Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Petite chronique d'un conflit et d'un pays pour comprendre quelque chose

Un pays : la Yougoslavie
Une guerre : 1991-...

Sommaire

1. Un pays

2. Les tensions

3. Slovénie-Croatie

4. Bosnie

5. Un autre regard

Fiche d'identité du pays

Un pays

1

Fiche d'identité

Un pays uni, en partie, par une histoire de lutte antifasciste durant la guerre, par une idéologie officielle basée sur le socialisme et l'autogestion et par un chef charismatique Tito.

Histoire du pays par les cartes

Un pays qui n'existe pas et qui est construit sur les ruines de l'Empire ottoman et de l'Empire d'Autriche-Hongrie en 1918. Après la seconde guerre mondiale, ce pays devient la République socialiste fédérative de Yougoslavie sous la direction du Maréchal Tito, héros de la résistance durant la guerre contre les Italiens et les Allemands.

Les populations


Un pays, mais une mosaïque de peuples vivant de façon largement mélangée notamment en Bosnie-Herzégovine et en Croatie.

Illustration de ces différences avec un billet de banque écrit dans les deux alphabets en cours en Yougoslavie (latin et cyrillique).

Les populations sont aussi catholiques, musulmanes et orthodoxes selon les cas...


La politique

Extrait d'un article du Monde diplomatique


Selon les évaluations les plus récentes, la Yougoslavie compte vingt millions d’habitants. Mais il n’y a pas vingt millions de Yougoslaves. Certains disent qu’il n’y en a qu’un : le président Tito, qui est d’origine croate. D’autres constatent qu’au cours des recensements successifs, seuls les musulmans de Bosnie se sont déclarés yougoslaves ou de nationalité indéterminée.

Il faut donc établir une nette discrimination entre la citoyenneté et la nationalité. On est citoyen yougoslave, mais on est en même temps de nationalité serbe, croate, slovène, macédonienne, etc. Il n’existe en effet ni langue ni nation yougoslaves.

La Yougoslavie est une fédération de peuples indépendants et égaux en droit. Aucun d’entre eux n’y possède l’hégémonie, même les Serbes, qui forment 42 % de la population et qui ont contribué, d’une manière décisive, par leur lutte opiniâtre contre l’oppression ottomane, contre la domination austro-hongroise, contre l’invasion nazie, et enfin contre la volonté soviétique de satellisation, à l’établissement, puis au raffermissement de l’indépendance yougoslave.

Fidèles aux enseignements de Lénine, les communistes yougoslaves ont toujours combattu le panserbisme et les tendances hégémoniques d’un Etat centralisé. Contrairement à ce qui se passe en U.R.S.S., où les Russes jouent le rôle dominant, toute velléité d’imposer la prépondérance politique ou culturelle serbe s’est heurtée non seulement à un refus résolu des peuples minoritaires, mais aussi à celui des dirigeants serbes eux-mêmes.

Faut-il rappeler avec quelle farouche résolution les Yougoslaves ont résisté aux ingérences soviétiques, n’hésitant pas, pour préserver leur indépendance si chèrement conquise, à rompre les liens avec les Etats à direction communiste, soumis à la férule de Staline.


« La fédération yougoslave tend à réaliser l’unité dans la diversité », par Victor Fay (abonnés, octobre 1967) // https://www.monde-diplomatique.fr/28032

Un pays qui se fracture

les tensions

2

La rupture

Les facteurs de désunion augmentent sans cesse sous les coups des nationalismes de tous les bords et d'une crise économique qui augmente les égoïsmes nationaux. Chacun veut la plus grande part du gâteau qu'est le pouvoir.

Les Serbes veulent tout le pouvoir et les minorités rêvent d'indépendance.

Une crise économique

Un monde change : fin du bloc de l'Est, chute du mur de Berlin, fin des idées socialistes.

De Tito aux nationalismes

Quand la Slovénie et la Croatie veulent partir.

lA guerre (1)

3

La guerre (1)

Les deux républiques les plus riches (Slovénie et Croatie) ne veulent plus payer pour la Yougoslavie de plus en plus contrôlée par les Serbes. En 1990 et en 1991, elles se déclarent indépendantes.

Le pouvoir yougoslave dirigé par les Serbes lance l'armée contre les deux Républiques. La Slovénie évite une guerre sanglante du fait de son homogéneïté mais la Croatie plonge dans la guerre.

Mai 1991 : les deux camps se regardent et se préparent au pire... On est dans l'enclave serbe de Croatie autour de Krain (Krajina).

Novembre 1991 : l'armée fédérale (serbe) est intervenue à Vukovar en Croatie pour reprendre le contrôle de la ville aux forces croates. La guerre est là.

La guerre (1)

Entre le 17 août 1990 et le 12 novembre 1995, la guerre de la république de Croatie contre les Yougoslaves et les Serbes de Croatie fait plus de 200 000 morts.

1995 : La guerre a duré et les Croates veulent en finir avec ses Serbes de Krajina.

1991 : La ville croate de Dubrovnik est attaquée et assiégée par l'armée et la marine fédérale. La guerre est généralisée en Croatie.

Quand la Bosnie-Herzégovine veut partir.

lA guerre (2)

4

La guerre (2)

Septembre 1991, les Serbes de Bosnie proclamèrent six régions autonomes et firent appel à l’armée fédérale (dominée par les Serbes).
Le 15 octobre, le Parlement bosniaque vota et proclama l’indépendance du pays. Les députés serbes qui avait boycotté le vote, formèrent de leur côté un parlement indépendant.
Le 29 février 1992, le nouvel Etat bosniaque organisa un référendum sur l’indépendance, afin d’obtenir une reconnaissance internationale. Les Serbes boycottant le vote, le « oui » l’emporta et le nouvel Etat fut effectivement reconnu par la Communauté européenne le 6 avril 1992.

La guerre (2)

La population bosniaque ne pouvait imaginer que son choix en faveur de l’indépendance allait être considéré par certains comme un "oui" à la guerre. En réponse à cela, l’Assemblée du peuple serbe proclama dès le lendemain l’indépendance de la "République serbe de Bosnie-Herzégovine", la Republika Srpska.
La guerre de Bosnie-Herzégovine débuta donc le 1er mars 1992. Ce jour là, un Serbe est tué a Sarajevo. La population sarajevienne, toutes religions confondues, descendit dans la rue pour clamer haut et fort qu’elle ne voulait pas de la guerre. Des manifestants furent abattus par des snipers serbes cagoulés. L’Etat de guerre commença.

La ville de Sarajevo est assiégée.

La guerre (2)

Dans toute la Bosnie, les villes sont assiégées. Les populations subissent la guerre au quotidien : épuration éthnique, combats, rationnement, froid et les médias pour le dire au monde.

Mai 1993 : La ville de Sarajevo est assiégée.

Juillet 1995 : L'enclave de Srebrenica est perdue...

1992 : Le camp d'Omarska en Bosnie.

La guerre (2)

La guerre s'arrête avec les Accords de Dayton en 1995.

1992 : Les massacres en Bosnie.

Srebrenica

Voir pour comprendre...et ressentir.

Un autre regard

5

Une chaine Youtube d'un journaliste qui montre ses vidéos prises durant le conflit. La guerre par l'objectif brute d'une caméra.

Des films

A une journée de voiture de chez nous