Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

STEVE JOBS

Horizontal infographics

FIRE FIGHTER

Horizontal infographics

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

SITTING BULL

Horizontal infographics

BEYONCÉ

Horizontal infographics

ALEX MORGAN

Horizontal infographics

Transcript

L'Année 1968 dans le monde

océanie

EUROPE

asiE

afriQUE

amérique du nord

Amérique du sud

Océan Pacifique

Océan Atlantique

Océan Indien

Océan glacial Arctique

N


O E

S

PARIS, FRANCE


acteurs : Le rassemblement à Paris est organisé par l'U.N.E.F. et les syndicats d'étudiants européens. Cette réunion a réuni environ cinq cents personnes, en grande majorité des étudiants. Plusieurs orateurs étaient également présents.


lieu : Paris, France


date : 20 février 1968


motifs : Le rassemblement du 20 février 1968 est un rassemblement en faveur de la paix au Vietnam. Plusieurs orateurs sont intervenus pour condamner l'intervention américaine au Vietnam. À la suite des discours, une manifestation s'est déroulée dans le calme et s’est achevée par la projection de films sur les bombardements au nord et au sud du Vietnam. À 23 h. 40, les manifestants se sont dispersés rapidement sous la surveillance du service d'ordre, qui n'a jamais eu à intervenir. Le lendemain matin, un drapeau nord-vietnamien a été hissé sur le toit de la Sorbonne. Ce geste suggère le début des manifestations que plusieurs associations se proposent de multiplier dans la capitale. Pourtant, dès le lendemain, des manifestations de soutien aux assassins Vietcongs qui se sont déroulées le mercredi 21 février dans les locaux mêmes de l'université de Paris font scandale.


sources : Le Monde, “LES MANIFESTATIONS A PARIS ET EN PROVINCE EN FAVEUR DE LA PAIX”, jeudi 22 février 1968




acteurs : Les sympathisants de Henri Langlois, les professeurs des lycées, des surréalistes et le comité de défense de la Cinémathèque manifestent en raison du renvoi de ce dernier et du non-respect de différents engagements par M. Moinot dans le domaine de la cinémathèque.

lieux : Paris et sa province, France

date : 5 mars 1968

motifs : Le comité de défense de la Cinémathèque organise des manifestations à Paris et en provinces pour permettre à Henri Langlois de conserver la direction de la Cinémathèque, qu'il avait fondé en 1936. Le comité de défense de la Cinémathèque, ainsi que les sympathisants d'Henri Langlois, entreprennent une série de manifestations publiques à Paris et en province à la suite du non-respect des engagements par M.Moinot. La première de ces protestations publiques a eu lieu le 18 mars à 18 h. 30 devant le siège de la Cinémathèque. D'autre part, le comité de défense de la Cinémathèque fait également connaître son opinion dans les cinémas. Par exemple, un film d'une minute dans lequel est présenté le point de vue des défenseurs d'Henri Langlois est projeté dans de nombreuses salles de cinémas.

Des professeurs des lycées d'Abidjan en Côte d’Ivoire ont envoyé des lettres de protestation à la Cinémathèque française contre " le renvoi arbitraire de son fondateur et directeur légitime ".

Certains surréalistes ont adressé au directeur de la Cinémathèque de Toulouse une lettre suivante soulignant la rupture des collaborations entre ceux-ci en raison de cette affaire.


Manifestation de soutien à Henri Langlois, L'Express, 19 février 1968


sources : Le Monde, “Le comité de défense de la Cinémathèque décide d'organiser des manifestations à Paris et en province”, jeudi 14 mars 1968



acteurs : Le conseil parisien du Mouvement de la paix organise une manifestation. En parallèle à cette dernière, un tract annonce le dépôt d’une gerbe en soutien aux étudiants polonais.

lieu : Paris, France

date : 15 mars 1968

motifs : Une manifestation est organisée le 15 mars 1968 par le conseil parisien du Mouvement de la paix sans l’accord de la préfecture de police devant l’Hôtel de Ville. Parallèlement à cette manifestation, un tract “les Étudiants de Paris” annonce qu’une gerbe est déposée devant le monument du grand poète polonais Adam Mickiewicz, par solidarité avec les étudiants de Varsovie, le 15 mars 1968.

sources : Le Monde, “DEUX MANIFESTATIONS À PARIS”, samedi 16 mars 1968




acteurs : La crise de mai 1968 en France rassemble les étudiants qui manifestent et sont rejoints par les ouvriers qui se mettent en grève.


lieu : Paris, France


date : 6 mai 1968


motifs : Depuis la fermeture de l'université de Nanterre, l'activité revendicative des étudiants s'est déplacée à Paris qui connaît du 6 au 13 mai 1968 des manifestations et des opérations de police maladroites et brutales. En plus des protestations contre la guerre du Vietnam, les revendications expriment aussi le besoin de liberté de la jeunesse.


sources : Le Monde, « EN PROVINCE ET A PARIS NOUVELLES MANIFESTATIONS D'ÉTUDIANTS ET DE LYCÉENS La Sorbonne demeure fermée », samedi 11 mai 1968


document supplémentaire :

<iframe allow="autoplay" title="Vidéo ina.fr: La révolte étudiante au quartier latin en mai 1968 " src="https://enseignants.lumni.fr/export/player/00000000105" width="100%" height="100%" allowfullscreen></iframe>







NAIROBIE, KENYA


acteurs : Les manifestants sont des militants du Parti du peuple kényan (dans l’opposition). M. Hubert Humphrey, vice-président des Etats-Unis était attendu par eux.


lieu : Nairobie, Kenya


date : dimanche 7 janvier 1968


motifs : Des centaines de milliers de manifestants convergent vers Nairobie afin d'exprimer leur désaccord avec le maintien de troupes américaines au Vietnam. Ce rassemblement serait le plus important tenu dans la capitale du Kenya en protestation contre ce conflit. L'intensification de la présence américaine au Vietnam, au milieu des années 1960, fait l'objet d'une contestation grandissante. Cette grogne s'exprime lors de rassemblements publics d'envergure, comme celui qui a lieu à Nairobie le 7 janvier 1968. Les manifestants brandissent des pancartes avec des inscriptions anti-américaines.


sources : Le Monde, “DES MANIFESTATIONS HOSTILES AUX AMÉRICAINS ONT EU LIEU À ADDIS-ABÉBA ET À NAIROBI.”, mardi 9 janvier 1968


document supplémentaire : D’autres manifestations ont eu lieu à Nairobie dans l’année 1968 comme celle du 8 août 1968 contre l’occupation soviétique de la Tchécoslovaquie.


