Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Bienvenue dans le sanctuaire
d'Olympie

A l'aide des documents, réponds aux questions qui sont sur ta fiche activité .

Légende

Page suivante

Page précedente

Regarder

Cliquer

LYSIAS, DISCOURS OLYMPIQUE


῎Αλλων τε πολλῶν καὶ καλῶν ἔργων ἕνεκα, ὦ ἄνδρες, ἄξιον ̔Ηρακλέους μεμνῆσθαι, καὶ ὅτι τόνδε τὸν ἀγῶνα πρῶτος συνήγειρε δι ̓ εὔνοιαν τῆς ̔Ελλάδος. ̓Εν μὲν γὰρ τῷ τέως χρόνῳ ἀλλοτρίως αἱ πόλεις πρὸς ἀλλήλας διέκειντο· ἐπειδὴ δὲ ἐκεῖνος τοὺς τυράννους ἔπαυσε καὶ τοὺς ὑβρίζοντας ἐκώλυσεν, ἀγῶνα μὲν σωμάτων ἐποίησε, φιλοτιμίαν δὲ πλούτου, γνώμης δ ̓ ἐπίδειξιν ἐν τῷ καλλίστῳ τῆς ̔Ελλάδος, ἵνα τούτων ἁπάντων ἕνεκα εἰς τὸ αὐτὸ συνέλθωμεν, τὰ μὲν ὀψόμενοι, τὰ δ ̓ ἀκουσόμενοι· ἡγήσατο γὰρ τὸν ἐνθάδε σύλλογον ἀρχὴν γενήσεσθαι τοῖς ῞Ελλησι τῆς πρὸς ἀλλήλους φιλίας

Parmi tant d’autres belles œuvres, citoyens, il est juste de célébrer Héraclès en particulier parce que, le premier, par bienveillance pour la Grèce, il a rassemblé (les Grecs) pour ce concours. Dans l’époque précédente, les cités étaient divisées entre elles : lui, après avoir mis fin aux tyrans et réprimé ceux qui faisaient preuve de violence, il institua ce concours de force physique, d’émulation de richesse et déploiement de l’intelligence dans le plus beaux des lieux de la Grèce, afin que nous nous réunissions dans un même lieu pour toutes ces merveilles, pour voir les unes, entendre les autres ; il pensait en effet que le rassemblement en ce lieu serait le début de l’amitié des Grecs les uns pour les autres.

Traduction

A partir de 776 AVJC, les jeux se déroulent tous les 4 ans.



"Pendant les jeux, nous concluons des trêves entre cités et nous faisons taire nos haines pour nous réunir en un même lieu où nous nous rappelons notre origine commune en faisant ensemble des prières et des sacrifices ".


Isocrate, Panégyrique, 380 avant J-C

​​​​​


Durant l' Antiquité, les cités grecques étaient installées sur l'ensemble du bassin méditerranéen. Toutes pouvaient concours aux Jeux d'Olympie, de Némée, de Corinthe, ou de Delphes.

Pour y participer, les athlètes devaient être des hommes, être grecs et libres (pas des esclaves).



"On doit [...] les plus grands éloges à la sagesse de ces hommes qui ont institué [...] l'usage de déposer leurs armes [...] pour se réunir tous dans le même lieu. Les prières et les sacrifices qu'ils font en commun [en l'honneur de Zeus] leur rappellent les commune origine,

[...] contribuent à resserrer les liens de l'hospitalité avec d'anciens amis et à former des amitiés nouvelles."

Extrait de Isocrate, Panégyriques, IV° siècle av. J.-C.

1

2

3

4

7

8

5

6

Le temple d'Hera

Héra est la soeur et la femme de Zeus. C'est la déesse de la famille et du mariage.


L'autel de Zeus


Premier jour:


Les jeux s'ouvrent avec une grande procession en l'honneur de Zeus et d'Héra.

Après la procession, les sacrifices d'animaux sont réalisés sur l'autel de Zeus.

Enfin, les athlètes prêtent serment, devant 10 juges, de respecter les règles:

- Seuls les hommes peuvent concourir

- Les athlètes doivent concourir nus

-En cas de fraude, l'athlète doit payer une forte amende.



Le Stade: Le Dromos


Le deuxième jour :


Le deuxième jour des jeux est consacré aux courses.

II existait quatre types de courses:


  • Le stadion : course sur une longueur de stade (192 mètres dans le stade d'Olympie).

  • Le double stadion : soit un aller et retour dans le stade donc 384 mètres.

  • La course de fond : la distance à parcourir varie de 7 à 24 longueurs de stade c'est-à-dire de 1344 mètres à 4600 mètres environ.

  • La course en armes ou l'hoplite: il s'agit de parcourir 2 ou 4 longueurs de stade (soit 384 ou 768 mètres environ) avec l'équipement d'un hoplite.





La palestre


Le troisième jour, les épreuves se déroulent à la palestre.

Il s'agit des épreuves:

- de lutte

- de pugilat (combat dans lequel les coups ne doivent se donner qu'à la tête)

-de boxe

-de pancrace (combat sportif dans lequel les adversaires se battent à mains nues et où toutes les prises sont permises.

- de saut.

Le gymnase


Au quatrième jour, les athlètes vont au gymnase.


Les épreuves sont:

- les courses

- les lancers de disques et de javelot.



L'hippodrome

Le 5e jour se déroulent les courses de char.



Après une parade, la course démarre au signal (une serviette blanche agitée par le président des jeux). Les concurrents doivent alors faire 7 tours de stades (environ 7,5 km).

Là aussi, tous les coups sont permis!



