Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

Transcript

Paris et les lumières sous le Second Empire:

Photo de fond qui représente les travaux nocturnes des constructions de la rue de Rivoli, éclairés par la lumière électrique, 30 septembre 1854.


Josse Bertille

Duquenne Léna

1G4

Les lumières de Paris en 1870 :


Pendant le XIXème siècle, l’éclairage public dominant Paris et la province est rendu possible grâce au gaz. Les 32 000 becs de gaz qui jalonnent les boulevards et les places de Paris nécessitent une manipulation quotidienne dont sont responsables les allumeurs de réverbères. À la fin du siècle, le réseau de gaz est peu à peu remplacé par l’électricité : l’allumage et l’extinction sont désormais commandés par des horloges et des postes centralisés, cette automatisation a pour conséquence la disparition du métier d’allumeur de réverbères.

Paris est aujourd’hui réputée pour ses nombreuses illuminations : de la tour Eiffel aux vitrines des grands magasins, c’est toute la ville qui scintille. Mais avant d’être celle que nous connaissons comme la « ville lumière », la capitale a longtemps vécu dans l’obscurité. L’éclairage régulier de Paris n’est apparu qu’au XVIIème siècle. Si les responsables politiques se sont très vite intéressés à l’éclairage des rues la nuit, c’est avant tout pour une question de sécurité. Au Moyen Âge, l’insécurité qui règne la nuit est un fléau qui frappe toutes les villes. La nuit tombée, les voleurs et les brigands se pressent dans les rues pour commettre leurs crimes.

Les éclairages ont permis aux habitants de pouvoir se promener le soir dans les rues, sans être dans la pénombre, tout en donnant un charme à la ville.

Lors des XIII et XIXème siècles, il y a une densification importante de la ville de Paris qui est due à la croissance démographique de son centre. Les rues deviennent de plus en plus étroites, ce qui provoque un gène pour la circulation. De plus, les populations pauvres sont de plus en plus nombreuses (à cause de la croissance démographique, il n’y a plus assez d’emplois pour tout le monde). A cela s'ajoute le fait que la capitale française souffre d’un réel manque d’hygiène. Les maladies et autres épidémies se multiplient. Par conséquent, les riches fuient le centre de Paris, et cherchent à s’installer en périphérie.

Napoléon III souhaite à tout prix moderniser Paris. Pour ce faire, il prend exemple le modèle anglais, l’Angleterre étant transformée par la révolution industrielle avec la mise en place de grands parcs et réseaux d’assainissement. L’empereur a également la volonté d’améliorer les logements des classes pauvres. C’est donc pour cette raison qu’Eugene Haussmann est nommé préfet de la Seine en juin 1853, avec pour mission « d’aérer, d’unifier et d’embellir Paris ».

Les éclairages feront donc partis des ces rénovations.

Le Monde.

https://www.lemonde.fr/archives/article/1984/03/19/haussmann-homme-de-fonte-lampadaires-bancs-publics-fontaines-kiosques-l-urbaniste-de-napoleon-iii-faisait-tout-dessiner_3138114_1819218.html : article du Monde (consulté le 31janvier)


https://www.gazdaujourdhui.fr/et-paris-fut-lumiere/ 31janvier http://jicede95.over-blog.com/2017/03/le-gazier-et-le-gaz-d-eclairage.html photo 1


http://vergue.com/post/447/Place-Hotel-de-Ville photo 2


http://sii-technologie.ac-rouen.fr/Microtechniques/STI2D/Projet_Lumea/Pour_aller_plus_loin/Histoire_de_l_eclairage_en_France.pdf (consulté le 31 janvier)





Avant cette période Haussmannienne, les éclairages urbains étaient rares puisqu’il n’y avait pas de trottoir. Avant les lampadaires fonctionnaient avec de l’huile. C’est donc en 1818 que Napoléon III créer la Compagnie Royal d’éclairage par le gaz. Haussmann réalise le premier éclairage public sur la place du Carrousel en 1818 et sur la rue Rivoli en 1819. En 1836 c’est 6 compagnies de gaz qui gèrent ces éclairages urbains qu’Haussmann fait fusionner en 1855 pour créer la Compagnie parisienne d'éclairage et de chauffage par le gaz. Dans les années 1840 c’est la moitié de Paris qui est éclairé au gaz avec environ 8 600 éclairages. Les premiers éclairages étaient accrochés au mur. (voir photo ci-dessous)


Lampadaires accroché au mur majoritaire à Paris:




En 1850 se repends les candélabres en fonte (voir photo ci-dessous)