Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Choisir sa contraception

Mme Nasarre

Protégeons-nous

La pilule

Mais quand la prendre ?

Mais
comment la pilule empêche une grossesse ?

©Pénélope Bagieu

Les pilules contraceptives classiques contiennent 2 types d’hormones de synthèse :

des oestrogènes et de la progestérone .

Ces hormones permettront de stopper l'ovulation.

Leur quantité est choisie en fonction de votre propre taux hormonal.

Lorsqu’on oublie la prise durant 24h, la protection contraceptive n’est plus assurée.

Lorsque la pilule est correctement prise, son efficacité est de 91%.

Risques et effets secondaires :


  • Des risques plus élevés d'accidents vasculaires (AVC), d'infarctus, de thrombo-embolies
  • Des effets secondaires :

- nausée

- prise de poids

- rétention d'eau

- maux de tête

- baisse de la libido

- trouble de l'humeur

- poussée d'acné



Elle coûte en moyenne une dizaine d'euros par mois.

Elle est en partie remboursée.

Les femmes en prennent une par jour, de préférence à heure fixe.


Il existe de 2 types de plaquettes :

- celles de 21 comprimés (la 1ère pilule se prend le premier jour des règles, et au bout de 21 jours, on arrête de la prendre pendant 7 jours au cours desquels les règles surviennent).

-celles de 28 comprimés : comme il n’y a pas d’arrêt, cela permet d’éviter les oublis (on prend une pilule tous les jours, mais les 7 dernières pilules ne contiennent pas d’hormones).

Hormones

Glaire cervicale

Utérus

Les modifications du corps

Le pic de LH et de FSH est normalement responsable de l'ovulation.

Source : Livre de SVT, Terminale S, Bordas 2002


Vous pouvez comparer la quantité de LH et FSH (deux hormones présentes chez la femme) sans pilule puis avec la pilule.

Schéma de l'appareil reproducteur avec ou sans prise de pilule
Source : Livre de SVT, Première S, Nathan 2011


Noter les différences pour l'ovulation, l'épaisseur de l'endomètre et la présence de la glaire cervicale (au niveau du col de l'utérus).


Photo de l'aspect de la glaire cervicale sans pilule (à gauche) et avec pilule (à droite)


Source : Livre de SVT, Terminale S, Hatier 2002


Mettre en relation cette différence avec la capacité de passage pour les spermatozoïdes.

Le stérilet

Hormonal

En cuivre

©Pénélope Bagieu

Les actions du stérilet ou DIU (Dispositif Intra-Utérin)

Il est placé par un médecin, en général le gynécologue.

Ce type de stérilet renferme des hormones qui agissent sur l'utérus.

Il peut avoir des effets secondaires semblables à ceux de la pilule.

Ce type de stérilet est posé de cuivre, il rend les spermatozoïdes inactifs.

Il coûte entre 30 (pour le stérilet en cuivre) et 120 € pour le stérilet hormonal).

Il reste en moyenne 4 à 10 ans dans le corps de la femme.

Il est en partie remboursé.

Efficacité : environ 99 %

Dispositif Intra Utérin

(appelé aussi stérilet)

C’est un dispositif contraceptif, en forme de «T» qui mesure autour de 3 cm de long.

Le médecin ou la sage-femme l’insère dans l'utérus.


Le préservatif masculin

©Pénélope Bagieu

Il coûte entre 50 et 70 centimes d'euros en pharmacie et en grande surface.


Il peut être disponible gratuitement au centre de planification familiale

ou dans les infirmeries des établissement scolaires.

Il se déroule sur le pénis en érection avant la pénétration.

Le préservatif doit être changé à chaque rapport sexuel, entre chaque pénétration.

Il ne faut jamais mettre deux préservatifs l’un sur l’autre.

S’il est parfaitement utilisé, le préservatif ne connaît que 2 % d'échecs.

Mais dans la vie courante, avec le glissement de préservatif, les ruptures, ou quand il est mis trop tard, les échecs peuvent être plus importants, allant jusqu'à 15% pour le préservatif masculin.

