Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Littérature d'idées et presse du XIX° au XXI° siècle

La littérature en procès: Madame Bovary, Flaubert

De quoi parle-t-on?

On peut en rire...

L'alchimie d'un roman

Le procès

Le roman résumé en BD

Réactions au réquisitoire

Quelques ressources audio

S'appuyer sur la grammaire pour lire

Caricatures

A vous d'argumenter

Réquisitoire d'E. Pinard

Les personnages

Prenez le temps de lire cette planche de BD d'Yves Chaland avant de passer à la suite

Les personnages

Je suis un médecin

J'aime lire des romans

Je travaille chez un notaire

Je suis le premier amant d'Emma

D'abord, je n'ose pas avouer mon amour à Emma

Emma n'est pas satisfaite avec moi: je ne lui suffis pas.

Léon

Le message "Impossible de charger le contenu enrichi" est normal -->

Emma

Rodolphe


C'est cela

Vous allez pouvoir briller en société... ou presque

Charles


Déplacez ces éléments pour les associer au personnage qu'ils désignent

Pour répondre aux questions, cliquez sur les questions 2 , 5

puis 8 et 10.

L'"adultère est puni" parce qu'Emma Bovary n'est pas heureuse et finit par se suicider.

Quelle image du lecteur apparaît dans cette phrase ?

Recherchez l'étymologie du verbe "séduire" employé dans la phrase suivante; quel est donc le pourvoir de la littérature?

Pour ceux qui ont besoin d'être guidé dans leur réponse, cliquez sur la phrase du texte qui présente les lecteurs du roman .

Trouvez de nouveaux éléments de réponse dans les paragraphes des la 1ère et de la dernière partie du texte.

1° partie

2° partie

2° partie

3° partie

3° partie

1° partie

« On nous dira comme objection générale : mais après tout, le roman est moral au fond, puisque l’adultère est puni ?
À cette objection, deux réponses : je suppose l’œuvre morale, par hypothèse, une conclusion morale ne pourrait pas amnistier les détails lascifs qui peuvent s’y trouver. Et puis je dis : l’œuvre au fond n’est pas morale.

Facile! Pour prouver que vous avez bien compris le texte:

1) Reformulez la thèse défendue par E. Pinard
2) Reformulez ses 2 arguments
3) Notez le plan du texte en donnant un titre à chaque partie

Je soutiens que le roman de Madame Bovary, envisagé au point de vue philosophique, n’est point moral. Sans doute madame Bovary meurt empoisonnée ; elle a beaucoup souffert, c’est vrai ; mais elle meurt à son heure et à son jour, mais elle meurt, non parce qu’elle est adultère, mais parce qu’elle l’a voulu ; elle meurt dans tout le prestige de sa jeunesse et de sa beauté ; elle meurt après avoir eu deux amants, laissant un mari qui l’aime, qui l’adore, qui trouvera le portrait de Rodolphe, qui trouvera ses lettres et celles de Léon, qui lira les lettres d’une femme deux fois adultère, et qui, après cela, l’aimera encore davantage au-delà du tombeau. Qui peut condamner cette femme dans le livre ? Personne. Telle est la conclusion. Il n’y a pas dans le livre un personnage qui puisse la condamner. Si vous y trouvez un personnage sage, si vous y trouvez un seul principe en vertu duquel l’adultère soit stigmatisé, j’ai tort. Donc, si dans tout le livre, il n’y a pas un personnage qui puisse lui faire courber la tête, s’il n’y a pas une idée, une ligne en vertu de laquelle l’adultère soit flétri, c’est moi qui ai raison, le livre est immoral ! »