source : Keystone Press Pictures USA / Alamy Banque D'Images, 8 août 1968



ADDIS-ABBEBA, ÉTHYOPIE

acteurs : Les manifestants sont plusieurs centaines d’étudiants éthiopiens.

lieu : université d’Addis-Abéba, Ethyopie

date : 6 janvier 1968

motifs : Cette manifestation est à l’origine de l’annulation de la visite prévue à l’université d'Addis-Abeba du vice-président américain M. Humphrey. Les étudiants scandent des slogans hostiles aux Américains, avant de prendre en effigie le président Johnson contre le maintien des troupes américaines au Viêt-Nam.

sources : Le Monde, “DES MANIFESTATIONS HOSTILES AUX AMÉRICAINS ONT EU LIEU À ADDIS-ABÉBA ET À NAIROBI.”, mardi 9 janvier 1968

TOKYO

acteurs : Près de trente mille personnes dont des étudiants, membres des partis d'opposition et d'organisations de gauche, ainsi qu'un millier de journalistes japonais et étrangers, se ruent vers Sasebo.

lieux : Sasebo et Tokyo, Japon

dates : 17 et 18 janvier 1968

motifs : Les 17 et 18 janvier 1968, des manifestants et étudiants japonais se révoltent à Sasebo, dans le sud du Japon et à Tokyo, face à l’arrivée du porte-avions nucléaire américain Enterprise. Ces opposants japonais considèrent que l’arrivée de cette firme sur leurs terres serait un acte de violation de la Constitution puisque le navire américain est assimilé à une “base nucléaire flottante”. La Zengakuren (fédération japonaise des associations étudiantes autogérées) voulant s'entraîner en vue de prochains combats, lance un assaut contre un barrage commandant l'accès de la base. Les étudiants, chaudement vêtus et visiblement venus pour se battre, portaient des casques et étaient armés de lourdes perches de deux mètres de longueur. Près de trente mille personnes dont des étudiants, membres des partis d'opposition et d'organisations de gauche, ainsi qu'un millier de journalistes japonais et étrangers, se ruent vers Sasebo. Finalement, un porte-parole du gouvernement a déclaré qu'il est possible que l'Enterprise ajourne sa visite. Cette visite de l’Enterprise est vue comme une tentative de réarmement japonaise et une acceptation d’armes atomiques américaine sur les terres japonaises.

document supplémentaire :



“1968 - Clash between demonstrators and police in Tokyo when 8000 students and workers demonstrated against nuclear-powered USS Enterprise to arrive in Sasebo on the 19th. 170168”, ALARMY


1968 - Affrontement entre des manifestants et la police à Tokyo lorsque 8000 étudiants et travailleurs ont manifesté contre l’USS (United Space Ship) à propulsion nucléaire Enterprise pour arriver à Sasebo le 19 janvier, ALARMY


sources : Le Monde, “Violentes manifestations au Japon contre la venue d'un porte-avions atomique”, jeudi 18 janvier 1968



acteurs : La manifestation à Fukuoa confronte mille huit cents policiers à douze mille étudiants de l’île de Kou Sou.

lieu : Fukuoa, île de Kou Siou, Japon

date : 7 juin 1968

motifs : Cent cinquante policiers et étudiants ont été blessés le 7 juin 1968 au cours de violentes manifestations anti-américaines à Fukuoa, dans l'île de Kou Siou. La manifestation a opposé mille huit cents policiers à douze mille étudiants venus de toute l'île de Kou Siou. Un chasseur à réaction américain s'étant récemment écrasé sur le campus de l'université de l’île, les manifestants ont demandé le départ de tous les avions de la base américaine de Itazuke, près de Fukuoa. Après avoir manifesté devant le consulat américain, les étudiants ont tenté en vain de pénétrer dans la base.


sources : Le Monde, “VIOLENTES MANIFESTATIONS ANTI-AMÉRICAINES AU JAPON”, samedi 8 juin 1968

BRUXELLES, BELGIQUE


acteurs : Les acteurs sont des étudiants extrémistes flamands du Louvain opposés à la langue française. La gendarmerie est également sur les lieux.


lieu : Bruxelles, Belgique


date : 17 janvier 1968


motifs : Les étudiants flamands de Louvain demandent la scission de l'université catholique et le départ de l'aile francophone. Au cours de ce mois, de nombreuses manifestations ont lieu, ainsi que des affrontements avec la gendarmerie, les bureaux du rectorat sont incendiés. L’agitation étudiante se répand dans d'autres établissements académiques en Flandre (Anvers, Malines, Courtrai, Gand) puis à Bruxelles. Le 17 janvier 1968, une guerre des “langues”, nommée “l’Affaire de Louvain” s’est enclenchée à Louvain, en Belgique, à la suite d’une décision prise par le conseil académique francophone de Louvain qui proclame le maintien de la section française dans l’université de Louvain. En effet, cette université compte 21 526 étudiants, dont 10 247 francophones qui sont considérés comme des " intrus " par la majorité de leurs camarades flamands. Les diverses oppositions des extrémistes flamands ont dès lors éclaté. Plus de mille gendarmes casqués sont intervenus avec des autopompes pour rétablir l'ordre dans les rues de la ville et disperser les deux mille manifestants qui scandaient : " Louvain flamand ", " les Wallons à la porte ". Dans plusieurs avenues de la ville, des étudiants ont allumé des feux en utilisant des sapins de Noël oubliés et des meubles enlevés dans les locaux de l'université. Certains d’entre eux ont organisé une chasse à l'homme dans les couloirs de l'université.