Le préservatif masculin est une gaine en latex ou en polyuréthane (en cas d'allergie au latex) qui va retenir le sperme et empêcher le contact entre les muqueuses.

C'est donc une contraception mécanique.


Le préservatif empêche la rencontre entre les spermatozoïdes et l'ovule.


ET


Le préservatif protège des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) comme par exemple le SIDA, les chlamydiae, la syphilis ...

©Pénélope Bagieu

Le préservatif féminin

Il se place dans le vagin, afin de recevoir le sexe masculin au moment de la pénétration.

Il peut être mis en place plusieurs heures avant le rapport sexuel.

Il doit être changé à chaque rapport sexuel.



Il coûte environ 3€ l'unité.


Il peut être disponible gratuitement au centre de planification familiale

ou dans les infirmeries des établissement scolaires.

Parfaitement utilisé, le préservatif féminin est efficace à 95%.

Mais, si on prend en compte les erreurs d’utilisation (problème de pose notamment), son efficacité peut être réduite à 79%.

Le préservatif féminin est une gaine en nitrile ou en polyuréthane munie

d’un anneau souple aux deux extrémités.

Le préservatif empêche la rencontre entre les spermatozoïdes et l'ovule.


ET


Le préservatif protège des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) comme par exemple le SIDA, les chlamydiae, la syphilis ...

Les spermicides

©Pénélope Bagieu

Sous forme de crèmes, de gel ou d'ovules insérés au fond du vagin.


Les spermicides tuent les spermatozoïdes, dans le vagin de la femme.

On peut les utiliser seuls mais il est fortement recommandé de les utiliser en association avec une méthode dite "barrière" comme le préservatif par exemple.


Leur efficacité est très aléatoire : on constate entre 18 et 29 % d'échecs de contraception avec l’utilisation des spermicides.


En effet, leur efficacité dépend largement de leur utilisation :

le moment où on doit les utiliser varie selon le type de spermicide et selon sa durée d’action.

Ils coûtent entre 5 à 20€ environ.

L'implant

©Pénélope Bagieu

Le médecin ou la sage-femme insère l'implant sous la peau du bras, au moyen d'un applicateur contenant une aiguille spéciale.

Avant l'insertion le professionnel de santé vous fera une anesthésie locale afin de limiter la douleur.


L'implant fait 4 cm de long.

Vous pouvez demander à faire enlever l’implant dès que vous le souhaitez.

Le praticien anesthésiera de nouveau la peau, puis pratiquera une petite incision et retirera l'implant avec une pince.



L’implant contient une hormone progestative :


  • il bloque l'ovulation
  • il épaissit la glaire cervicale
  • il amincit la muqueuse utérine pour compliquer une éventuelle nidation.


L'implant contraceptif est efficace à 99,9%.

Il est efficace 1 jour après la pose.

L'implant est efficace pendant 3 ans,

il peut donc rester en place pendant 3 ans maximum.

Son prix, pour les 3 ans, est de 98.60€, remboursés à 65%

Risques et effets secondaires :

  • Le principal risque associé à l’implant, rare mais grave, est la migration dans l’artère pulmonaire.
Une des hypothèses principales de migration dans l'artère pulmonaire est l'insertion trop profonde de l'implant au moment de la pose.

Une visite de contrôle est recommandée 3 mois après la pose pour vérifier que vous tolérez bien l’implant et que celui-ci reste au bon endroit.

  • Les femmes en surpoids sont particulièrement à risque de prendre du poids avec l’implant.
  • L’implant a une influence sur le flux des règles :
Certaines utilisatrices n’auront pas de règles pendant tout ou partie des 3 années d’utilisation.
D’autres, auront des règles moins régulières ou moins fréquentes que d'habitude ; et parfois beaucoup plus courtes, parfois longues.
  • Il arrive que des saignements fréquents apparaissent surtout les 6 premiers mois après la pose de l'implant.
En plus de supprimer l’ovulation, le progestatif va également rendre plus mince et fragile la paroi intérieure de l'utérus (endomètre). L'endomètre va alors saigner peu, mais fréquemment, ce qui peut être gênant et parfois fatigant.
Si les saignements sont très fréquents ou quotidiens, il peut être nécessaire de consulter un médecin.



