Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Jean Valjean
coupable ou non coupable

Extrait de Cosette chez les Thénardier : J'ai choisi cet extrait car on voit bien, la méchanceté des Thénardier avec Cosette, alors qu'elle encore toute petite.https://youtu.be/vht2RCTv9m8

7 rue de l’Homme Armé, Paris, 13 avril 1832

Ma chère et tendre Cosette,

Aujourd’hui, 13 avril 1832, je t’écris pour la dernière fois, ce soir je serai mort. Ma douce Cosette, je dois, avant cela, te dire les moments de ma vie qui ont été éprouvants.

Tout avait commencé dans l’année de mes vingt-cinq ans, l’hiver a été rude, je logeais chez ma sœur qui vivait seule avec sept enfants. Ce jour, la nourriture manquait, j’allai en ville, dans une boutique pour dérober un pain. Ce fut ma seule solution. J’ai été vu, emmené par l’autorité au bagne après avoir été juge devant les tribunaux, et je fus condamné à cinq ans de bagne. Chaque fois j’essayais de m’évader, j’ai recommencé plusieurs fois, pour au final prendre des années de plus et attendre dix-neuf ans de bagne. Apres ces dix-neuf ans, en octobre 1815, j’étais libre, cette fois j’étais dans la loi.

Après dix-neuf ans de bagne, toutes les familles, auberges me fermaient leurs portes, je ne savais pas où loger, et, un jour, je frappai à une porte, un vieil homme m’ouvrit. C’était l’évêque de Digne, il m’accueillit et grâce à lui j’ai réussi à ouvrir les yeux pour devenir un homme bon.

Après cela j’était devenu maire et chef d’une manufacture. J’y avais rencontré Fantine ? ta merveilleuse mère, alors qu’elle t’avait laissé aux mains des Thénardier, elle tomba gravement malade et après cela elle mourut mais elle m’avait donné la mission de prendre soin de sa fille, toi ! Assez vite je te retrouvai et je te pris pour vivre ensemble, pour te rendre heureuse.

Un jour alors que j’étais partie pour la barricade, je vis Marius, jeune homme, je savais qu’il t’aimait, mais, je ne voulais te perdre, moi qui pensais, je l’avoue, que tu allais abandonner ton vieux père pour lui, je pensais alors qu’il fallait supprimer cet homme de ta vie. Mais après la barricade, je l’aperçus mourant et le ramener afin que vous soyez heureux ensemble.

Aujourd’hui, je suis mourant alors je te confis ceci, ces choses afin que tu connaisses enfin la vraie vérité. De là-haut je ne cesserai de penser à toi, sois heureuse avec Marius et fonde une belle famille heureuse et épanouie. Je veillerai sur toi et je t’embrase tendrement ma petite Cosette.


Jean Valjean

Certes Jean Valjean peut paraitre coupable, notamment quand il change plusieurs fois d’identités et va jusqu’à s’enterrer vivant, pour changer d’identité, c’est le cas à la page 134 :

« Mettez-y quelque chose.

- Quoi donc ?

- Moi, dit Jean Valjean »

Ainsi qu’à la page 139 Jean Valjean apparait sous un autre nom

« Comment vous vous appelez ?

- Ultime Fauchelevent »

En définitive, Jean Valjean pourrait paraitre coupable aux yeux de la justice, pour toutes les identités qu’il a usurpées.


Néanmoins, pour moi, Jean Valjean n’est pas coupable pour toutes les identités qu’il a usurpées, Jean Valjean, c’est sacrifié pour le bonheur de Cosette, enfant orpheline, qu’il a recueilli. C’est le cas notamment à la page 324 où Jean Valjean avoue à Marius l’amour qu’il a pour Cosette :

« Je l’aime, c’est vrai. Une enfant qu’on a vu petite étant soi-même vieux, on l’aime »

Par la suite, Jean Valjean, après toute la haine que Javert avait pour lui, ne le tue pas et le laisse partir vivant de la barricade par exemple à la page 183 :

« Vous êtes libre.

Javert n’étais pas facile à étonner »

Pour conclure, il me semble que Jean Valjean n’est pas coupable, après toute les péripéties Jean Valjean a changer, et éprouve de la bravoure, de la charité et se montre généreux pour devenir un homme bon alors, d’après moi, Jean Valjean n’est pas coupable !!!



( Édition du livre : le livre de poche jeunesse )

Mon père est un homme bon qui m'a recueillie quand je vivais encore avec les Thénardier, il m'a aidée a soulevé le seau d'eau que je devais ramené aux Thénardier en pleine nuit, c'est là ou je l'est rencontré pour la toute première fois. Je l'aime et sans lui les Thénardier auraient continuer de ce servir de moi pour leurs tâches de maison.