Staking Vlaamse studenten te Leuven, voor de gevangenis werd de menigte uit elkaar geslagen ; Kroon, Ron, Wikipédia

Grève des étudiants nationalistes flamands de Louvain. La foule est brutalement dispersée par les forces de l'ordre devant la prison ; Kroon, Ron, Wikipédia.


sources : Le Monde, “Les étudiants flamands de Louvain organisent de dures manifestations contre les francophones”, jeudi 18 janvier 1968

ILES CANARIES, ESPAGNE


acteurs : Les manifestants sont une centaine d’ouvriers du port de Las Palmas, Canaries. La police est également sur les lieux.


lieu : port de Las Palmas, Canaries.


date : 30 janvier 1968


motifs : Les ouvriers qui manifestent pour obtenir la publication du règlement leur octroyant une augmentation de salaires - alors que le plan de stabilisation bloque les salaires pendant toute l'année 1968 ont été dispersés par la police, qui a arrêté une dizaine de manifestants.


sources : Le Monde, “Manifestations ouvrières aux Canaries et à Barcelone”, jeudi 1er février 1968





acteurs : Près de 2000 ouvriers chargés de chargements et de déchargements des navires appelés “dockers” se mobilisent dans cette manifestation ouvrière. La police est aussi présente.


lieu : port de Las Palmas, Canaries


date : 13 février 1968


motifs : Bien que le gouverneur ait menacé les ouvriers de les licencier s'ils ne reprennent pas le travail, cette grève, initialement destinée à appuyer une demande d'augmentation de salaires, rassemble des milliers d’ouvriers. En effet, les dockers gagnent 96 pesetas par jour, soit environ 7 francs. Ces manifestations ont été aggravées par l'arrestation de six personnes, dont deux avocats du syndicat des dockers. Ces derniers exigent désormais leur libération avant leur reprise du travail.


sources : Le Monde, “Manifestations en province contre les licenciements et les réductions d'horaires”, samedi 10 février 1968”, mercredi 14 février 1968



BARCELONE, ESPAGNE


acteurs : Les acteurs sont les ouvriers opposés au plan de stabilisation de l’année 1968 qui bloque leurs salaires.


lieu : Esplugas-de-Llobregat à Barcelone, Espagne


date : 30 janvier 1968


motifs : Les contestations houleuses ont eu lieu à la suite d’une réunion syndicale mouvementée à Esplugas-de-Llobregat, dans la banlieue de Barcelone, pour obtenir une augmentation des salaires, l'interdiction des licenciements et la légalisation du droit de grève. En même temps, un millier de représentants des cheminots, du personnel des communications et du métro de Madrid ont protesté contre la révocation de neuf de leurs dirigeants et ont réclamé leur réintégration. Les revendications sont donc multiples.


document supplémentaire :


L'OBS SOCIÉTÉ, Le quotidien de 1968, Grandes manifestations ouvrières en Espagne, 14 avril 2008


sources : Le Monde, “Manifestations ouvrières aux Canaries et à Barcelone”, jeudi 1er février 1968



BIAFRA


acteurs : Les manifestants sont des antibritanniques et antisoviétiques.


lieux : Ces manifestations persistent depuis trois semaines au Biafra.


dates : 7 février 1968


motifs : Les manifestants protestent contre l'ingérence de la Grande-Bretagne et de l’URSS dans la guerre du Nigéria. D'autre part, après l'échec des tentatives de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) pour trouver une solution au conflit, les Églises chrétiennes multiplient leurs efforts de conciliation.


document supplémentaire :


Manifestation For Biafra Description: Manifestants À Amsterdam ; 24 Août 1968 Lieu: Amsterdam, Noord-Holland

sources : Le Monde, “MANIFESTATIONS ANTIBRITANNIQUES ET ANTISOVIÉTIQUES”, jeudi 8 février 1968

TOULOUSE, FRANCE


acteurs : Les manifestants sont des ouvriers, employés et cadres des usines Bréguet-Aviation.


lieux : Toulouse, France


date : 8 février 1968


motifs : Les manifestations qui ont eu lieu à Toulouse ont pour but de protester contre les licenciements, les réductions d’horaires et les différentes mesures qui viennent d’être annoncées par la firme. Le plan de licenciement, en vigueur à partir du 1er avril 1968, prévoit en effet que cent quatre-vingt-trois personnes devront quitter l'usine dans un délai de neuf mois. Les syndicats pensaient que la plupart des licenciés pourraient obtenir la préretraite. Or en réalité, neuf seulement bénéficient de cet avantage. D'autre part, les horaires hebdomadaires de travail ont été réduits de 47 h 30 à 44 h.


sources : Le Monde, “Manifestations en province contre les licenciements et les réductions d'horaires”, samedi 10 février 1968

MADRID, ESPAGNE

acteurs : Les manifestants sont les étudiants de la faculté de droit de philosophie de Madrid.

lieux : facultés de droit et de philosophie de Madrid, Espagne

date : 13 février 1968

motifs : Les manifestations étudiantes de Madrid ont pour but de protester contre la présence de la police. Les étudiants se sont assis par terre dans le hall de ces facultés et, après avoir gardé une minute de silence, ont entonné le Gaudeamus Igitur, vieil hymne des universitaires européens. Le procès de trois universitaires (dont deux jeunes filles), qui avaient présidé une assemblée, a commencé à Madrid. Une demi-douzaine d'étudiants sont arrêtés. Ce même type d’arrestations lors de manifestations étudiantes ont été recensées le même jour à Salamanque et Barcelone.


sources : Le Monde, “Manifestations d'étudiants à Madrid Barcelone et Salamanque”, jeudi 15 février 1968



acteurs : Des étudiants espagnols se sont manifestés face à la présence américaine au Vietnam. Les forces de l’ordre ont dû intervenir.


lieu : cité universitaire de Madrid, Espagne


date : 16 mars 1968


motifs : Des manifestations antiaméricaines ont eu lieu à Madrid, et notamment sur la cité universitaire de Madrid : un drapeau américain est brûlé et dix-huit étudiants ont été appréhendés. Ces manifestations ont survenu à la suite d'une assemblée libre réunissant deux mille étudiants qui prônait l’indépendance du Vietnam. Les forces de l'ordre ont frappé plusieurs fois, à coups de matraques, des manifestants qui ont brandi des portraits de Ho Chi Minh et de " Che " Guevara.”


sources : Le Monde, “MANIFESTATIONS ANTI-AMÉRICAINES À MADRID”, lundi 18 mars 1968

ROME, ITALIE

acteurs : Les étudiants de Rome


lieux : la Valle Giulia à Rome, Italie


date : 1er mars 1968


motifs : Les étudiants manifestent contre les groupes néofascistes italiens. La violence de la répression policière provoque de nouvelles manifestations. Les étudiants de Rome étaient convoqués pour samedi matin sur la piazza del Popolo pour protester contre le comportement de la police au cours des manifestations de vendredi.


document supplémentaire : https://youtu.be/eGt2k80njtk


sources : JACQUES NOBECOURT, Le Monde, “La violence de la répression policière provoque de nouvelles manifestations”, lundi 4 mars 1968

ÉGYPTE, RÉPUBLIQUE ARABE UNIE

acteurs : Les manifestations font l’objet d’une résistance populaire. Ce sont des manifestations de travailleurs et d’étudiants avec une participation active de la classe ouvrière.


