Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Biodiversité :


ensemble des milieux naturels et des formes de vie
(plantes, animaux, champignons, bactéries, etc.) et leurs interactions.
La biodiversité offre des biens irremplaçables et indispensables à notre quotidien.
L’oxygène que nous respirons, notre nourriture et l’eau que nous consommons

La biodiversité, c’est quoi ?


-La biodiversité correspond à la diversité biologique, c’est-à-dire à la diversité du monde vivant. -Elle est définie à 3 niveaux différents indépendants :
– la biodiversité génétique caractérise les diversité génétique au sein d’une espèce, les individus d’une même espèce pouvant se distinguer par leurs allèles.
– la biodiversité spécifique caractérise la diversité des espèces occupant un milieu.
– la biodiversité écosystémique caractérise la diversité des « milieux naturels » (rivières, forêts, déserts, littoral …).

Théorie de l’évolution de Charles Darwin: est une partie d'une théorie scientifique : celle de l'évolution des espèces. Selon lui, les espèces animales et végétales ont dû changer pour survivre. Elles ont dû s'adapter aux variations de leur environnement

sélection naturelle: évolution génétique d’une population sous l’effet de facteur environnementaux

gène : segment d’ADN conditionnant la synthèse d’une ou de plusieurs protéines et, donc, la manifestation et transmission d’un caractère héréditaire déterminé

-dérive génétique: est l'un des mécanismes de l'évolution qui aboutit à la création de nouvelles espèces à partir de populations d'individus. Ce mécanisme est celui de la variation aléatoire des fréquences alléliques au sein d'une population et au cours des générations

écosystème : ensemble formé d’une communauté d’êtres vivants en interactions avec son environnement. Les composants de cet écosystème développent un dense réseau de dépendances, d’échanges d’énergie , d’informations et de matière qui permettent le maintien et le développement de la vie.

I-IMPACT DES ACTIVITÉS HUMAINES SUR LA BIODIVERSITÉ

start

Introduction :

Les activités humaines (pollution, destruction des écosystèmes, combustions et leurs impacts climatiques, surexploitation d’espèces…) ont des conséquences sur la biodiversité et ses composantes (dont la variation d’abondance) et conduisent à l’extinction d’espèces. La fragmentation d’une population en plusieurs échantillons de plus faibles effectifs entraîne par dérive génétique un appauvrissement de la diversité génétique d’une population. La connaissance et la gestion d’un écosystème permettent d’y préserver la biodiversité.

+info

Lorem ipsum dolor sit amet

I/Identifier les critères de gestion durable d’un écosystème. Envisager des solutions pour un environnement proche:

-Pour l’Europe, la gestion forestière durable doit respecter les six critères d’Helsinki, qui sont les suivants :

  • Maintien des capacités de production.
  • Maintien du bon état sanitaire.
  • Satisfaction de la fonction de production.
  • Respect de la biodiversité.
  • Protection du sol et des eaux.
  • Fourniture des diverses « aménités » (accueil, qualité du paysage…)

  • Certaines activités humaines réduisent la biodiversité. Leurs conséquences néfastes sont directes (pollution, déforestation, surexploitation…) et indirectes par accélération du réchauffement climatique.


I/Identifier les critères de gestion durable d’un écosystème. Envisager des solutions pour un environnement proche:

- La La réduction de la biodiversité


  • Les experts considèrent qu'environ 1 million d'espèces seraient menacées d’extinction à cause des activités humaines. 4 causes majeures d'atteinte à la biodiversité sont aujourd'hui clairement identifiées au niveau international :
- destruction, fragmentation des habitats naturels

- pollution de l'eau, de l'air, fdes sols
- surexploitation d'espèces
- changement climatique accéléré par les activités humaines

  • Les constructions humaines, telles que les routes, entraînent la fragmentation des milieux de vie et donc des populations. Les effectifs des populations ainsi formées sont plus faibles. Ils sont soumis à la dérive génétique qui appauvrit la diversité génétique de ces populations.

