Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

TP6- Les aires cérébrales auditives

Partie 4- Son et musique
Chapitre 4- Entendre la musique

Index

Situation problème

Les références médicales

Le patient

Le logiciel IRM virtuelle

Les questions

Situation problème

Un patient nommé Éric consulte son médecin car il présente des troubles auditifs. Son médecin lui propose de réaliser une IRM pour comprendre l'origine de sa surdité.

objectif: On cherche à comprendre l'origine des troubles du patient et à identifier les zones cérébrales qui interviennent dans la perception des sons.

Le patient
Eric 45 ans

Situation et symptômes exprimés par le patient :

- 45ans
- Chauffeur routier
Signes cliniques installés progressivement depuis quelques mois:
- Bourdonnements de l'oreille gauche
- Vertiges
- Apparition progressive d'une surdité de l'oreille gauche
- Audition bonne de l'oreille droite

Résultats examens otoscopique et audiogramme

Tympan observé lors de l'examen otoscopique (oreille droite et gauche)


Audiogramme du patient



Résultats imagerie cérébrale par IRM

Imagerie cérébrale (IRM anatomique) du patient

L'IRM montre la présence d'une tâche dans le lobe temporal gauche. il s'agit d'un accident vasculaire cérébral.


Tympan observé lors de l'examen otoscopique (oreille droite et gauche)


Imagerie cérébrale (IRM anatomique) du patient

L'IRM montre la présence d'une tâche dans le lobe temporal gauche. il s'agit d'un accident vasculaire cérébral.

Les accidents vasculaires cérébraux sont liés à l'obstruction ou la rupture de vaisseaux sanguins dans l'encéphale. Leurs conséquences sont plus ou moins graves selon l'étende de la lésion et la zone de l'encéphale touchée.


Examen otoscopique

otoscopie est l’examen de base de l’oreille en ORL, visant à vérifier l’état du conduit auditif et de la membrane tympanique, grâce à un otoscope. Elle peut être réalisée par un médecin généraliste ou un ORL et permet de retirer un bouchon de cérumen, diagnostiquer une otite, surveiller une otite chronique, administrer un traitement local, …. L’otoscopie est cruciale dans l’examen du jeune enfant, chez qui une fièvre peut cacher une otite que l’enfant ne saura pas exprimer par la parole.


Un otoscope
Examen otoscopique


Image d'un tympan sain à l'examen otoscopique
Caractéristiques cliniques : surface lisse et semi-transparente.
1: reflet de la lumière de l'otoscope
2: membrane tympanique
4: marteau
Localisation du tympan sur un schéma de l'anatomie de l'oreille



Références médicales

Audiogramme

our mesurer la capacité de l’oreille à détecter les sons selon la fréquence, on évalue les seuils auditifs par fréquences : c’est l’audiométrie tonale qui utilise des sons purs et teste 8 à 9 fréquences.

Un audiogramme est un graphique représentant les seuils d'audition des différentes fréquences de sons.

La réalisation d'un audiogramme est effectuée grâce à un appareil qui produit des sons de fréquences variables. Des niveaux sonores croissants sur diverses fréquences sont transmis au patient par l'intermédiaire d'écouteurs. Dès que le patient perçoit le son il lève la main. Les résultats obtenus sont transmis sous forme d'une courbe formant l'audiogramme.

Ces courbes audiométriques représentent la capacité auditive de sujets "normaux".

On remarque qu'avec l'âge la courbe s'affaisse dans les fréquences aiguës.

En moyenne la perte d'audition devient gênante à 60 ans (courbe orange) et c'est un véritable handicap à 90 ans (courbe rouge) : surdité liée à l'âge ou presbyacousie

L'imagerie cérébrale

Le scanner et l'IRM (Imagerie par résonance magnétique) sont deux techniques d'imagerie médicales qui permettent d'obtenir des vues en coupe du corps humain. Un traitement informatique permet ensuite de reconstituer les structures observées en 3D.

L'application IRM virtuelle de Philippe Cosentino permet de simuler l'activité cérébrale dans différentes situations. La comparaison de deux situations met en évidence des zones activées spécifiquement.