lieu : Égypte, République Arabe Unie


dates : 9 et 10 juin 1967, 4 février 1968


motifs : Le malaise qui règne depuis longtemps au sein de la population égyptienne est un des motifs de ces manifestations. Les manifestations du 9 et 10 juin avaient deux motifs essentiels : empêcher le départ de son leader au moment où les troupes ennemies se trouvaient à 160 kilomètres du Caire et, d'autre part, la volonté de continuer la lutte anti-impérialiste, quels qu'en soient les sacrifices. En effet, le peuple égyptien n'a recueilli que des déceptions. Les Égyptiens protestent contre la société égyptienne où règne mensonge et corruption car au moment où le gouvernement rendait leurs biens aux grands bourgeois, les prix de tous les articles de consommation courante (thé, sucre, cigarettes, huile, etc.) augmentent sensiblement. La défaite a réveillé le peuple, qui commence à se rendre compte du décalage existant depuis toujours entre les paroles et les actes, entre le slogan et la réalité du régime. C'est cela la signification réelle des dernières manifestations.


sources : Le Monde, “La signification des dernières manifestations en R.A.U.”, lundi 4 mars 1968

NEBRASKA, ÉTATS-UNIS

acteurs : La présence de l’ex-gouverneur George Wallace entraîne des manifestations de la communauté noire et le décès d’un jeune noir de 16 ans, du nom de Howard Stevenson. Finalement, ces manifestations conduisent à un discours du gouverneur de Nebraska, M. Robert Tiemann.

lieu : Omaha dans le Nebraska, États-Unis

date : 6 mars 1968

motifs : Le motif de cette manifestation est dicté par la volonté des manifestants noirs et blancs d'interrompre une réunion électorale de M. George Wallace, qui présentait le programme du parti indépendant, dont il sera le candidat aux prochaines élections présidentielles. Dans la nuit, de nouvelles manifestations ont éclaté et de jeunes Noirs ont détruit des voitures et brisé de multiples vitres de magasins. C'est au cours de ces incidents que Howard Stevenson, un jeune Noir de seize ans, a été tué par un policier en civil, qui n'était pas en service. Selon l'officier, le jeune manifestant était en train de piller un magasin. Le lendemain matin, les élèves de l'école Horace-Mann, majoritairement noirs, ont refusé de se rendre en classe et ont donc déclenché une manifestation contre l'école elle-même. Des renforts de police ont été demandés par les autorités municipales.


sources : Le Monde, “DES MANIFESTATIONS CONTRE L'EX-GOUVERNEUR WALLACE font un mort parmi la population noire d'Omaha”, jeudi 7 mars 1968

VARSOVIE, POLOGNE

acteurs : Les manifestants sont des anti-sionistes polonais. En réponse à ces manifestations, les étudiants français se rassemblent de nouveaux contre l’antisémitisme que subissent certains polonais.

lieux : usines de Varsovie et en province, Pologne

date : 12 mars 1968

motifs : Ces nouveaux rassemblements ont été organisés dans des usines à Varsovie et en province pour protester contre les manifestations des jours précédents. Des slogans demandant que le parti soit " épuré des éléments sionistes " ont été prononcés. Ses inspirateurs veulent ouvertement manipuler les attitudes antisémites toujours présentes dans une partie de la population pour « purger » l’appareil du parti de leurs rivaux souvent d’origine juive. La campagne antisémite déclenche en réaction une nouvelle vague de protestation aux universités, mais le pouvoir a déjà repris la situation en main et les résultats sont terribles : environ 20.000 Polonais juifs sont contraints à l’exil suite aux licenciements et autres formes de répression. À 12 heures, plusieurs milliers d'étudiants s'étaient massés dans la cour de l'École polytechnique pour montrer leur soutien aux polonais.

document supplémentaire : Le soutien aux polonais contre les manifestations anti-sionistes sont également présents en Grande-Bretagne.

RFI, France Média Monde, Des étudiants polonais en Grande-Bretagne participent à une manifestation le 16 mars 1968 à Londres.

sources : Bernard MARGUERITTE, Le Monde, “Le gouvernement polonais destitue de hauts fonctionnaires dont les enfants ont participé aux manifestations Des étudiants présentent leurs revendications au recteur”, jeudi 14 mars 1968


LONDRES, GRANDE-BRETAGNE

acteurs : Des jeunes opposants à la dissémination des armes atomiques et des adversaires de la guerre au Vietnam ont organisé des manifestations.

lieu : Londres, Grande-Bretagne

date : 25 mars 1968

motifs : Quatre manifestations ont eu lieu le 25 mars 1968 à Londres. L'une était organisée par le mouvement des jeunes opposants à la dissémination des armes atomiques, une autre par les adversaires de la guerre au Vietnam. Une troisième manifestation avait pour but de protester contre la politique du gouvernement britannique en ce qui concerne la Rhodésie ; une dernière contre le budget d'austérité du gouvernement Wilson.

document supplémentaire :

Manifestation contre la guerre du Vietnam à Londres (mars 1968), Hatier

sources : Le Monde, “Grande-Bretagne Manifestations en série à Londres”, mardi 26 mars 1968




acteurs : Environ 10 000 dockers se sont rassemblés pour manifester. Ces derniers prônent la thèse de M. Enoch Powell, partisan de la réémigration.

lieux : port de Londres et Parlement, Grande-Bretagne

date : 27 avril 1968

motifs : Des manifestations raciales surgissent fin avril à Londres. Près de dix mille dockers ont paralysé vendredi, pendant plusieurs heures, le port de Londres pour manifester aux côtés de M. Enoch Powell, l'arrêt de l'immigration des gens de couleur au Royaume-Uni. Parallèlement, près de quatre cents dockers, demandant que la Grande-Bretagne " reste blanche ", ont manifesté devant le Parlement.

sources : Le Monde, “LES MANIFESTATIONS RACIALES PRENNENT DE L'AMPLEUR”, samedi 29 avril 1968


Rage Culture, Enoch-Powell prophète du grand remplacement et partisan de la réémigration dès 1968, 1968

https://rage-culture.com/enoch-powell-prophete-du-grand-remplacement-et-partisan-de-la-reemigration-des-1968/


BELGRADE, YOUGOSLAVIE

acteurs : La population serbe comprenant des civils, soldats et policiers se sont rassemblés pour manifester face à la présence américaine sur les terres vietnamiennes.

