Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Vendredi 04 Mars 2022

caricatures de mode

Présentation de notre collection de caricatures

START

Mode du jour par A. ROBIDA

première suite des costumes français pour coiffure depuis 1776 par SAINT AUBIN

Mode, France 19ème siècle. Encore une Crinoline!

01

02

05

06

FASHION DESIGN


03

04

la décadence de la crinoline

Histoire de la Mode

corset le furet

PRéFACE

La mode féminine d'autrefois :

A travers les siècles, la mode des femmes a énormement évolué. Aujourd'hui les goûts, les tendances et le style vestimentaire ne sont plus les mêmes qu'autrefois.
Auparavant, les femmes étaient vêtues de robes extrêmement longues, de gants, de chapeaux, elles avaient des coiffures assez volumineuses. Ce style particulier a été beaucoup caricaturé. Nous allons vous présenter différentes caricatures de mode.
Toutes ces caricatures nous parlent de la mode féminine de différentes époques.

Mode du jour par A. ROBIDA

01

+

Il s'agit d'une caricature de ROBIDA en 1880. C'est un dessin de Presse apparu dans un journal hebdomadaire.

C'est une caricature montrant le coté excentrique des costumes Parisiens de l'époque.

Cette caricature est "muette", il n'y a aucun texte. Elle est mise en avant à travers la page de couverture du Journal intitulé : "LA CARICATURE".

Au XIXe siècle, Robida nous montre à travers cette caricature comment deux femmes Parisiennes, peuvent s'émanciper au centre des mutations urbaines et sociales de cette époque.
Il décrit une mise en scène des "dessins" dans une société qui est encore, à cette époque là, "hostile" et "fermée" aux femmes et à leurs droits.


Il s'agit ici d'une caricature
humoristique mettant en avant
l'excentricité des costumes de deux
femmes parisiennes en 1880.
On remarque le côté élégant grâce
aux chapeaux, aux gants et aux
chaussures portées par ces deux
femmes.
Le coté humoristique apparait grâce
à leurs formes accentuées de façon
surnaturelle. Leurs seins avancent
en remplissant leurs corsets, et
leurs hanches, très volumineuses en
arrière sont également très
accentuées.

Au XIXe siècle, les femmes, grâce à
leur habillement se distinguent dans
la societé. Leurs tenues étaient
élégantes, mais aussi un peu
"extravagantes".
Cette parution, sous un mode
humoristique met à l'honneur une
sensualité féminine.


imago-images.com

première suite des costumes français pour coiffures

02

L'intérêt de cette caricature est de se moquer de l'extravagance des coiffures des femmes à l'époque.

Dans chaque case de cette estampe, la même femme est
représentée avec des tenues différentes à chaque fois, comme pour montrer des jours différents.
Sur chaque dessin, les femmes ont la même "base"
de coiffure et viennent s'ajouter des fleurs, plumes de couleurs différentes...Ces représentations servaient de modèle alors que l'auteur voulait dénnoncer le culte de l'apparence.


+

Il s'agit d'une caricature de Gabriel de Saint-Aubin à la fin du XVIIIe siècle, une estampe issue d'un cahier composé de dix estampes.

C'est également une caricature muette, sans aucune écriture autour.

Cette étrange mode, provoque ainsi plusieurs interrogations et débats sur la caricature, mélant l'ironie à la philosophie.

Au temps de Louis XVI, les coiffures des femmes ont pris des formes très extravagantes, exagérées. Cette caricature met alors en scène des dames coiffées.

Les coiffures des femmes exigeaient des heures de patience et de supplice afin de subir la confection de centaines de papillotes et il n'était pas rare qu'une élégante se fasse coiffer la veille et passait ensuite la nuit sur une chaise pour ne pas défaire le savant et fragile édifice.

https://histoire-image.org/fr/etudes/gravures-mode

la décadence de la crinoline

03

https://histoire-image.org/fr/etudes/crinoline-tous-ses-etats+


Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Nous avons ici une lithographie coloriée d'un caricaturiste anonyme qui dénonce de façon humoristique plusieurs évènements autour des crinolines, que portaient sous leurs jupes les femmes au XIXème siècle.

L’auteur a rassemblé toutes les situations dans lesquelles les femmes pouvaient faire face en portant leurs crinolines tous les jours, mais aussi tous les problèmes causés par ses énormes ballons.
Le dessinateur se moque d’abord de ce vêtement élitiste en le faisant porter par des hommes, qui s’en sont habillés pour le carnaval.
Il s’amuse avec la forme de la crinoline, qui concurrencerait celle du dromadaire, puis montre les quelques risques anodins : en pareille tenue, difficile de monter dans une voiture à cheval sans encombrer la voie publique et s’attirer les remontrances d’un gendarme.
De plus, ce fardeau peut facilement s’enflammer, ce qui nécessiterait l’intervention des pompiers. La disparition progressive de la crinoline amène le « recyclage » : abandonnées sur la voie publique, les crinolines sont utilisées par des paysans comme épouvantail. Enfin, le caricaturiste ne manque pas de relever l’ambiguïté de cette tenue : le diable lui-même s’habille en crinoline ou attise le feu sous la jupe.
Les images sont décrites par de petites phrases sous chacune d'entre elles.(Difficile à lire sur ce documlent)