Enceinte sacrée : l'Altis

Rivière : Alphée

Après 6 jours de jeux , le gagnant du Pentathlon est déclaré vainqueur:

Le pentathlon :





Le gagnant reçoit la couronne d'olivier et la faucille en or, lors d'une cérémonie dans le temple de Zeus.

Ensuite, on lieu la procession et les offrandes à Zeus.

Enfin les jeux se clôturent par un grand banquet réunissant tout le monde.

Temple de Zeus.

Zeus est le roi des dieux, du ciel et de la foudre. Les jeux olympiques sont en sont honneur.

A l'intérieur du temple se trouve la statue de Zeus:

Cette statue mesure plus de 10 m et est recouverte de d'ivoire et d'or.

Les sept merveilles du monde antique

Les voyageurs de l'Antiquité avaient établi la liste des "sept merveilles du monde", les sept édifices les plus spectaculaires jamais construits. Ces constructions remarquables se trouvent toutes autour de la Méditerranée. La liste a pu légèrement varier au cours des siècles.
Un seul de ces édifices a survécu : c'est la grande pyramide de Gizeh en Égypte. D'autres, comme le phare d'Alexandrie, existent à l'état de ruines. La plupart enfin ont totalement disparu.



La pyramide de Gizeh

La pyramide de Khéops en Égypte

Le tombeau du roi Khéops en Égypte, sur le plateau de Gizeh à côté du Caire, est la plus grande pyramide au monde avec sa base de 230 m de côté. Ses dimensions et sa masse de 500 000 tonnes expliquent sans doute que la pyramide de Khéops soit la seule merveille du monde antique que nous puissions encore admirer aujourd'hui. Pour autant, elle ne nous apparaît pas comme aux Égyptiens de l'Antiquité : les plaques de calcaire lisses qui recouvraient sa surface entière ont aujourd'hui été détachées et réemployées dans d'autres édifices.


Les jardins suspendus de Babylone

Les Jardins suspendus de Babylone en Mésopotamie (Irak actuel)

Organisés en terrasses, ces jardins auraient été construits par Nabuchodonosor II. Un ingénieux système d'acheminement de l'eau permettait de garder ces jardins toujours verts malgré l'aridité du pays alentour. Si l'on n'a retrouvé aucune trace de ces jardins dans les ruines de Babylone, ils ont pourtant été décrits en détail par les voyageurs antiques. Peut-être se trouvaient-ils ailleurs, notamment à Ninive, située au nord de la Mésopotamie.

La statue de Zeus à Olympie

La statue en or et ivoire de Zeus à Olympie, en Élide (Grèce)

Cette gigantesque statue réalisée au Ve siècle avant J.-C. par le célèbre sculpteur athénien Phidias était faite de bois plaqué de deux matières précieuses entre toutes : l'or et l'ivoire. On parlait alors de statue chryséléphantine (de chrysos, or, et elephantinos, ivoire). Détruite par un incendie au Ve siècle après J.-C., la statue garde tout son mystère car aucune copie de bronze ou de marbre ne nous est parvenue, alors que les œuvres si célèbres étaient généralement abondamment copiées.

Le temple d'Artémis

Le temple d'Artémis à Éphèse (Turquie actuelle)

Le temple d'Artémis, appelé aussi Éphèse, en Turquie actuelle). Il était dédié à Artemis, déesse grecque de la nature et de la chasse. Construit entre le VIe et le Ve siècle avant J.-C., il offrait une architecture proche de celle du Parthénon d'Athènes. Ses dimensions exceptionnelles expliquent qu'il ait été inscrit sur la liste des sept merveilles du monde antique par les voyageurs d'alors. Mais ce sont les conditions de sa destruction qui sont surtout restées célèbres. En 356 avant J.-C., un pyromane, Érostrate, y met le feu sans raison apparente, juste pour que son nom reste dans l'histoire. Geste absurde qui atteint pourtant son objectif puisque le nom de l'incendiaire nous est parvenu !

Le tombeau de Mausole

Le tombeau de Mausole, à Halicarnasse, en Carie (Turquie actuelle)

Le tombeau du roi Mausole était encore debout en 1552, puis a été détruit par les chevaliers de Rhodes. Quelques vestiges, notamment la statue du roi Mausole et l'un des chevaux, rapportés en 1855 par Charles Newton, ont été déposés au British Museum. D'après l'écrivain latin Pline, le tombeau reposait sur une forme carrée se transformant en pyramide tronquée à mi-hauteur, et surmonté d'un char portant les époux royaux.

Le colosse de Rhodes

Le colosse de Rhodes (Grèce)

Selon la légende et la plupart des représentations iconographiques, le colosse de Rhodes, haut de 30 m, constituait l'entrée du port de Rhodes. Les navires passaient entre ses jambes écartées pour entrer dans la ville. Mais cet emplacement est aujourd'hui controversé car il aurait impliqué la mise en place d'une statue beaucoup plus haute. L'existence de cette gigantesque statue de bois et de bronze reste cependant attestée par les textes. En 226 avant J.-C., un tremblement de terre abat le colosse dont il ne reste que les jambes coupées aux genoux. Aujourd'hui rien ne subsiste de cette merveille du monde antique.

Le phare d'Alexandrie

Le phare d'Alexandrie (Égypte)

Construit au IIIe siècle avant Jésus-Christ, le phare d'Alexandrie est l'une des sept merveilles du monde. Haut de plus de 100 m, il s'effondre et disparaît au XVe siècle, mais reste un modèle mythique dans l'esprit des constructeurs. Aujourd'hui encore, les archéologues en recherchent les vestiges dans les eaux du port d'Alexandrie.