Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

LE MAINTIEN DES LIENS FAMILIAUX EN PRISON

CRAP

Ullanda Pradel Line redon dorian rejaud

sOMMAIRE

Présentation de notre thème

nOS RECHERCHES

pRESENTATION HALTE VINCENT

RENCONTRE AVEC L'ASSOCIATION

trame d'entretien

methodologie

fiches de lecture

Bibliographie

CHIFFRES CLES

présentation de notre thème

Le maintien des liens familiaux est une des conditions nécessaires à la réinsertion des personnes détenues. L’Administration pénitentiaire organise ce droit en liaison avec les Départements et les partenaires associatifs comme la Halte Vincent par exemple. Il s’agit de permettre aux détenus de conserver leurs rôles et statuts au sein de la cellule familiale, en permettant notamment aux familles d’être reçues dans de bonnes conditions dans les Établissements pénitentiaires.

Présentation halte vincent

Missions : Accueillir les familles des détenus avant leur passage au parloir à la maison d’arrêt. Faire garder les enfants pendant le parloir. Parler des soucis des personnes en toute confidentialité. Rencontrer des personnes qui vivent des situations similaires. Avoir un abri avec un accueil chaleureux.

Statut : Association de loi 1901 à but non lucratif


Date de création : 1972





Public: Les familles et les amis de détenus
Partenaires : -Secours catholique -Banque alimentaire -SPIP -Maison d’arrêt -JNP -Emmaus







nos recherches

26/06/2018 - RÉALITÉS FAMILIALES N°122/123 «FAMILLES À L’ÉPREUVE DE LA SÉPARATION» Dédramatisation des séparations, adaptation du droit aux nouvelles configurations familiales: les séparations pourraient être considérées comme un phénomène banal. Et pourtant, lorsque des parents se séparent, nombreuses sont les difficultés: économiques, sociales, affectives, psychologiques...Une séparation touche tous les membres de la famille sur une multitude d’aspects de la vie quotidienne. Tout bouge: lieu de vie, statut social et juridique, budget familial, fréquence et parfois qualité des liens entre parents et enfants...Pendant cette zone de turbulence, toute la famille est fragilisée alors que les enjeux sont pourtant cruciaux. Les conflits entre les parents peuvent influencer les décisions qu’ils prendront sur bien des aspects: résidence des enfants, fréquence des visites, qualité de la relation coparentale…

LES LIENS FAMILIAUX - A L'EPREUVE DU PENAL- Alain Bouregba

Parution: 20 janvier 2002 144 pages

Thème: Enfance et parentalité

Par essence, l'être humain est relié à son semblable. Le réduire à lui-même et l'isoler aboutit inéluctablement à l'animaliser. Aussi les peines privatives de liberté ont-elles à réduire les effets d'une curieuse contradiction : déconstruire pour réparer. Au cœur de ce paradoxe, les liens familiaux, véritable ligne de partage entre les points d'ancrage humanisant et les intrigues les plus violentes et douloureuses, enchevêtrent des questions où se croisent les compétences éducatives, psychologiques, juridiques et sociales

RESTER PARENT MALGRE LA DETENTION LES RELAIS ENFANT-PARENT ET LE MAINTIEN DES LIENS FAMILIAUX -Jean Le Camus

Format: Broché

Nb de pages:188

Date de parution:19/02/2002


La rupture des relations parents-enfants, consécutive à l'incarcération du père ou de la mère, peut avoir de graves conséquences sur le développement affectif, social et intellectuel de l'enfant. Par ailleurs elle remet en question la parentalité qui ne peut s'exercer au quotidien. Or il apparaît que le maintien des liens familiaux, d'une part aide l'enfant éloigné de son père (ou de sa mère) incarcéré(e) à grandir, et d'autre part contribue à la réinsertion des personnes détenues. Cette cause justifie et motive, depuis 1996, l'action des Relais enfants-parents, associations orientées vers l'action sociale en prison