Vous pourrez ainsi identifier des structures en jeu dans l'audition.


L’otoscopie est l’examen de base de l’oreille en ORL, visant à vérifier l’état du conduit auditif et de la membrane tympanique, grâce à un otoscope. Elle peut être réalisée par un médecin généraliste ou un ORL et permet de retirer un bouchon de cérumen, diagnostiquer une otite, surveiller une otite chronique, administrer un traitement local, …. L’otoscopie est cruciale dans l’examen du jeune enfant, chez qui une fièvre peut cacher une otite que l’enfant ne saura pas exprimer par la parole.


Un otoscope
Examen otoscopique


Image d'un tympan sain à l'examen otoscopique
Caractéristiques cliniques : surface lisse et semi-transparente.
1: reflet de la lumière de l'otoscope
2: membrane tympanique
4: marteau
Localisation du tympan sur un schéma de l'anatomie de l'oreille




Pour mesurer la capacité de l’oreille à détecter les sons selon la fréquence, on évalue les seuils auditifs par fréquences : c’est l’audiométrie tonale qui utilise des sons purs et teste 8 à 9 fréquences.

Un audiogramme est un graphique représentant les seuils d'audition des différentes fréquences de sons.

La réalisation d'un audiogramme est effectuée grâce à un appareil qui produit des sons de fréquences variables. Des niveaux sonores croissants sur diverses fréquences sont transmis au patient par l'intermédiaire d'écouteurs. Dès que le patient perçoit le son il lève la main. Les résultats obtenus sont transmis sous forme d'une courbe formant l'audiogramme.

Ces courbes audiométriques représentent la capacité auditive de sujets "normaux".

On remarque qu'avec l'âge la courbe s'affaisse dans les fréquences aiguës.

En moyenne la perte d'audition devient gênante à 60 ans (courbe orange) et c'est un véritable handicap à 90 ans (courbe rouge) : surdité liée à l'âge ou presbyacousie


Les degrés de surdité

Le degré de surdité correspond à la moyenne des seuils en dB , obtenus en audiométrie tonale, pour les fréquences 500, 1000, 2000, 4000 Hz . Par exemple une personne présentant une perte de 5dB à 500 Hertz, de 10dB à 1000 Hz, de 10dB à 2000 Hz et de 30 dB à 4000 dB aura une perte totale en moyenne de (10 + 10 + 25 + 35)/4 = 20dB, ce qui correspond d'après le graphique ci dessous à une surdité légère.


  • Surdité légère : La parole est perçue à voix normale, mais la gêne apparaît à voix basse ou lorsque le locuteur s’éloigne. La plupart des bruits familiers sont perçus.
  • Surdité moyenne : La parole est perçue si on élève la voix. La personne malentendante comprend mieux en regardant le locuteur. Quelques bruits familiers sont encore perçus.
  • Surdité sévère : La parole est perçue à voix forte près de l’oreille. Seuls les bruits forts sont perçus.
  • Surdité profonde : Aucune perception de la parole. Seuls les bruits très puissants sont perçus.
  • Surdité totale (cophose) : La perte moyenne est de 120 dB. Aucun son n’est perçu.


Questions

1. Formuler une (ou plusieurs) hypothèse(s) pour expliquer les troubles auditifs du patient.
2. On veut vérifier que l'AVC d'Eric a atteint ses capacités auditives.
a. Ouvrir en ligne le logiciel "IRM fonctionnel ":
http://philippe.cosentino.free.fr/productions/IRMvirtuel/
et lire attentivement les instructions pour comprendre le principe de l'IRM.
b. Réaliser avec le logiciel une IRM fonctionnelle du cerveau chez un patient sain dans deux conditions :
- Une condition test : le sujet entend une musique
- Une condition témoin : le sujet est immobile, dans le noir, dans le silence
c. Avec les images d'IRM fonctionnelle obtenues localiser les aires auditives (aires du cerveau activées lors de l'audition) et comparer leurs localisation à celle de l'AVC d'Eric. Vous pouvez communiquer vos résultats sous forme d'acquisitions d'images légendées et titrées.
d. Conclure sur l'origine des troubles du patient.