Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Contamination

Activité 2

Le VIH (virus de l'immunodéficience humaine), responsable du SIDA, est majoritairement transmis lors de rapports sexuels non protégés. Dans ce cas, le virus pénètre au niveau des muqueuses génitales lors de contacts avec des sécrétions génitales infectées. Ce virus s'attaque ensuite aux lymphocytes T, une catégories de cellules de défense de l'organisme. Ainsi, l'individu voit tout au long de sa vie, son taux de cellules de défense diminuer et devient incapable de se protéger des autres micros-organismes infectieux. Sans traitement, l'individu meurt des ces maladies dites "opportunistes" dont il ne peut se prémunir.

Les tentatives de mise au point d'un vaccin ont aujourd'hui toutes échoué à cause du caractère particulièrement complexe du virus (attaque des cellules de défense, fort taux de mutation). Des traitements existent mais la guérison est à l'heure actuelle impossible. Le seul moyen d'éviter la contamination est donc le port du préservatif lors d'un rapport sexuel.

.

La mycose vaginale est due à des champignons, la plupart du temps des levures du type Candida albicans, d’où le nom de candidoses. Provoquant des symptômes gênants, cette infection vaginale nécessite toujours un traitement.


Les mycoses, ou candidoses, vaginales entraînent des démangeaisons ainsi que l’inflammation de la vulve et du vagin. Elles sont dues à des levures qui vivent habituellement sur les muqueuses génitales sans provoquer de symptômes. Diverses circonstances peuvent provoquer leur multiplication au niveau de cette muqueuse. Par exemple, un traitement antibiotique, un affaiblissement du système immunitaire, la grossesse, la prise de pilule contraceptive, le diabète, la pratique abusive de douches vaginales, ou le port de vêtements et de sous-vêtements synthétiques.

Des traitements adaptés, à base d’anti-fongique (molécules contre les champignons microscopiques) permettent la plupart du temps de mettre fin à la mycose.


photographie en microscopie électronique



Le micro-organisme pathogène responsable de la listériose est la bactérie Listeria monocytogenes. Du fait de son caractère ubiquitaire (présence dans l’eau, le sol, les végétaux), cette bactérie a la capacité de coloniser les sites de fabrication des aliments. En conséquence, elle est à l’origine d’infections d’origine alimentaire en traversant la muqueuse intestinale et donc d’épidémies en cas de diffusion large de l’aliment contaminé. Elle entraîne une infection du sang ou du cerveau, ainsi qu'un risque important pendant une grossesse. .


Etapes du cycle d'infection de la bactérie Listeria monocytogenes

Les gastro-entérites aiguës hivernales sont principalement d’origine virale (mais elles peuvent provenir de contaminations bactériennes), avec une circulation dominante des norovirus et des rotavirus. Les norovirus sont responsables de gastro chez les personnes de tous âges alors que les rotavirus touchent majoritairement les enfants de moins de 5 ans.

Le rotavirus est un virus assez résistant dans l'environnement. Il se transmet par les mains, par les selles et par tous les objets souillés par les selles ou des gouttelettes de vomissement : les couches, les doudous, les jouets, les poignées de porte, le lit. La gastro est donc contagieuse durant toute la durée des symptômes et quelques jours après. Pour limiter la propagation du virus, il faut bien se laver les mains et respecter les gestes barrières.

Après une période d’incubation de 24 à 72 heures où le rotavirus se développe dans les cellules de la muqueuse digestive (intestin grêle), la gastro-entérite aiguë virale se manifeste par de la diarrhée et/ou des vomissements accompagnés ou non de nausées, de douleurs abdominales et parfois de fièvre. La déshydratation aiguë en est la principale complication. Elle survient le plus souvent aux âges extrêmes de la vie, chez les jeunes enfants et les personnes âgées.

Les antibiotiques ne sont pas utilisés dans le traitement des gastro-entérites d’origine virale. Afin d’éviter des complications de la diarrhée aiguë, la réhydratation précoce à l'aide des solutés de réhydratation orale (SRO) est la meilleure prévention.

La grippe est une maladie infectieuse causée par un virus nommé Influenza. Ce virus se transmet par l'inhalation de gouttelettes de salive, de postillons ou d'éternuements émis par une personne infectée (mais aussi par les mains/en touchant un objet puis sa bouche/son nez car le virus de la grippe peut survivre 24h sur une surface dure). Les virus pénètrent ensuite dans les cellules ciliées qui forment la muqueuse respiratoire (trachée et bronches, rarement celle des poumons), s’y multiplient et entrainent l’apparition brutale d’une forte fièvre, de douleurs musculaires, de maux de tête, d’une sensation de profond malaise, d’une toux sèche, d’une gorge irritée et d’une rhinite.


La grippe saisonnière touche plus de 2 millions de personnes chaque année en France et en tue entre 1000 et 4000 de façon directe. C’est, en France, la première cause de mortalité par maladie infectieuse. A l’échelle planétaire, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que les grippes sont responsables de 250 000 à 500 000 décès par an dans le monde.

De plus, les virus grippaux, facilement transmissible et dont le génome (matériel génétique ADN/ARN) évolue rapidement en permanence, constituent des candidats potentiels à l’émergence d’épidémies plus sévères et de grande ampleur. Cette maladie est très contagieuse : elle peut contaminer 5 à 10% de la population dans les pics d’épidémie.


