Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

SITTING BULL

Horizontal infographics

BEYONCÉ

Horizontal infographics

ALEX MORGAN

Horizontal infographics

OSCAR WILDE

Horizontal infographics

Transcript

Des ressources pour travailler les Valeurs de la République

en classe

des exemples de productions

des chants

un documentaire, des albums au format numérique

des vidéos

des oeuvres d'art

des albums de littérature de jeunesse

des poèmes

Pôle citoyenneté 24

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna

Dans un dossier sur les Valeurs de la République, LUMNI propose des petites vidéos accessibles à partir du CE2: les symboles de la république, les institutions, les libertés, les droits, la solidarité.

Des supports et des ressources pour un projet laïcité en cycle 1, à utiliser en classe (en totalité ou partiellement) selon la démarche : un jour / une action.

des supports vidéos

Vinz et Lou permet d'aborder les grands enjeux de société avec les 7-12 ans : parcours guidés, vidéos et activités interactives sur la thématique "égalité filles et garçons".

Il est nécessaire de se créer un compte (gratuit) pour accéder aux ressources.

des poèmes

Le plus important dans la vie de Alain Bosquet

Cher frère de Léopold Sédar Senghor

Cher frère blanc

Quand je suis né, j’étais Noir
Quand j’ai grandi, j’étais Noir
Quand je vais au soleil, je suis Noir
Quand j’ai peur, je suis Noir
Quand je suis malade, je suis Noir
Quand je mourrai, je serai Noir

Tandis que toi, Frère Blanc

Quand tu es né tu étais Rose
Quand tu as grandi, tu étais Blanc
Quand tu vas au soleil, tu es Rouge
Quand tu as froid, tu es Bleu
Quand tu as peur, tu es Vert
Quand tu es malade, tu es Jaune
Quand tu seras mort, tu seras Gris

Alors, de nous deux, qui est l’homme de couleur?

Léopold Sédar Senghor

Le moqueur moqué de Pierre Gamarra

Liberté de Paul Eluard

Liberté de René de Obaldia

C'était un bon copain de Robert Desnos

La ronde autour du monde de Paul Fort

La ronde autour du monde

Si toutes les filles du monde voulaient se donner la main,

Tout autour de la mer, elles pourraient faire une ronde.

Si tous les gars du monde voulaient bien être marins,

Ils feraient avec leur barque, un joli pont sur l’onde.

Alors on pourrait faire une ronde tout autour du monde,

Si tous les gens du monde voulaient se donner la main.

Paul Fort

Autour de poèmes


Le globe de Nazim Hikmet

Offrons le globe aux enfants, au moins pour une journée.
Donnons-le leur afin qu’ils en jouent comme d’un ballon multicolore
Pour qu’ils jouent en chantant parmi les étoiles.
Offrons le globe aux enfants,
Donnons-le leur comme une énorme pomme
Comme une boule de pain toute chaude,
Qu’une journée au moins ils puissent manger à leur faim.
Offrons le globe aux enfants,
Qu’une journée au moins le globe apprenne la camaraderie,
Les enfants prendront de nos mains le globe,

Ils y planteront des arbres immortels.


Nakim Hikmet

Les lignes de nos mains de Bernard Dadié

Les lignes de nos mains


Les lignes de nos mains

ni Jaunes

ni Noires

ni Blanches

Ne sont point des frontières

des fossés entre nos villages

des filins pour lier les faisceaux de rancœurs.


Les lignes de nos mains

sont les lignes de vie,

de Destin

de Cœur

d'Amour,

de douces chaînes qui nous lient les uns aux autres

les vivants aux morts.


Les lignes de nos mains

ni blanches

ni noires

ni jaunes,

Les lignes de nos mains

Unissent les bouquets de nos rêves.


BERNARD DADIE

L'homme qui te ressemble de René Philombé

La différence de Jean Pierre Siméon

Autour de poèmes

- Lire des poèmes sur cette thématique.

- Dire des poèmes (seul, en groupe…), les mettre en scène.

- Créer un recueil de poèmes avec l’aide du numérique ou de manière artistique.

- Activité « Poèmes à demi- poèmes découpés » : Distribuer aux élèves une partie

d’un poème sur un thème (liberté, égalité, fraternité, respect…) qui aura été coupé

en 2, 3, ou 4... A voix haute, chaque élève lit son passage. L’objectif étant de

reconstituer les poèmes à la lecture des morceaux en prenant en compte les

connecteurs logiques, le sens du poème…

- Réaliser des acrostiches avec les mots LAICITE, CROYANCE, LIBERTE,

EGALITE, FRATERNITE : les lire, les dire, les raconter, les enregistrer, réaliser un

recueil et les illustrer.

Liberté

A Pan-Mun-Jom
Faut tailler des joncs.

A Buenos Aires
Faut un revolver.

A Salonique
Faut s’armer de piques.

A Berlin
Faut pas s’tromper d’train.

