Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

éduquer à l'égalité ressources bibliographiques pour le 1er Degré (maternelle)

Introduction

Cette malle a été réalisée par les équipes du Centre Hubertine Auclert à destination des élèves de maternelle (jusqu'à 6 ans). Elle est composée d'une sélection de ressources bibliographiques (livres, albums) qui tendent à déconstruire les stéréotypes de genre.Le contenu de cette malle n'est pas exhaustif, il est amené à évoluer et vous êtes invité·es à partager vos retours ou suggestions ici :

Mode d'emploi

Cette malle virtuelle est animée et de nombreux contenus sont intégrés aux élementset aux textes :Pour revenir aux types de ressources : Pour revenir à la page précédente ou se rendre surla page suivante : Pour se rendre sur la page Égalithèque de l'ouvrage, sur le site du Centre Hubertine Auclert, et avoir plusd'informations : Suivez les pour nos ressources préférées !

Type de ressources

Diversité des familles et relations amoureuses

Contes et fiction

Corps et consente-ment

Normes de genre en questionnement

Benjamin Béçue, Le chantier, Milan, 2020.

Adèle Tariel, Estelle Billon-Spagnol, De quoi j'me mèle ?, Éditions Talents Hauts, 2019.

Normes de genre en questionnement

Matthieu Maudet, Mickaël Escoffier, Bonjour Pompier, Ecole des Loisirs, 2020.

Un méli-mélo pas comme les autres pour bousculer les idées reçues ! Mélange les têtes, les corps et les pieds des personnages, qu'ils soient filles ou garçons. Les filles pourront ainsi porter un costume d'astronaute, et les garçons jouer à la dînette !A partir de 3 ans

C'est quoi, une pelleteuse ? A quoi sert une grue ? Comment on construit un immeuble ? Ce titre répondra à toutes les questions des petits sur les engins de chantier et de construction. L'enfant est amené à découvrir par le toucher les engins de chantier, les étapes de construction d'un immeuble, d'une maison ou d'une route. Des illustrations simples, des infos amusantes et précises, parfaitement adaptées à la tranche d'âge.12 matières à découvrir.

C’est une journée ordinaire pour le pompier (qui est une pompière).Pourtant, en rentrant chez elle ce jour-là après une journée bien chargée, elle a encore du travail…

Normes de genre en questionnement

Francesco Pittau, Thomas et la jupe, L'Ecole des Loisirs, 2019

Isabelle Maroger, Sophie Gourion, Les filles peuvent le faire aussi, les garçons peuvent le faire aussi, Gründ, 2019

Mickaël Escoffier, Roland Garrigue, Princesse Kévin, Glénat, 2018

Le football, c’est pas pour les filles !Les poupées, c’est pas pour les garçons !Les garçons ne pleurent pas !Les filles n’aiment pas se salir !Tu as peut-être déjà entendu ces phrases à l’école, à la maison ou à la télévision. Même si ce sont des adultes qui les ont dites, ce sont de fausses idées ! Car, fille ou garçon, TOUT est PERMIS !Un album double-face, avec deux couvertures, et deux histoires (une côté filles, une côté garçons), pour bousculer les clichés avec humour et poésie, et inviter l’enfant à être qui il veut vraiment

Thomas se sent parfois seul, il n’a pas beaucoup d’amis. Mais il parle aux animaux et il aime les belles choses. C’est pour ça qu’il aime porter un chapeau avec une plume pour saluer la chatte et ses chatons et qu’il aime porter une jolie jupe grise pour faire des tourbillons. Les autres se moquent. Sauf Sophie, qui lui fait oublier ses peines et l’aide à réaliser que la différence est une force.

Kevin est une princesse. Les autres peuvent bien rigoler, Kevin s’en moque. Kevin est une princesse, un point c’est tout. Sa sœur lui a prêté une robe, des chaussures à talon, quelques bijoux. Il a emprunté le maquillage de sa maman, et maintenant Kevin est une princesse. Il ne voit pas ce qu’il y a de mal à se déguiser ainsi. Quand on se déguise, c’est pour qu’on ne vous reconnaisse pas. Sinon, ça ne sert à rien de se déguiser. Et d’abord, qui a décrété que seules les filles pouvaient se déguiser en princesses ?

Normes de genre en questionnement

Elise Gravel, Ada la grincheuse en tutu, La Pastèque, 2016

Magali Arnal, Capitaine maman, École des loisirs, 2017.

Mélanie Delloye, Pierre-Emmanuel Lyet, Renata petite aventurière, Gallimard, 2021.

