Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

a. Les phénomènes mécaniques de la digestion

b. Les phénomènes chimiques de la digestion

c. Les substances non transformables

a1. La bouche

a. Les phénomènes mécaniques de la digestion

Les phénomènes mécaniques sont ici la mastication.

Dans la bouche, on observe un fractionnement et un broyage des aliments par les dents. La salive a un rôle d’humidification et de lubrification. Et la langue, qui est un muscle, aide à la mastication. Les aliments se transforment donc en « bol alimentaire ».

a2. Le pharynx

Le phénomène mécanique est ici la déglutition.

Le pharynx a pour action d’avaler et de faire passer le bol alimentaire de la cavité buccale à l’œsophage.

Au niveau du pharynx, la luette remonte pour éviter le passage vers la fosse nasale .

L’épiglotte s’abaisse pour obstruer la trachée artère.

a3. L’œsophage

On observe un mécanisme de péristaltisme (ondes qui brassent très lentement la nourriture). Il y a progression du bol alimentaire vers l’estomac grâce aux contractions des fibres musculaires lisses de la paroi. Le mucus facilite le

glissement.

La transition dans l’œsophage dure environ 5 à 10 secondes et se fait dans un seul sens.

a4. L’estomac

Les phénomènes mécaniques sont ici la mise en réserve et le péristaltisme.

Au niveau de l’estomac, on observe une accumulation des aliments déposés en couches et mélangés avec les secrétions gastriques. Ce sont des ondes de contractions, par les trois couches musculaires de l’estomac, qui partent du cardia vers le pylore. Le bol alimentaire se transforme ici en chyme. Le chyme remonte et recommence à être brassé.

Le pylore s’ouvre de façon intermittente, à chaque fois, 1% du chyme passe dans le duodénum.

La transition dans l’estomac dure environ 4 à 6 heures.

a5. L’intestin grêle

Les phénomènes mécaniques sont ici le péristaltisme, la segmentation et un mouvement pendulaire.

À ce niveau, on a une progression du chyme vers le gros intestin (contraction des muscles longitudinaux). Cela permet le mélange avec les secrétions.

La transition dans l’intestin grêle dure environ 2 à 8 heures.

a6. Le gros intestin

Ici les phénomènes mécaniques sont une progression similaire à la segmentation grâce aux contractions régulières. Cela permet la progression des matières fécales vers le rectum, mais plus lentement que dans l’intestin grêle. Cela permet aux résidus de la digestion de subir des fermentations sous l’effet de la flore microbienne intestinale et une déshydratation.


La transition dure de 10 à 15 heures.

Le phénomène observé au niveau du rectum est la défécation, c’est-à-dire l’évacuation des selles par l’anus grâce à l’ouverture des sphincters anaux.

b1. La salive

b. Les phénomènes chimiques de la digestion

L’enzyme présente dans la salive est l’amylase salivaire.

L’amylase a pour rôle d’hydrolyser (dégrader) l’amidon en maltose.

b2. Le suc gastrique

L’enzyme présente dans le suc gastrique est la pepsine. Elle permet de transformer les protides en polypeptides.

Les enzymes du suc pancréatique sont :

  • l’amylase qui transforme l’amidon en maltose ;
  • la lipase qui transforme les lipides en glycérol + acides gras ;
  • la trypsine transforme les polypeptides en tri ou tétrapeptides.

Le glycérol et les acides gras sont des substances directement assimilables au niveau intestinal.

b3. Le suc pancréatique

b4. Le suc intestinal

Les enzymes du suc intestinal sont :

  • l’amylase qui transforme l’amidon en maltose ;
  • la maltase qui transforme le maltose en glucose ;
  • la lactase transforme le lactose en glucose + galactose ;
  • la saccharase transforme le saccharose en glucose + lévulose (ou fructose) ;
  • la lipase transforme les lipides en glycérol + acides gras ;
  • la peptidase transforme les tri ou tétrapeptides en acides aminés.

Les substances directement assimilables par l’intestin sont :

  • le glucose ;
  • le galactose ;
  • le lévulose (ou fructose) ;
  • les glycérols ;
  • les acides gras ;
  • les acides aminés.

Avec les sucs biliaires, les lipides sont émulsionnés et sont donc transformés en fines gouttelettes lipidiques.

b5. La bile

c. Les substances non transformables

Les substances qui ne sont pas transformées par la digestion sont :

  • l’eau ;
  • les sels minéraux ;
  • les vitamines ;
  • la cellulose.