A Moscou
Faut tenir le coup.

A Belgrade
T’en prends pour ton grade.

A Yokohama
Faut se faire tout plat.

A Québec
Béni-béni-bec.

A Pékin
Faut être pour Mâ-Chin.

A Shangai
Contre la racaille.

A Jérusalem
On pleure toute la semaine.

A Calcutta
Calcule ce que t’as.

A Bangkok
Faut subir le choc.

A Panama
Nu-tête il faut pas.

A Montevideo
Faut être comme il faut.

Plus bas à Cuba
Etre ou n’être pas.

A Rome
Il faut faire comme.

A Banga-Bango
Gare à ton gigot!

Lausanne, Genève
Les coeurs sant de neige.

Anvers, Amsterdam
Y’a des drôl’de dames.

Copenhague, Oslo
C’est pas du lolo.

New York, Tombouctou
Faut s’attendre à tout.

Bientôt dans la lune
On sera tous posthumes.

N’y a qu’à Viroflay
(Larirette, larirette)
N’y a qu’à Viroflay
(Poussez, poussez l’escarpolette)
N’y a qu’à Viroflay
Que je fais
Ce qui me plaît.


René de Obaldia

Le plus important dans la vie

Le plus important dans la vie,

Mon garçon,

C'est l'air pour respirer

C'est l'eau pure pour boire

C'est le lait pour se nourrir

C'est le temps pour bien le remplir.


Mon garçon, parfois

L'air s'appelle Liberté,

L'eau pure est synonyme d'amitié

Le lait est pour ceux qu'on aime

La terre est un devoir

Le temps est une conscience.

Alain Bosquet

Offrons le globe aux enfants, au moins pour une journée.
Donnons-le leur afin qu’ils en jouent comme d’un ballon multicolore
Pour qu’ils jouent en chantant parmi les étoiles.
Offrons le globe aux enfants,
Donnons-le leur comme une énorme pomme
Comme une boule de pain toute chaude,
Qu’une journée au moins ils puissent manger à leur faim.
Offrons le globe aux enfants,
Qu’une journée au moins le globe apprenne la camaraderie,
Les enfants prendront de nos mains le globe,

Ils y planteront des arbres immortels.


Nakim Hikmet

Cher frère blanc

Quand je suis né, j’étais Noir
Quand j’ai grandi, j’étais Noir
Quand je vais au soleil, je suis Noir
Quand j’ai peur, je suis Noir
Quand je suis malade, je suis Noir
Quand je mourrai, je serai Noir

Tandis que toi, Frère Blanc

Quand tu es né tu étais Rose
Quand tu as grandi, tu étais Blanc
Quand tu vas au soleil, tu es Rouge
Quand tu as froid, tu es Bleu
Quand tu as peur, tu es Vert
Quand tu es malade, tu es Jaune
Quand tu seras mort, tu seras Gris

Alors, de nous deux, qui est l’homme de couleur?

Léopold Sédar Senghor

Les lignes de nos mains


Les lignes de nos mains

ni Jaunes

ni Noires

ni Blanches

Ne sont point des frontières

des fossés entre nos villages

des filins pour lier les faisceaux de rancœurs.


Les lignes de nos mains

sont les lignes de vie,

de Destin

de Cœur

d'Amour,

de douces chaînes qui nous lient les uns aux autres

les vivants aux morts.


Les lignes de nos mains

ni blanches

ni noires

ni jaunes,

Les lignes de nos mains

Unissent les bouquets de nos rêves.


BERNARD DADIE

La différence

Pour chacun une bouche deux yeux
deux mains deux jambes

Rien ne ressemble plus à un homme
qu’un autre homme

Alors
entre la bouche qui blesse
et la bouche qui console

entre les yeux qui condamnent
et les yeux qui éclairent

entre les mains qui donnent
et les mains qui dépouillent

entre le pas sans trace
et les pas qui nous guident

où est la différence

la mystérieuse différence?

Jean-Pierre Siméon

La ronde autour du monde

Si toutes les filles du monde voulaient se donner la main,

Tout autour de la mer, elles pourraient faire une ronde.

Si tous les gars du monde voulaient bien être marins,

Ils feraient avec leur barque, un joli pont sur l’onde.

Alors on pourrait faire une ronde tout autour du monde,

Si tous les gens du monde voulaient se donner la main.

Paul Fort

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard

Le moqueur moqué

Un escargot se croyant beau,
Se croyant gros, se moquait d’une coccinelle.
Elle était mince, elle était frêle !
Vraiment, avait-on jamais vu
un insecte aussi menu !
Vint à passer une hirondelle
Qui s’esbaudit du limaçon.
Quel brimborion,
s’écria-t-elle !
C’est le plus maigre du canton !
Vint à passer un caneton.
Cette hirondelle est minuscule,
Voyez sa taille ridicule !
Dit-il sur un ton méprisant.
Or, un faisan
aperçut le canard et secoua la tête :
Quelle est cette si minime bête
Au corps si drôlement bâti !
Un aigle qui planait leur jeta ces paroles :
Êtes-vous fous ? Êtes-vous folles ?
Qui se moque du précédent
sera moqué par le suivant.
Celui qui d’un autre se moque
A propos de son bec, à propos de sa coque,
De sa taille ou de son caquet,
Risque à son tour d’être moqué !


