Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Jean Valjean coupable
ou
non coupable

C'est une personne très gentille et très généreuse. Il m'a sauvé la vie ! C'est un très bon maire. Mr. Madeleine est plus qu'altruiste ! C'est un homme bon. Personne ne voulait m'aider. Et même si quelqu'un le voulait, personne n'aurait pu car il faut une très grande force. Je sais que c'est son rôle en tant que maire de la ville mais c'est la première fois que je vois ça. Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi intentionné et aussi altruiste que lui. J'ai une immense dette envers lui !


(J'ai choisi ce personnage car il a toujours eu un avis positif sur Jean Valjean)

Evidemment, Jean Valjean peut être perçu comme coupable car, lorsqu'il sort du bagne, il recommence à voler. Il profite de la Bonté de l'évêque de Digne en lui volant son argenterie. Il n'avait aucune raison de récidiver. Jean Valjean parait donc cruel et mauvais. Par exemple, à la page 23, "Il mit l'argenterie dans son sac, jeta le panier, franchit le jardin, sauta par-dessus le mur comme un tigre, et s'enfuit.". En effet Jean Valjean peut paraitre coupable.


En revanche, pour moi, Jean Valjean n'est pas coupable. Tout d'abord, il est pour moi, une personne d'une immense bonté. En effet, Jean Valjean était altruiste et savait faire la par des choses comme lorsqu'il a sauvé Marius lui prenne Cosette. Il n'avait aucune raison valable de la sauver. Pour lui, si Marius était mort, ça n'aurait été que bénéfique. Cosette serait restée à ses côtés pour toujours et il n'avait pas a avoir peur. Mais il a fait pour Cosette, pour le bonheur de Cosette. Il a à la fois sauver Marius et donc le bonheur de Cosette. Cela prouve que Jean Valjean est altruiste, bon, généreux et donc non coupable. Comme le souligne les lignes 18 à 22 p.268 : "Marius était prisonnier en effet. Prisonnier de Jean Valjean. La main qui l'avait étreint par derrière au moment senti le saisissement, était celle de Jean Valjean.".



En outre, Jean Valjean est aussi d'une générosité exemplaire lorsqu'il aide Fantine. Elle qui n'a rien, lui qui a tout et qui le partage avec personne. En plus de cela, il ne connait même pas Fantine. Il l'aide sans la connaitre. Sans savoir si elle le mérite vraiment. De plus Jean Valjean ne lui demande rien en retour. C'est ainsi qu'à la page 58, il lui dit : "Je paierai vos dettes, je ferai venir votre enfant, ou vous iriez la rejoindre. Vous vivriez ici, à Paris, où vous voudrez. Je me charge de votre enfant et de vous. Vous ne travaillerez plus, si vous voulez. Je vous donnerai tout l'argent qu'il vous faudra; vous redeviendrez honnête en redevenant heureuse." Jean Valjean est une bonne personne car même quand Fantine est morte, il tient encore sa promesse et va chercher Cosette.

Par conséquent, pour moi, Jean Valjean est victime de ses actes passés et de la société qui ne lui laisse pas de deuxième chance. C'est pour cela que je dis qu'il n'est pas coupable.



J'ai choisi cet extrait vidéo car il montre la bonté et le dévouement de Jean Valjean pour autrui.

Paris, 1833

Ma chère Cosette,


Je suis sûrement mort à l’heure où tu lis cette lettre. Je voulais te raconter certaines choses dont je suis fière et d’autres non. Lorsque j’étais plus jeune, ma sœur, ses sept enfants et moi avons vécu pauvrement. Un sir d’hiver j’ai décidé d’aller voler un pain. Je me fis arrêter et pris cinq ans de prisons. J’ai passé dix-neuf ans au bagne car j’avais tenté de m’évader. Ce fût la plus grosse erreur de toute ma vie. C’est à ce moment que j’ai connu Javert. C’était un policier qui ne croyait pas au changement de la nature de l’homme.



Plus tard, je me fis appeler M. Madeleine. J’étais devenu Maire de Montreuil sur Mer et chef de Manufacture. J’étais devenu un homme meilleur parce qu’un jour un évêque me dit « Désormais tu n’appartiens plus au mal mais au bien ». J’ai beaucoup réfléchi et me suis dis qu’il fallait que j’aide les personnes qui étaient encore dans ma situation. C’est à ce moment que j’ai rencontré Fantine, ta mère. Elle était très pauvre mais faisait tout ce qu’elle pouvait pour financer tes affaires. Malgré cela, j’arrivais à voir une grande bonté en elle. Puis elle est tombée malade et son dernier souhait été de pour voir te revoir une dernière fois. Je lui avais promis. Malheureusement elle est morte avant. J’avais échoué et j’étais très triste. J’ai voulu malgré tout t’aider comme je l’avais promis à ta mère. Lorsque je t’ai vue pour la première fois, j’ai tout de suite reconnu les yeux de ta mère. Tu étais fatiguée, tu avais froid, soif, faim et surtout, tu avais peur. Je ne serai dire à quel point je suis heureux que tu sois à mes côtés.


Au fil des années tu as su reprendre goût à la vie et moi à réaimer. Javert nous traquait jour et nuit. Aujourd’hui, je ne le vois plus. Est-il mort ? A-t-il disparue ? Je ne sais pas. Je ne pouvais pas dormir tranquillement car j’avais peur qu’il ne t’arrive quelque chose. J’étais inquiet. Et puis quand M.Pontmercy est arrivé dans ta vie, je suis devenu encore plus inquiet que je ne l’était déjà. J’avais peur qu’il t’enlève à moi. Toi, ma fille, celle qui m’a redonné espoir, à cause de lui tu devrais t’en aller ? j’ai essayé de vous séparer. Mais cela n’a pas fonctionné, donc j’ai décidé de vous laisser tout les deux, heureux. Toute ma vie je n’ai pensé qu’à échapper à la justice. Avec une criante permanente. J’ai changé de nombreuses fois d’identité. Je t’ai menti toute ta vie. Pardonne-moi. Ne sois pas triste de ma mort. Sois heureuse avec Marius. Vis une belle vie et profite de ta jeunesse en évitant de faire les mêmes erreurs que moi.


Je t’embrasse tendrement, ton père nommé Jean Valjean.

J.Valjean