Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

MODULE: Business Plan

Play

3 séances de CM

2 séances de TD


Maîtriser les processus clés de la création: les différentes étapes

Discerner l’esprit d’entreprise, la passion des entrepreneurs, leurs besoins

de créer et d’innover

Appréhender la viabilité du projet: au sens marketing, comptable et juridique

Savoir rédiger un business plan

Objectifs


Business Plan


  • Les différentes étapes à la création d’entreprise
  • Le profil du créateur : ses motivations, freins, compétences
  • L’étude de marché: macro environnement, analyse de la concurrence
  • L’offre de produit et/ou service: description produit et/ou service

Notions clés abordées




  • La stratégie marketing: Positionnement client, le prix, la distribution, la communication
  • Le schéma financier: bilan, compte de résultat, le plan de financement
  • L’organisation juridique: les différents statuts juridiques

Bibliographie

Robert Papin. La création d'entreprie

(16 édition). Dunod

Section 1:

Introduction & Les étapes à la création d’entreprise

Business Plan:

Qu’est-ce qu’une entreprise?

Une entreprise est un ensemble de moyens (personnel et capital) réunis et organisés destinés à produire des biens et/ou des services qui seront vendus pour réaliser des bénéfices.

I - DEFINITION

INTRODUCTION:

Qu’est-ce qu’une entreprise

Une entreprise peut produire soit des biens, soit des services soit les deux à la fois.

Un bien est un produit ou objet réalisé.

-Biens de consommation:

-Produits d’équipement:


Un service est le résultat d'une activité qui ne se traduit pas par un support matériel mais qui a une valeur économique.

Ces biens et services correspondent à un BESOIN.

Ils constituent une OFFRE, qui doit répondre à la DEMANDE.

II ) TYPE DE PRODUCTION D’UNE ENTREPRISE

INTRODUCTION:

les produits alimentaires, papier, carburant ...

voitures, réfrigérateurs, machines …

ex Banque: Prêts, assurances

Qu’est-ce qu’une entreprise

Une entreprise se définit par : Son nom & Son adresse .

Les critères pour classer les entreprises.

a) Le secteur d’activité: en fonction de leur secteur d’activité (la nature de l’activité).




Une entreprise peut avoir des activités de natures différentes.

(ex Darty : entreprise commerciale et prestataire de service)

La raison sociale

III - LA CLASSIFICATION DES ENTREPRISES

INTRODUCTION:

Secteur SECONDAIRE

Secteur PRIMAIRE

Secteur QUATERNAIRE

Secteur TERTIAIRE

La rasion sociale

Le siège social

Entreprises de production de matière première (bois, pétrole, minerai…)

Entreprises de production Industriel -transformation de matière première- (Automobile, Électroménager, Informatique, etc…)

Entreprises de production de service (Assurance, Banque, Opérateur, etc…)



Entreprises de production de HAUTE TECHNOLOGIE (Spatiales, aéronautiques..)

Qu’est-ce qu’une entreprise

B) La taille

INTRODUCTION:

en fonction des effectifs.

Qu’est-ce qu’une entreprise

Toutes les entreprises n'ont pas la même structure de fonctionnement, (nombres de salarié, type de production….).


Organigramme:

Système de représentation hiérarchisé ayant pour but de mettre en évidence les relations entre les services ou les personnes.


Fonction:

rôle à accomplir au sein de l’entreprise.

IV) STRUCTURE DES ENTREPRISES

INTRODUCTION:

Qu’est-ce qu’une entreprise

IV) STRUCTURE DES ENTREPRISES

Qu’est-ce qu’une entreprise

V) L’ENVIRONNEMENT DE L’ENTREPRISE

INTRODUCTION:

Quelques chiffres au 1er Trimestre 2019

21 7651 création d’entreprises

Soit + 18 % par rapport au 1er trimestre 2018.

87 % sous la forme juridique d’entreprise unipersonnelle

(dont plus de la moitié sont des micro-entrepreneurs).

INTRODUCTION:

Quelques chiffres au 1er Trimestre 2019

Tous les secteurs d’activité sont concernés par la croissance du nombre de nouvelles entreprises,

à l’exception du commerce de bouche qui connaît une sensible diminution (- 2 %).

INTRODUCTION:

Quelques chiffres au 1er Trimestre 2019

INTRODUCTION:

Profil des créateurs

33% au chômage

Avant de créer, une majorité des créateurs étaient au chômage (33%) ou salariés du secteur privé (28%)

19%

conservent une activité rémunérée en parallèle de leur création.

70% des créateurs sont des hommes

63%

créent une entreprise qui correspond à leur métier de base

INTRODUCTION:

Ils sont plus ou moins diplômés…

INTRODUCTION:

Profil des créateurs

Il n'y a pas d'âge pour entreprendre

INTRODUCTION:

Profil des créateurs

Ils ont peu de ressources financières

INTRODUCTION:

Profil des créateurs

INTRODUCTION:

Profil des créateurs

Les étapes & le parcours de la création d’entreprise

Les étapes de la création d’entreprise

IDEE

La Personne

Projet

Lancement

Etude de la faisabilité

Début des opérations

-Ses Motivations

-Son Profil entrepreneurial

-Ses Compétences techniques, commerciales…

-Ses Atouts, ses faiblesses

Capacité entrepreneuriale

Administratives

Economiques et financières

Inscription au CFE

-Impôts, URSAFF….

-Déblocage du prêt à la banque

-Disposition du local, Achat de matériels, marchandises

-Lancement de la publicité de démarrage

-Gestion de l’activité

1

2

3

4

Stratégie commerciale

Financière

Juridique

Etude de Marché

Prévisionnel

Choix du statut juridique :

Régime social et fiscal

5

6

7

vidéo

Questions:

Qui sont les créateurs d’entreprise?

Qu’implique une création d’entreprise?

