Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Les compétences psychosociales au service de la pratique et de l'identité professionnelle du Cpe.

PRESENTATION

· Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam


· Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh

· Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh

· Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit

Introduction et contextualisation

:

Dès lors, le CPE dans l’optique d’investir de façon la plus efficiente possible cette posture pédagogique, son identité professionnelle mais aussi d’oeuvrer au bien- être de ses élèves afin de les placer dans des conditions de réussite socio-professionnelle ; n’a-t-il donc pas tout intérêt de s’emparer dès aujourd’hui des compétences psychosociales ?

Problématique :



La mise en place d’un espace de parole favorisera une estime de soi positive et une relation qualitative de confiance entre les élèves et le CPE, mais aussi une meilleure relation entre les pairs.

hypothèses :

Si le CPE s’approprie les compétences psychosociales dans un cadre formalisé, il vient renforcer mais aussi confirmer son identité professionnelle en lui donnant sens et puissance.

- Surpopulation et manque d'infrastructures

- Pauvreté et familles nombreuses
- Phénomènes de "gangs", de "mules"
- Un taux d'illetrisme faramineux (40% des élèves non lecteurs en 6e)

1

- Habitat spontanés : communication entravée

- Un absentéisme phénoménal
- Barrière de la langue/ mais aussi culturelle
-

2

DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE

- Un acteur tisseur de lien, "au plus près des réalités scolaires et sociales" de ses élèves (circulaire n° 2015-139 du 10-8-2015)

- Des dispositifs à mettre en place
- Une attention particulière aux élèves et à leurs familles.

RETOUR SUR MON EXPERIENCE

3

LES ENJEUX LIÉS AUX CPS

- Surpopulation et manque d'infrastructures


- Pauvreté et familles nombreuses (familles qui vivent sur minimas sociaux)

- Phénomènes de "gangs", de "mules"

- Conditions materielles de scolarisation déplorables

- Taux exponentiel d'illetrisme


I) Une education compromise

" En empruntant le chemin d’une école primaire, un enfant m’interpelle. Il

ne me connaît pas et me montre de l’extérieur une salle de classe. Il me dit « tu vois dans cette salle, le maître nous tape avec un grand truc». Un autre enfant passe et dit « c’est le compas ». En arrivant devant l’établissement,
la tension monte. La grande grille neuve est fermée et la directrice
reste à l’intérieur. L’établissement est tout neuf. Dans ce groupe scolaire très récent, des mobiles homes sont déjà installés dans le fond de la cour pour faire face à l’évolution des effectifs. La directrice parle fort, elle crie sur les élèves qui attendent, elle marmonne. Plus loin, un personnel de l’école demande vigoureusement aux habitants vivant en face dans le quartier informel de venir chercher leurs poubelles. « Venez les ramasser ou j’appelle la PAF ». C’est ce que me raconte la directrice au sujet de son personnel. « Je lui ai dit, tu vas trop loin fais attention », ajoute-t-elle.(...)



Notes de terrain, janvier 2020, Saint-Laurent du Maroni

L’école est située au bout d’une route. Elle est entourée d’habitats spontanés. La route devait être poursuivie, mais la présence des habitations a stoppé tout prolongement. L’école est donc enclavée. Contrairement à certains villages sans ramassage d’ordures, la mairie installe des bennes. Dans ce quartier, il n’y en a pas. Les familles mettent leurs déchets dans les poubelles qu’ils alignent du côté de l’école pour s’assurer qu’elles soient ramassées. Ce n’est pas moins d’une vingtaine de poubelles qui empêchent le bus scolaire de déposer les enfants. D’ailleurs ce sont des enfants qui viennent les récupérer ce matin-là.

« Vous voyez elles [les mères] ne sortent même pas, elles envoient les enfants.
Ils ne vont pas à l’école ». Les deux portails s’ouvrent, l’un coté maternelle et l’autre côté élémentaire. Du côté des élémentaires, aucun parent
n’est présent. Les enfants arrivent à plusieurs, d’autres sont accompagnés par un ainé ou bénéficient d’un transport (vélo, scooter, voiture).
Les enfants rentrent ainsi que les personnels. « Je t’ai dit de ne pas venir », lance la directrice à un enfant. « Tu as eu un mot ta maîtresse n’est pas là, rentres chez toi ». Une fois le portail fermé, plus d’excuse, on n’entre pas. Un groupe d’enfants est resté dehors. Ils ne veulent pas entrer de peur de se faire « fâcher » par la directrice. Alors que quelques-uns se hasardent à vouloir quand même entrer362, les autres partent en courant entre le dédale des habitations de fortune.





N

- Une cantine gratuite (formulé plusieurs fois)

- Un restaurant gratuit à la récréation pour les enfants (formulé plusieurs fois)
- On pourrait aller à l’école toute la journée (formulé plusieurs fois)
• Un préau
• Une piscine
• Un barbecue
• Des vélos pour jouer
• Des ordinateurs avec internet
• Du matériel pour s’amuser
• Un robot pour faire les devoirs
• Des tablettes pour travailler

Dans le cadre d’une activité co-construite avec l’enseignante de CM1, il a été demandé aux élèves de décrire leur école idéale. Voici leurs réponses:

-Une climatisation qui fonctionne


- Un internat
- On pourrait faire des activités l’après-midi et le samedi

- Une école gratuite où l’on ne paye pas les livres, les cahiers, les vêtements, les sorties

- Les parents pourraient venir pour voir notre travail et nous aider

- Agrandir l’école

Dans le cadre d’une activité co-construite avec l’enseignante de CM1, il a été demandé aux élèves de décrire leur école idéale. Voici leurs réponses:

- Barrière de la langue : un territoire multiculturel (bushinengues 60%, amerindiens, brésiliens, hmongs, dominicains...)

-> Un prétexte à l'absence de communication

- Des familles qui ne maitrisent pas les codes de l'Ecole (capital culturel)

- La problématique des squats : des parents invisibilisés.

- Parents/ école : entre deux cultures, deux univers

- Turn over et manque de bienveillance

II) Une communication qui parait impossible

"Combien de fois dans les écoles, il a été possible d’entendre « on a qu’à leur retirer la Caf tu vas voir si elles [les mères] ne viendraient pas les [les enfants] chercher ! » « La Caf y’a que ça qui les [les familles] intéresse ». « Tu as vu elle [élève élémentaire] veut faire comme sa mère, cafeuse ». « Mais regardez Madame, combien cette famille touche avec la Caf ? ». « Elles [les mères] ne font des enfants que pour la CAF ». « Ils [les pères] veulent la reconnaissance pour toucher la Caf ».


N

- Un acteur "tisseur de liens" dans l'établissement (Christian Vitali Le métier de CPE :crise du métier ou métier en crise ?)


- Garantir un lien avec les familles

- Une collaboration renforcée avec les différents acteurs de l'EPLE (assitante sociale, médiateur, infirmière, psy EN, équipes pédagogiques)

- Prévention des conduites à risques.·

III) Rôle et la place du CPE

- Formation des assistants d'education (AED +PEC) au tutorat

· Faire vivre l'établissement au travers des instances participatives (CA, CESC, CVC/CVL, CHS) et des associations (MDL/FSE)

- Veiller à la "vulnérabilité" des élèves (Christophe Marsollier IGEN) Travailler leurs compétences psychosociales

III) Le CPE : dispositifs et moyens

THANKS

YOU!

END OF THE PRESENTATION