Le patch

©Pénélope Bagieu

Chaque semaine, pendant 3 semaines, il faut coller un patch.

La 4ème semaine, il ne faut pas le mettre : des saignements (règles) vont alors apparaître.


Le patch doit être appliqué sur le ventre, sur les épaules ou dans le bas du dos. Il ne doit jamais être appliqué près d'un sein.


Attention : Un patch peut se décoller sans que l’on s’en rende compte...


Il diffuse régulièrement des hormones (œstrogènes et progestérone) et agit comme une pilule.

(voir actions de la pilule sur la page "pilule")


Lorsqu’il est utilisé parfaitement, le patch est efficace à 99,7%.

En réalité, dans la vie courante, les erreurs d’utilisation ou de manipulation font que l’efficacité de ce moyen de contraception est de 91%.

Un pack de 3 patchs coûte environ 15 €

Risques et effets secondaires :

Les effets indésirables possibles sont les mêmes qu'avec une pilule : nausées, gonflement douloureux des seins, saignements, migraines...



L'anneau vaginal

©Pénélope Bagieu

Un anneau vaginal coûte environ 16 €

Il n’est pas remboursé par l'Assurance maladie.

Il se place dans le vagin et on le garde pendant trois semaines.

Il s'agit d'un anneau en plastique souple de 5,4 cm de diamètre.


Au bout de trois semaines, on enlève l'anneau. Pendant la quatrième semaine, des "règles" apparaissent.

Puis on en remet un autre. Vous êtes protégée pendant les 4 semaines.



L'anneau vaginal est une méthode contraceptive qui contient deux types d’hormones : un œstroprogestatif et un progestatif.


Une fois mis en place, les hormones sont absorbées via la muqueuse vaginale, passent dans le sang et comme les pilules contraceptives.


(voir actions de la pilule sur la page "pilule")


Lorsqu’il est utilisé de manière parfaite, il protège à 99,7%.

Les erreurs d’utilisation font que l’efficacité en utilisation courante est de 91%.

Risques et effets secondaires :

Les effets indésirables possibles sont les mêmes qu'avec une pilule : nausées, gonflement douloureux des seins, saignements, migraines...



Le retrait

Pour être efficace, le retrait nécessite de la part de l'homme, une excellente connaissance des signes du moment de l'éjaculation (qui est un réflexe, donc difficile à contrôler...). C’est une méthode qui demande de la part de la femme une grande confiance en son partenaire.

La méthode du retrait rencontre jusqu’à 22 % d'échecs. Ce fort taux s’explique par la difficulté à contrôler parfaitement l’éjaculation et par la présence de spermatozoïdes dans le liquide pré-séminal (c’est-à-dire qui s’écoule du pénis avant l’éjaculation)



L'éjaculation peut être parfois incontrôlable.

De plus, les premières gouttes de sperme, qui peuvent contenir beaucoup de spermatozoïdes, sortent parfois sans que l'homme ne les sente : le liquide pré-séminal contient des spermatozoïdes en nombre suffisant pour féconder l'ovocyte et donc entraîner une grossesse.

Les méthodes naturelles

©Pénélope Bagieu

GRATUITE !

Les méthodes naturelles s’appuient sur l'observation du cycle de la femme au jour le jour.

La méthode nécessite une bonne formation à l'observation de son corps, pour être capable de connaître les différentes phases de chaque cycle.


Attention, beaucoup de femmes ont des cycles variables.

L'observation au jour le jour s’appuie sur :


  • la température, car elle augmente de 0.2 à 0.4 °C après l'ovulation et ce jusqu'aux règles.
  • la glaire cervicale : filante au moment de l'ovulation.


Cette méthode est simple mais nécessite donc de suivre régulièrement les changements du corps.

Lorsque la méthode est suivie scrupuleusement après une formation complète, l’efficacité est de 99%.