LES PRISONS FAMILIALES – SE LIBERER ET GUERIR DES VIOLENCES INVISIBLES -Anne Laure Buffet


Editeur:Eyrolles

Collection:Comprendre et agir

Pages:192

Parution:02/05/2019


Épuisées, en butte à l'incompréhension, partagées entre peur, honte et doutes, les victimes de violence psychologique au sein de la famille ou du couple sont convaincues de n'être plus rien, de n'avoir jamais été personne. Ces victimes n'ont pas de blessures apparentes, qui indiqueraient la maltraitance qu'elles subissent. Elles sont en vie, mais survivent plus qu'elles ne vivent. Trop souvent cette violence est incomprise, voire niée. Dans ce livre, Anne-Laure Buffet donne la parole à ces personnes, femmes, hommes, enfants, qui affrontent au quotidien une réalité insoupçonnable, difficile à identifier. Elle expose les processus psychiques qui précipitent les victimes dans le déni et la culpabilité et leur donne les clés pour construire leur identité et leur chemin de vie.

La famille à l'épreuve de la prison Caroline Touraut


Collection:Lien social (le)

Discipline: Sociologie et Sciences de l’éducation

Date de parution: 17/09/2015

Pages: 316

Loin de ne concerner que les détenus, la peine d’emprisonnement s’impose aussi à leur famille. C’est la raison pour laquelle on peut parler d’une expérience carcérale élargie. L'enquête menée en France auprès de proches de détenus permet de mesurer l’ampleur des dommages sociaux, économiques, relationnels et identitaires auxquels ils sont confrontés. Loin d’une vision misérabiliste, l'étude rend compte de la capacité plurielle des acteurs à « faire face » à l’épreuve. Aborder l’incarcération du point de vue des proches de détenus offre un autre regard sur l’institution carcérale et sur ses frontières. Si ce livre interroge la prison, il porte tout autant sur la famille. L’incarcération ne marque pas toujours la fin des histoires conjugales et familiales. Pendant la détention, des liens résistent, se cimentent, ou naissent parfois. Les soutiens et les échanges qui s’observent malgré les murs sont multiples. Cependant, les relations entre les détenus et leurs familles sont aussi empreintes de tensions, de silences, de mensonges et de doutes

Rendre plus effectif le droit au maintien des liens familiaux Georgia Bechlivanou Moreau


Le maintien des liens familiaux est un droit fondamental incontestable aussi bien des personnes détenues que de leurs proches. Ce droit, qui comprend le droit des visites familiales en tant que composante essentielle de la vie familiale, est reconnu depuis les années 1970 par la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) au titre de l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme (Convention) . Cet article consacre le droit au respect de la vie privée et familiale.


Source:Cairn.info

Vivre avec la prison - Des familles face à l'incarcération d'un proche Géraldine Bouchard


Editeur:L'Harmattan

Collection:Logique sociale

Pages:106

Parution:01/02/2007

A l'heure de la dénonciation des conditions de vie des prisonniers français, qualifiées comme inhumaines et dégradantes, cet ouvrage fait le jour sur un autre pendant de la réalité carcérale : le poids de l'emprisonnement pour ceux qui accompagnent le détenu tout au long de sa peine. Réalisé à partir de témoignages de familles de détenus, Vivre avec la prison tente de définir à travers les récits de leur propre expérience ce que signifie être au quotidien " un proche de personne incarcérée ". Sans emprunter la voie du misérabilisme, ce livre apporte un éclairage sociologique sur l'inévitable processus d'adaptation auquel sont soumises ces familles et sur leurs diverses tentatives de résistance face à l'épreuve de la précarisation affective, sociale et économique.

Justice et liens familiaux : quelles relations ? Alain DUCOUSSO-LACAZE,Marie-José GRIHOM


Parution : 24 mars 2016

Thème : Enfance & parentalité

Ce numéro interroge les rapports entre la justice et la famille selon différentes perspectives. Comment les différents membres de la famille vivent-ils l’intervention de la justice auprès de l’un des leurs ? Mais aussi quels sont les effets des décisions de justice sur les dimensions instituées, symboliques et imaginaires des liens familiaux ? Ici se dessine l’épineuse problématique des conséquences de l’incarcération sur le lien parents-enfants et des dispositifs qui visent à l’ étayer et à le soutenir.