Pourquoi la vidéo renvoie à l’image de l’enfant?

Quelles caractéristiques doit-on disposer?

1.1- L’étude de l’idée

Les moins

&

les plus

Caractéristique du produit/service

Utilité

besoins auxquels elle

répond

Avantages concurrentiels

Faîtes preuve d’esprit critique

Section 2:

LA CRÉATION D’ENTREPRISE: DE L'IDÉE AU PROJET

Business Plan:

1- L’Idée

L’origine de l’idée?

d’une expérience antérieure

d’une formation

d’une opportunité

d’un besoin

repéré

ses expériences de vie

Ses Motivations

ses faiblesses

Ses atouts

2- ENTREPRENEUR Potentiel

Besoin d’autonomie

Être indépendant

Evolution professionnelle

Idée nouvelle de produit, ou de marché

Augmenter ses revenus

Vivre une passion-Changer de vie

Se créer un emploi

2.1 Les motivations à l’entrepreneuriat

la question du financement

Absence d’idée

Importance des responsabilités et investissement psychique

disqualification de soi

Peur du risque

Peur de la perte de ses avoirs (faillite)

Insécurité par rapport au salariat

2.2 Les freins à l’entrepreneuriat

2.3 C’est quoi, un entrepreneur?

C’est une personne qui passe à l’action.


C’est un individu qui a le courage de concrétiser ses rêves, d’ignorer les risques et utiliser son plein potentiel de créativité pour innover.


C’est quelqu'un qui voit des possibilités et des solutions là où les autres voient des problèmes, et qui sait ensuite saisir ces opportunités.

La solidarité

Leadership

Ambition

Autonomie

Créativité

Le sens des responsabilités

2. 4 L’entrepreneurial attitude

2.4 Le profil entrepreneurial?

Nous allons disséquer l’anatomie de Jean afin de comprendre quelles caractéristiques propres peuvent lui conférer un profil entrepreneurial

2.5 Les formes d’entrepreneuriat

Formes

La création pure
(création ex nihilo)


La création en franchise


La reprise d’une entreprise


La transmission

Caractéristiques

Création d’une nouvelle entreprise à partir d’une nouvelle idée ou d’un modèle existant.

Création d’une nouvelle unité de réseau déjà existant.
Soumise à des droits d’entrée et/ou redevances.

Rachat de tout ou partie d’une entreprise existante

Cession pour cause de départ en retraite.
Peut se faire sous forme de:

-donation

-Cession des actifs de l’entreprise

-Cession de titres de la société

-De location gérance

Exemples

Création d’un food truck, d’une application de réservation en ligne……

Mac Donald’s, Brioche dorée
Balladins, B&B Hôtels….

Deux formes possibles:
-le rachat du fonds de commerce

-le rachat de titres de la société

La transmission familiale d’un restaurant


La transmission à un ou plusieurs salariés de l’entreprise

2.5 Les formes d’entrepreneuriat

L’entrepreneuriat concerne également les salariés

2.6 Conclusion

Le fait qu’une ou plusieurs personnes engagent des ressources financières, humaines, matérielles pour mener à bien un projet d’entreprise et en assument les risques économiques.

❖ L’entrepreneuriat:

❖ L’entrepreneuriat:

désigne l’action d’entreprendre

est porté par des entrepreneur(e)s, doté(e)s:

*d’un « esprit entrepreneurial »:

*D’une dynamique entrepreneuriale:

fondé sur le besoin d’indépendance, le goût du risque, la volonté, la prise d’initiative…..

fondée sur la capacité à appréhender les évolutions de son environnement, saisir les opportunités, innover, convaincre…..

L’entrepreneuriat repose sur un principe général ayant valeur constitutionnelle: la liberté d’entreprendre

Différer le projet pour :

Se former à la culture

Entrepreneuriale

Acquérir de nouvelles compétences…

1er diagnostic Idée/Personne

Etape 3 :

Etude de la faisabilité

Renoncer à ce projet et chercher des solutions alternatives

vidéo: Une nouvelle forme d’alimentation

Questions:

Connaissez-vous les produits de cette entreprise?

Que pensez-vous du projet de Bastien et Clément?

phase 1:

3. L’étude d’un projet

3. L’étude d’un projet

BGE AISNE - COPYRIGHT

  • Décrivez votre projet en une phrase
  • Isolez chaque élément important

phase 1:

EXEMPLE

phase 1:

BGE AISNE - COPYRIGHT

  • Trouvez pour chaque élément 2 autres options possibles
  • Soulignez les éléments que vous n’envisagez pas de changer : c’est votre cœur de métier
  • Entourez les options que vous pouvez envisager dans le futur : c’est votre potentiel de croissance

3. L’étude d’un projet

phase 1:

BGE AISNE - COPYRIGHT

  • Trouvez pour chaque élément 2 autres options possibles
  • Soulignez les éléments que vous n’envisagez pas de changer : c’est votre cœur de métier
  • Entourez les options que vous pouvez envisager dans le futur : c’est votre potentiel de croissance

3. L’étude d’un projet

BGE AISNE - COPYRIGHT

  • Décrivez la principale caractéristique de votre produit en 1 phrase
  • A partir de là, identifiez un bénéfice direct pour le client

3. L’étude d’un projet

phase 1:

BGE AISNE - COPYRIGHT

  • À quel besoin répond mon projet?

3. L’étude d’un projet

phase 1:

Etude de marché :
par où faut-il commencer ?

BGE AISNE - COPYRIGHT

Clé de voûte de la réussite de votre projet

3. L’étude d’un projet

phase 2:

Etude de marché : 5 ingrédients ?

BGE AISNE - COPYRIGHT

Quelques outils à maîtriser

Du courage et de la persévérance

Un regard extérieur

Du recul

Du bon sens

Cinq ingrédients

3. L’étude d’un projet

phase 2:

Pourquoi faire une étude de marché ?