Ada est une grincheuse. Elle n’aime pas les samedis, ni les ballades en voitures et surtout, elle déteste le ballet… Qu’est-ce qui pourrait bien lui redonner le sourire ? Découvrez une petite fille qui n’aime pas grand chose mais qui finira par trouver sa voie !

Capitaine Maman est la plus célèbre archéologue du monde… Et, un jour, alors qu’elle explore le fond de la mer, voilà qu’elle trouve la tête perdue de l’antique Reine de Pierre. Quelle découverte ! Maintenant, il va falloir la remonter à la surface. Et justement, ce jour-là, les trois petits de Capitaine Maman ont séché l’école pour venir jouer les passagers clandestins sur le bateau. Quand Capitaine Maman s’en aperçoit, elle est très fâchée… Elle a tort. Car certains jours, même les plus admirables des mamans ont besoin d’aide, quand, par exemple, elles se retrouvent en difficulté à cause de l’explosion sous-marine d’un aspirateur à sable !

Ce n'est pas tous les jours facile d'avoir 6 ans... Heureusement, on peut toujours compter sur son imagination. Et ça, Renata en a beaucoup! À tour de rôle footballeuse de l'espace, exploratrice des mers ou super géante, elle réussit à surmonter toutes les difficultés.

Babette Cole, La princesse Finemouche, Gallimard Jeunesse, 1998.

Contes et fiction

Agrès Mathieu-Daudé, Olivier Tallec, Dagfrid : des brioches sur les oreilles, L'école des loisirs, 2020

Atinuke, Angela Brooksbank, Bintou la casse-cou, Les éditions des éléphants, 2020.

La princesse Finemouche ne voulait pas se marier. Elle désirait continuer de vivre dans le château, avec la Reine-sa-Mère, ses petits chéris (monstres, crapauds, bestioles en tous genres), et toute sa liberté...

Beaucoup de choses embêtent Dagfrid. Son prénom, déjà. Et puis la vie de fille viking n'est pas franchement drôle : on a des tresses roulées en brioches sur les oreilles, on porte des robes trop longues, on fait sécher du poisson. D'ailleurs, on ne mange que ça, du poisson, et pas seulement les filles. Mais elles, en plus, elles ne peuvent même pas naviguer et découvrir l'Amérique. Enfin, jusqu'à maintenant. Parce que Dagfrid en a vraiment trop marre du poisson séché.

Bintou court partout, Bintou est une casse-cou. Et Bintou adore attraper les poules ! Au village, sur son passage, tout le monde lui crie : « Ralentis ! » Le jour où Bintou se fait mal, les mots sages de sa grand-mère résonnent : « Ce n’est pas la vitesse de tes jambes qui compte pour attraper les poules, mais la vitesse de ta pensée… ». Bintou, si tu réfléchissais avant de courir ?

Contes et fiction

Jean Leroy, La princesse, le coup, le chevalier et le dragon, Acte sud Jeunesse, 2017.

Stéphane Servant, Laetitia Le Saux, Boucle d'Ours, Didier Jeunesse, 2013.

Elodie Maulucci, Elsa Kedadouche, On n'est pas petits, On ne compte pas pour du beurre, 2021.

C'est l'histoire d'une princesse qui aime la bagarre. Et paf ! voilà le loup muselé. C'est l'histoire d'un chevalier qui... aime aussi la bagarre. Et paf ! voilà le dragon lui aussi terrassé. La rencontre de la princesse et du chevalier batailleurs promet d'être explosive. Alors que le loup et le dragon humiliés cherchent à se venger.... Un chassé-croisé détonant qui se mue en jeu de l'amour et du hasard. Une histoire au trait vif et drôle, pour muscler les zygomatiques !

Dans la famille Ours, on se prépare : ce soir c’est le grand carnaval de la forêt ! Papa Ours est déguisé en grand méchant loup, Maman Ours en Belle au bois dormant, et Petit Ours ? En Boucle d’ours pardi ! Papa Ours est dans tous ses états. Les jupes et les couettes, c’est pour les filles, les oursonnes, les femmelettes, les cacahouètes, les hommelettes ! Pourtant, à l’arrivée du Grand Méchant Loup, déguisé en Chaperon Loup, Papa Ours n’en est plus sûr du tout.

Hic et Nunc sont jumeaux. Accompagnés de leurs deux papas et de leur maman, ils explorent un monde de questions philosophiques, en lien avec leurs points d’interrogations du quotidien.Dans "On est pas petits" Hic et Nunc profitent de leur cinquième anniversaire pour se poser cette grande question : qu’est-ce que grandir ?

Anna Wanda Gogusey, Camille Victorine, Ma maman est bizarre, La ville brule, 2020.

