur « Bildung, Milieu und Migration »
  • Les formes dialectales ne sont pas enseignées dans le cadre scolaire dans le monde arabe. Elles sont souvent péjorées, considérées comme des « sous-langues » pauvres linguistiquement et syntaxiquement et inopérantes pour s’exprimer dans de nombreux domaines. Parents, enfants et enseignants concernés considèrent que cette langue d’origine est inutile, incongrue, voire nuisible ; quand elle ne suscite pas d’hostilité, c’est en termes de « handicap », de « carence » qu’elle est pensée, quasiment jamais en termes de richesse. (2014-Frédérique Sicard Fraisse (agrégée d’arabe, docteur en sociologie)-arabe et construction identitaire)

Témoignage 1 : Mon expérience auprès d'enfants bilingues


L’année dernière, je me suis engagée dans un service civique au sein d’une association. Mon rôle était d’intervenir dans des écoles maternelles auprès de groupes d’enfants afin de développer chez eux la lecture-plaisir. Je devais donc m’adapter à chaque enfant à la fois lors de la conception des séances que dans la mise en place concrète des ateliers. Une des difficultés que j’ai rencontrées était de faire en sorte que les nombreux élèves allophones soient inclus au sein du groupe et puissent, au même titre que les autres, profiter des activités proposées. Pour cela, je me basais beaucoup sur des images, des gestes et imitations et prenais soin de parler de manière intelligible. Les maîtresses étaient souvent démunies face à ces difficultés de communication donc même si ces adaptations me demandaient beaucoup d’investissement, j’étais très heureuse de permettre à ces enfants d’interagir avec le groupe sans en être exclu. En fin d’année, j’ai proposé une séance sur le thème du voyage autour du monde. Le but était que chaque élève allophone montre aux autres à quoi ressemble sa langue. Afin de « transporter » le groupe entier dans une autre culture, je proposais une lecture offerte d’un conte issu du pays d’origine de l’élève. Les réactions étaient très différentes que celles que j’avaient pu observer dans la cour de récréation : les autres enfants posaient des questions et montraient un réel intérêt pour le pays en question, sans rejeter d’emblée des efforts de communication.



Questions :


Les enfants bilingues forment un groupe hétérogène (les langues parlées seront valorisées différemment, les résultats développementaux ne seront pas égaux selon les langues ou dialectes parlés et le lieu et la vitesse de cet apprentissage peuvent également être des facteurs de divergence), les études sont donc difficiles.


L'importance d'une langue nationale commune au sein d'un territoire, d'un pays est très souvent mise en avant par les sociolinguistes. Cependant, c'était notion de langue comme identité et véhiculaire a aussi été comprise par les politiques notamment de régimes autoritaires. En effet, en Chine par exemple, le gouvernement en place insiste sur l'apprentissage du mandarin, que ce soit dans les écoles mais aussi dans les camps qu'ils appellent des "centres de formation professionnelle" où ils forcent l'apprentissage du mandarin à des personnes étrangères tel que les Ouïghours. Le mandarin serait pour eux un moyen de propagande de l'identité chinoise sur leur territoire ainsi que d'obtenir la conformité et la stabilité de leur population.

Repères clés :


Modèles

Lors de l’analyse de l’évolution des pratiques langagières, on constate 2 modèles :

- Le modèle assimilationniste (point de vue sociolinguistique) : effacement de la langue des parents, les enfants n’apprennent pas leur langue maternelle

- Le modèle de l’émigration économique transitoire : favorise une forme de bilinguisme intergénérationnel, l’issue des enfants reste ouverte et dépendra de leur profession, de leur mariage ou du lieu de résidence.

(2006 Migrations et langage -Deprez)


Définition

Diglossie = Situation linguistique d'un groupe humain qui pratique deux langues en leur accordant des statuts hiérarchiquement différents.

(2006 Migrations et langage -Deprez)


En Alsace : Les Turcs constituent la population immigrante et étrangère la + importante.

1964 : immigration turque en Alsace = récent


Pour enfant devenu bilingue avant 4 ans : il existe une partie commune dans l’air de Broca réunissant les zones spécifiques à chacune des deux langues.


Parler français, d’après la loi de 2006, pour les enfants étrangers pouvait faciliter l’accès au droit à séjourner en France.


Les ELCO : enseignements des langues et cultures d’origine.

-> cours facultatifs (1h/semaine) en primaire et parfois au collège. Ce sont des enseignants du pays d’origine qui assurent l’enseignement.

Différentes actions ont été mises en place face aux problèmes dont souffrent les ELCO en termes d’intégration, de visibilité et de valorisation à l’école.





Enfance Adolescence Âge adulte

apprentissage associé au plaisir modification dans la motivation

(langue maternelle fragile et facilement perdu les premières années d'école


-> Apprentissage tout au long de la vie !


Illustrations


Illustration de conséquences sociolinguistiques :

  • Enfants de parents portugais émigrés en France :

> En France : ces enfants parlent le portugais appris par leurs parents.

> Au Portugal : Différence entre leur portugais et celui des jeunes portugais de leur âge + Stigmatisation des « émigrés » = parlent français entre eux. Cela les rapproche des touristes mais l’affectif et l’identitaire les différencies.

(2006 Migrations et langage -Deprez)


Illustration du mélange important des langues grâce au bilinguisme :

La diaspora chinoise : on constate le développement du plurilinguisme, surtout dans le commerce mais aussi de l'adoption d'un véhiculaire commun : le mandarin. Le mandarin n’est pas la langue maternelle mais se développe sous l’effet de la scolarisation (Attention : question de la dictature en place, CF rubrique "Questions").

(2006 Migrations et langage -Deprez)


Illustration de l'importance de la reconnaissance de l'identité des personnes :

Des enfants français dont les parents ont migré en France peuvent être considéré comme "pas français" en raison de leur religion, couleur de peau… = stigmatisation et sentiment de rejet, de mal considération d’une partie de la société. Ainsi : Pas de possible intégration si pas de reconnaissance de l’identité des personnes.

(2014-Lamarre, Intégration & diversité)


Les élèves plurilingues d'origine Turque en Alsace :

Les élèves turcs dans les systèmes éducatifs européens, se trouvent au dernier rang des statistiques sur la réussite scolaire des populations migrantes.

Rapport de l’INSEE en 2012 = population turque vue comme « la dernière de la classe » : « des enfants d’immigrés turcs en situation de sous-réussite », ou « L’inégalité est forte entre les jeunes filles d’immigrés originaires de Turquie et les autres ».

(2014-Ann-Birte Krüger (maître de conférences à l’ESPE de Franche-Comté)-Bilinguisme turque)


La pratique souvent défectueuse d’une langue péjorée :

Beaucoup d’enfants de familles issues de l’immigration maghrébine et vivant en France parlent mal l’arabe. La langue n’est pas utilisée comme outil de réflexion ou d’accès à la connaissance, le lexique s’appauvrit.

Les parents notent avec nostalgie que peu à peu, le français s’impose comme langue de communication familiale.

Pour de nombreux enfants issus de l’immigration maghrébine en France, il est « impoli » de parler arabe dans un lieu public.

L’arabe littéral est le + souvent frappé du même sceau d’inutilité : « ça ne sert à rien, l’arabe ».

(2014-Frédérique Sicard Fraisse (agrégée d’arabe, docteur en sociologie)-arabe et construction identitaire)