Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

découvrons le Brésil

Siham Mahdoub Hilal TG1

Sommaire

1. Introduction.

2. Le Brésil dans la mondialisation.

3. Métropole/Périphérie.

4. Liaisons par bus et liaisons aériennes.

5. SAO PAULO et mondialisation.

6. São Luís Do Maranhão.

7. FAVELAS DE RIO DE JANEIRO: Favela de Santa Marta.

8.Conclusion.



J’ai bénéficié d’une bourse de l’ONU , grâce à elle j’ai pu découvrir et explorer les différentes zones brésiliennes , périphériques comme celle de Sao Luis , aussi des grandes métropoles comme celle de Sao Paulo et, par conséquent, mieux connaître la mondialisation et ses impacts positifs ainsi que négatifs , sur les différentes villes, sociétés...
Je vous invite à connaître mon expérience..

Introduction

Le Brésil :un territoire très inégalement relié à la mondialisation , une puissance qui fait le pari de la tension.

Le Brésil dans la mondialisation.

Dans le cadre de la mondialisation, le Brésil est aujourd'hui, une puissance politique et économique avec qui il faut compter. Sa croissance économique, amorcée depuis 2000, est plus soutenue aujourd'hui que celle des pays de la Triade (riches et industrialisés) que sont les États-Unis, l'Union européenne et le Japon.

Métropole/Périphérie

Une métropole se forme par la réunion d'une ville centre et des agglomérations qui l'entourent. Par conséquent, la métropolisation se traduit par un phénomène d'étalement urbain. Attirant tous les types de flux (humains, financiers, de marchandises, etc.), la métropole se trouve au centre des axes routiers et aériens.

La périphérie correspond aux espaces dépendant d'un centre. Les périphéries intégrées profitent des retombées tout en alimentant le centre (en main d'oeuvre, en matières premières, etc., selon les situations et l'échelle). Les périphéries délaissées sont entièrement dominées par le centre : elles sont polarisées par lui mais reçoivent très peu en retour.


Quelques informations sur le transport brésilien avant de partir

Même si la fréquentation des aéroports brésiliens reste faible par rapport à celle des aéroports européens, quelques améliorations y ont été apportées. Aujourd’hui, seulement quelques sites accueillent les vols internationaux, mais le pays est sur la bonne voie. Avec un secteur touristique qui ne cesse de se développer, les aéroports suivront assurément cette tendance.

Liaisons par bus et liaisons aériennes

C'EST PARTI!!

SAO PAULO et mondialisation

São Paulo est au cœur du capitalisme financier brésilien avec 28 sièges sociaux et est à l’articulation entre l’espace national et mondial avec la présence de nombreuses banques étrangères .

Sa bourse réalise 85 % des transactions de toute l’Amérique latine. São Paulo polarise à elle seule 40 % des actifs financiers du pays, 30 % des dépôts bancaires.

Cette dynamique s’accompagne dans l’hyper-centre de cette métropole de 22 millions d’habitants de la réorganisation spatiale des activités financières. Si le vieux centre historique garde certaines fonctions (siègede la banque centrale du Brésil, siège de la Bourse, de Petrobras), on assiste au glissement du cœur financier vers le nouveau quartier d’affairesde Faria Lima à partir des années 2000.

Il est vrai que São Paulo accueille 36 milliardaires, dont 28 % sont issus de la finance, qui représentent la moitié de la fortune des milliardaires brésiliens.

1

4

3

2

BUDGET: SAO PAULO

Budget quotidien :

Hébergement : 56 € par personne/nuit
Hôtels 2 ou 3 étoiles uniquement
Repas : 13 € par personne/jour
Restaurants à petit budget et fast-food la plupart du temps, un bon restaurant tous les 4 jours
Transports : 10 € par personne/jour
Transports en commun et 10 km/jour en taxi
Activités et visites : 5 € par personne/jour
Activités, sorties et visites limitées
Budget billet d'avion :
Aller/retour Paris ↔ São Paulo : 557 € par personne.

BUDGET TOTALE :
1138 € pour 1 personne sur 7 jours

São Luís Do Maranhão


Le centre de cette ville historique a préservé l'ensemble d'origine de ses rues au quadrillage rectangulaire. En raison d'une période de stagnation économique au début du XXe siècle, un nombre important de bâtiments historiques de grande qualité ont été conservés, en faisant ainsi un exemple exceptionnel de ville coloniale ibérique. Ce centre historique a été inscrit en 1997 au patrimoine mondial de l'Humanité de L'UNESCO.

São Luís vit actuellement principalement du tourisme et de son port. Mais c'est le commerce des matières premières sous le Brésil colonial (sucre, riz, coton) vers la Métropole portugaise qui a permis l'essor économique de la ville. Il permit à la ville de se doter de grands bâtiments commerciaux, de demeures somptueuses et de quelques églises.