Prison et liens familiaux

Le maintien des liens familiaux en prison est une des conditions nécessaires à la réinsertion des personnes détenues. L’Administration Pénitentiaire organise ce droit en liaison avec les Départements et les partenaires associatifs. Il s’agit de permettre aux détenus de conserver leurs rôles et statuts au sein de la cellule familiale, en permettant notamment aux familles d’être reçues dans de bonnes conditions dans les Établissements pénitentiaires. La famille du détenu a le droit de connaître son lieu d’incarcération, son numéro d’écrou, de correspondre avec lui, de lui téléphoner, de lui envoyer de l’argent, de le visiter. Tous ces droits s’appliquent cependant en fonction de la situation du détenu au regard de son régime carcéral (condamné, prévenu, en détention provisoire…) et sous le contrôle d’un magistrat et de l’Administration. Au titre des visites: L’Administration permet l’accueil et l’hébergement d’un enfant de moins de 18 mois auprès de sa mère incarcérée dans des quartiers nurseries spécialement aménagés dans certains Établissements. Cet accueil et la vie de l’enfant sont organisés en partenariat avec les services sociaux des Départements.

bibliographie

-Réalités familiales N°122/123 Familles à l'épreuve de la séparation

-BOUREGBA, Alain . Les liens familiaux à l'épreuve du pénal.

-LE CAMUS Jean. Rester parent malgré la détention

-BUFFET Anne-Laure. Les prisons familiales- Se libérer et guérir des violences invisibles

-TOURAUT Caroline. La famille à l'épreuve de la prison

-Rendre plus effectif le droit au maintien des liens familiaux , Cairn.info

-BOUCHARD Géraldine. Vivre avec la prison-Des familles face à l'incarcération d'un proche

-DUCOUSSOT-LACAZE, Alain et GRIHOM, Marie-José. Justice et liens familiaux quelles relations?

-AUXILIA, une nouvelle chance . Prison et lien familiaux 2018

WRITE A TITLE


Consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna Duis autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat


Vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et accumsan et iusto odio.

Méthodologie

Première étape:
Pour commencer nous avions tout d'abord un travail de recherche sur notre sujet

Deuxième étape:
Une fois nos recherches mise en commun, nous avions décider de contacter l'association qui nous a été attribuer pour avoir un entretien

Troisième étape:
Mis à part les temps de travail en classe, nous avions continuer à travailler chez nous.Puis est venu le jour de la rencontre avec l'association Halte Vincent pour l'entrtien

Quatrième étape:
Suite à tout ça, nous devions commencer à mettre en forme notre travail à l'écrit pour le crap





Fiches de lecture

Pradel Ullanda Fiche de lecture


Titre:Comment être parent en prison ? Un défi aux institutions

Auteur:Maris Douris,Pascal Roman

Éditeur :Erès

Parution : 30 janvier 2020

Nombre de pages :224

Thème: Enfance & parentalité

Collection: La vie de l'enfant

L'auteur : Marie Douris est docteure en droit privé et habilitée à diriger des recherches. Elle accompagne du point de vue juridique les organisations, les cadres et les professionnels de terrain depuis 1998. Pascal Roman est professeur de psychologie clinique, psychopathologie et psychanalyse, directeur de l'observatoire de la maltraitance envers les enfants, université de Lausanne, psychologue psychothérapeute, département de psychiatrie, CHUV, Lausanne (Suisse).


Le genre :Le livre a plus un genre narratif, car les auteurs cherchent à persuader et sensibiliser les lecteurs d'un fait spécifique.


Le thème : Les conditions de vie dans le milieu carcéral


Résumé : L’incarcération d’un père ou d’une mère engendre une séparation brutale avec ses enfants qui se trouvent exposés à de nombreux risques liés à leur bien-être physique, émotionnel, psychologique et social. Elle rend problématique le maintien des liens enfants-parents et entraîne une limitation de l’exercice de la parentalité. Comment rester parent malgré la détention ? Cette difficile question est ici abordée du point de vue du droit, de la psychologie, de la sociologie. De la présentation de l’état du droit au recueil de la parole de parents en prison, cet ouvrage allie approches fondamentales et données issues d’une recherche de terrain qui permet de saisir au plus près la réalité et les problématiques spécifiques de la parentalité en prison. En contre-point, le témoignage d’une personne adulte, qui, pendant toute son enfance, a vu son père emprisonné, offre une plongée dans le vécu des relations enfant-parent détenu. Enfin, les auteurs proposent des points de repères pour penser et améliorer les pratiques professionnelles au regard des enjeux de l’accompagnement de la parentalité en prison qui constitue un véritable défi pour les institutions.