Diversité des familles et relations amoureuses

Isabelle Jameson, Maud Legrand, Comment on fait les bébés ?, Les 400 coups, 2019.

Jessica Love, Julian au mariage, Ecole des Loisirs, 2021.

Une succession de tranches de vie partagées par une mère célibataire et sa fille, racontée avec naïveté et simplicité par cette dernière. Des moments de tendresse ordinaire (câlins, bisou du soir, sortie au square) succèdent à d’autres qui le sont beaucoup moins (rave, vernissage, performances artistiques, manifestation féministe…).Une famille monoparentale, une mère féministe aussi libre que fantaisiste, une enfant qui grandit entourée d’adultes hors normes mais bienveillants... Cet album prônant la liberté de choix de vie, la tolérance et l’inclusivité est un petit bijou à bien des égards : par la simplicité et l’universalité de son propos, par les modèles différents de famille et de parentalité qu’il montre en toute simplicité, et qui permettront à nombre d’enfants de reconnaître et de voir leur famille représentée, par la beauté des illustrations d’Anna Wanda Gogusey, par l’actualité de son propos, alors que chaque avancée sociétale voit la frange la plus réactionnaire de la population française monter au créneau…

Un jeune garçon dessinant tranquillement dans le salon pose LA grande question à ses parents : comment on fait les bébés ? Quoi répondre ?Jamais ses pauvres parents n'auraient cru que cette question allait venir si rapidement.Vont-ils dire la vérité ou y aller avec l'un des grands mythes ?• Un album original qui aborde LA grande question de façon amusante.• Une chute qui surprendra (et soulagera) les parents les plus gênés !• Des illustrations poétiques qui accompagnent le petit lecteur dans des explications plus farfelues les unes que les autres

Un mariage, c’est pour fêter l’amour. C’est aussi pour s’amuser ! Julian et Marisol s’échappent du repas des mariées et jouent sous l’arbre à sirènes. Après ses caracoles avec Gloria, la petite chienne, la robe de Marisol est toute sale. «Oh non !» dit-elle, mais l’imagination de Julian et la compréhension des grands-mères lui redonnent des ailes!

Béatrice Boutignon, Un air de familles, Tom'poche, 2019.

Diversité des familles et relations amoureuses

Kyle Lukoff, Kaylani Juanita, When Aidan became a brother, Lee & Low Books, 2019.

Famille nombreuse, enfant unique, couple sans enfants… ou encore, famille d’accueil ! On peut avoir un papa et une maman, mais aussi deux papas, deux mamans, un seul parent… ou avoir deux maisons et donc deux familles !À la maison, on peut parler une langue avec papa, une autre avec maman… ou avec la nounou !Pour faire la fête, on invite les papis, les mamies, les cousins… et les copains !Dans tous les cas, on se ressemble, on s’assemble car on a tous un air de famille !

Cet album jeunesse (en anglais), en racontant l'histoire d'un petit garçon trans qui devient un grand frère, explore les transitions que peuvent connaître les familles.

Patricia Hegarty, Ryan Wheatcroft, Familles, Flammarion, 2017.

Diversité des familles et relations amoureuses

Jessica Love, Mes deux mamans, Talents Hauts, 2020.

Christian Bruel, Nicole Claveloux, L'heure des parents, Editions Thierry Magnier, 2013.

Elvi a deux mamans. Son ami Nicolas l’interroge : « C'est laquelle, ta vraie maman ? » Une question d’enfant maladroite (que pourrait aussi poser un adulte...), à laquelle Elvi répond avec humour et astuce. Sa vraie maman est celle qui a les cheveux bruns (« Elles sont toutes les deux les cheveux bruns ! » rétorquera Nicolas), elle est pirate, tricoteuse de hamac, manucure pour dragons ou dévoreuse de spaghettis. Une démonstration par l’absurde portée par des illustrations tendres et chaleureuses, qui prouvera si besoin est que ce qui unit vraiment une famille, c’est l’amour.

Petite ou grande, chaque famille est unique : peu importent la couleur, la religion ou la composition, toutes ont en commun l'amour des siens.Un album poétique qui célèbre la famille sous toutes ses formes !

L’école s’endort. Camille retrouve ses parents : Mathilde et Hugo, ou Nelson et Paul, ou Alice et Maud… Qu’ils forment une famille traditionnelle, homoparentale, recomposée, adoptive ou monoparentale, les parents de Camille seront toujours naturellement… papa et maman

Andréa Bescond, Mathieu Tucker, Et si on se parlait ? Le petit livre pour aider les enfants à parler de tout, sans tabou !, Harper Collins, 2020.

Corps et consentement

Nikki Luna, Julienne Davidas, J'aime mon corps, Bayard Jeunesse, 2021.

