Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

Transcript

Jean Valjean ,

coupable ou non coupable ?

Jean Valjean m'a sauvée des Thénardier. Ils m'exploitaient alors que Jean Valjean s'est montré comme un père avec moi. Il ne tenait pas à sa vie mais il tenait à la mienne. Jean Valjean est près à offrir sa vie pour les pauvres.

Jean Valjean est bon.


Cosette

Pour moi,

Jean Valjean est coupable.

C'est un voleur car il a beaucoup volé:

il a volé l'argenterie de monseigneur Bienvenue, il a volé une pièce à un gamin et il a volé un pain.

C'est aussi un hors la loi :

il a fuit la justice à plusieurs reprises, il est galérien à vie mais il fuit, il change d'identité...

C'est lui même qui dit qu'il est coupable.

Cependant, il est non coupable car il a sauvé des personnes.

Mon avis est mitigé.

Ma chère et humble Cosette,


Durand mes dernières heures, je voulais vous écrire, à vous, à toi, ma Cosette.

Il faut, avant que Dieu ne m’appelle, que je vous confesse la vérité, la mienne comme la votre.


Sachez tout d’abord que je ne suis pas votre père, que je ne suis même pas marié et que j’ai fait de bien graves erreurs dans ma vie.


Oui, avant tout, à l’âge de 25 ans, je suis parti au bagne se Toulon pour avoir volé un pain.

Ce pain n’était pas destiné à moi mais à ma pauvre famille : ma sœur et ses sept enfants. J’y suis resté 19 ans, 19 ans de fatigue et de souffrance. J’en suis sorti après tant de temps. J’ai marché jusqu’à Digne. C’est ici que ma vie a commencée. La rencontre avec monseigneur Bienvenue a changé ma vie. C’était un homme bon, un exemple, un homme de confiance, un saint.

Il m’a accueilli je l’ai volé, je lui ai menti il m’a donné.


Je suis ensuite parti à Montreuil sur Mer. J’y suis devenu maire et directeur d’entreprise sous le nom de M. Madelaine. C’est là-bas, pour la première fois que j’ai rencontré votre mère, Fantine. Une pauvre femme. Elle est allée jusqu’à donner sa vie pour vous. Elle pleurait pour vous, elle parlait pour vous et de toutes ses peines et ses souffrances, elle est morte pour vous. Malheureuse était son âme. Avant qu’elle ne meurt, je lui ai fait la promesse de vous retrouver.


Vous logiez chez les Thénardier, un couple aubergiste. Je vous ai rencontrée près d’une petite source dans la forêt. J’avait entendu un petit sanglot qui m’a ouvert le cœur. Ce sanglot était le votre. Je vous ai achetée puis nous sommes partis à Paris. Vous deveniez une belle jeune fille. Marius vous a rencontrée et se fut l’amour qui vous a emportés : toi et Marius.


Aujourd’hui, je n’ai plus rien. J’ai froid, je suis fatigué, je suis mourant. Seul deux pâles lueurs réchauffent encore mon cœur. Ces lueurs sont Dieu et toi,

Ma Cosette.