Histoire de la Mode

04

Nous avons ici une caricature datant du XVIIIe siècles. C’est une gravure, dénonçant les excès de la mode féminine. Au XVIIIe siècle, en France, sous le règne de Louis XVI la mode féminine s'intensifia avec un nombre croissant de femmes de la bourgeoisie et de l'aristocratie qui déclaraient y succomber pour imiter la reine. Nous pouvons observer une femme entourée de son mari et d’un enfant. Derrière elle se trouve un homme de couleur de peau noire qui tient avec une sorte de fourche en fer la longue et imposante perruque de cette dame, l’homme sert ici de commis pour rôle de superviser la perruque. La femme porte également une longue robe qui touche le sol, un bouquet de fleurs et un éventail dans la main gauche. La perruque est ici un réel signe de richesse surtout pour la femme mais également pour l’homme. Aujourd’hui de telles perruques et un tel accoutrement seraient ridicules et n’éprouveraient aucun signe de richesse mais plutôt un simple déguisement.

https://www.akg-images.fr/archive/Caricature-denoncant-les-exces-de-la-mode-feminine---Gravure--18e-siecle-2UMEBMYU826V4.html

corset le furet

05

L'artiste est Leonetto Cappiello, il a sorti cette caricature au XXeme siècle plus précisément en 1901.
Le port du Corset s'est généralisé au XXeme siecle. Il est vu comme un accesoire que toute les femmes doivent porter pour faire ressortir les formes et rondeurs de leurs silhouettes. La caricature est une affiche publicitaire, on aperçoit que la femme représentée sur cette affiche publicitaire a des cheveux roux, la peau assez pale et un corset rouge. Elle penche sa tête vers l'arrière en laissant apparaitre un léger sourire sur son visage. Au dessus du cadre ou est représentée cette femme, il est inscrit "hygiène souplesse élégance"et un plus en bas, on constaste qu'il y a écrit "Donne la souplesse de l'Orientale avec la Grâce Française".
La forme du Corset change et les robes deviennent plus collantes autour de 1900. Le corset enveloppe donc le buste jusqu'aux hanches des femmes. L'auteur a fait cette affiche dans la dynamique qui anime sa composition mais aussi dans l'idée du délaçage du Corset. On retrouve ici, une femme rousse portant un corset pour marquer sa taille fine et accentuer sa posture, ses hanches.
Le coté humoristique de l'oeuvre est que la femme est peu vetue et à l'époque cela pouvait être très mal vu... La caricature est en mouvement on a donc l'impression que la femme est vivante.
La beauté de l'affiche est sensible par le travail de l'illustrateur avec des couleurs vives comme le rouge du corset de la femme ou le jaune du fond du cadre.
Leonetto Cappiello a représenté sa femme de Cappiello en mouvement, mouvement traduit par la ligne, souple et puissante, qui donne à l’affiche son impulsion et la rend vivante.
Ainsi l’élégance et la souplesse que vante l’affiche sont rendues sensibles par le travail de l’illustrateur.

https://histoire-image.org/fr/etudes/fin-corset-liberation-corps-femme

06

L'oeuvre est realisée par un caricaturiste anonyme , cette lithographie du XIXe siècle, est un exemple de ce que publiaient les journaux de l'époque . On peut voir sur cette caricature en noir et blanc que les robes ne sont pas normales , elles sont volumineuses, larges et longues.

L'oeuvre est composée de plusieurs vignettes qui sont dans un ordre chronologique, la vignette intermédiaire a pour rôle, sur le ton de la satire, de montrer la disparition de la crinoline.
Le retour de la mode de la crinoline vers 1855 apporte aux femmes un nouveau bien-être. Elles ne sont plus entravées dans leurs mouvements par d’innombrables jupons et peuvent au moins remuer les jambes librement sous leur cage métallique. Mais, à l’usage, la crinoline se révèle porteuse d’autres menaces, elle devient alors un sujet d’étude pour les caricaturistes.
Le jupon que porte les femmes sur cette caricature est structuré par plusieurs cerceaux métalliques souples, cousus dans le tissu ou accrochés autour de la taille par un système de cordon. Il se moque de la forme de la crinoline (jupon avec une armature composée de cerceaux qui donnait de l'ampleur), ici au niveau de la largeur de la robe.
Enfin le carricaturiste nous montre la véritable enceinte dressée autour de la femme, elle est aussi à l’évidence un instrument de séduction.



https://www.agefotostock.com/age/en/details-photo/fashion-france-19th-century-encore-une-crinoline-another-crinoline-caricature-of-the-fashion-of-the-second-empire/DAE-86023116

Mode, France 19ème siècle. Encore une Crinoline!

Dossier réalisé par :


Capucine Boutet

Mathys Prouteau

Osae Jallerat

/

/