BGE AISNE - COPYRIGHT


  • Pour vérifier que le projet a un avantage concurrentiel certain (prix, qualité, technologie…)

  • Pour vérifier l’existence d’un marché (répond-il à un besoin ?)
  • Pour déterminer la stratégie commerciale à adopter

  • Pour chiffrer un projet (CA, marge, résultat…)

3. L’étude d’un projet

phase 2: Étude de marché:

BGE AISNE - COPYRIGHT


Recueillir les informations quantitatives (chiffres) et qualitatives,

en mettant de côté ses premières impressions sur le potentiel d’un marché.

C’est un diagnostic (= état des lieux) de l’existant, à savoir sur l’offre – demande, l’environnement.

J’ai un projet

Je me fais une idée

du marché actuel

Etude

de marché

Qu’en est-il

réellement ?

3. L’étude d’un projet

phase 2: Étude de marché

Le but?

BGE AISNE - COPYRIGHT


Collecter le plus d’informations pertinentes possibles : c’est un ensemble d’actions

  • Se déplacer sur les lieux stratégiques (ex : mairies…)
  • Assister à des conférences lors de salons professionnels
  • Utiliser la presse et Internet
  • S’alimenter auprès des sources professionnelles
  • Arpenter un centre commercial
  • Mener des enquêtes sur le terrain
  • Interviewer des experts

3. L’étude d’un projet

phase 2: Étude de marché

Comment faire ?

3.1 Les composantes essentielles d’un marché

BGE AISNE - COPYRIGHT


- de l' offre

- des actions commerciales à mener

- des objectifs réalisables

- de la communication à prévoir


Objectifs


-Se faire une idée précise sur les différents intervenants

-Comprendre et anticiper les conséquences de l’évolution du marché

Une étape indispensable pour décider:

⇨ Consiste à savoir : que va-t-on vendre, à qui, pourquoi, pour quel besoin et comment ?

3. 1 Les composantes essentielles d’un marché

BGE AISNE - COPYRIGHT

Les Fournisseurs

L’Emplacement

Produit / Service

L’Environnement

(règlementaires, technologie…)

Les Clients :

acheteurs, consommateurs,

prescripteurs…


exemple

Marché du Prêt-à-porter

Les Concurrents :

directs ou indirects

La Distribution

Le Prix

phase 2: Étude de marché

3.2 Etude de marché : intérêt ?

Plan opérationnel

Cerner

Comprendre

Quantifier

IDEE

Etude documentaire

Etude qualitative

Etude quantitative

STRATEGIE

Etude de

Marché

phase 2: Étude de marché


3.3 La recherche documentaire

Études existantes

  • Centre de documentation CCI, organismes professionnels
  • Xerfi, Eurostaf, cetelem, Credoc, Fevad
  • Revues professionnelles (Neorest, Entreprendre….)
  • INSEE, BPIfrance….

phase 2: Étude de marché

3.4 Environnement règlementaire

  • Les compétences: formation complémentaire, association, sous-traitance
  • Conditions d’accès à la profession
  • Normes d’hygiène, de sécurité
  • Respect de l’environnement

BGE AISNE - COPYRIGHT

3. L’étude d’un projet

phase 2: Étude de marché

3.5 La clientèle

BGE AISNE - COPYRIGHT

Les grands principes de l’étude de la demande

  • Typologies de la clientèle
  • Habitudes de consommation
  • Non consommateurs absolus, consommateurs du produit,

non consommateurs relatifs

  • Exploration des besoins à satisfaire

3. L’étude d’un projet

phase 2: Étude de marché

La clientèle

BGE AISNE - COPYRIGHT

Femmes au foyer de 30 à 50 ans

revenus du foyer modérés

Recherchent un bon rapport qualité-prix

Exemple : restaurant bio

Concurrence :

restaurants franchisés, pizzerias, crêperies

Constat : nombreux sur la zone

-- faible CA généré par ce segment

-- concurrence importante

--- population limitée et diffuse qui ne recherche pas ce type de produits

Segment non adapté

3. L’étude d’un projet

Segment A :

Segment B :

Hommes femmes de 25 à 35 ans revenus élevés

recherchent une nourriture équilibrée

Concurrence :

restaurants de quartiers peunombreux sur la zone

boulangeries

  • +Clientèle localisé

-CA moyen

+ + Faible concurrence

++ Intérêt pour ce type de produits

Segment adapté

3.6 L’offre

BGE AISNE - COPYRIGHT

Les grands principes de l’étude de la concurrence

  • Les entreprises, produits, services similaires

  • Leurs forces et faiblesses

3. L’étude d’un projet

phase 2: Étude de marché

3.6 L’offre

BGE AISNE - COPYRIGHT

Exemple : projet de création d’un restaurant bio

Fiche synthétique concurrent restaurant « Diététic »

CA : 338 000€

Statut juridique : SARL

Capital social : 7500€

Effectif : 3

Localisation : 3 rue …. Bordeaux

Produits : salades, plats chauds, formules

Prix : ticket moyen de 12€ par repas

Remplissage de la salle à 60%

2 services le midi

Fermeture le soir

Communication : quelques articles en presse féminine / partenariat avec les clubs de gyms environnants

Politique de fidélisation : pour 5 repas, 1 jus de fruit frais offert

Points forts :

  • Localisation idéale / proximité d’un bassin d’entreprises
  • Carte modifiée tous les mois en fonction des produits
  • Communication adaptée
  • Bons produits

Points faibles :

  • Prix trop élevés pour le quartier
  • Mauvaise qualité de service
  • Trop d’attente entre les plats

Le Questionnaire

BGE AISNE - COPYRIGHT

Règles générales: (pour la construction d’un questionnaire)

  • Technique de l’entonnoir (du général au particulier)
  • Commerce par une phrase de présentation
  • Poser des questions courtes, facilement mémorisable

