Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Emilie Brénot

INSPE Toulouse Occcitanie-Pyrénées

L'évaluation

Lundi 31 janvier 2022

M1 U2 matière 2 STAGE

1/ Evaluation et entraînement

2/ Les différents types d'évaluation

3/ Evaluateurs "influencés" ?

4/ Notation et évaluation par compétences

5/ La correction des productions des élèves

Pour vous, évaluer, c'est ...

www.wooclap.com/CXHXFS

Qu'est-ce que l'évaluation ?

Quelques définitions ...

- Dictionnaire actuel de l'éducation


- Sylvain Connac

"L'évaluation est une tentative de mesure entre


ce que l'on voit (une performance réalisée) et

puis ce qui est attendu (une norme)."


S.Connac

Evaluer signifie déterminer précisément ce qu’on veut évaluer et mesurer, c’est-à-dire:

► Définir au préalable les objectifs, les situations et les tâches

► Dresser un inventaire d’actes de parole

► Définir les niveaux à atteindre ou une hiérarchie de niveaux

► Définir les critères d’évaluation et les critères de passation des tests etc.


L’évaluation d’une langue est donc un processus complexe.

L’évaluation est avant tout un acte formatif, qui se situe dans le continuum de l’apprentissage et qui apporte une contribution importante à l’appropriation d’une langue étrangère.

L'évaluation ne doit pas une fin mais un moyen. Elle est une étape dans les apprentissages et rend possible la progression.
En étant un moyen, on va encore pouvoir apprendre de l'évaluation.

Qu'évaluons-nous ?

www.wooclap.com/BMPTLG

Qu'évaluons-nous ?
Sous quelle(s) forme(s) ?

5 activités langagières / Savoirs / Savoir-faire / Compétences langagières communicatives / Tâches intermédiaires / Projets finaux

Lien évaluation / entraînement

Entraîner, c'est ...

Evaluer, c'est :

Attention, évaluer, ce n'est pas forcément noter !

Cécile Delannoy : « Evaluer n’est pas noter, évaluer c’est apprécier, critiquer, admirer, conseiller, suggérer des améliorations... »

La notation est une forme d'évaluation.

Ce que demande l'Institution

Extrait du rapport de l’Inspection Générale de LV sur l’évaluation (janvier 2007)

Il s'agit de passer d'une évaluation des savoirs linguistiques à une évaluation de la performance en langue, d'une évaluation référée à une norme idéale (absolu bilinguisme) à une évaluation référée à des niveaux-cibles définis par les programmes, d'une évaluation globalisante et négative à une évaluation analytique, critériée et positive.

Dans le rapport annexé à la Loi de refondation de l'Ecole de la République du 8 juillet 2013 :

Faire évoluer les modalités d'évaluation et de notation des élèves :
Les modalités de la notation des élèves doivent évoluer pour éviter une « notation-sanction » à faible valeur pédagogique et privilégier une évaluation positive, simple et lisible, valorisant les progrès, encourageant les initiatives et compréhensible par les familles. En tout état de cause, l'évaluation doit permettre de mesurer le degré d'acquisition des connaissances et des compétences ainsi que la progression de l'élève.

Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l'éducation

P5 Évaluer les progrès et les acquisitions des élèves

- En situation d'apprentissage, repérer les difficultés des élèves afin mieux assurer la progression des apprentissages.
- Construire et utiliser des outils permettant l'évaluation des besoins, des progrès et du degré d'acquisition des savoirs et des compétences.
- Analyser les réussites et les erreurs, concevoir et mettre en œuvre des activités de remédiation et de consolidation des acquis.
- Faire comprendre aux élèves les principes de l'évaluation afin de développer leurs capacités d'auto-évaluation.
- Communiquer aux élèves et aux parents les résultats attendus au regard des objectifs et des repères contenus dans les programmes.
- Inscrire l'évaluation des progrès et des acquis des élèves dans une perspective de réussite de leur projet d'orientation.

BO de préparation de rentrée 2014 (BO n°21 du 22 mai 2014)

Pour optimiser l'évaluation, il faut connaître son fonctionnement...

... les différentes formes d'évaluation

1. Avant l’apprentissage ►Evaluation diagnostique

2. Pendant l’apprentissage ► Evaluation formative
3. Après l’apprentissage ► Evaluation sommative

L'évaluation diagnostique

Notation ?

Cette évaluation n’a pas pour but de noter mais de prendre « le pouls » de la classe, des élèves.

►Pour organiser des groupes de travail?

► Pour planifier une progression?