lieu : Place Marx-et-Engels à Belgrade, Yougoslavie

date : 6 avril 1968

motifs : Près de trois cent mille Yougoslaves se sont rassemblés le 6 avril 1968 sur la place Marx-et-Engels à Belgrade, pour manifester contre l'agression américaine au Vietnam. Des camions de l'armée serbe ont encerclé l'ambassade des États-Unis et des soldats et policiers ont pu intervenir s’il le fallait. Des lettres exprimant le soutien de la Yougoslavie au peuple vietnamien ont été lues lors de ces manifestations. Une autre lettre a été envoyée au gouvernement américain, pour protester contre l'assassinat du pasteur Martin Luther King.


sources : Le Monde, “MANIFESTATIONS ANTI-AMÉRICAINES A BELGRADE”, lundi 8 avril 1968

NEW YORK, ÉTATS-UNIS

acteurs : Des étudiants américains se sont rassemblés en vue de lutter contre la guerre au Vietnam et le racisme.

lieu : New York, États-Unis

date : 26 avril 1968

motifs : Le 26 avril 1968, des milliers d'étudiants américains se sont mis en grève, d'une côte à l'autre des États-Unis, pour protester contre la guerre au Vietnam et le racisme. Ces manifestations semblables de solidarité estudiantine sont prévues un peu partout dans le monde que ce soit sur le continent européen ou en Asie, particulièrement au Japon. Le lendemain à New-York, une manifestation pacifiste a lieu, pour la troisième année consécutive, par le Comité de la 5e Avenue pour la paix au Vietnam en vue de réclamer " la cessation immédiate de la folie de la guerre ".

sources : Le Monde, “MANIFESTATIONS ET CONTRE-MANIFESTATIONS AUX ÉTATS-UNIS”, samedi 27 avril 1968

ARGENTINE

acteurs : Les policiers argentins font face aux manifestations de la population argentine dont des étudiants.

lieux : Buenos-Aires, Tucuman et la Plata, Argentine

dates : 17 juin 1968

motifs : À Buenos-Aires, une cinquantaine d'étudiants ont été arrêtés et plus de cent personnes ont été blessées au cours des manifestations qui se sont déroulées en Argentine à l'occasion du cinquantième anniversaire de la "réforme universitaire ". À La Plata, dix personnes ont été arrêtées et une quarantaine de jeunes gens ont été blessés. À Tucuman, trois étudiants ont été blessés et sept autres arrêtés. Après avoir été dispersés par la police, les étudiants ont lapidé le bâtiment de l'université et les forces de police. Plusieurs centaines d'autres ont construit des barricades à l'aide de bancs publics, d'automobiles et de divers matériaux, et ont tenu tête pendant plusieurs heures aux policiers.

sources : Le Monde, “ARGENTINE : manifestations des étudiants pour l'anniversaire de la "réforme universitaire".”, mardi 18 juin 1968

BERLIN, ALLEMAGNE

auteurs : Les troupes est-allemandes présentes à Berlin-Est entraînent le soulèvement des alliés occidentaux, à savoir l’Angleterre, la France mais aussi les États-Unis.

lieux : quartiers ouvriers de Neukolln et KreuzbergBerlin-Est et Berlin-Ouest, Allemagne

date : 1er mai 1968

motifs : La présence de troupes est-allemandes à Berlin-Est, contraire au statut d'occupation, a donné lieu à la protestation non moins traditionnelle des alliés occidentaux. À l'Ouest, devant le bâtiment de l'ancien Reichstag, une manifestation de l'" opposition extra-parlementaire " s'est déroulée dans les rues des quartiers ouvriers de Neukolln et Kreuzberg. Contrairement aux deux autres manifestations, la troisième manifestation s’est faite dans l'allégresse.


sources : Jean Paul PICAPER, Le Monde, “BERLIN : trois manifestations au lieu de deux”, ve,dredi 3 mai 1968



BERLIN-OUEST, ALLEMAGNE

acteurs : Les acteurs sont de jeunes manifestants d’extrême gauche.


lieu : Église du Kaiser-Guillaume, Berlin Ouest, Allemagne


date : 25 décembre 1968


motifs : Les manifestants ont pour but de se soulever pour réclamer l’opposition extra-parlementaire. Ils ont perturbé la cérémonie de Noël à l'église du Kaiser-Guillaume, à Berlin-Ouest, chantant des parodies d'hymnes et faisant partir des pétards. Ils ont renversé une statue du Christ en criant : " Hypocrites ! " Un autre incident a eu lieu devant le pénitencier de Tegel, dans la banlieue nord-ouest de la ville. Munis de torches et de drapeaux rouges, une centaine de manifestants invitent les détenus à se saisir de leurs gardiens et à s'évader. En 1967 déjà, les cérémonies de Noël avaient été perturbées à Berlin et Hambourg par des groupes de manifestants dirigés par Rudi Dutschke, anti-communiste et porte-parole des mouvements étudiants.


sources : Le Monde, « MANIFESTATIONS D'EXTRÊME GAUCHE LA NUIT DE NOËL », vendredi 27 décembre 1968



SUÈDE

auteurs : Près de trois cent cinquante étudiants suédois se sont manifestés en signe de solidarité.

lieux : Stockholm et Göteborg, Suède

date : 24 mai 1968

motifs : Le 24 mai 1968, plus de trois cent cinquante étudiants ont défilé dans le centre de Stockholm en signe de solidarité avec les étudiants et ouvriers de France. Ces manifestants ont brandi des pancartes portant des slogans, mais ont aussi crié des mots d'ordre antigaullistes. De même, à Göteborg, des manifestants, parmi lesquels se trouvaient de nombreux Français, ont brandi des drapeaux tricolores et porté des banderoles pour soutenir les Français.


sources : Le Monde, “SUÈDE : manifestations de solidarité”, lundi 27 mai 1968

GENÈVE, SUISSE

acteurs : Les agitations venant des étudiants français ont des répercussions sur les étudiants suisses. De jeunes ouvriers ont par ailleurs assisté aux manifestations organisées par les étudiants suisses.

lieu : Genève, Suisse

date : 27 mai 1968

motifs : À la suite des agitations des étudiants français, les étudiants de plusieurs villes helvétiques ont manifesté dans la rue et devant les consulats français. Un peu partout en Suisse, les étudiants se réunissent pour discuter des problèmes à résoudre. À Genève, de jeunes ouvriers ont rejoint les étudiants dans les amphithéâtres pour examiner ces problèmes en commun.

document supplémentaire :

Manifestation à Genève au cours du mois de mai 1968. Les pancartes, aux revendications variées, témoignent de la pluralité des motivations qui animaient le mouvement.