Capitale de l'État de Maranhão

Sao Luis est la seule ville brésilienne fondée par des Français, au 17ème siècle, avant de passer sous le joug lusitanien.

MON TRAJET

SAO LUIS

  • J'ai pris l'avion de Paris pour aller à Belem , une grande ville de Brésil ,vu qu'il n'y a pas de vols directs vers Sao Luis .
PRIX DE L'AVION: 700€ .

  • Puis j'ai pris l'autobus pour me rendre à Sao Luis
(prix présent sur l'image à côté)

FAVELAS DE RIO DE JANEIRO

Le terme « favela » désigne ce que nous appelons bidonville chez nous. Les favelas brésiliennes sont les quartiers les plus pauvres du pays et malheureusement, il y en a partout. Malgré la précarité, la pauvreté et parfois même l’insécurité qui règnent en ces lieux, certaines d’entre elles sont accessibles aux touristes tandis que d’autres sont à éviter.

La favela Santa Marta


Elle se trouve à Rio de Janeiro, à proximité du quartier de Botafogo. C’est l’une des premières favelas à avoir été pacifiée au Brésil et de nos jours, elle est devenue un site incontournable lors d’un séjour dans la Cidade Maravilhosa alias, la belle Rio.

Les favelas sont caractérisées par :
  • les conditions de vie dégradées, leur occupation illégale sur des terrains auxquels leurs habitants ne sont pas censés avoir accès et par le manque d'infrastructure (eau, électricité, chauffage...).
  • L'exclusion sociale est à l'origine du développement de l'économie parallèle et de nombreux trafics, qui sont autant de stratégies de survie. Depuis les années 1980, le trafic de drogues a pris possession de nombreuses favelas, notamment à Rio de Janeiro entrainant une augmentation du taux de criminalité.
Les difficultés des favelas sont nombreuses :
  • Manque d'infrastructures (égouts, par exemple)
  • Misère
  • Violence : les gangs de la drogue se font la guerre dans les rues.
  • Trafics illégaux de drogue, d'armes, de prostitution...

Favela Santa Maria

ROUTE VERS FAVELA SANTA MARtA

Pour me rendre à Favela de Santa Marta , j'ai dû prendre l'avion de Paris vers Rio de Janeiro

Récemment, une sorte d'élévateur a été inauguré. Il s'agit de faciliter la mobilité des personnes qui y vivent, et aux touristes , car le dénivelé est important le long de la favela.Donc j'ai profité et utilisé ce nouveau mode de transport. Sa fonction est la même qu'un bus de ville, elle fera des arrêts aux différentes maisons.

Je suis allée explorer la favela avec un groupe des touristes et un guide pour un montant de 100 réals par personne (30 €) le déjeuner compris, dans une maison de zone. Les habitants sont assez impliqués dans l'activité touristique (étant donné qu'une partie des bénéfices collectés par ces visites leurs sont reversés) et ils s'efforcent de raconter leur vie quotidienne et font visiter leurs maisons, dans lesquelles on peut constater que la plupart sont équipées du wifi, de télévisions LCD et du câble pour regarder le football européen.

Le plus désagréable, ce sont les égouts à ciel ouvert qui, avec la chaleur et l'humidité existantes, dégagent une odeur importante.

CONCLUSION


Ce que je peut retirer de cette étude, c'est que le Brésil est un pays dans lequel règne un perpétuel affrontement entre, d'une part un développement se manifestant grâce à son influence politique et économique grandissante, et d'autre part des inégalités sociales et territoriales qui subsistent encore. Comme précisé, le Brésil occupe une place intermédiaire dans l'économie mondiale : il s'est suffisamment développé pour quitter son statut de Pays du Sud, mais des inégalités graves persistent encore, comme un seuil de pauvreté encore trop élevé, ce qui l'empêche de s'élever au rang de Pays du Nord.

La MONDIALISATION apparaît comme un processus qui laisse loin à l’écart les quartiers pauvres des villes des pays émergents d’Amérique latine, quartiers pensés comme espaces de ségrégation, exclus de la modernité, marqués par un mode de vie populaire dominé par la culture de l’informalité.
Ces secteurs urbains ne seraient touchés qu’indirectement par la dynamique des marchés financiers mondialisés, laquelle dégraderait la situation de leurs habitants par la montée du chômage et la précarisation du travail et creuserait un fossé croissant entre riches et pauvres dans leurs niveaux et types de consommation. L’effet de la mondialisation sur les pauvres et leurs territoires serait ainsi essentiellement d’accentuer leur exclusion sociale et urbaine.

merci!