Le tétanos est une maladie infectieuse touchant l'être humain et autres animaux. Il est dû à une infection par la bactérie Clostridium tetani produisant une toxine ciblant le système nerveux. Cette toxine est l'un des plus puissants poisons biologiques connus. Elle entraîne la mort dans 20 à 30 % des cas. Toute effraction cutanée, même minime, contaminée par la terre, la poussière, les déjections animales peut être la porte d'entrée des bactéries tétaniques. Le plus souvent, il s'agit de plaies accidentelles : abrasions, lacérations, griffures, fracture ouverte, etc. Tout acte qui perce la peau ou les muqueuses avec des instruments mal stérilisés est susceptible de transmettre le tétanos. C'est particulièrement le cas des régions les plus pauvres des pays en développement (manque de moyens, ou pratiques traditionnelles) : injection, tatouages, scarifications, piercings, circoncision, excision, section du cordon ombilical, etc. L'accouchement et l'interruption de grossesse en mauvaise conditions hygiéniques sont aussi des portes d'entrées.


La guérison s'obtient après plusieurs jours ou semaines d'hospitalisation en réanimation et soins intensifs. Dans les pays développés, si cette maladie est en voie de disparition, elle persiste encore par insuffisance de vaccination. Ailleurs, elle touche surtout les accouchées et les nouveau-nés des régions les plus pauvres, du fait d'une absence d'hygiène et de vaccination.

Cette maladie n'est ni immunisante (il est possible d'être infecté plusieurs fois), ni contagieuse (pas de transmission de personne à personne). Elle n'est pas éradicable car les bactéries sont en permanence dans le sol et l'environnement, mais elle est totalement évitable par la vaccination et l'hygiène des plaies.


Photographie en microscopie électronique des bactéries Clostridium tetani

Les angines sont des infections des amygdales voire de l’ensemble du pharynx. La majorité des angines sont d’origine virale, toutefois, elles peuvent être d’origine bactérienne. Le streptocoque, principalement Streptococcus pyogenes est alors le premier agent bactérien en cause. L’angine streptococcique représente 25 à 40% des angines de l’enfant et 10 à 25 % des angines de l’adulte.

Streptococcus pyogenes est une bactérie spécifique de l'homme, qui constitue ainsi son seul réservoir d'évolution et de dissémination. Il existe un portage asymptomatique au niveau de la peau, ce qui signifie que les bactéries peuvent être présentes en très faible quantité tout en restant discrètes vis-à-vis du système immunitaire.


Le virus ou la bactérie responsable de l'angine, présents chez une personne malade ou n'ayant pas de symptômes (personne porteuse saine), sont transmis par l’air, lors de toux ou d’éternuements, par contact physique ou par contact avec des objets eux-mêmes contaminés par des sécrétions du nez ou de la gorge (jouets, mouchoirs, téléphone, etc.)


Lorsque les bactéries traversent la muqueuse respiratoire et atteignent les amygdales, l'angine se manifeste alors par un mal de gorge avec des difficultés rencontrées lors de la déglutition accompagné de fièvre. Elles évoluent la plupart du temps favorablement en 3-4 jours, même en l’absence de traitement antibiotique, mais peuvent donner lieu à des complications potentiellement graves qui justifient la mise en œuvre d’une antibiothérapie.


Le diagnostique entre angine virale et angine bactérienne est très important car le traitement sera différent : en effet, contre les virus, les antibiotiques sont inefficaces!



Le paludisme est une maladie provoquée par des parasites du genre Plasmodium. Cette maladie cause aux alentours d’un million de victimes par an dans le monde. Environ 40% de la population mondiale est exposée à la maladie et 500 millions de cas cliniques sont observés chaque année. Le parasite est transmis lors de la piqûre d'un moustique (Anopheles) qui, après avoir franchi la peau et les vaisseaux sanguins, se développe dans les globules rouges de l'individu.

Les symptômes se manifestent par une fièvre élevée (41-42°C), des troubles neurologiques graves avec des troubles de la conscience (convulsions, coma, signes de méningite) et divers signes généraux (anémie importante, hypoglycémie, trouble de la coagulation et hémorragies, atteinte du foie et des reins). En l'absence de traitement, le paludisme peut mener au décès.


En 2020, on estimait à 241 millions le nombre de cas de paludisme dans le monde. Le nombre estimé de décès imputables au paludisme s’est élevé à 627 000 en 2020. En 2020, 95% des cas de paludisme et 96% des décès dus à la maladie ont été enregistrés en Afrique. Les enfants de moins de 5 ans représentaient, d’après les estimations, 80% de l’ensemble des décès dus au paludisme dans la Région.


Infection

Virus

Bactérie

Un virus ne peut se reproduire seul : il doit utiliser les éléments d'une cellule pour fabriquer chacun de ses composants. Lorsqu’un virus pénètre dans une cellule, il s’y multiplie alors puis sort en détruisant la cellule : c’est l’infection. Chaque cellule infectée libère des milliers de virus dans le corps, chacun pouvant pénétrer dans une nouvelle cellule.

Les bactéries trouvent dans les liquides de notre organisme les conditions favorables à leur multiplication (température de 37°, humidité et nutriments).

Des chercheurs ont mesuré le développement des bactéries responsables du tétanos dans le sang après contamination, les résultats sont donnés dans le tableau ci-dessous :

Temps en minutes

0

20

40

60

120

180

200

Nombre de bactéries

1

2

4

8

16

512

1024

Lorsque le nombre de bactéries augmentent dans les liquides de l'organisme, alors on parle d'infection.