LIVRET 1 3-6 ans (la maternelle)NOÉMIE : 4 ans nous parle de l’arrivée de son petit frère, la jalousie et la colère qui en découlent, le chapitre met en avant l’énergie d’une famille bienveillante en expliquant que l’amour se multiplie, que chacun a une place dans la famille et que la violence rend malheureux. Ce chapitre met aussi en avant les différentes formes familiales de manière à ce que tout enfant s’identifie.THOMAS : 4 ans et demi nous parle de ses parties intimes, il les nomme pour les filles et les garçons pour permettre aux enfants de les connaitre. Le chapitre informe l’enfant sur la pédocriminalité et permet de le faire réagir s’il en est victime en en parlant à un adulte responsable qui l’aidera.JADE : 5 ans et demi nous parle de ses parents, de l’éducation qu’elle reçoit, dans le respect de l’enfant qu’elle est. Le chapitre permet d’aborder les tensions qui existent dans une famille, les disputes, les colères. Il permet de montrer qu’il n’y a pas de « famille parfaite » mais qu’avec un dialogue serein entre enfants et adultes, on peut trouver les solutions et surtout, se comprendre. Il informe également sur la toxicité et l’interdiction des violences éducatives ordinaires.SAM : 6 ans nous parle de son addiction aux écrans et du stress que cela génère sur l’enfant qu’il est. Le chapitre permet de faire comprendre qu’un temps limité de consommation d’écran est préférable pour bien grandir et que d’autres façons de se divertir apportent encore plus de satisfaction comme la lecture, jouer avec ses frères et sœurs, écouter de la musique, bref, de faire grandir son imagination. Il ouvre des perspectives d’accompagnements en mettant en avant le travail des thérapeutes, cela permet de briser le tabou qu’un accompagnement thérapeutique ne concernerait que “ les fous ”.Ces livres permettront aux enfants de la maternelle à l’entrée au collège d’être informés sur leurs Droits. C’est un moyen ludique de faire de la prévention sur les violences diverses et d’informer sur les possibilités offertes par l’Institution pour y remédier. Cette prévention se fait sous forme de témoignages, de manière à ce que l’enfant « lecteur » s’identifie à l’enfant « protagoniste », afin qu’il se dise qu’il n’est pas seul à subir ces violences si c’est le cas. L’issue de ces témoignages est toujours positive, pour encourager à la libération de la parole. « Et si on se parlait? » est un moyen joyeux et ludique d’informer un enfant sans le responsabiliser.

« J’aime mon corps, mes doigts, mon ventre, mes jambes, mon cerveau, mon cœur, et bien sûr, mon sexe. »Il n’est jamais trop tôt pour apprendre aux enfants que leur corps leur appartient.

Corps et consentement

Raphaële Frier, Victoria Dorche, La Petite Rouge Courroux, Editions Sarbacane, 2021.

Anne-Gaëlle Morizur, Florence Dollé, Tata a de la barbe sous les bras, Goater éditions, 2020.

Muriel Salmona, Sokhna Fall, Claude Ponti, Quand on te fait du mal, 2022.

"Les poils, tout le monde en a ! Mon papa, ma copine Célestine, et même ma tata ! Mais... Et moi alors ? " Florence Dollé, illustratrice et grande rêveuse, est rennaise et Anne-Gaëlle Morizur, autrice à la plume engagée, est brestoise. Ensemble, elle imaginent "Tata a de la barbe sous les bras" . Un album féministe, qui souhaite surprendre et faire réagir de manière positive les enfants comme les adultes.Demandez-leur si elles ont de la barbe sous les bras, elle vous répondront par un sourire malicieux !

Elle est rouge, la petite : rouge courroux. Parce qu’elle a toutes les corvées de la maison sur le dos, que son père ne veut pas qu’elle sorte, que son frère la nargue et, pire, parce que sa mère ne dit rien contre tout ça. Ce matin, on lui demande de faire une galette au beurre pour sa grand-mère qui l’aime tant : « Et le frère alors ? Pourquoi il ne fait pas la galette, lui ? » Il la lui portera. « Et pourquoi pas moi ? » C’est trop dangereux, tu pourrais rencontrer le loup ! La petite n’en a cure : elle est rouge écarlate, cette fois. Le loup n’a qu’à bien se tenir, face à la colère géante de la rouge rebelle

Ce livret de prévention et d’information sur les violences et leurs conséquence est destiné aux enfants de la maternelle au CE1. Les textes ont été écrits par Muriel Salmona et Sokhna Fall, adaptés et illustrés par Claude Ponti. Le livret est distribué par l’association Mémoire Traumatique et Victimologie.