Want to make creations as awesome as this one?

Transcript


Jean Valjean coupable ou non coupable ?

Paris, janvier 1833

Ma chère Cosette,

Si tu es en train de lire cette lettre c’est sans doute que je suis mort. Je te l’écris pour t’avouer des choses sur moi que je n’ai jamais réussi à te dire de peur que tu me prennes pour un vaurien, un escroc. Avant j’habitais chez ma sœur, son mari et ses sept enfants ; mais quand son mari est mort, j’ai dû travailler deux fois plus, pour pouvoir les nourrir. Et puis, un jour nous n’avions rien à manger, et, j’ai dû voler un pain. On m’a arrêté, j’ai eu dix-neuf ans de bagne. Je voulais de te dire que mon vrai nom est Jean Valjean.

Ensuite après dix-neuf de bagne j’ai été libéré, je me suis dit que j’allais recommencer ma vie en homme honnête, mais avec mon passeport jaune personne ne voulait de moi . . . Sauf un évêque, Mgr Bienvenu, mais j’ai été encore une fois un vaurien, je lui au volé des chandeliers, et encore une fois j’ai été arrêté par des soldats, mais il m’a défendu après des soldats en disant qu’il me les avait donnés. Et avant de repartir il m’a dit : « Vous n’appartenez plus au mal mais au bien ».

Et c’est grâce à cette phrase que je suis devenu M. Madeleine maire et chef de manufacture de Montreuil sur mer. C’’ est à cet endroit que j’ai rencontré ta maman, Fantine, une très belle et douce jeune femme. Je lui ai donc trouvé un emploi de la manufacture que je dirigeais, elle était heureuse, mais au fond d’elle non, elle n’arrivait pas à te voir et les autres employées ne l’ aimait pas. Et puis un jour elle est tombée malade elle ne pouvait plus travailler. Ensuite avant qu’elle ne meure, je lui ai fait une promesse : « Fantine, je vous promets de m’occuper de votre fille Cosette ». J’ai tenu cette promesse. Et ensuite tu connais la suite. J’ai encore changé d’identité c’était pour te protéger au cas où la justice me courrait après.

Je t’embrasse très fort.

Adieu

Ton père Jean Valjean


Ma chère Cosette,

Si tu es en train de lire cette lettre c’est sans doute que je suis mort. Je te l’écris pour t’avouer des choses sur moi que je n’ai jamais réussi à te dire de peur que tu me prennes pour un vaurien, un escroc. Avant j’habitais chez ma sœur, son mari et ses sept enfants ; mais quand son mari est mort, j’ai dû travailler deux fois plus, pour pouvoir les nourrir. Et puis, un jour nous n’avions rien à manger, et, j’ai dû voler un pain. On m’a arrêté, j’ai eu dix-neuf ans de bagne. Je voulais de te dire que mon vrai nom est Jean Valjean.

Ensuite après dix-neuf de bagne j’ai été libéré, je me suis dit que j’allais recommencer ma vie en homme honnête, mais avec mon passeport jaune personne ne voulait de moi . . . Sauf un évêque, Mgr Bienvenu, mais j’ai été encore une fois un vaurien, je lui au volé des chandeliers, et encore une fois j’ai été arrêté par des soldats, mais il m’a défendu après des soldats en disant qu’il me les avait donnés. Et avant de repartir il m’a dit : « Vous n’appartenez plus au mal mais au bien ».

Et c’est grâce à cette phrase que je suis devenu M. Madeleine maire et chef de manufacture de Montreuil sur mer. C’’ est à cet endroit que j’ai rencontré ta maman, Fantine, une très belle et douce jeune femme. Je lui ai donc trouvé un emploi de la manufacture que je dirigeais, elle était heureuse, mais au fond d’elle non, elle n’arrivait pas à te voir et les autres employées ne l’ aimait pas. Et puis un jour elle est tombée malade elle ne pouvait plus travailler. Ensuite avant qu’elle ne meure, je lui ai fait une promesse : « Fantine, je vous promets de m’occuper de votre fille Cosette ». J’ai tenu cette promesse. Et ensuite tu connais la suite. J’ai encore changé d’identité c’était pour te protéger au cas où la justice me courrait après.

Je t’embrasse très fort.

Adieu

Ton père Jean Valjean

Témoignage de Cosette :


Pour moi Jean Valjean est mon père, il est toujours là pour moi. Il m’a adopté, pour que je ne sois plus chez les Thénardier qui me prenait pour leur esclaves, j’était la mal aimée. Mon père a fait beaucoup de sacrifices pour moi : il n’aime pas Marius et pourtant il l’a sauvé quand il était aux barricades. Et il fait preuve de grande générosité pas que pour moi mais aussi pour les autres qu’il connaît ou pas : il a aidé ma mère Fantine, il a aidé les Jondrette car ils n’avaient pas assez à manger, il a laissé la vie à Javert …

Jean Valjean n’est pas coupable


Pourquoi ai-je choisi Cosette ?

  • J’ai choisi Cosette car jean Valjean est son père elle tout le temps avec lui, donc c’est elle qui le connaît le mieux

https://www.youtube.com/watch?v=IrlEcLLB0Bk

  • Certes jean Valjean semble coupable car il ment et il cache des choses, surtout à cosette sur sa vie d’avant : qu’il était au bagne, comment s’appelait la mère de Cosette, pourquoi change-t-il d’identité souvent…

    Nous le constatons dans la livre car à la fin du livre avant de mourir il avoue à cosette comment d’appelait sa mère :

    - « Cosette voici le moment de te dire le nom de ta mère. Elle s’appelait Fantine » page 315

    Et jean Valjean avoue à Marius qui il était avant d’être un homme assez riche, avant d’être un homme qui aide les gens quand ils sont en difficulté :

    - « J’ai été dix-neuf ans aux galères. Pour vol. puis j’ai été condamné à perpétuité. Pour vol. pour récidive. À l’heure qu’il est, je suis en rupture de ban » page 297


    Mais en revanche, pour moi jean Valjean n’st pas coupable car dans le livre même la justice (Javert) se rend compte qu’au finale Jean Valjean est un homme bon avec plein de générosité qui soigne et protège les gens qui sont en difficulté car il ne tue pas Javert :

    Nous pouvons le voir dans le livre avec :

    - « Javert était forcé de reconnaitre que la bonté existait, le forçat avait été bon » page 283

    - « Une chose l’avait étonné, c’était que jean Valjean lui eût fait grâce, et une chose l’avait pétrifié, c’était que, lui Javert, il eût fait grâce à Jean Valjean » page 282


    Et puis ensuite jean Valjean est un homme bon depuis que le Mgr Bienvenu lui a dit qu’il n’appartenait plus au mal mais au bien. Donc Jean Valjean est très généreux, il sauve la vie de plusieurs personnes et parfois sans dire qui il était.

    Nous l’observons dans le livre avec plusieurs passages répartis dans le livre :

    - C’était Madeleine qui venait de faire le dernier effort. Ils se précipitèrent. Le dévouement d’un seul avait donné de la force et du courage à tous. La charrette fut enlevée par vingt bras. Le vieux Fauchelevent était sauvé. » page 49

    - « il m’a emporté a travers toutes les mort { …} cet homme-là , c’est l’ange » page 314

    - « Vous sauvez la vie des gens et vous le leur cachez » page 314