Je dis, messieurs, que des détails lascifs ne peuvent pas être couverts par une conclusion morale, sinon on pourrait raconter toutes les orgies imaginables, décrire toutes les turpitudes d’une femme publique, en la faisant mourir sur un grabat à l’hôpital. Il serait permis d’étudier et de montrer toutes ses poses lascives ! Ce serait aller contre toutes les règles du bon sens. Ce serait placer le poison à la portée de tous et le remède à la portée d’un bien petit nombre, s’il y avait un remède. Qui est-ce qui lit le roman de M. Flaubert ? Sont-ce des hommes qui s’occupent d’économie politique ou sociale ? Non ! Les pages légères de Madame Bovary tombent en des mains plus légères, dans des mains de jeunes filles, quelquefois de femmes mariées. Eh bien ! lorsque l’imagination aura été séduite, lorsque cette séduction sera descendue jusqu’au cœur, lorsque le cœur aura parlé aux sens, est-ce que vous croyez qu’un raisonnement bien froid sera bien fort contre cette séduction des sens et du sentiment ? Et puis, il ne faut pas que l’homme se drape trop dans sa force et sa vertu, l’homme porte les instincts d’en bas et les idées d’en haut, et, chez tous, la vertu n’est que la conséquence d’un effort, bien souvent pénible. Les peintures lascives ont généralement plus d’influence que les froids raisonnements. Voilà ce que je réponds à cette théorie, voilà ma première réponse, mais j’en ai une seconde.

Placez les étiquettes ci-dessous au début et à la fin de chaque mouvement du texte.

Dégager la progression du texte

La situation d'énonciation

España

Repérez les différentes marques de l'énonciation dans le texte

Qui parle ? À qui ?

Je --> Pinard, procureur

Non

nous --> Pinard + les juges du procès, il s'agit ici de créer une complicité avant même le jugement.

On --> pronom indéfini, Pinard ne nomme pas son adversaire.

Non

Non

Non

vous --> adresse générale aux juges pris tous ensemble.

messieurs --> ceux qui vont juger le roman. On peut remarque rque ce sont tous des hommes

Non

Non

España

Identifiez les autres marques de l'oralité et analysez-les.

Les marques de l'oral

1

- les types de phrases, interrogatives et exclamatives, soulignent l'oralité et rendent la plaidoirie plus vivante:

- les interrogations instaurent une sorte de dialogue avec l'interlocuteur et rendent l'écoute plus active

- les exclamations soulignent les sentiments de celui qui parle et donc son implication dans le discours, ses émotions


- les interjections qui sont propres à l'oral: par exemple "eh bien"


- le champ lexical de la parole: ici les verbes "dire", "répondre"... qui rappellent sans cesse la dimension orale de ce texte.


1- Repérez et reformulez les arguments de Flaubert et de son avocat.
2- S'opposent-ils à Pinard à propos du rôle moral de la littérature?
3- Quels exemples cite Flaubert ? En quoi sont-ils efficaces selon vous?

S'appuyer sur la grammaire pour lire

Première approche

1 - observez la ponctuation et dites combien de phrases constituent ce texte

2 - faites la liste des verbes conjugués et délimitez ainsi les propositions.

3 - Laquelle de ces propositions est-elle la principale? Pourquoi?

VALIDER

« Attendu qu’à ces divers titres l’ouvrage déféré au tribunal mérite un blâme sévère, car la mission de la littérature doit être d’orner et de récréer l’esprit en élevant l’intelligence et en épurant les mœurs plus encore que d’imprimer le dégoût du vice en offrant le tableau des désordres qui peuvent exister dans la société ; [...]
Attendu que Gustave Flaubert proteste de son respect pour les bonnes mœurs, et tout ce qui se rattache à la moralité religieuse ; qu’il n’apparaît pas que son livre ait été, comme certaines œuvres, écrit dans le but unique de donner une satisfaction aux passions sensuelles, à l’esprit de licence et de débauche, ou de ridiculiser des choses qui doivent être entourées du respect de tous ;
« Qu’il a eu le tort seulement de perdre parfois de vue les règles que tout écrivain qui se respecte ne doit jamais franchir, et d’oublier que la littérature, comme l’art, pour accomplir le bien qu’elle est appelée à produire, ne doit pas seulement être chaste et pure dans sa forme et dans son expression ;
« Dans ces circonstances, attendu qu’il n’est pas suffisamment établi que Pichat, Gustave Flaubert et Pillet se soient rendus coupables des délits qui leur sont imputés ;
« Le tribunal les acquitte de la prévention portée contre eux et les renvoie sans dépens. »

Quelle est la nature des locutions en rouge ?