Extrait: En annexe


Appréciation personnelle: C'est un sujet très intéressant qui fait face à de nombreuse problématiques.Le sujet de la famille est un sujet sensible sur lequel on peut trouver de nombreuses solutions afin que les détenus ai un lien avec leur famille.Il est possible aussi à la lecture de ce livre de voir l'envers du décor, possible de voir ce qui ce passe réellement derrière les barreaux

Dorian Rejaud Fiche de lecture


Titre: «Derrière les murs : surveiller, punir, réinsérer ? La place du travailleur social en prison.»

Auteur: Charline Olivier

Éditeur: ERES

Collection: Trames

Date d’édition: (24/10/2018)

Nombre de pages: 248 pages

L’auteur: Charline Olivier est travailleur social depuis dix-sept ans. Elle a été assistante de service social pendant douze ans dans un centre d’action sociale, sur un quartier sensible. Après avoir exercé des missions pour le tribunal et la gendarmerie, elle a travaillé deux ans dans un service pénitentiaire d’insertion et de probation, dans une prison d’hommes (Rennes). Aujourd'hui, elle exerce au sein d'une association auprès de sortants de prison. Passionnée par son métier, elle partage régulièrement son expérience professionnelle en tant que formatrice en travail social. Depuis la rentrée 2017, elle effectue aussi ponctuellement des enquêtes de personnalité à la demande de juge d'une instruction, dans le cadre de procédures pénales. Depuis décembre 2016 elle anime avec Florian LE BARS une émission radiophonique mensuelle sur la station locale Radio Laser. Ils échangent sur le sujet de ses deux livres Le travail social à l’épreuve de la rencontre et Derrière les murs.


Le Genre: Ce livre est un récit, un témoignage d’un moment dans la vie de Charline Olivier.


Le Thème: Le thème de ce livre est accès sur l’univers carcéral, la prison et le social.


Résumé: Comment vit-on dans une prison? Quels sont les droits et les devoirs d’un détenu? d’un surveillant? de l’Administration pénitentiaire? d’un travailleur social? Charline Olivier introduit le lecteur dans l’univers carcéral et raconte la manière dont elle exerce sa fonction d’assistante sociale dans le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP). À travers le portrait de détenus qui demandent son aide, elle montre comment elle contribue à créer un espace de sécurité psychique propice à la réflexion sur le passage à l’acte délictueux, à maintenir les liens avec les proches, et avec l’extérieur de la prison (aide aux démarches administratives, et autres).


Extrait: «Schématiquement, l’AP surveille les coins et recoins de l’intérieur de la prison, alors que le SPIP lorgne en permanence (avec les détenus) au-delà des murs. Ces deux visions pourraient être complémentaire, pourtant au quotidien elles sont plutôt dichotomiques. Au-delà de cette frontière, des centaines de détenues vivent, travaillent, cohabitent. Ce centre pénitentiaire présente la spécificité de se situer dans la ville; à sa lisière certes, mais dans la vie. A côté d’entreprise, d’une voie ferrée, d’une rocade. La contradiction entre les mouvements urbains incessants et l’immobilisme forcé d’un détenu m’interpelle. A quoi rêve-t-on en prison? De prendre ce train? rêve-t-on encore?»


Appréciation personnelle: La vie derrière la porte de la prison. Le quotidien d'un travailleur social au centre pénitentiaire de Rennes-Vezin : pas de grande réflexion philosophique ou de remarques politiques sur les insuffisances de notre système carcéral ; simplement la vie au quotidien, entre les dialogues avec les personnes détenues, les remarques des surveillants, les échanges avec les collègues. Ce témoignage se lit d'une traite et est toujours captivant

