Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Séance 1 : Orphée

Séquence 2 : à quoi rime la poésie ?

1) Le mythe d'Orphée.

Colle les questions sous le titre

Ecoute l'histoire d'Orphée...

Orphée :

- Symbole de la poésie, mythe repris dans tous les arts.
- Nom en grec ancien : Ὀρφεύς
- Fils du roi de Thrace Oeagre et de la muse Calliope.
- A fait partie des Argonautes (génération donc antérieure à la Guerre de Troie).


Thrace

Histoire d'Orphée

- Orphée fut comblé de dons par Apollon.

- Lyre à 7 cordes puis 9.

- Don de charmer la nature par son chant et sa poésie.

Orphée et Eurydice

- Après son voyage chez les Argonautes : retour en Thrace.

- Orphée épouse une dryade : Eurydice.

Eurydice perdue à jamais..

- Eurydice poursuivie par Aristée.

Descente aux Enfers

- Cerbère.
- Euménides ou Erynies.
- Hadès et Perséphone.

- La perte définitive d'Eurydice.

Après Eurydice...

- Consolation impossible
- Les Ménades
- Versions différentes selon les auteurs.

Après la mort...

- cannibalisme
- tête et lyre rejetés dans l'Hèbre.
- Muses : elles enterrent les restes en Thessalie, au pied du Mont Olympe

II

Qui Orphée épousa-t-il ?

IV

III

V

I

D'après la mythologie grecque, de qui Orphée est-il le fils ?

Où Orphée est-il né ?

Quel don Orphée possédait-il ?

Combien de cordes sa lyre avait-elle ? Pourquoi ?

Répondons ensemble aux questions

1) D'après la mythologie grecque, Orphée est le fils d'Oeagre, roi de Thrace, et de Calliope, la plus prestigieuse des neuf Muses, muse de la poésie épique et de l'éloquence (fille de Zeus et Mnémosyne). Son père symbolique est Apollon.

2) Orphée est né à Thrace, une région au Nord de la Grèce. C'est un poète musicien.

3) Quand il chante et récite des vers en s’accompagnant de sa lyre, Orphée exerce une force si puissante qu’il enchante le monde : il charme les hommes, les animaux, les arbres et les rochers, les dieux et les monstres.

4) Orphée possède une lyre à sept cordes et les Muses lui enseignent l'art d’en jouer : élève exceptionnellement doué, l’apprenti ajoute deux cordes à sa lyre, obtenant ainsi le chiffre symbolique de neuf qui correspond au nombre des Muses.

5) Orphée épouse Eurydice qui est une nymphe (divinité mineure) et plus précisément une dryade (nymphe des chênes).

VII

VI

Qu'arriva-t-il à son épouse ?

Que tenta Orphée pour sauver son épouse ? Y parvint-il ?

Réponses

VII

Comment Orphée finit-il son existence ?

6) Eurydice meurt peu après son mariage. Voulant échapper pieds nus à Aristée qui la convoite, elle marche accidentellement sur un serpent caché dans les hautes herbes.

7) Accablé de chagrin, Orphée descend aux Enfers et obtient des dieux infernaux de ramener son épouse sur terre : malheureusement, faute d'avoir respecté son contrat qui l'oblige à ne pas se retourner sur Eurydice, il perd celle-ci à jamais.

8) Veuf inconsolable, Orphée connaît une fin tragique. Les traditions varient sur sa mort.

Il aurait été massacré sur la rive de l'Hèbre, un fleuve de Thrace par les Bacchantes (Ménades) qui étaient furieuses de se voir dédaignées par Orphée. Elles le démembrent et jettent ses restes dans le fleuve.

Les Muses enterrent ses restes au pied du Mont Olympe.

2) Analyse d'image.

Prends ta fiche sur l'analyse d'images dans ta séquence 1. Nous allons analyser une représentation picturale d'Orphée.

Orphée ramenant Eurydice des Enfers, Jean-Baptiste Corot, peinture à l'huile, 1861, Museum of Fine Arts, Houston.

Colle ton analyse d'images et complète-la

1) Présentation de l'oeuvre.

Orphée ramenant Eurydice des Enfers est une peinture à l'huile figurative conçue par Jean-Baptiste Corot en 1861 et conservée au Museum of Fine Arts de Houston.

2) Description de l'oeuvre.

Il s'agit d'une peinture illustrant un épisode de la mythologie. Elle représente un paysage naturel (des bois) traversé par Orphée et Eurydice.
Au premier plan, il y a donc un paysage de forêt avec une rivière, un couple s’avance vers le côté droit. Ils sont presque sortis de la toile. Orphée, brandissant sa lyre du bras gauche et tournant la tête vers la gauche, tient par la main droite Eurydice qui le suit. Le jeune Grec porte une tunique courte, ceinturée, une cape rouge nouée sur les épaules, ainsi qu’une couronne de lauriers verts sur ses cheveux blonds. La jeune femme est vêtue d’une longue robe (péplos/péplum) claire. Ses cheveux blonds tressés sont recouverts d’un voile transparent (celui du mariage ?). Le couple est presque arrivé à l’air libre : c’est perceptible au mouvement du vêtement du jeune homme dans lequel le vent s’engouffre.

À l’arrière-plan, on distingue, au centre de la composition, cinq silhouettes revêtues de longues robes (stolae ou toges drapées) à l’antique. Parmi les personnages, un couple semble incarner Hadès et Perséphone en deçà de l’étendue d’eau (qui matérialise la frontière entre deux mondes). Dans un taillis au pied d’un arbre est couchée une autre silhouette. Le groupe central, où les personnages sont soudés (en un groupe de trois et un autre de deux), paraît figé, et l’attitude d’un des personnages, incliné sur l’épaule d’un autre, manifeste tristesse et/ou tendresse..
Le peintre est attentif à évoquer l’atmosphère humide, la lumière diffuse (est-ce l’aube ou le crépuscule ?). La gamme chromatique est un camaïeu de vert et de brun. Le paysage paraît brumeux à cause de la technique de la gradation des tons (technique qui sera reprise par les Impressionnistes).

Le vert, couleur médiatrice entre le chaud et le froid, est une couleur rassurante, rafraîchissante, humaine. C’est la couleur du règne végétal se réaffirmant, du printemps, de l’éveil de la vie ; couleur aussi de l’espérance, de la jeunesse du monde, de la force, de la longévité, de l’immortalité.

Mais le vert est aussi maléfique. Il garde un caractère étrange et complexe, qui tient de sa double polarité : le vert du bourgeon et le vert de la moisissure, la vie et la mort. Il est l’image des profondeurs et de la destinée.

Le brun est la couleur du sol terrestre et des troncs d’arbres. Il est une dégradation et comme une mésalliance des couleurs pures, peut avoir un symbolisme infernal, et rappelle aussi la feuille morte, l’automne, la tristesse .

3) Fonction de l'image.
Cette image a une fonction narrative : elle illustre un épisode de la vie d'Orphée

Bilan
Le mythe d'Orphée a été exploité de nombreuses fois en littérature comme dans d'autres arts. Orphée est devenu le symbole de la poésie lyrique c'est-à-dire une poésie axée sur la célébration de la nature, sur l'expression des sentiments (amour, joie, regret, deuil, nostalgie...) et qui s'exprime le plus souvent à travers la première personne du singulier.