Les Questions :

  • Neutres (ne pas influencer l’interviewé)
  • Claires, précises, compréhensibles
  • Ouvertes – Fermées, à choix multiples, à échelle
  • Regroupées par thème

  • Présentation :
  • Facile à lire : aéré, questions numérotées
  • Facile à remplir
  • Agréable à l’œil
  • Pas trop long

ANALYSER LE QUESTIONNAIRE

Le Questionnaire

BGE AISNE - COPYRIGHT

Règles générales: (pour la construction d’un questionnaire)

  • Technique de l’entonnoir (du général au particulier)
  • Commerce par une phrase de présentation
  • Poser des questions courtes, facilement mémorisable

Les Questions :

  • Neutres (ne pas influencer l’interviewé)
  • Claires, précises, compréhensibles
  • Ouvertes – Fermées, à choix multiples, à échelle
  • Regroupées par thème

  • Présentation :
  • Facile à lire : aéré, questions numérotées
  • Facile à remplir
  • Agréable à l’œil
  • Pas trop long

ANALYSER LE QUESTIONNAIRE

4- Le plan d’action stratégique

Force de vente

Perspective de développement

Ciblage retenu

Le plan de communication

stratégie de prix

Positionnement

Avantages concurrentiels

4- Le plan d’action stratégique: Garage automobile

Force de vente

Perspective de développement

Ciblage retenu

Le plan de communication

stratégie de prix

Positionnement

Avantages concurrentiels

Clients particuliers? professionnels?

véhicules anciens? tous types? poids lourds? devis gratuit

Prix du marché?

Prix élevés?

Forfait?

Flyer? , Réseaux sociaux?

Promotion 20% vidanges?

Équipe formée & compétente

amplitude horaire

Nettoyage, Pré-contrôle technique

Vente de VO

Produit en totale inadéquation par rapport au marché

Revoir son projet

Produit en adéquation par rapport au marché

Etude

financière

Produit partiellement inadapté par rapport aux attentes du marché

Le projet nécessite

des modifications

2ème Diagnostic Projet/Marché

Section 3:

ÉTUDE DE LA FAISABILITÉ FINANCIÈRE DE L'ENTREPRISE

Business Plan:

ÉTUDE DE LA FAISABILITÉ FINANCIÈRE

ÉTUDE DE LA FAISABILITÉ FINANCIÈRE

Le Prévisionnel

permet de
-chiffrer un projet de création, de reprise ou de développement d’entreprise.
-juger la faisabilité et la rentabilité du projet
-déterminer une enveloppe de financement, pour permettre de piloter l’entreprise, pour attirer des investisseurs…

Le Prévisionnel

est de support pour répondre à ces questions :

Le projet actuel a-t-il des chances suffisantes de réussite au niveau financier ?
est-ce que le scénario envisagé permettra de gagner de l’argent ?
la rentabilité affichée par le projet vaut-elle la peine de le démarrer ou pas ?
quels vont être les points clés financiers à maîtriser dans le cadre de ce projet (masse salariale ? le coût d’achat des matériaux ? les prix de vente ?…).
d’évaluer les performances et la santé de l' entreprise, de comparer par rapport aux concurrents.

LE PRÉVISIONNEL: LE SCHÉMA FINANCIER

I. Le bilan

l’image de votre entreprise.

L’analyse financière du bilan.

A. Le bilan : l’image de votre entreprise

Est une représentation à un instant T, des biens et financements de l’entreprise.

Il se décompose en un actif et un passif qui eux-mêmes se décomposent en grandes masses :

L’actif représente les biens composant le patrimoine

Le passif représente les modalités de financement de l’actif.

Actif

immobilisé

Actif

circulant

  • Immobilisations incorporelles
  • Immobilisations corporelles
  • Immobilisations financières

  • Stock
  • Créances(clients et divers)
  • Disponibilités (banques, placements)

1. L'actif

A. Le bilan : l’image de votre entreprise

Stocks

Créances clients et autres

Valeurs Mobilières de Placement

Disponibilités

1. L'actif

A. Le bilan : l’image de votre entreprise

Actif

immobilisé

appelé biens stables


Immobilisations incorporelles : fonds de commerce

Immobilisations corporelles : constructions, matériels, etc.

Immobilisations financières : caution, dépôt de garantie

Actif

Circulant

Biens liés à l’exploitation

Capitaux

propres

Provisions

Dettes

  • Capital
  • Réserves
  • Résultat de l'exercice
  • Subvention & provisions réglementées

  • Provisions pour litiges par exemple

  • Emprunts
  • Découverts bancaires
  • Fournisseurs
  • Autres dettes

2. Le passif

A. Le bilan : l’image de votre entreprise


Dettes financières, emprunts = financements stables

Vis-à-vis des autres tiers = financement d’exploitation.

2. Le passif

A. Le bilan : l’image de votre entreprise

Capitaux propres

appelé financements stables

Dettes



Capital social

Réserves

Report à nouveau

Résultat


Actif

Actif immobilisé

Immobilisations incorporelles

Immobilisations corporelles

Immobilisations financières



Actif circulant

Stocks

Créances clients

Autres créances

Disponibilités

Passif

Capitaux propres

Capital social

Réserves

Report à nouveau

Résultat


Biens stables

Biens circulants

d’exploitation

Financements stables

Financement d’exploitation

A. Le bilan : l’image de votre entreprise


Dettes

Financières, emprunts

Fournisseurs

Autres

10

BILAN

CAPITAL

Réserves

Résultats

Comptes courant bloqués

EMPRUNTS

- à long terme

- à moyen terme

FOURNISSEURS

FINANCEMENTS

COURT TERME

BREVETS

PRETS

STOCKS

TRAITES

AVOIRS EN BANQUE

Actif

Passif

TOTAL DES BIENS

TOTAL DES FINANCEMENTS


Ce sont des biens durables.