Mettre une note, comptabilisée dans une moyenne, reviendrait à mettre un certain nombre d’élèves en difficulté, à les étiqueter d’emblée.



►approche constructiviste de l'apprentissage

►moyen de faire progresser les élèves

processus d'accompagnement au service des apprentissages

►sa fonction : renseigner l'élève et l'enseignant sur les acquis ou les éléments à améliorer

Importance de la mise en œuvre de critères d'évaluation en début de séquence (par une démarche de contractualisation ou de négociation) : l'apprenant peut mesurer le chemin parcouru et celui restant à parcourir.

► Concept de l'erreur formative

L'évaluation formative

Avant d’évaluer en sommatif, vous devez avoir entraîné vos élèves (tout au long de la séquence).

Séquence = moments d’apprentissage

►Moments pendant lesquels on pose des savoirs
►Moments pendant lesquels on entraîne à l’utilisation des savoirs
►Moments pendant lesquels on vérifie la progression des apprentissages ► C’est l’évaluation formative

2. RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES : « EN SITUATION D'APPRENTISSAGE, REPÉRER LES DIFFICULTÉS DES ÉLÈVES AFIN DE MIEUX ASSURER LA PROGRESSION DES APPRENTISSAGES »

ITEMS EN RELATION AVEC L’ÉVALUATION FORMATIVE ISSUS DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES

Construire et utiliser des outils permettant l'évaluation des besoins, des progrès et du degré d'acquisition des savoirs et des compétences.

Analyser les réussites et les erreurs, concevoir et mettre en œuvre des activités de remédiation et de consolidation des acquis.

Faire comprendre aux élèves les principes de l'évaluation afin de développer leurs capacités d'auto-évaluation.









« le fait de prendre le pouls des élèves au travail et de pouvoir ainsi intervenir sur le moment (…) elle est une dimension de l’apprentissage : en permettant l’ajustement progressif de la démarche à l’objectif, elle est au cœur de l’acte d’apprendre, y apporte une dynamique et en garantit l’efficacité ».

Philippe MEIRIEU, L’école, mode d’emploi. Des « méthodes actives » à la pédagogie différenciée, 2016
(chercheur, essayiste et homme politique français, spécialiste des sciences de l'éducation et de la pédagogie)

Elle permet de faire un bilan en cours d'apprentissage et réorienter les apprentissages en cas de difficulté repérée.

Elle doit permettre de répondre à la question suivante : est-il (suis-je) en voie d’atteindre l’objectif?

Elle est un entraînement à l’élaboration du projet final.

En cours de séquence, évaluation formative sur une situation voisine à celle du projet final.

Attention à l’accumulation de dispositifs superposés : il existe différents types d’évaluations formatives, il serait contreproductif car lassant et répétitif d’essayer de toutes les mettre en place dans une même séquence.

Notation de l'évaluation formative?

L'évaluation formatrice

Se place du côté de l’élève.
Auto-évaluation


►Création d’une fiche d’auto-positionnement

L'évaluation sommative

en fin d’apprentissage

►Elle permet d’estimer les connaissances et les compétences acquises de l’apprenant, d’en faire un inventaire, et de déterminer la suite de l’apprentissage.

►L’élève est évalué par rapport à un « contrat » (objectifs, séquences/programme….)

►Elle permet d’estimer dans quelle mesure les objectifs du projet sont atteints par le biais de grilles critériées, objectives et lisibles par tous.
Elle est résolument POSITIVE (et non négative à partir d’un idéal de maîtrise totale de la langue).

Notation ?

L’évaluation sommative doit être notée.

► En fonction d’un niveau de référence (outil pour le professeur) : descripteurs CECRL : A1/ A2/B1/B2/C1.

► A l’aide d’une grille de critères élaborée au moment de la conception de la séquence.

Le CECRL préconise une évaluation positive :
c'est à dire une évaluation qui juge une performance dans la langue selon des critères bien déterminés et non plus une performance globale visant à une maîtrise parfaite de la langue.

Il nous faut donc nous prononcer sur le degré de maîtrise de la langue dans l’accomplissement d’une tâche de communication.

« On peut communiquer parfaitement et agir parfaitement dans une langue… imparfaite. » Christian Puren.

Une évaluation, même positive doit nécessairement s’appuyer sur des critères qualitatifs.

Le CECRL fournit au chapitre Compétences Langagières Communicatives (pages 136 à 151) 13 critères qualitatifs pour la production écrite ou orale, avec, pour chacun, une grille situant le niveau de réussite de A1 à C2 pour certains, de A2 à C2 pour la plupart.

