Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Jean Valjean, coupable ou non-coupable ?

Paris,1833

A ma tendre Cosette,

J'ai vécu beaucoup de choses dans ma vie et je me dois de tout te dire. Pour commencer, j'aimerais m'excuser pour t'avoir caché ce que je vais t'expliquer :


Je suis né en 1770 dans la Brie, où j'ai vécu avec ma soeur jusqu'à mes vingt-cinq ans. Nous n'étions pas très riches, nous avions à peine de quoi manger. Pour vivre, autrefois j'ai volé un pain, aujourd'hui je ne veux plus voler un nom. Mon nom est Jean Valjean, ancien forçat car pour ce vol et récidive, j'ai été condamné à dix-neuf ans aux galères.


J'ai vécu de nombreuses vies, j'ai été maire, rentier et j'ai porté de nombreux noms : M.Madeleine, M.Leblanc, M.Fauchelevent mais toi, tu me connais sous celui de père;

s'il te plait, ne garde que cette image dans ton coeur.


Maintenant, je vais te parler de trois personnes qui, en plus de toi, ont beaucoup compté dans ma vie car elles m'ont fait changer et m'ont permis de me racheter.


Tout d'abord, il y a eut ta mère "Fantine", souviens-toi bien de ce nom. Elle a bien souffert mais t'a aimée plus que tout. J'ai pris soin d'elle, pour un temps court, je l'avoue, autant que j'ai pu en la faisant soigner à l'hôpital. Mais, mon plus grand regret encore aujourd'hui c'est que je n'ai pas pu te ramener à elle à temps. C'est pourquoi je lui ai juré de te retrouver afin de te sortir de la misère et de la violence chez les Thénardier. J'ai juré de prendre soin de toi, de te donner la vie que tu devais avoir. Je ne la remercierai jamais assez car elle m'a offert une fille en ta personne.


A cette époque, ayant soif de me racheter, ma conscience m'a poussé à me rendre au tribunal d'Arras au lieu de te ramener à elle. Je devais, en effet, m'y rendre pour disculper un innocent du nom de ChampMatthieu que l'on avait pris pour moi et inculpé à tort comme étant Jean Valjean. Bien que risquant la perpétuité, je ne pouvais me résoudre à le laisser en prison et vivre ce que j'avais vécu comme une injustice : il faut bien se l'avouer faire plusieurs années de prison pour le vol d'un pain.. Ce deuxième acte m'a permis d'ouvrir les yeux sur ce que devait être le restant de ma vie : un homme juste et capable de se regarder en face.


Enfin, la troisième personne qui m'a changer est celui à qui je t'ai confiée. Marius, cet homme qui t'offre le bonheur que tu n'as pas pu vivre enfant. Même s'il nous a un peu séparés en t'épousant, il m'a permis de me rapprocher du chemin de la rédemption car en le sauvant et me confessant à lui, je me suis sauvé moi car oui, c'est moi qui l'ai sauvé dans les égouts il y a quelques années. Il était mourant, j'étais hésitant, hésitant car pour être honnête je ne l'appréciai guère. J'éprouvais un sentiment de colère mélangé à de la peur, la colère qu'il t'empêche de rester avec moi et la peur que tu m'oublies, m'abandonnes et que je reste seul. Mais je savais que sans lui, tu te serais effondrée, j'ai donc laissé une fois encore mes sentiments de côté pour te voir sourire une dernière fois.


Marius est un homme bien qui saura te rendre heureuse comme je l'ai fait tout au long de ma vie.

Tu mérites une telle vie. Ne la gâche pas..

Accepte cette lettre d'adieu, ma fille chérie..


-Jean Valjean

-ton père qui t'aime

Jean Valjean est mon père : il a pris soin de moi quand personne n'était là.

Auparavant, je vivais la misère chez les Thénardier qui s'occupaient de moi. Jean Valjean m'a alors recueillie et élevée comme sa fille, en m'offrant amour, joie et bonheur.

Il a été honnête en m'avouant le nom de ma mère : Fantine, qu'elle avait tout autant souffert que moi mais qu'elle m'aimait plus que tout. Il s'est sacrifié pour me permettre de rester auprès de Marius, l'homme que j'aime et qu'il a sauvé de la mort.

Tout au long de sa vie auprès de moi, il fut mon ange gardien, mon sauveur, qui a su faire preuve de tous les courages sans que je ne m'en rende toujours compte.

Jean Valjean, tu es mon père pour toujours. Je t'aime.

-Ta Cosette adorée

C’est vrai que l’on peut penser que Jean Valjean est coupable, du fait qu’il s’est attribué des identités qui ne lui appartenaient pas, pour échapper à la justice, qui plus est. Par exemple, dans les pages 73-75, il est déguisé en M. Madeleine, pour aider Fantine à retrouver sa fille, Cosette, sans se faire reconnaître des autorités. Ainsi, il était généreux pour Fantine mais suspect aux yeux de la police.

C’est pourquoi, on peut trouver Jean Valjean coupable.

En revanche, je dirai qu’il est non-coupable, pour certaines raisons.

Premièrement, Jean Valjean est un homme qui a su se repentir. Tout au long du roman, nous le voyons évoluer psychologiquement. En effet, il a su se remettre en cause et ouvrir les yeux sur ce que devait être le restant de sa vie, c’est-à-dire être un homme juste et capable de se regarder en face. Grâce aux différentes rencontres qu’il a faites tout au long de sa vie (Fantine, Cosette, Marius…), il a ainsi pu se racheter pour devenir un homme meilleur.

Ensuite, Jean Valjean est un homme qui a du cœur. Son évolution psychologique l’a alors poussée à aider les autres avant lui-même. Par exemple, il a pris soin de Fantine en la faisant soigner à l’hôpital. Il a protégé Cosette en l’emmenant loin de la violence des Thénardier pour lui offrir une vie meilleure et être un père pour elle. Mais encore, il a sauvé Marius des égouts et s’est confessé à lui malgré le sentiment de colère et de peur qu’il ressentait envers lui. Il a aidé tout le monde pour purger sa peine.

En conclusion, Jean Valjean est non-coupable puisqu’il est devenu un homme respectable et respecté.