sources : Le Monde, “SUISSE : manifestations de solidarité chez les étudiants.”, mardi 28 mai 1968

BRÉSIL

acteurs : Le discours du maréchal Costa e Silva déclenche les manifestations dans tout le Brésil. Cela entraîne les protestations des étudiants, professeurs et même des prêtres catholiques.

lieux : Brasilia et Rio de Janeiro, Brésil

date : 1er juillet 1968

motifs : Le 1er juillet 1968, de nouvelles manifestations antigouvernementales ont eu lieu à la suite d'un discours du maréchal Costa e Silva. Ce dernier a affirmé que le gouvernement ne permettrait pas l'installation de l'anarchie dans le pays. À Brasilia, cinq mille personnes, comprenant des étudiants, des professeurs et des prêtres catholiques, ont alors manifesté contre la politique gouvernementale. Le gouverneur de Pernambouc, a décidé la libération des étudiants arrêtés le 27 juin dernier. Des réunions ont eu lieu à Rio-de-Janeiro en vue de l'organisation pour mercredi prochain d'un défilé où seront invités les syndicats ouvriers. À Rio de Janeiro, Mgr José de Castro Pinto, vicaire général, a réclamé la libération de tous les étudiants emprisonnés et la restitution de leurs droits civiques aux anciens présidents Joao Goulart, Janio Quadros et Juscelino Kubitschek, ainsi qu'aux principaux leaders politiques brésiliens.

document supplémentaire : https://youtu.be/Gf5f8b6At8I


sources : Le Monde, “BRÉSIL : manifestations antigouvernementales à Brasilia, Recife, Bahia et Porto-Alegre”, mardi 2 juillet 1968

MONTRÉAL, CANADA

acteurs : Deux minorités sont à l'origine de ces événements : les Noirs aux États-Unis et les séparatistes francophones au Canada.

lieu : Montréal, Canada

date : 23 juin 1968

motifs : Le 23 juin 1968 à Montréal, des violences éclatent entre les séparatistes francophones : près de 200 blessés. La manifestation séparatiste avait été organisée pour protester contre la présence à Montréal de Pierre-Elliott Trudeau, premier ministre. Bien que Québécois d'origine, M. Trudeau est opposé à toute réforme constitutionnelle visant à accorder une plus grande autonomie à la province francophone.

sources : Le Monde, “- MONTRÉAL : violentes manifestations des séparatistes contre M. Trudeau - WASHINGTON : début d'émeute raciale après l'arrestation du pasteur Abernathy”, mercredi 26 juin

ALEXANDRIE, ÉGYPTE

acteurs : De nombreux civils ont participé au conflit israélo-libanais qui a causé de nombreux décès.

lieux : Alexandrie, Égypte

date : 13 juillet 1968

motifs : Selon des voyageurs venant du Caire, d'importantes manifestations ont eu lieu le 13 juillet 1968, à Alexandrie, pour exiger la poursuite du combat contre Israël. Les manifestations, qui s'étaient déroulées dans le calme, ont dégénéré lorsque le bilan des pertes civiles du bombardement de Suez par les Israéliens, le 11 juillet 1968, a été connu. Dès lors, les manifestants se seraient déclarés opposés à tout règlement politique avec Israël.


sources : Le Monde, “MANIFESTATIONS À ALEXANDRIE EN FAVEUR DE LA POURSUITE DE LA LUTTE CONTRE ISRAËL”, lundi 15 juillet 1968

BEYROUTH, LIBAN

acteurs : De nombreux civils ont participé au conflit israélo-libanais qui a causé de nombreux décès.

lieu : Beyrouth, Liban

date : 19 juillet 1968

motifs : Le 19 juillet, de violentes manifestations ont accueilli l'arrivée à Beyrouth de M. George Ball, chef de la délégation permanente des États-Unis à l'O.N.U. Les manifestants, tous d'origine palestinienne, ont lancé des pierres sur la voiture de l'ambassadeur américain à Beyrouth, M. Dwigth Johnson Porter. Une vitre a été brisée, blessant légèrement M. George Ball à la main gauche. La veille, avant de quitter la Jordanie, le délégué des États-Unis à l'O.N.U. a déclaré qu'il ne possédait aucun plan.

sources : Le Monde, “MANIFESTATIONS À ALEXANDRIE EN FAVEUR DE LA POURSUITE DE LA LUTTE CONTRE ISRAËL”, lundi 15 juillet 1968



acteurs : Ce sont près de 2000 étudiants libanais qui manifestent.


lieu : Beyrouth, Liban


date : 5 novembre 1968


motifs : Les manifestants, portant des portraits de Che Guevara, de Ho Chi Minh et du président Nasser, réclament la libération des membres de commandos palestiniens qui sont détenus.


sources : Le Monde, “Des manifestations ont marqué dans plusieurs capitales arabes le 51e anniversaire de la déclaration Balfour”, mardi 05 novembre 1968



acteurs : Les manifestants sont les étudiants de Beyrouth (Liban) et Tripoli (Libye) . Les forces de sécurité ont dû intervenir pour rétablir l'ordre, des bagarres ayant éclaté entre divers groupes de manifestants. On signale un tué et deux blessés graves parmi les étudiants.


lieu : ministère des affaires étrangères à Beyrouth, Liban


date : 14 novembre 1968


motifs : Ce mouvement se veut essentiellement estudiantin. Il vise surtout à relever ce que les étudiants ont considéré être un défi lancé par les éléments unionistes ou progressistes arabes aux milieux qui se réclament " exclusivement et inconditionnellement du Liban ".


sources : Le Monde, “VIOLENTES MANIFESTATIONS D'ÉTUDIANTS À BEYROUTH ET À TRIPOLI”, vendredi 15 novembre 1968

ISTANBUL, TURQUIE

acteurs : Des milliers d’étudiants anti-américains se sont rassemblés à Istanbul pour lutter contre l’expansion américaine.

lieu : place de l’Université à Istanbul, Turquie

date : 22 juillet 1968

motifs : Le 22 juillet 1968, un rassemblement a été tenu par plusieurs milliers d'étudiants sur la place de l'Université à Istanbul contre " l'impérialisme américain et la visite de la VIe flotte ". Ces manifestants anti-américains portaient des banderoles proclamant : " Nous chasserons les Américains”, …


sources : Le Monde, “NOUVELLES MANIFESTATIONS ANTI-AMÉRICAINES A ISTANBUL”, mardi 23 juillet 1968