►Etendue linguistique générale (page 137 du CECRL)
A2 : Possède un répertoire limité de courtes expressions mémorisées couvrant les premières nécessités vitales des situations prévisibles ; des pannes fréquentes et des malentendus surviennent dans les situations imprévues.

Etendue du vocabulaire (page 138 du CECRL)
B1 : Possède un vocabulaire suffisant pour s’exprimer à l’aide de périphrases sur la plupart des sujets relatifs à sa vie quotidienne tels que la famille, les loisirs et les centres d’intérêt, le travail, les voyages et l’actualité.

Maîtrise du vocabulaire (page 140 du CECRL)
B2 : L’exactitude du vocabulaire est généralement élevée bien que des confusions et le choix de mots incorrects se produisent sans gêner la communication.

Correction grammaticale (page 139 du CECRL)
A2 : Peut utiliser des structures simples correctement mais commet encore systématiquement des erreurs élémentaires comme, par exemple, la confusion des temps et l’oubli de l’accord. Cependant le sens général reste clair.

Ces 13 critères qualitatifs sont les suivants :

Maîtrise du système phonologique (page 142 du CECRL)
B1 : La prononciation est en général intelligible ; l’intonation et l’accentuation des énoncés et des mots sont presque corrects. L’une ou l’autre des langues qu’il/elle parle a en général une influence sur l’accent et la compréhension peut en être affectée..
Maîtrise de l’orthographe (page 143 du CECRL)
B2 : Peut produire un écrit suivi, clair et intelligible qui suive les règles d’usage de la mise en page et de l’organisation. L’orthographe et la ponctuation sont relativement exactes mais peuvent subir l’influence de la langue maternelle.
Correction sociolinguistique (page 144 du CECRL)
A1 : Peut établir un contact social de base en utilisant les formes de politesse les plus élémentaires: accueil et prise de congé, présentations, dire “merci”, “s’il vous plait”, “excusez-moi”, etc.
Souplesse (page 146 du CECRL)
B2 : Peut s’adapter aux changements de sujet, de style et de ton rencontrés normalement dans une conversation. Peut varier la formulation de ce qu’il/elle souhaite dire. Peut reformuler une idée afin de mettre l’accent sur un point ou de l’expliquer.
Tours de parole (page 147 du CECRL) B1 : Peut intervenir dans une discussion sur un sujet familier en utilisant une expression adéquate pour prendre la parole.

Développement thématique (page 148 du CECRL)
B2 : Peut faire une description ou un récit clair en développant et argumentant les points importants à l’aide de détails et d’exemples significatifs.

Cohérence et cohésion (page 149 du CECRL)
A2 : Peut utiliser les articulations les plus fréquentes pour relier des énoncés afin de raconter une histoire ou décrire quelque chose sous forme d’une simple liste de points.

Précision (page 150 du CECRL)
B1 : Peut expliquer les points principaux d’une idée ou d’un problème avec une précision suffisante.

Aisance à l’oral (page 151 du CECRL)
A2 : Peut se faire comprendre dans une brève intervention, même si la reformulation, les pauses et les faux démarrages sont très évidents.

Même si nous sommes dans une démarche d’évaluation positive, il ne s’agit pas de ne pas s’intéresser aux erreurs et aux maladresses.

Cependant, le repérage de ces erreurs ne doit pas être confondu avec l’aptitude des élèves à réaliser des tâches communicatives.

CECRL 2022

Le Conseil de l'Europe vient d'éditer un nouvel ouvrage sur le CECRL : Cadre européen commun de référence pour les langues: apprendre, enseigner, évaluer - Volume complémentaire (2022)

ATTENTION! Évaluer ce n’est pas contrôler !

Il faut bien sûr contrôler les leçons (sans cela les élèves n’apprennent pas!) mais ces notes ne sont pas révélatrices du niveau de l’élève.

Il faut aussi et surtout évaluer leurs compétences…

L'évaluation certificative

Il s'agit d'une évaluation sommative sanctionnée par la délivrance d'une attestation.

Evaluateurs "influencés"

L'effet Pygmalion

ou comment le regard de l'enseignant a une influence importante sur les performances des élèves....

Dès que les professeurs commencèrent à le traiter en bon élève, il le devint véritablement : pour que les gens méritent notre confiance, il faut commencer par la leur donner ».
Marcel Pagnol, Le temps des amours, 1977

L'effet Pygmalion est une prophétie autoréalisatrice.

L'effet de Golem

C'est le pendant négatif de l'effet Pygmalion.

