Want to make creations as awesome as this one?

CCP1 -compétence 2

Transcript

Prévention des risques

Start

la prévention des risques professionnels

Les risques infectieux pour le P.M.S

Les atteintes et pathologies de l'appareil locomoteur

Les TMS du P.M.S

Le P.M.S veille à la sécurité de la personne

La prévention de l'usure professionnelle du P.M.S

P.M.S = Personnel Médico Social

Next

Home

Next

Les accidents du travail peuvent survenir soit sur le lieu de travail (structure, domicile), soit au cours des déplacements extérieurs pour faire les courses de celle-ci par exemple, soit sur le trajet professionnel.
La déclaration de l’accident de trajet ou de travail : La survenance d’un accident de trajet ou de travail oblige la victime et son employeur à accomplir un certain nombre de formalités déclaratives. La victime doit faire constater médicalement son état et en informer son employeur. L’employeur doit déclarer l’accident à la caisse primaire d’Assurance maladie.

Prévention des risques professionnels

Back

Home

Prévention des risques professionnels

Back

Beaucoup d'éléments peuvent être facteurs de risques domestiques, en voici quelques uns :

Utiliser des couteaux de cuisine et autres objets contondants entraînant coupures et plaies

Conduire un véhicule pour se rendre sur son lieu de travail

Changer une ampoule ou utiliser un appareil électrique entraînant une électrocution

Exercices

Faire du ménage en hauteur (chaise par exemple) ou monter et descendre un escalier entraînant une chute avec plaie, entorse, voire fracture

Préparer des repas entraînant des brûlures plus ou moins importantes

Réaliser un balayage humide entraînant une chute avec plaie, entorse ou fracture

Utiliser des produits d’entretien nocifs entraînant des lésions de la peau, des yeux ou des voies respiratoires

Manipuler des charges lourdes ou d’objets encombrants (par exemple, table à repasser, aspirateur, panier à linge, meubles) entraînant des problèmes de dos ou des articulations

Home

<- Plein écran

Prévention des risques Professionnels

Next

Back

Home

Next

Atteintes et pathologies de l'appareil locomoteur

Les atteintes musculaires

Les atteintes articulaires

Les atteintes osseuses

Back

Les atteintes de la colonne vertébrale

Home

Next

Atteintes musculaires

Cliquez sur les bulles

Les atteintes musculaires :
Ce sont les fibres musculaires qui sont touchées, voici une liste des principales atteintes musculaires (de la plus légère à la plus grave) :
-Les courbatures ;
-Les crampes ;
-Les élongations ;
-La déchirure musculaire ou le claquage.

Les causes peuvent être les suivantes :
-Le surmenage physique ; -Une compression des muscles ; -Des mouvements répétitifs ;
-Le manque d’échauffement préalable ou un échauffement trop rapide ; -Un faux mouvement ; -Un état de stress et de tension musculaire excessive.

Atteintes des tendons

Atteintes dues à un traumatisme

Atteintes du muscle du cou

Prévention

Back

Les atteintes des tendons :

Les tendinites (ou tendinopathies) sont des inflammations des tendons. Elles affectent de très nombreuses parties du corps : hanche, talon (talon d’Achille), coude (épicondylite ou tennis-elbow), épaule, poignet (syndrome du canal carpien), pouce, etc.

La douleur gêne les gestes de la vie courante. Mal traitée, la tendinite peut devenir tenace. Les fibres endommagées enflent, s’enflamment et se calcifient, ce qui diminue la mobilité de l’articulation.

Les causes proviennent généralement d’une sollicitation prolongée inhabituelle (gestes répétitifs pendant l’activité ou marche prolongée.

Les atteintes musculaires dues à un traumatisme :

  • Les contusions qui sont sensibles au toucher et douloureuses lorsque l’on bouge.
  • Les ecchymoses qui peuvent apparaitre à la suite d’un coup ou d’un choc. Ce sont « les bleus », tâches bleues violacées devenant par la suite jaunes puis verdâtres. C’est le signe d’un épanchement de sang sous la peau.
  • Les hématomes : Si la poche de sang est tenace et déforme la région atteinte, il s’agit d’un hématome.