SANTIAGO, CHILI

acteurs : Les manifestants sont des étudiants de Santiago.


lieu : Santiago, Chili


date : 5 août 1968


motifs : Le gouvernement Frei a lié ces désordres à la tentative d'occupation d'une ferme par des paysans armés, la semaine dernière. Selon les autorités, des éléments d'extrême-gauche sont à l'origine de ces incidents. Certains porte-parole ont déclaré que " des éléments étrangers ont participé directement à ces projets visant à semer le désordre dans le pays ".


sources : Le Monde, “MANIFESTATIONS D'ÉTUDIANTS A SANTIAGO”, mardi 6 août 1968

SAO-PAOLO, BRÉSIL

acteurs : Les manifestants sont des étudiants, lycéens, ouvriers. Des policiers fortement armés ont dispersé mardi, à bord d'hélicoptères et de véhicules blindés, plusieurs manifestations antigouvernementales à Sao-Paulo. La manifestation devait réunir des mères de famille, des ouvriers, des ecclésiastiques et des intellectuels.


lieu : Sao-Paulo, Brésil


date : 9 octobre 1968


motifs : Des étudiants, des lycéens et quelques ouvriers étaient descendus dans la rue pour protester contre la politique du gouvernement dans le domaine social et dans celui de l'éducation. Les jeunes gens, qui manifestent également contre les brutalités policières, se sont heurtés à des effectifs de police sans précédent. Le bilan de ces manifestations s'élève, selon la police, à vingt-quatre étudiants et trois policiers blessés. Une cinquantaine de jeunes gens ont été arrêtés. Selon certaines informations, des coups de feu ont été entendus dans divers quartiers. L'importance des effectifs de police a empêché les manifestants de former un cortège comme ils en avaient l'intention.


sources : Le Monde, “Violentes manifestations antigouvernementales à Sao-Paulo”, jeudi 10 octobre 1968

AMMAN, JORDANIE

acteurs : La manifestation regroupe plus de dix mille personnes, à l'appel du Rassemblement national, qui regroupe les organisations nationalistes. Les troupes de sécurité bédouine et des manifestants armés étaient également présents. Ils ont échangé des coups de feu.


lieu : Amman, Jordanie


date : 5 novembre 1968


motifs : La foule, dans laquelle se trouvaient de nombreux commandos d'El Fath, a attaqué les bâtiments de l'ambassade contre le discours du leader nationaliste et ancien premier ministre Soliman Naboulsi, qui préside le Rassemblement national. Il y aurait un mort et plusieurs blessés tant du côté des manifestants que des forces de l'ordre.


sources : Le Monde, “Des manifestations ont marqué dans plusieurs capitales arabes le 51e anniversaire de la déclaration Balfour”, mardi 05 novembre 1968

PÉROU

acteurs : Les manifestants sont des étudiants de plusieurs villes péruviennes : Cuzco, Huancayo, Arequipa et Lima.


lieux: Universités péruviennes de Cuzco, Huancayo, Arequipa et Lima, Pérou


date : 18 décembre 1968


motifs : Les motifs de ces manifestations sont les revendications des étudiants. Par exemple, à Cuzco, l'université a été fermée parce que les étudiants réclamaient la démission du recteur. Les cinq mille étudiants de cette université ont occupé trois locaux, tandis que cinquante d'entre eux décidaient de faire la grève de la faim jusqu'à la reprise des cours. À Huancayo, des bagarres entre étudiants communistes et étudiants membres du parti A.P.R.A. (Alliance populaire de la révolution américaine, parti de M. Haya de la Torre) ont éclaté à propos de l'arrestation du recteur pour abus de pouvoir, tandis que le professeur responsable de cette arrestation était molesté par des étudiants favorables au recteur. À Arequipa, au sud de Lima, une bataille entre les étudiants communistes de tendance prosoviétique et ceux de la tendance prochinoise a empêché des élections à l'université. Enfin, le Front uni des ouvriers et des étudiants de l'université de Lima a annoncé une manifestation pour exiger la démission du recteur et l'amnistie des prisonniers politiques.


sources : Le Monde, “PÉROU : manifestations et bagarres dans plusieurs ville”s, jeudi 19 décembre 1968

PENDJAB, INDE

acteurs : Les manifestants sont des étudiants.


lieux : Ludhiana, Pendjab, Inde


date : 21 décembre 1968


motifs : La manifestation a été organisée pour commémorer le martyre d'un de leurs camarades tué à Sudhar, le 12 décembre, au cours d'un heurt avec la police lors d’une précédente manifestation pour les revendications étudiantes. Des étudiants ont brûlé sept autobus et un train de marchandises et attaqué trois policiers à Ludhiana. Des défilés, drapeau noir en tête, se sont également déroulés dans d'autres villes du Pendjab, notamment à Amritsar et Patiala.


sources : Le Monde, “VIOLENTES MANIFESTATIONS AU PENDJAB”, samedi 21 décembre 1968



PORTUGAL

acteurs : Les manifestants sont près de 3000 étudiants de Lisbonne et de Coïmbra


lieux : Lisbonne, Coïmbra, Portugal


date : 14 décembre 1968


motifs : A Lisbonne, les étudiants réclament la réouverture de l’institut technique, qui a été fermé par le rectorat. Ces trois mille étudiants se sont rassemblés trois fois en une semaine, et ont décidé de poursuivre leurs mouvements jusqu'aux vacances de Noël, qui doivent en principe commencer le 19 décembre.

À Coïmbra, plusieurs milliers d'étudiants se sont pareillement réunis pour décider de la conduite à tenir face à la fermeture de l'institut technique de Lisbonne. Ils ont décidé d'adresser un télégramme au premier ministre, M. Caetano, dans lequel ils condamnent la " répression " et expriment leur solidarité avec leurs condisciples de la capitale.


sources : Le Monde, “PORTUGAL : nouvelles manifestations d'étudiants à Lisbonne et à Coïmbra”, lundi 16 décembre 1968

PAKISTAN


acteurs : Les manifestants sont des étudiants de plusieurs villes du Pakistan. On trouve également des partisans du leader du Parti du peuple.


lieux : Lahore, Rawalpindi, Peshawar et Karachi, Pakistan


date : 26 novembre 1968


motifs : Les motifs de ces manifestations sont antigouvernementales, en faveur de la libération des hommes politiques arrêtés dix jours plus tôt, dont le leader du Parti du peuple, M. Zulficar Ali Bhutto. À Lahore, une foule composée d'étudiants a crié des slogans contre le régime du président Ayoub Khan, réclamé la " restauration de la démocratie " et brûlé deux autobus. Cinquante autres véhicules ont été endommagés. À Rawalpindi, la police a dispersé des étudiants qui avaient déchiré des portraits du chef de l'Etat affichés dans des magasins et endommagé deux autobus. Des désordres similaires se sont produits à Peshawar et à Karachi.


sources : Le Monde, “MANIFESTATIONS AU PAKISTAN-OCCIDENTAL”, mercredi 27 novembre 1968


document supplémentaire : Le mouvement de 1968 au Pakistan se poursuit également jusqu’en 1969.