Ils constituent la substance même de l’outil de travail.

Ils sont en principe financés par des financements stables : apports de l’exploitant, emprunt remboursable sur plusieurs années, etc.

3. Les biens stables & circulants

A. Le bilan : l’image de votre entreprise

Les biens stables


Ils sont relatifs à l’activité même de l’entreprise : marchandises, stocks, etc.

Ils sont financés par les crédits d’exploitation.

3. Les biens stables & circulants

A. Le bilan : l’image de votre entreprise

Les biens circulants du cycle d’exploitation

Le Fonds de Roulement.

Le Besoin en Fonds de Roulement.

La Trésorerie.

B. L’analyse financière du bilan

Lorsque les financements stables sont supérieurs aux biens stables, l’excédent est appelé : Fonds de Roulement (FR).

Le FR peut être perçu comme la marge de sécurité que se procure le chef d’entreprise pour faire face à ses besoins de financement nés de l’exploitation.

1. Le Fonds de Roulement

B. L’analyse financière du bilan

BILAN

= FONDS DE ROULEMENT

Financement des immobilisations

1. Le Fonds de Roulement:

B. L’analyse financière du bilan

1. Le Fonds de Roulement:

B. L’analyse financière du bilan

Peut-on faire un bénéfice et se ruiner en même temps?

Peut-on faire un bénéfice et se ruiner en même temps?

L’entreprise B fabrique un briquet à 75 cts et le vend à 1 euro. Dés le démarrage elle vend 1000 unités, et à prévu une augmentation des ventes de 500 par mois à partir de février. Les clients paieront à 30 jours. Dispose de 1000 € de liquidité.


Janvier Février Mars Avril Mai

1000 1500 2000 2500 3000

750 1125 1500 1875 2250

250 375 500 625 750

250 625 1125 1750 2500

CA

CR

Bénéf cumulé

Bénéfice

coût de production

Mars

avril

mai

juin

Peut-on faire un bénéfice et se ruiner en même temps?

Trésorerie

Conclusion

L’entreprise est ruinée, car elle n’a pas compris qu’elle peut manger son capital tout en faisant un bénéfice.

Chaque mois d’activité l’entreprise prenait la recette du mois précédent et payait les coûts du mois suivant.

La différence entre les deux a continué à grossir avec la croissance de l’entreprise.

Peut-on faire un bénéfice et se ruiner en même temps?

Se définit être l’argent qu’il faut mettre dans l’entreprise par la faire fonctionner.

En général, il faut engager des dépenses (achats, charges) avant même d’encaisser les ventes.

Correspond aux stocks et aux créances de l’entreprise diminués de ses dettes non financées (frais, personnel…).

2. Le Besoin en Fonds de Roulement

B. L’analyse financière du bilan

Il faut donc toujours prévoir le financement de ce besoin en Fonds de Roulement afin que la ressource ne rime pas avec difficultés de trésorerie.

Temps

Flux

Temps

Recettes

Dépenses

Délai crédit fournisseurs

Décalage à financer

Fev

2. Le Besoin en Fonds de Roulement

B. L’analyse financière du bilan

Clients = 2 000

2. Le Besoin en Fonds de Roulement

B. L’analyse financière du bilan

LE BFR (suite)

COPYRIGHT

Exercices :

ARTISAN

C.A. = 80.000 euros

Les achats = 30% du CA

Délai clients = 30 jours

Délai fournisseurs = 40 jours

Stocks de matières premières = 60 jours

LE BFR (suite)

COPYRIGHT

Exercices :

ARTISAN

* Stocks de matières premières  = 24.000 X 60 / 360 = 4 000 euros

* Marchandise = 80 .000 X 0.30 = 24 000 euros

* Créances clients = 80.000 X 30 / 360 = 6 666.67 euros

* Crédits fournisseurs = 24.000 X 40 / 360 = 2 666.67 euros

Soit BFR = (4000 + 6 666.67) – 2 666.67 = 11 333.36 euros

Fonds de Roulement

Besoin en Fonds de Roulement

Trésorerie

OU

3. La tresorerie

B. L’analyse financière du bilan

1er cas :

FR > BFR = Trésorerie positive

Dettes d’exploitation

FR

3. La tresorerie

B. L’analyse financière du bilan

2ème cas :

FR < BFR = Trésorerie négative

Les 4 secrets d’un « bon » bilan

Dégager un bon résultat.

Une trésorerie positive.

Capitaux propres > emprunts.

FR positif et suffisant pour faire face aux besoins nés du cycle d’exploitation.

I. Le bilan

II. Le compte de résultat

Structure et définition.

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

Les autres indicateurs.

II. Le compte de résultat

La lecture du compte de résultat

Observer le chiffre d’affaires, les charges et le résultat

1ère étape

2ème étape

II. Le compte de résultat

Analyser les résultats intermédiaires et SIG

Le compte de résultat retrace l’activité annuelle ou périodique classée en charges et en produits.

Il se décompose en 3 parties :


II. Le compte de résultat

Les éléments liés à l’exploitation,

Les éléments financiers,

Les éléments exceptionnels.

Le résultat est la « récompense » ou la « sanction » d’une année de travail


Achats

Services extérieurs

Personnel

Frais financiers

Résultat

bénéficiaire

Ventes

(CA)

Autres produits

II. Le compte de résultat

permet de définir le résultat de la période étudiée par différence entre :

Les produits de la période / Les charges de la période

On constate par différence un résultat qui peut être un bénéfice ou une perte

Charges

Bénéfice

Produits

Charges

Produits

Perte

II. Le compte de résultat

Exploitation

Financier

Exceptionnel

  • Chiffre d'affaires
  • Achats de matières
  • Salaires et Charges
  • Dotation aux amortissements

  • Impôt sur les sociétés
  • Participation des salariés

Impôt

société

Résultat net

_____________________________

  • Produits financiers
  • Charges financières

  • Cessions d'immobilisations
  • Abandon de compte courant

Bénéfice Net ou Perte Nette

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

Le compte de résultat permet de déterminer les soldes intermédiaires de gestion (SIG), indicateurs qui permettent d’analyser les performances de l‘entreprise :

La marge commerciale

La valeur ajoutée

L’excédent brut d’exploitation (EBE)

Le résultat d’exploitation, courant, exceptionnel et comptable.

