Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Watch

Polichinelle est beaucoup de choses, il y a ceux qui disent que Polichinelle est le vrai mal d’un peuple entier, exemple de servilité et de soumission. Pour d’autres Pulcinella, par contre, c’est un esprit philosophique et moqueur qui s’oppose avec une ironie émouvante à la domination et à l’autorité. Voilà ce qu’a été Troisi, qui exprimait sa veine comique précisément dans la direction opposée aux autorités, des clichés et qui pour cela, souvent, a également eu des problèmes avec la censure. Pulcinella est un masque napolitain bien connu et l’un des plus populaires italiens Fiorillo, l’inventeur, le représentait bossu avec blouse et pantalon blanc de porteur, spatule à la ceinture, chapeau bicorne, moustache et barbe. Quant au nom, dû à la voix ou au nez proéminent signifie "petit poussin". est le masque de Naples le plus ancien. Elle est effrontée, bavarde et avec son ironie se moque des puissants et des politiciens. Déjà connue à l’époque des Romains et disparue avec le christianisme, le masque de Pulcinella est ressuscité en 1500 avec la Commedia dell’Arte. Pulcinella n’est pas un simple masque, mais il incarne l’âme même de Naples et de son peuple, mais comment un personnage à l’aspect funèbre peut-il représenter le peuple napolitain, connu dans le monde pour son ensoleillement et sa joie? Les rôles que ce masque recouvre dans la comédie de l’art sont nombreux et symbolisent tant les défauts que les qualités du peuple napolitain. Pulcinella est à la fois comique et tragique, naïf et rusé, fiable et arrogant, riche et pauvre. Pulcinella se confirme comme une figure à mi-chemin entre homme-femme, ville-campagne, démon-saint, un dualisme qui, à bien des égards, représente l’âme païen-chrétienne de la culture populaire napolitaine.

Voilà le fantastique Massimo Troisi, l'acteur le plus connu de Naples qui dans le février 1970 mit en ’E spirete dint' 'a casa ‘e Pulcinella. Troisi a commencé à se déguiser en Polichinelle dans les spectacles du dimanche, mais, décida de se détacher du canevas du XVI siècle et de le transformer en une forme de divertissement de la comédie moderne. Massimo dans le célèbre masque de polichinelle, il voyait une force nouvelle, cachée. «J’ai commencé à écrire» raconta Troisi. «J’écrivais déjà des poèmes, mais seulement pour moi, puis j’ai commencé à improviser avec la fantaisie, pour ensuite revenir au scénario. Il y avait Polichinelle-ouvrière, et des choses comme ça. Je trouvais cette figure fatiguée. Je pensais qu’il fallait être napolitain, mais sans masque, maintenir la force de Pulcinella : l’embarras, la timidité, le fait de ne jamais savoir de quelle porte entrer et ses phrases candides».

Cliquez sur ce lien. Une vidéo de l'acteur Eduardo De Filippo (très aimé par le Président de la République française Macron).