Manifestation à Dacca en 1969, wikipédia.org

BAGDAD, IRAK

acteurs : Plusieurs milliers d'étudiants et de travailleurs irakiens ont manifesté


lieu: Bagdad, Irak


date : 5 novembre 1968


motifs : Leur motif peut se comprendre dans leur slogan : "Par une action de commandos, nous recouvrerons nos terres perdues, nous défendrons l'honneur arabe". En effet, l'année 1968 en Irak se caractérise par une forte instabilité politique, qui révolte la population. En outre, moins d'un an après la défaite des nations arabes lors de la guerre des Six Jours en juin 1967, le parti Baath, uni derrière Ahmed Hassan al-Bakr et Saddam Hussein, s'empare du pouvoir et écarte rapidement et définitivement les éléments proprement militaires de la direction du pays. L'Etat irakien se transforme en un régime à tendance totalitaire dans lequel l'armée est dominée par les civils et encadrée par les services de renseignement politiques. L'année 1968 peut sans nul doute être vu comme la fin d'une période où l'armée irakienne jouait un rôle d'arbitre du pays pour devenir une composante soumise.

sources : Le Monde, “Des manifestations ont marqué dans plusieurs capitales arabes le 51e anniversaire de la déclaration Balfour”, mardi 05 novembre 1968




LE CAIRE, EGYPTE

acteurs : Les manifestants sont des étudiants.


lieu : Le Caire, Egypte


date : 5 novembre 1968


motifs : Le cortège était précédé d'une banderole sur laquelle on pouvait lire : " La guerre populaire est notre voie vers la victoire ! " En effet, les cinq universités et tous les établissements d'enseignement supérieur ont été fermés en Egypte jusqu'à nouvel ordre. Cette décision a été prise à la suite des manifestations d'étudiants qui ont éclaté à Alexandrie en signe de protestation contre les incidents à Mansourah. Le texte d'un communiqué officiel fait état de l'occupation par les étudiants de la Faculté polytechnique d'Alexandrie.

sources : Le Monde, “Des manifestations ont marqué dans plusieurs capitales arabes le 51e anniversaire de la déclaration Balfour”, mardi 05 novembre 1968

TRIPOLI, LIBYE

acteurs : Les manifestants sont les étudiants de Beyrouth (Liban) et Tripoli (Libye) . Les forces de sécurité ont dû intervenir pour rétablir l'ordre, des bagarres ayant éclaté entre divers groupes de manifestants. On signale un tué et deux blessés graves parmi les étudiants.


lieu : Tripoli, Libye


date : 14 novembre 1968


motifs : Ce mouvement se veut essentiellement estudiantin. Il vise surtout à relever ce que les étudiants ont considéré être un défi lancé par les éléments unionistes ou progressistes arabes aux milieux qui se réclament " exclusivement et inconditionnellement du Liban ".


sources : Le Monde, “VIOLENTES MANIFESTATIONS D'ÉTUDIANTS À BEYROUTH ET À TRIPOLI”, vendredi 15 novembre 1968

EQUATEUR

acteurs: Les manifestants sont les étudiants de la province d’El-Oro et la population locale opposée aux forces armées.


lieux: Machala et Santa-Rosa, province d‘El-Oro, Equateur


date: 23 novembre 1968


motifs : La population manifeste pour réclamer une action gouvernementale de soutien, s’estimant économiquement défavorisée. Ces manifestations ont pris place malgré les interdictions gouvernementales. Cinq personnes ont été tuées au cours des heurts : quatre personnes sont mortes à Machala et une à Santa-Rosa. Après les manifestations de Machala, les ministres de l'intérieur et de la défense se sont rendus dans cette ville pour " imposer l'ordre et mettre fin à l'anarchie ". Ces menaces ont amené une réaction de la population, qui a de nouveau protesté, par une manifestation, contre le gouvernement central.


sources : Le Monde, “VIOLENTES MANIFESTATIONS DANS LA PROVINCE D'EL-ORO”, lundi 25 novembre 1968

MEXICO CITY, MEXIQUE


acteurs : Plusieurs milliers d’étudiants mexicains, en lutte depuis 123 jours et réunis en meeting à Mexico sur la place des Trois-Cultures dans le quartier de Tlatelolco, ont été mitraillés par la troupe. Plusieurs centaines de personnes ont été massacrées.


lieu : Mexico city, Mexique


date : 2 octobre 1968


motifs : A l’image d’autres protestations étudiantes qui ont lieu à l’international, celle de Mexico en 1968 dénonce le conservatisme de la société et l’autoritarisme gouvernemental qui se traduit par la répression du mouvement.


sources : Le Monde, “LA REVOLUTION MEXICAINE CONTESTÉE”, mardi 8 octobre 1968

PRAGUE, TCHÉCOSLOVAQUIE


acteurs : L’invasion de la Tchécoslovaquie par le Pacte de Varsovie fait intervenir 500 000 soldats et les étudiants.


lieu : Prague, Tchécoslovaquie


date : 20 au 21 août 1968

motifs : La jeunesse tchèque cherche à bloquer les chars du Pacte de Varsovie qui sont entrés à Prague. En effet, le Printemps de Prague désigne une courte période de libéralisation de la Tchécoslovaquie. Entre janvier et août 1968, le nouveau président tente de réformer le pays en instaurant le socialisme à visage humain. Considéré comme une menace par l'URSS, le Printemps de Prague s'arrête après l'invasion de la Tchécoslovaquie par les armées alliées au nom du Pacte de Varsovie.


document supplémentaire :



La répression du printemps de Prague (20-21 août 1968), Hatier


sources : Le Monde, « LES SOVIÉTIQUES S'EFFORCENT DE METTRE SUR PIED A PRAGUE UNE ÉQUIPE ACCEPTANT DE COLLABORER AVEC EUX La " Pravda " condamne l'" opportunisme droitier " de M. Dubcek Les manifestations de réprobation se multiplient dans le monde », vendredi 23 août 1968