Line Redon Fiche de lecture


Tignous est décédé le 7 janvier dans l’attaque de Charlie Hebdo aimait les gens, il croyait en l'humanité qu'il y a en chacun de nous. Aller en prison participait à cette évidence. Aller voir ce à qui on ne donne pas la parole et voir ce que l'on cache. Murs...murs est un livre posthume vif, instructif et très émouvant sur un sujet a priori peu attrayant : les prisons. Émouvant car Tignous est mort le 7 janvier alors qu'il travaillait sur ce reportage sur le monde carcéral. À travers ce livre, paru grâce à l'énergie de sa compagne Chloé VERHLAC, le dessinateur continue de vivre une sorte de revanche pour cet homme engagé. Instructif car Tignous n'était pas un novice. Il s'intéressait depuis longtemps à la justice. Il avait suivi pendant cinq semaines le procès d'Ivan COLONNA en 2017, et en avait livré un compte rendu ultra complet. Pour le projet Murs...murs il en a arpenté pendant deux ans les prisons françaises, pour réaliser un reportage humain. Il a écouté toutes les personnes concernées : les prisonniers, les familles, les surveillants, les médecins, les enseignants, les directeurs... et même les religieuses. Tous témoignent d'un quotidien ultra rude dans lequel la misère n'est jamais très loin. Dans cette BD, Tignous nous présente cinq centres pénitentiaires, le premier centre pénitentiaire et celui de Lannemezan, il est situé dans les hautes Pyrénées, entre Toulouse et Pau, et mis en service en 1987. Les détenus sont des hommes condamnés, pour la majorité d'entre eux, à de longues peines. Le deuxième centre pénitentiaire se situe à Rennes et est pour les femmes de Rennes. Il se situe au cœur de la ville, à côté de la gare. C’est le seul établissement pénitentiaire en France réservé uniquement aux femmes et peut accueillir 289 détenus Le troisième centre est celui de Porcheville, au nord-ouest de Paris, il est mis en service en 2008 c'est l'un des six établissements pénitentiaires français pour mineurs. Il peut accueillir soixante jeunes détenus âgés de 13 à 18 ans. Le quatrième centre est la maison d'arrêt de Douai au sud de Lille, accueille principalement des prévenus, c'est-à-dire des personnes en attente de jugement, des personnes condamnés à de courtes peines. Construite en 1907, elle peut accueillir 389 détenus Enfin le cinquième centre et la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, situé dans le département de l'Essonne, c'est le plus grand centre pénitentiaire d'Europe avec 2855 places. S'étalant sur une surface de 160 ha, elle comprend une maison d'arrêt pour hommes, une maison d'arrêt pour femmes et un centre de jeunes détenus. Comme Christiane TAUBIRA le dit dans la préface, La vie n’est pas simple, l’être humain encore moins. La prison est un lieu clos, tous ceux qui y vivent sont enfermés y compris les professionnels. Lieu clos où cohabitent matamores est introvertis, illettrés et analphabètes, des forts, des faibles, des personnes en situation de handicap, des personnes en genre, des habitués, des étonnés, des blessés et des malchanceux, des génies de la transgression, ébranlés, fumistes et fumeux, ébréchés, des gens. Ce qui me plaît beaucoup dans cette BD est que tout d’abord nous découvrons plusieurs prisons qui sont toutes différentes. Enquêtes, témoignages, correspondances, interviews, l’auteur nous emmène en immersion et nous montre comment l’humain quel que soit son rôle peut réagir en fonction de son environnement et de son entourage en centre pénitentiaire. Quelle que soit la place des individus dans cette prison tout se questionne sur la vie quotidienne et le comportement de chacun, certaines paroles des professionnels relèvent de l'anxiété liée aux prisonniers "les détenus les plus cool sont les plus dangereux"," à leur rentrer en prison les détenus reçoivent un couteau pour couper la viande, si avec ce couteau vous arrivez à couper votre viande, bonjour ! Alors il aiguise sur les barreaux. Dois-je le reprendre ?"

trame d'entretien


°Pouvez vous nous raconter l'histoire de la création de l'association Halte Vincent?

°Quelles est le but principale de l'association?

°Quelles sont vos missions?

°Comment vous organisez vous?

°Y' a t 'il des salariés dans l'association?

°Comment expliquez vous aux enfants le fait qu'ils se retrouvent ici?

°Rencontrez vous des problèmes particuliers avec les familles?

°Nous avons vu que vous menez une campagne sur le suicide en prison, pouvez vous nous en dire un peu plus?

°Comment se déroule la prise de contact avec les familles?

°Avez vous des petits témoignages à nous raconter?





rencontre avec l'association

Elles nous ont expliqué :

-leurs missions et le deroulement de l'organisation
-le but de leur actions
-leurs expériences
-les situations des familles

Chiffres clés

merci!