II. Le compte de résultat

VENTES

- Achats consommés

- Charges externes

- Impôts et taxes

- Frais de personnel

- Dotations aux amortissements et provisions

+ Produits financiers

- Frais financiers

= +/- Résultat financier

+/- Résultat exceptionnel

Marge commerciale

Valeur Ajoutée

EBE

Résultat d’exploitation

Résultat courant

Résultat comptable

=

=

=

=

=

=

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

La marge commerciale

La marge commerciale = Ventes – Achats consommés.

La marge est exprimée en % du chiffre d’affaires.

Elle varie en fonction des prix pratiqués, des soldes et des remises consenties.

Exemple : Pour une paire de chaussures achetée à 50 € et revendue à 100 € :

- Le taux de marge est de 50 %,

- Le coefficient multiplicateur appliqué sur le prix d’achat est de 2.

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

Il est plus important d’augmenter sa marge que d’augmenter son chiffre d’affaires.

C’est la marge qui permet de couvrir tous les frais de l’entreprise et de réaliser un bénéfice.


II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

La marge commerciale

VA = Marge commerciale – Autres achats et Charges externes.

C’est le fruit du travail de l’entreprise.

C’est ce qui reste dans l’entreprise déduction faite :

-de tous les services externes qu’elle utilise pour pouvoir fonctionner,

-de tout ce qu’elle achète ou fait faire par d’autres.

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

La valeur ajoutée

Répartition de la valeur ajoutée

La valeur ajoutée sera partagée entre :

  • Le personnel,
  • Les apporteurs de capitaux (banques),
  • L’État,
  • Le chef d’entreprise,
  • L’entreprise elle-même.

La valeur ajoutée

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

EBE = VA – Impôts et taxes – Frais personnels.

C’est le point de départ privilégié de l’analyse financière car c’est la ressource fondamentale dégagée par l’exploitation.


II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

L’EBE : Excédent Brut d’Exploitation


Ce dégagement de trésorerie doit permettre de faire face aux autres besoins de l’entreprise :

  • Remboursement des emprunts,
  • Rémunération de l’exploitant ou des associés,
  • Maintien ou amélioration de l’outil de production,
  • Assurer le financement du développement.

donne deux types d’indications :

Un indicateur de rentabilité de l’exploitation.

Un indicateur de trésorerie puisqu’il prend en compte tous les produits et charges d'exploitation à l'exception des charges non décaissables et des produits non encaissables.

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

L’EBE : Excédent Brut d’Exploitation

Le résultat d’exploitation = EBE – DAP *.

C’est un bon outil d’appréciation des performances économiques, il reflète l’activité normale de la société.

* Dotations aux amortissements et aux provisions.

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

Le resultat d'exploitation

La Capacité d’Autofinancement (CAF).

L’autofinancement.

Le seuil de rentabilité.

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

Les autres indicateurs

CAF= Résultat net comptable + DAP :

Autofinancement = CAF - Dividendes ou prélèvements de l’exploitant

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

La capacité d'autofinancement (CAF) & l'autofinancement

La CAF représente la capacité de l’entreprise à financer ses besoins d’investissement et de financement.

Elle permet notamment de couvrir les variations du Besoin en Fonds de Roulement.

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

La capacité d'autofinancement

L‘Autofinancement représente ce qui reste à l'entreprise une fois rémunérés ses partenaires.

Une entreprise s’autofinance lorsqu’elle assure elle-même son développement sans avoir recours à des sources de financement externes.

Il est perçu favorablement par les partenaires de l'entreprise.

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

L’Autofinancement

Le calcul des SIG doit permettre à l’entreprise de déterminer sa rentabilité d’exploitation.

La rentabilité d’exploitation s’apprécie grâce aux indicateurs de rentabilité : marges, EBE, résultat d’exploitation.

Ces indicateurs sont à rapprocher des moyennes sectorielles, pour plus de pertinence.

Le seuil de rentabilité (ou point mort) permet de savoir à partir de quel chiffre d’affaires l’activité devient bénéficiaire.

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

La rentabilité d’exploitation

Bénéfice

Charges variables

Charges fixes

Quantités vendues

Seuil de rentabilité

Le volume des ventes devient suffisant pour couvrir les charges fixes et les charges variables générées par ces ventes

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

Seuil de rentabilité

Charges variables :

Les charges variables varient en fonction du volume produit.

Elles correspondent pour l’essentiel : aux achats de marchandises ou matières premières, à certaines rémunérations commerciales, etc.


Charges fixes :

Les charges fixes sont des charges qui ne diffèrent pas suivant le volume produit.

Elles correspondent à des charges « de structure » : loyers, électricité, personnel administratif, etc.

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

Seuil de rentabilité

Exemple de calcul du point mort

Un commerçant achète des paires de chaussures à 40 € pour les revendre à 80 €

Sachant que ses coûts fixes mensuels sont de 6000 €,

calculer son point mort en quantité et en CA.

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

Seuil de rentabilité

Exemple de calcul du point mort

Le commerçant dégage une marge unitaire de 40 € par paire vendue, soit un taux de marge de 50%

Pour couvrir ses frais fixes, il doit vendre

En quantité : 6 000/40 = 150 paires

En CA : 6 000/50% = 12 000 €

Ce commerçant doit donc réaliser un CA mensuel de 12 000 € minimum.