Suivant la zone touchée et les organes voisins, des complications peuvent surgir, (exemple : l’œil au beurre noir peut s’accompagner d’un décollement de la rétine.).

Les causes sont dues à une chute, un coup, un faux mouvement, etc.

Les atteintes du gros muscle du cou :

Lorsque ce muscle est enflammé, on parle de torticolis.

Les causes sont souvent une mauvaise posture assise ou couchée, une hernie discale ou de l’arthrose cervicale

La prévention des atteintes musculaires :

  • S’échauffer : s’étirer en douceur et sans forcer. L’échauffement peut être considéré comme une sorte de rituel qui précède l’effort.
  • Boire régulièrement : pour compenser les pertes liées à la transpiration.
  • Porter des chaussures confortables et adaptées : elles doivent être confortables, fermées, plates et avec une semelle antidérapante.
  • Faire des pauses régulières : pour permettre aux muscles sollicités de se reposer. Il faut aussi alterner les tâches de manière à diversifier les gestes.

Home

Next

Atteintes articulaires

Les atteintes du cartilage :
L’arthrose, ou rhumatismes est un vieillissement des articulations dû à l’usure. C’est une dégénérescence du cartilage.
Les arthrites proviennent d’une inflammation ou d’une infection. On distingue des formes aiguës et des formes chroniques.
Les causes sont soit un surpoids ou l’obésité, un traumatisme, ou des activités physiques répétées de façon intensive.

Elles touchent les articulations qui sont souvent utilisées. Cela va provoquer l’usure de l’articulation à long terme.

La prévention des atteintes articulaires :
-Respecter les règles de l’échauffement en début de journée
-Acquérir de bons gestes techniques dans son activité professionnelle
-Faire de l’exercice régulièrement (la marche et la natation sont recommandées)
-Eviter le surmenage
-Bien se chausser

Les atteintes des ligaments : Les entorses souvent dues à un mouvement brusque et violent, accompagné de la torsion d’une articulation, sont provoquées par une atteinte des ligaments qui la soutiennent. Une foulure est une entorse bénigne. Une entorse peut parfois s’accompagner du déboitement de l’articulation, il s’agit alors d’une luxation. Les causes : - Glissade, chute, porte-à-faux ; - La répétition de certains mouvements trop intenses ; - Le surpoids ou l’obésité (dans le cas du genou) ; - L’absence d’activité physique favorise la destruction du cartilage en diminuant l’apport d’oxygène au niveau de l’articulation ; - Le port de talons trop hauts (essentiellement dans l’arthrose du genou).

Back

Home

Next

Atteintes de la colonne vertébrale

Cliquez sur les images

Lumbago

Les principales pathologies sont les cervicalgies au niveau du cou, les dorsalgies au milieu du dos et les lombalgies dans le bas du dos.

Sciatique

Hernie discale

Causes

Back

Prévention

Prévention des atteintes de la colonne vertébrale :


  • Se tenir droit aussi bien debout, qu’assis ;
  • Porter les charges près du corps ;
  • Eviter les torsions de la colonne vertébrale ;
  • Adopter des postures correctes en travaillant ;
  • Se chausser convenablement ;
  • Dormir confortablement ;
  • Faire du sport ;
  • En voiture, s’asseoir correctement.

Les causes sont les suivantes :

  • Un travail physique éprouvant, la sédentarité et le stress ;
  • De mauvaises postures ;
  • Des modifications les articulations vertébrales, liées à l’âge (arthrose) ;
  • Des malformations de la colonne vertébrale ;
  • Un tassement des vertèbres lié à l’ostéoporose.

Le lumbago (ou lombalgie aiguë) se manifeste par des douleurs subites et violentes dans la région du bas du dos (tour de reins). Celles-ci surviennent à la suite d’un geste un peu brusque ou lorsqu’on a soulevé une charge lourde. Elles sont parfois tellement fortes que tout mouvement du dos devient impossible.

