Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

SITTING BULL

Horizontal infographics

BEYONCÉ

Horizontal infographics

ALEX MORGAN

Horizontal infographics

GOOGLE - SEARCH TIPS

Horizontal infographics

Transcript

Liste des figures de style

Figures de répétitions

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer.

Figures d'exagération

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer.

Figures d'atténuation

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer.

Figures d'analogie

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer.

Figures d'opposition

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer.

+

+

+

+

+

Anaphore -

Répétition d'un mot ou d'un groupe de mot en début de phrase.

Pléonasme -

Répétition de deux mots qui ont le même sens pour marquer une insistance.

De répétition

Les figures

Le mot est employé/réécrit plusieurs fois.

Répétition -

Gradation -

Parallélisme -

C’est une énumération de termes organisée de
façon croissante (plus petit au plus grand) ou décroissante (plus grand au plus petit).

Répétition de la même construction de phrase (construction en parallèle).

Ex. Il monte en haut.


Vous ne pouvez monter qu'en haut. Les deux mots mènent au même sens.

Ex. C'est un roc ! ... C'est un pic ! ... C'est un cap !

Que dis-je, c'est un cap ? C'est une péninsule !

- Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand.

D'exagération

Les figures

Hyperbole -

Elle exagère l'expression d'une idée pour la mettre en valeur, montrer son importance.

Accumulation -

C’est une énumération, plus ou moins longue, de termes qui amplifient le phénomène.

Ex. Console-moi ce soir, je me meurs d'espérance.

- Musset, La nuit de Mai.


Le personnage ne meurt pas littéralement à cause de l'espoir mais exagère la situation de manière extrême.

Je n'ai plus que les os, un squelette je semble,

Décharné, dénervé, démusclé, dépoulpé.

- Ronsard, Je n'ai plus que les os.

D'atténuation

Les figures

La litote -

L'euphémisme -

Elle consiste à dire moins pour faire entendre plus - il emploie souvent la négation pour faire comprendre le sens inverse du mot employé.

Elle consiste à atténuer l’expression d’une idée,
d’un sentiment (pour ne pas déplaire ou choquer).

Ex. Va, je ne te hais point.

- Le Cid, Corneille.


Je ne te hais point signifie ici qu'elle l'aime mais qu'elle ne peut pas le dire.

D'analogie

Les figures

L'allégorie -

La personnification -

La comparaison -

La métaphore -

C’est une comparaison sans outil de comparaison. Les termes y sont pris au sens figuré.

Elle établit un rapport de ressemblance entre deux éléments à l’aide d’un outil de comparaison.

Elle représente une chose ou une idée sous les traits d’une personne.

Représente de manière concrète les différents aspects d'une idée abstraite.

Je vis cette faucheuse. Elle était dans son champ.
Elle allait à grands pas moissonnant et fauchant,
Noir squelette laissant passer le crépuscule.

- Victor Hugo.


La mort est une idée abstraite, ici décrite de manière concrète et précise.

Ex. Il pleure dans mon coeur

Comme il pleut sur la ville

- Paul Verlaine, " Il pleure dans mon coeur... ", Romance sans paroles.

Ex. Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux

Et je l'ai trouvée amère.

- Rimbaud.

Exemple. Il pleut des cordes.

(Il ne pleut pas littéralement des cordes, la pluie est ici remplacée par "des cordes".)


On distingue le comparé (la chose comparée), le comparant (la chose à laquelle on compare), l’outil de comparaison (comme, tel, semblable à, plus... que, ressembler à...) et le point de ressemblance.

D'opposition

Les figures

L'antithèse -

L'oxymore -

L'antiphrase -

Chiasme -

Elle exprime une idée par son contraire dans une
intention ironique. On dit le contraire de ce qu'on
pense.

Deux expressions se suivent, mais la deuxième
adopte l’ordre inverse (A – B / B’ – A’)

Opposition forte entre deux termes.

Deux termes, unis grammaticalement, s’opposent
par leur sens.

Ex. Cette obscure clarté qui tombe des étoiles.

Corneille.

Ex. Ici c'était le paradis, ailleurs l'enfer.

- Voltaire.

Ex. Ayant le feu pour père et pour mère la cendre.

- Agrippa d'Aubigné.


La construction est inversée puisqu'on évoque d'abord l'élément (feu) puis le père dans la première partie tandis que la mère est évoquée en premier dans la deuxième partie.

Ex. "Je ne vise personne."


La phrase indique ne viser personne alors que l'énonciateur vise quelqu'un.