Autres influences repérées dans les pratiques d'évaluation

►Effet de fatigue ou d'ennui


► Effet de stéréotypie


► Effet de halo


► Effet de tendance centrale


► Effet de l'ordre de correction

Processus inconscients

La constante macabre, Antibi (2003)

A.Antibi a constaté que dans le système scolaire français, les notes, pour être crédibles, doivent suivre une courbe de Gauss, répartissant implacablement les élèves d'une classe en un tiers de bons, un tiers de moyens et un tiers de mauvais («la constante macabre »).

Que propose André Antibi pour "se libérer" de cette constante macabre ?

► Système d'évaluation par contrat de confiance

Concrètement ?

1. Programme de révision :


2. Séance de questions-réponses :


3. Élaboration et correction du sujet :

Les résultats de cette méthode

Réflexion :


En espagnol, qu'en est-il de ce contrat de confiance ?

Les barèmes ?

Utilité :
►uniformiser la correction
►ne pas créer d’inégalité

Les correcteurs munis de barèmes sont censés porter le même regard sur les copies puisqu’ils ont les mêmes critères d’évaluation et attribuent le même nombre de points.


Question : un barème est-il un gage de fiabilité?

Quelques expérimentations...

Réflexion(s) ... ?

Que signifie une note?

Que nous dit une note?

Quelle est l’importance de la note dans le cursus d’un élève?

Y a-t-il des alternatives à la note?

Noter, est-ce la même chose qu'évaluer ?

4/ Notation et évaluation par compétences

Rappel :
Une compétence est un ensemble cohérent et indissociable de : ►Connaissances (ou savoirs)
►Capacités (savoir-faire)
►Attitudes (savoir être)



Elle s’évalue au travers de tâches complexes.




Définition de tâche complexe

La tâche complexe est une tâche mobilisant des ressources internes (culture, capacités, connaissances, vécu...) et externes (aides méthodologiques, protocoles, fiches techniques, ressources documentaires...).


Elle fait donc partie intégrante de la notion de compétence.


Dans ce contexte, complexe ne veut pas dire compliqué.


►Elle y est entrée avec l’obligation de « la validation A2 » au DNB (brevet des collèges) 2008.

► Elle s’est installée par le biais du "Socle commun des connaissances et des compétences" en 2011.
La validation des 7 piliers du Socle est nécessaire à l'obtention du DNB.

► Elle prend toute sa place dans la réforme du collège de 2016 avec le Socle commun des connaissances, des compétences et de culture et le LSU (livret de Scolarité Unique).

L'évaluation par compétences au collège

Le SC3C

Rentrée scolaire 2016, B.O n*17 23 avril 2015

- Il identifie les connaissances et compétences qui doivent être acquises à l'issue de la scolarité obligatoire.

- Il s'articule autour de 5 domaines donnant une vision d'ensemble des objectifs des programmes de l'école élémentaire et du collège qui déclinent et précisent ce nouveau socle.

- Sa maîtrise s'acquiert progressivement pendant les trois cycles de l'école élémentaire et du collège.

  • D1 : les langages pour penser et communiquer ;
  • D2 : les méthodes et outils pour apprendre ;
  • D3 : la formation de la personne et du citoyen ;
  • D4 : les systèmes naturels et les systèmes techniques ;
  • D5 : les représentations du monde et l'activité humaine.

En fin de cycle 4, les élèves doivent atteindre :

- pour la LV1 : le niveau B1 dans au moins 2 AL et le niveau A2 dans les autres.

- pour la LV2, le niveau A2 dans au moins 2 AL.

Les langues vivantes contribuent explicitement à l’évaluation de la maîtrise des domaines du socle, tout particulièrement le domaine 1 mais également les domaines 2, 3 et 5.
L’évaluation se fait sur la base des connaissances et compétences fixées par les programmes d’enseignement.

PROGRAMMES DE COLLÈGE 2016 : COMPÉTENCES/LV/CYCLE 4

1/ évaluation par compétences (socle)

Titre 2

Est-ce la fin des notes ?

Pour l’instant, l’évaluation notée (notes demandées par l’Institution pour les bulletins, les orientations…) cohabite avec l’évaluation par compétences.

Importance des notes dans le nouveau BAC avec le contrôle continu.

Les parents la plébiscitent et les élèves l’attendent !

Les organismes de formation post 3ème/ post bac l’exigent .

5/La correction des productions des élèves

a/ le professeur chez lui devant ses copies

PRODUCTION ECRITE

PRODUCTION ORALE

b/ Le professeur en classe, devant ses élèves

Lors du prochain TD (lundi 14 février)

- remise des copies + éléments de correction

- bref retour sur le CM EVALUATION

- analyse et construction de grilles

- correction de copies

Merci pour votre attention !