Les douleurs sciatiques trouvent leur origine au niveau du nerf sciatique, qui assure la transmission nerveuse vers les principaux muscles fessiers et des membres inférieurs, se trouve comprimé ; ces douleurs se ressentent à l’arrière de la cuisse et jusqu’au mollet ou au pied, bien que ces régions soient parfaitement saines. Dans certains cas, la douleur passe sur le devant de la cuisse et descend sur le côté de la jambe.

La hernie discale est une complication qui peut être la cause de modifications de la sensibilité (fourmillements, perte de la sensibilité, etc.). Elle est souvent due à l’écrasement d’un disque intervertébral qui s’enflamme et devient douloureux.

Home

Next

Atteintes osseuses

Les atteintes osseuses :
Les principales pathologies sont les fractures, le squelette est composé de 206 os différents, comme le crâne, le fémur, la clavicule, la colonne vertébrale, les côtes, la rotule, le péroné, le tibia, etc.
La solidité des os est liée à l’importance de la masse osseuse qui augmente au cours de l’enfance et spécialement à l’adolescence. Vers 20 ans, nous avons constitué notre capital osseux. A partir de 35 ans, ce capital osseux diminue lentement, pour les hommes comme pour les femmes.
L’ostéoporose se caractérise par une diminution accélérée de la masse osseuse. L’os devient fragile et cassant. Une chute banale ou plus rarement, un mouvement brutal peut entrainer une fracture.
Les causes sont principalement le vieillissement et, chez les femmes, la ménopause (arrêt de la production d’œstrogène).

Prévention des atteintes osseuses :

- Bien s’alimenter : consommer régulièrement des produits laitiers, des amandes et autres graines, ainsi que des fruits séchés, car ce sont les principales sources de calcium ;
-Les poissons gras apportent de la vitamine D et des acides gras omégas 3 qui interviennent dans l’absorption du calcium ainsi que sa fixation sur les os et aident à réduire son élimination dans les urines et les selles ;
-Faire de l’exercice renforce la solidité des os, améliore l’équilibre et de ce fait, limite les risques de chutes ;
-Arrêter de fumer : le tabac accélère la perte osseuse.

Back

Home

Next

exercice atteintes et pathologies

<- Plein écran

Back

Home

Prévention des risques infectieux

Par contact direct

Back

Par contact avec les animaux

Exercices

Le lavage des mains

Cliquez sur les images

Vidéo

Prévention

Par contact au niveau de petites plaies

Par contact avec les animaux domestiques de la personne (parasitoses, etc.)

Par contact direct avec des personnes atteintes de maladies infectieuses chroniques, en particulier pulmonaires (tuberculose, bronchite chronique), cutanées (staphylocoques, gale, etc.) ;

Le lavage des mains :

Les mains sont le premier vecteur de transmission des infections, l’hygiène des mains est le moyen le plus simple et efficace pour lutter contre elles.

L’ADVF se lave les mains régulièrement et notamment dans les situations suivantes :

  • Avant d’être en contact avec de la nourriture ;
  • Après avoir éternué ou toussé, ou s’être mouchée ;
  • Après être allé aux toilettes ;
  • Après avoir touché un animal ;
  • Après avoir touché quelque chose de sale ;
  • Entre chaque tâche ;
  • A l’arrivée et au départ du domicile d’une PA.

Prévention :

Avoir des vaccinations à jour et une surveillance médicale régulière.

Respecter une bonne hygiène des mains, protection des petites plaies (pansements, gants), lavage des mains régulier (en arrivant au domicile, avant et après chaque tâche, en partant du domicile).

Lavage soigneux des mains après chaque tâche au contact d’objets souillés (tel que le linge, après le change) et avant de quitter le domicile de la personne âgée.

80% des infections sont transmises par les mains.

Par contact au niveau des petites plaies des mains avec des objets de soins médicaux souillés (en mettant un pansement à la poubelle par exemple, mais ceci ne devrait pas survenir, car le personnel soignant doit s'occuper des déchets souillés)

Home

Next

Le lavage des mains efficace

Pour nettoyer ses mains de façon efficace, il faut commencer par enlever ses bagues et autres bijoux de main.
Pour la suite, regardez la vidéo:

Back

Home

Prévention des risques infectieux

Next

<- Plein écran

Back

Home

Gestes et postures dans les Activités domestiques - TMS

Nos muscles, articulations, tendons, ligaments, nerfs composent notre système locomoteur.
Ce dernier nous permet d’accomplir une multitude de mouvements, de gestes et de postures : marcher, manipuler un outil, porter des charges, etc.
Les tâches caractérisées par un travail répétitif, le port manuel de charges, les postures pénibles, de longue durée, sollicitent le corps physiquement ou mentalement et peuvent aboutir à des problèmes appelés Troubles Musculo-squelettiques (TMS).