Au-delà, de 12 000 €, il commence à réaliser des bénéfices

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

Seuil de rentabilité

Exemple de calcul du point mort

II. Le compte de résultat

Les Soldes Intermédiaires de Gestion

Seuil de rentabilité

Le choix du statut juridique

Le choix du statut juridique

Le cas de Monsieur Jean:

M Jean souhaite ouvrir une boutique de prêt à porter sur Chauny, il dispose d’un apport personnel et le reste sera financé par un prêt bancaire. Il est seul sur le projet, et veut garder son entreprise une quinzaine d’années.


Il se pose la question suivante:

Quelle est la structure juridique adaptée à son projet?

Quel statut juridique choisir:

Par où faut-il commencer?

Clé de voûte de la réussite de votre projet

I- Se poser les bonnes questions?

Développement de

l’entreprise

Montant des

apports

Nombre de

participants

Activité

Recherche de

simplicité

Protection du

patrimoine personnel

Besoin de

crédibilité

Transmission

Régime social du chef d’entreprise

Bénéfices attendus

I- Se poser les bonnes questions?

Activité

Pour certaines activités la loi impose un statut

juridique ex: débit de tabac

Réglementée par la loi?

I- Se poser les bonnes questions?

Nombre de

participants

Certains statuts ne permettent pas d’avoir un associé.

ex: EI ou EIRL

Volonté de s’associer ou de rester seul?

I- Se poser les bonnes questions?

Bénéfices attendus

Seront-ils faibles ou importants ?

Certains statuts permettent l’optimisation fiscale

Ex: SAS ou SARL

I- Se poser les bonnes questions?

Protection du chef

d’entreprise

Nécessité de protéger le patrimoine personnel?

Certains statuts permettent de limiter la responsabilité du chef d’entreprise

Ex: EIRL, SAS, SARL, EURL…….

I- Se poser les bonnes questions?

Développement de

l’entreprise

Comment est il prévu?

Autofinancement

ou

Par emprunt

Apport de nouveaux capitaux?

Certains statuts permettent l’arrivée de nouveaux associés

Ex: les sociétés

I- Se poser les bonnes questions?

Besoin de crédibilité

Certains statuts avec un capital social permettent

d’être crédibles vis-à-vis des partenaires .

Très important ou peu important?

I- Se poser les bonnes questions?

Recherche de simplicité

dans la gestion

Certains statuts permettent de gérer facilement son entreprise.

ex: EI

Critère très important?

I- Se poser les bonnes questions?

Régime social du dirigeant

Certains statuts permettent de bénéficier du régime général des salariés

Ex: Président de SAS ou Gérant minoritaire de SARL….

Quel régime social choisir?

Assimilé salarié?

TNS= RSI?

I- Se poser les bonnes questions?

Cession de l’entreprise

Certains statuts pénalisent le créateur en cas de cession de son entreprise

Ex EI

Est-elle prévue rapidement ou pas?

I- Se poser les bonnes questions?

Montant des apports

Certains statuts permettent de créer son entreprise sans apport avec des coûts administratifs faibles

Ex EI

Quel montant disponible pour la création d’entreprise?

I- Se poser les bonnes questions?

Le cas de Monsieur Jean

1- veut

rester seul propriétaire

2- L’entreprise pourra

se développer par

autofinancement et/ou

par emprunt

3- L’entreprise

ne sera pas

cédée rapidement

4- souhaite la protection

de son patrimoine personnel

EIRL OU EURL

I- Se poser les bonnes questions?

Celui qui pose une question risque cinq minutes d'avoir l'air bête,

Mais celui qui ne pose pas de question restera bête toute sa vie

Proverbe Chinois

I- Se poser les bonnes questions?

II- Les structures juridiques

3 Types de structures possibles

Entreprise individuelle

(EI)

Entreprise individuelle à

Responsabilité Limitée

(EIRL)

Sociétés

A) L’entreprise individuelle= EI?

2/3 des entreprises crées en 2012 sont des entreprises individuelles.

Le dirigeant et l ’entreprise ne forment qu’une seule et même personne.

Le chef d’entreprise a les pleins pouvoirs, il est TNS = RSI

Grande liberté de gestion, simplicité et totale indépendance

Pas de capital minimum à verser.

Frais administratifs et de gestion faibles.

A)L’entreprise individuelle= EI

Fiscal : IR sur la totalité de bénéfice réalisé, cela pénalise les exploitants qui veulent faire des réserves pour se développer.

Limites

Indéfiniment et solidairement responsable sur vos

biens propres, des dettes de l’affaire

Bénéfice soumis à l’Imposition sur le revenu, dont le taux est progressif.

A) L’entreprise individuelle= EI

Si le conjoint (marié ou pacsé) travaille dans l’entreprise, il peut opter pour le statut de conjoint salarié ou collaborateur

    Options possibles :

    Protection du patrimoine personnel possible avec déclaration insaisissabilité du bien foncier ( acte notarial).

    Adhésion au centre de gestion agréé pour éviter la majoration de 25% du résultat

    A) L’entreprise individuelle= EI?

    Choix du régime social et fiscal:

    Auto entrepreneur / Micro

    Réel Normal

    Réel Simplifié

    3 possibilités

    1-Auto-entreprise

    Limité à un seuil de CA :

    - 82 200€ pour les ventes

    - 32 900€ pour les prestations de service

    Les cotisations sociales sont en fonction du CA.

    Les cotisations sont à verser au RSI soit par mois ou par trimestre

    Imposition: 2 choix possibles

    IR (Application au CA d’un abattement pour frais professionnels selon l’activité)

    Le versement libératoire (un % du CA selon la nature de l’activité)

    Formalités simplifiées : pas de comptable, pas de TVA

    Tenue d’un livre journal détaillant les recettes et les achats

    OBLIGATIONS COMPTABLES

    Conservation de l’ensemble des pièces comptables

    • Pendant 10 ans à partir de la clôture de l’exercice

    • Inscrire sur les factures la mention TVA non applicable art 293 b du CGI

    Si l’assurance pro est obligatoire pour l’exercice du métier

    obligation de mentionner sur les devis et factures les coordonnées de l'assureur

    couverture géographique du contrat ou de la garantie.