Quel mot est sous-entendu devant les 2 "qu'" en vert ?

Quelle circonstance est introduite par ces locutions: temps, cause ou conséquence ?

Quelle est la nature de qui dans les propositions en bleu? ?

Le mot "car" (l.2) introduit-il une proposition subordonnée?

Combien de propositions subordonnées de cause justifient le verdict dans cet extrait ?

La répétition des subordonnées de cause inr-troduites par "attendu que " montre qu'il s'agit d'un texte non littéraire mais juridique.

Se servir de la grammaire pour comprendre le texte

« Attendu qu’à ces divers titres l’ouvrage déféré au tribunal mérite un blâme sévère, car la mission de la littérature doit être d’orner et de récréer l’esprit en élevant l’intelligence et en épurant les mœurs plus encore que d’imprimer le dégoût du vice en offrant le tableau des désordres qui peuvent exister dans la société ; [...]
Attendu que Gustave Flaubert proteste de son respect pour les bonnes mœurs, et tout ce qui se rattache à la moralité religieuse ; qu’il n’apparaît pas que son livre ait été, comme certaines œuvres, écrit dans le but unique de donner une satisfaction aux passions sensuelles, à l’esprit de licence et de débauche, ou de ridiculiser des choses qui doivent être entourées du respect de tous ;
« Qu’il a eu le tort seulement de perdre parfois de vue les règles que tout écrivain qui se respecte ne doit jamais franchir, et d’oublier que la littérature, comme l’art, pour accomplir le bien qu’elle est appelée à produire, ne doit pas seulement être chaste et pure dans sa forme et dans son expression ;
« Dans ces circonstances, attendu qu’il n’est pas suffisamment établi que Pichat, Gustave Flaubert et Pillet se soient rendus coupables des délits qui leur sont imputés ;
« Le tribunal les acquitte de la prévention portée contre eux et les renvoie sans dépens. »

La proposition principale est plus courte pour lui donner un aspect définitif, c'est une sorte de chute.

La construction des phrases est maladroite parce que n'est pas un écrivain qui l'a écrit.

La multiplication des subordonnées de cause montre que le juge n'est pas sûr de convaincre son auditoire.

Dites si les propositions d'interprétation en bleu sont vraies ou fausses en les déplaçant sous l'icône qui convient

Les propositions subordonnées de temps permettent à ce verdict d'être précis sur sa portée.

Caricatures

1 - Décrivez ces deux illustrations. À quoi voit-on qu'il s'agit de caricatures?

2- Qu'est-ce qui est reproché à Pinard dans ce dessin? Par quels moyens?

3- Que tient Flaubert dans ses mains? Quelle image cela donne-t-il de sa conception de l'écriture?

Une caricature est une représentation graphique (peinture, dessin, etc.) d'une ou plusieurs personnes figurées volontairement de manière grotesque, bouffonne, burlesque, humoristique, avec la volonté de les tourner en dérision, de les ridiculiser. La caricature, souvent réalisée de manière schématique, exagère ou déforme des traits physiques considérées comme caractéristiques de la personne. Elle est très utilisée par la presse depuis le XIXe siècle.

Caricature de Gustave Flaubert par A. Lemot. La Parodie, 5-12 décembre 1869.

Caricature d'E. Pinard par Hippolyte Mailly dans Le Pilori, 1857

A votre tour d'argumenter

Deux lectures contemporaines de Mme Bovary

1- Dans quelle mesure ces deux adaptations font-elles échos à des débats de la société d'aujourd'hui?

2- En quoi s'agit-il de deux lectures argumentatives du roman?
3- Trouvez-vous ces adaptations intéressantes ou enrichissantes pour la lecture d'une oeuvre classique?


Christian Creseveur @ChCreseveur 9 janv. 2018
Après #Carmen pourquoi pas Mme Bovary?

Lecture en 10 épisodes du roman

Histoire du procès racontée

Lecture du réquisitoire d'E. Pinard

La censure impériale en 1857

L'histoire , vue par Charles Bovary