Attention : Ces troubles musculo-squelettiques peuvent être reconnus comme maladie professionnelle. Le code de la Sécurité Sociale en dresse la liste. Annexe II : Tableau des maladies professionnelles prévues à l’article R.461-3. Modifié par le décret n° 2008-1043 du 9 octobre 2008 art. 1.

Ces troubles se manifestent progressivement et peuvent entraîner la perte de fonction du système musculo-squelettiques. Ils se manifestent par des douleurs et des gênes dans les mouvements qui, sans mesure de prévention, peuvent entraîner à terme une incapacité au travail et dans la vie quotidienne.

Définition : L’expression « troubles musculo-squelettiques » (TMS) regroupe un ensemble de maladies localisées au niveau ou autour des articulations : poignets, coudes, épaules, rachis ou encore genoux.

Next

Back

Home

Gestes et postures dans les activités domestiques - (les TMS)

Faites glisser les images et cliquez sur les boutons

Back

Exercices

Les facteurs biomécaniques : Les postures difficiles et/ou maintenues, le port de charges, les gestes répétitifs, etc.

Les facteurs psychosociaux : L’insatisfaction au regard d’un travail monotone, la tension engendrée par la pression du temps, le manque de reconnaissance, le vécu de relations sociales dégradées ou l’insécurité de l’emploi.

Les facteurs organisationnels : la possibilité de contrôle, la clarté de la tâche, les relations interpersonnelles, les contraintes de temps ou encore les cadences imposées.

Les pathologies les plus fréquentes.

Les muscles, les tendons, les nerfs et les articulations sont les structures les plus souvent touchées. Les symptômes ou les plaintes telles que douleurs, lourdeurs, raideurs, apparaissent très progressivement et peuvent être divisées en 3 niveaux :

  • Les plaintes apparaissent durant une activité et disparaissent au repos.
  • Les plaintes apparaissent rapidement lors des activités et mettent plus longtemps à disparaitre.
  • Les plaintes telles que douleurs, lourdeurs, raideurs sont chroniques et persistent durant les autres activités et au repos.

Les maladies les plus répandues touchent surtout les membres supérieurs au niveau de l’épaule, du coude, du poignet et de la main.

Les membres inférieurs peuvent être également atteints, notamment chez les salariés travaillant à genoux ou accroupis qui peuvent être victimes de bursite du genou (épanchement de liquide synovial).

Les facteurs de risque.

Dans le contexte du métier d’ADVF les (TMS) sont directement liés aux conditions de travail, même s’il convient également de tenir compte des caractéristiques individuelles des salariés comme l’âge, l’état de santé ou l’histoire individuelle.

Les symptômes physiques surviennent quand le ou la salarié(e) dépasse ses capacités fonctionnelles et ne bénéficie pas d’une récupération suffisante. Les tissus mous au niveau des articulations sont alors hyper sollicités.

Home

exercice TMS les différents facteurs de risques

<- Plein écran

Next

Back

Home

Exercice TMS les pathologies les plus fréquentes

Next

<- Plein écran

Back

Home

Définition : L’usure est un « processus d’altération de la sante lié au travail qui dépend du cumul et/ou de combinaisons d’expositions de la personne à des contraintes du travail qui peuvent être de natures diverses ».

L'usure professionnelle

Une charge de travail trop importante par rapport au temps accordé, des déplacements trop longs entre les domiciles, des PA aigries ou insatisfaites, entrainent à la longue, stress et épuisement. Comment pallier une usure professionnelle prématurée ?