I/Identifier les critères de gestion durable d’un écosystème. Envisager des solutions pour un environnement proche:

- La fragmentation des populations


  • La fragmentation de l’habitat entraîne la formation de populations constituées de plus petits effectifs.
  • Ces populations sont soumises aux forces évolutives:
-à court terme, la dérive génétique provoque une diminution de la diversité génétique.
-à long terme, les mutations peuvent faire apparaître de nouveaux caractères.

  • Une meilleure connaissance des écosystèmes et de leur fonctionnement permet de mettre en place des actions de préservation de la biodiversité. La gestion durable des écosystèmes, ou encore la protection des populations à faibles effectifs sont des solutions en faveur de la biodiversité.
  • Les mesures prises pour préserver la biodiversité sont indispensables pour espérer sauver les espèces menacées d’extinction.(exemple: en France, une espèce sur cinq d’amphibiens est susceptible de disparaître: grenouille des champs, crapaud…)

I/Identifier les critères de gestion durable d’un écosystème. Envisager des solutions pour un environnement proche:

- La préservation de la biodiversité

  • à grande échelle, l’homme crée des parcs naturels nationaux, régionaux, des zones préservées (exemple: les zones natura 2000 sont des sites désignés pour protéger des espèces et habitat de la biodiversité européenne).
  • à l'échelle d’un écosystème, une gestion durable est mise en place. L'objectif est de préserver le milieu, les espèces mais aussi les ressources exploitées nécessaires aux activités humaines (exemple:en europe, la gestion durable des forêts doit respecter 6 critères définis lors de la conférence d’Helsinki en surveillant:
  • la santé et la vitalité des forêts
  • diversité biologique
  • protection du sol
  • fonctions de production( quantité de bois produite)
  • fonctions économiques et sociales
  • ressources de bois et de carbone

II-DES OUTILS POUR ESTIMER LA BIODIVERSITÉ

Introduction :

il est difficile de recenser toutes les espèces d’un milieu de vie.En effet, les animaux se déplacent, certains êtres vivants sont très petits et les surfaces à étudier sont parfois immenses, comme les océans. L'échantillonnage ainsi que la méthode de capture-marquage permettent d’estimer la richesse spécifique et l'abondance dans les milieux étudiés. A partir des échantillons, des calculs permettent d’estimer la biodiversité du milieu étudié.

II-DES OUTILS POUR ESTIMER LA BIODIVERSITÉ

- L'échantillonnage

  • La quantité de toute la biodiversité est impossible car le nombre d'espèces différentes est très important: on estime qu’il existe au moins 9 millions d’espèces encore non répertoriées sur Terre. Ce chiffre découle de calculs basés sur des modèles mathématiques et statistiques. Par exemple, lorsque l’on fait des statistiques sur le comportement des français , 1000 personnes peuvent être questionnées et leurs réponses seront extrapolées à la population entière.

  • Ainsi, à l’échelle des écosystèmes quelques échantillons seront prélevés de manière aléatoire dans divers lieux, à divers moment, dans diverses conditions (exemple: à diverses températures). Ces données seront par la suite exploitées de mathématiciens.
  • On peut aussi calculer l'incertitude de l'échantillonnage grace à u,ne formule. n*p

II-DES OUTILS POUR ESTIMER LA BIODIVERSITÉ

- La méthode de capture-marquage-recapture


  • La méthode de capture-marquage-recapture permet d’estimer l’effectif d’une population, d'une espèce à partir d’échantillons.
  • La méthode de capture-marquage-recapture consiste à prélever un échantillon de la population étudiée, de marquer ses individus, puis de les relâcher dans le milieu étudié afin qu’ils se mélangent aux autres individus.

II-DES OUTILS POUR ESTIMER LA BIODIVERSITÉ

- hardy-weinberg

  • Notre avis sur hardy-weinberg que c’est vrai mais seulement si les espèces ne muteraient pas

Introduction :

il est difficile de recenser toutes les espèces d’un milieu de vie.En effet, les animaux se déplacent, certains êtres vivants sont très petits et les surfaces à étudier sont parfois immenses, comme les océans. L'échantillonnage ainsi que la méthode de capture-marquage permettent d’estimer la richesse spécifique et l'abondance dans les milieux étudiés. A partir des échantillons, des calculs permettent d’estimer la biodiversité du milieu étudié.

Lorem ipsum dolor sit amet