    Auto-entreprise
    Les cotisations sociales

    Activité exercée

    Vente de marchandises, objets, fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place et fourniture de logement

    Autres prestations de services commerciales ou artisanales

    Professions libérales relevant de la CIPAV au titre de lassurance vieillesse

    Taux de cotisations

    14,10 % du CA

    24,6% du CA

    23,3% du CA

    2-Réel Simplifié ou Réel Normal

    Sous un régime réel d’imposition

    Chiffre d’affaires

    -Achat de marchandises

    -Charges de fonctionnement

    . Assurances

    . Fournitures administratives

    . Loyer

    . Téléphone, Internet

    . Frais de déplacement

    . etc…

    -Impôts et taxes

    -Frais de personnels

    -Frais financiers

    -Dotation aux amortissements

    = Résultat réel de l’entreprise

    Les cotisations RSI sont en fonction du bénéfice réel (environ 38%).

    Tenue d’une comptabilité complète (bilan, compte de résultats, annexes….)

    Déclaration de la TVA par trimestre= RS

    Déclaration de la TVA par mois= Réel Normal

    B) EIRL
    Entreprise individuelle à responsabilité limitée

    Créée en Janvier 2011 dans un souci de protection du patrimoine des dirigeants.

    Ressemble fortement à l’entreprise individuelle avec 3 particularités.

    Pas d’associés

    Points communs :

    Le chef d’entreprise a les pleins pouvoirs

    Pas de capital à verser

    B) EIRL
    Entreprise individuelle à responsabilité limitée

    Particularité 1: Déclaration d’affectation d’un patrimoine professionnel

    Ce patrimoine affecté est le seul gage des créanciers professionnels

    Particularité 2:

    Obligation de déposer les comptes annuels de l’entreprise

    Particularité 3:

    2 choix possibles pour le régime fiscal

    IR= même régime que l’EI

    IS= même régime que la société

    B) EIRL
    Entreprise individuelle à responsabilité limitée

    Particularité 1: Déclaration d’affectation d’un patrimoine professionnel

    Obligatoirement : tous les biens, droits, obligations, liquidités ou sûretés nécessaires à l’exercice de l’activité professionnelle

    Facultativement : les biens utilisés que le dirigeant décide d’affecter.

    B) EIRL

    Protection du patrimoine personnel du dirigeant= seul gage des créanciers personnels

    Patrimoine d’affectation= gage des créanciers professionnels

    C) Les Sociétés

    Définition:

    Art 1832 du code civil définit la société:

    La société est instituée par 2 ou plusieurs personnes qui conviennent par

    un contrat d’affecter à une entreprise commune des biens à leur industrie

    en vue de partager les bénéfices. Les associés s’engagent à contribuer aux pertes.

    Elle peut être instituée par l ’acte de volonté d’une seule personne.

    C) Les Sociétés

    Formalités:

    2 - Nomination du gérant

    3 - Dépôts des fonds sur un compte bloqué à la banque

    4 - Enregistrement des statuts au service des impôts

    5 - Publier un avis de constitution dans JAL (journal d’annonce légale)

    6 - Déposer le dossier au CFE

    1 - Rédaction des statuts

    C) Les Sociétés

    Types de sociétés:

    Personnes

    Civiles

    Mixtes

    Capitaux

    Autres groupements

    SNC SCS

    SCI SCM SCP SEL

    SARL EURL

    SA SCA SAS SASU

    GIE Association COOPERATIVE ECO MIXTES SE

    Les Sociétés

    EURL=SARL

    SAS=SASU

    C) LES SOCIETES

    3 associés:

    Paul apporte 6 000€

    Marie apporte 2 500€

    Jean apporte 1 500€

    La société aura un capital social de 10 000€

    Ce capital est divisé en parts sociales (ex: 1 part sociale = 100€)

    Ces parts sociales donnent aux associés:

    Des droits de votes

    Des droits à l’information sur la vie sociale de la société

    La contribution aux bénéfices….

    Paul aura 60 parts 60%

    Marie aura 25 parts 25%

    Jean aura 15 parts 15%

    C) LES SOCIETES

    C’est quoi être gérant ?

    La rémunération ?

    Qui peut être gérant?

    Marie ou Jean: associé gérant minoritaire donc assimilé salarié Si rémunération: Bulletin de paie (=protection sociale du salarié) à l’exception du régime d’assurance.

    Chômage.

    Les 3 associés: gérance collégiales.

    Un Tiers

    Paul peut être gérant : associé gérant majoritaire. Si rémunération, un simple virement suffit.

    Un mandataire social et non pas un salarié.

    Les textes sont muets. Les fonctions peuvent être gratuites, fixes, proportionnelles…

    C) Les Sociétés

    EURL/SARL

    SAS=SASU

    Rémunération Dividendes

    Cadré par la loi

    Cadré par la loi

    Limitée pour le gérant majoritaire à 10% du capital social

    SOCIETE

    PAR ACTIONS SIMPLIFIEES (SAS)

    Liberté Statutaire

    Non limitée

    DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES

    Organe de gestion

    Gérant

    Président

    A rémunération égale

    Droit de votes

    Droit aux bénéfices

    Charges sociales moins élevées

    Charges sociales moins élevées

    Taxé à 3%

    Charges sociales moins élevées

    Charges sociales plus élevées

    DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES

    Cession des titres

    Clauses possibles:

    préférence

    agrément

    inaliénabilité

    Cession des titres : fiscal

    Taxé à 0,1%

    Libre sauf clause d’agrément