Réfléchissez à une façon d’améliorer votre organisation : évitez les pertes de temps ou la dépense d’énergie inutile.
Vérifiez aussi que le travail que vous effectuez correspond bien à la demande écrite sur le contrat de prestation ou la fiche de mission. Petit à petit, vous avez peut être augmenté le nombre de tâches réalisées, sans demander que la durée de la prestation soit elle aussi augmentée.

Attention : L’usure professionnelle n’est pas seulement physique, elle peut être également d’ordre psychologique. La saturation, la routine, la perte de motivation mènent à l’usure.

Next

Back

Home

Le P.M.S veille à la sécurité
de la personne

Définition : Les accidents de la vie courante (Ac-VC) sont définis comme les « traumatismes non intentionnels » qui surviennent dans le cadre domestique (à la maison ou dans ses abords immédiats) ou à l’extérieur (dans un magasin, sur un trottoir, etc.) dans le cadre scolaire, lors d’une pratique sportive, etc. Cette définition exclut les accidents de la circulation et les accidents du travail.
Chaque année, les accidents de la vie courante touchent plus de 11 millions de personnes et en tuent 20 000. Parmi eux, les accidents domestiques, dont les enfants et les seniors sont les premières victimes. Pourtant, beaucoup sont évitables si on adopte de bons réflexes.

Next

Back

Home

Le P.M.S veille à la sécurité de la personne

Next

Eviter les chutes

Vieillissement de l'organisme

Back

Problèmes aux pieds

Mauvais habillage

Mauvais chaussage

Problème de santé

Prise de médicament

Environnement inadapté

Cliquez sur les images

Eviter les chutes :

Les troubles de la vision et de l’équilibre, l’isolement, un habitat peu adapté, sont des facteurs de risques de chute chez la personne âgée. La fragilité des os, en particulier chez les femmes, expose également à un risque accru de fracture. Les chutes représentent 85 % des accidents de la vie courante au-delà de 65 ans.

Il est donc essentiel que le P.M.S repère les facteurs de risques de chutes présents dans ses situations de travail.

Vieillissement de l’organisme : Atteintes de la motricité par une modification de la masse musculaire et osseuse, vieillissement des articulations, tassements vertébraux,…

Atteintes sensorielles avec une baisse de la vue et de l’audition,

Troubles de l’équilibre,

Un état de fatigabilité plus important.

Problématiques au niveau des pieds : Ongles incarnés, durillons, orteils en griffes, les pathologies du pied gênent la marche de la personne. Le bon état général du pied est à prendre en compte comme un critère essentiel de la prévention des chutes. Le P.M.S encouragera la PA à consulter régulièrement son podologue (médecin spécialiste du pied).

Mauvais habillage : Tout comme le choix du chaussage, le choix de l’habillage peut s’avérer efficace pour éviter une chute. Le P.M.S pourra conseiller à la personne d’éviter de porter des habits trop longs ou trop larges et inversement trop cintrés ou trop petits.

Mauvais chaussage : Les pieds sont le premier outil de l’autonomie. Le choix de la chaussure est essentiel, elle doit permettre aux orteils de bouger, tenir le pied et la cheville et être antidérapante, mais aussi confortable et pratique. Le risque de chute varie de manière significative selon le type de chaussures portées par la PA.

Problèmes de santé : Certains problèmes de santé accentuent encore les risques de chute (par exemple, une tension artérielle basse, l’hypoglycémie, les maladies neurologiques, de l’audition et de la vision, ostéo-articulaires, etc.). Leurs conséquences sur les déplacements des personnes doivent être prises en compte.

Prise de médicament : La prise de médicaments peut provoquer de la somnolence et diminuer les réflexes. En France, les plus de 75 ans ont une consommation de soins et de médicaments 3 fois plus importante que la population générale.

Environnement inadapté : Eclairage insuffisant, système d’allumage difficile d’accès, espace de marche difficile, encombré, glissant, pas ou peu de points d’appuis ou d’assises, pas ou peu d’aides techniques ou d’aménagements permettant l’accessibilité et la sécurisation du lieu de vie de la PA (barres d’appui, rampe d’escalier, éclairage supplémentaire, etc.).

Home

Le P.M.S veille à la sécurité de la personne

Next

<- Plein écran

Back

Home

Ce Module est terminé

Back