Pierre Gamarra

L'HOMME QUI TE RESSEMBLE

J'ai frappé à ta porte

J'ai frappé à ton cœur

Pourquoi me repousser ?

Ouvre-moi, mon frère.

Pourquoi me demander

L'épaisseur de mes lèvres

La longueur de mon nez

La couleur de ma peau

Et le nom de mes dieux ?

Ouvre-moi, mon frère.

Pourquoi me demander

Si je suis d'Afrique

Si je suis d'Amérique

Si je suis d'Asie

Si je suis d'Europe ?

Ouvre-moi, mon frère

. Je ne suis pas un noir

Je ne suis pas un rouge

Je ne suis pas un blanc,

Je ne suis pas un jaune.

Ouvre-moi, mon frère

Je ne suis qu'un homme,

L'homme de tous les cieux,

L'homme de tous les temps,

L'homme qui te ressemble :

Ouvre-moi, mon frère.

René PHILOMBE

C'était un bon copain

Il avait le cœur sur la main
Et la cervelle dans la lune
C’était un bon copain
Il avait l’estomac dans les talons
Et les yeux dans nos yeux
C’était un triste copain.
Il avait la tête à l’envers
Et le feu là où vous pensez.
Mais non quoi il avait le feu au derrière.
C’était un drôle de copain
Quand il prenait ses jambes à son cou
Il mettait son nez partout
C’était un charmant copain
Il avait une dent contre Étienne
À la tienne Étienne à la tienne mon vieux.
C’était un amour de copain
Il n’avait pas sa langue dans la poche
Ni la main dans la poche du voisin.
Il ne pleurait jamais dans mon gilet
C’était un copain,
C’était un bon copain.


Robert Desnos

Canopé propose un numéro hors-série du Petit Quotidien qui fait le point sur la République Française et ses valeurs expliquées aux enfants.

Agnès Rosenstiehl, avec humour et simplicité, montre aux tout-petits ce que les valeurs républicaines impliquent dans leurs jeux et leur vie quotidienne.
(pour des élèves de cycles 1 et 2)

un documentaire , des albums en version numérique

Pierre Gay propose des situations du quotidien pour (re)découvrir, à travers elles, les valeurs de notre République !
(pour des élèves de cycle 3)

Ecrire dans toutes les disciplines

Pour avoir accès à la version intégrale des deus ouvrages (Liberté Égalité Fraternité dès la maternelle d’Agnès Rosenstiehl et Liberté Égalité Fraternité dès l’âge de raison de Pierre Gay), vous devrez avoir un abonnement.


Ces deux livres existent également en version papier:

Liberté, Egalité, Fraternité dès la maternelle d'A. Rosenstiehl (Chemin de Traverse Jeunesse)

Liberté Egalité Fraternité dès l'âge de raison de P. Gay (Seuil Jeunesse)

Production d'un écrit court "à la manière de":




Des exemples de productions (CE1):


des albums de la littérature de jeunesse

programme cycle 1 (apprendre à vivre enseble)

Débat à partir de l'album Rose bonbon de A. Turin : "Les garçons et les filles, nous sommes pareils, différents, égaux? Cycle 2

Débat à partir de l'histoire L'anneau de Gysès de Platon: Pourquoi on ne peut pas faire tout ce que l'on veut? Cycle 3

Débat à partir de l'album L'agneau qui ne voulait pas être un mouton de D. Jean et Zad sur les thématiques du racisme et de la résistance. cycle 3

programme cycles 2 et 3

Débat à partir de l'album

Jean de la Lune de T. Ungerer: "Pourquoi peut-on parfois avoir peur des gens différents?" Cycle 2

créer un petit livre à partir
d'une synthèse des idées des élèves.

La couleur des émotions de A. Lienas Cycle 1

Une école où les enfants vont apprendre ensemble et vivre ensemble

L’école maternelle structure les apprentissages autour d’un enjeu de formation central pour les enfants : « Apprendre ensemble et vivre ensemble ». La classe et le groupe constituent une communauté d’apprentissage qui établit les bases de la construction d’une citoyenneté respectueuse des règles de la laïcité et ouverte sur la pluralité des cultures dans le monde. C’est dans ce cadre que l’enfant est appelé à devenir élève, de manière très progressive sur l’ensemble du cycle. Les enfants apprennent à repérer les rôles des différents adultes, la fonction des différents espaces dans la classe, dans l’école et les règles qui s’y rattachent. Ils sont consultés sur certaines décisions les concernant et découvrent ainsi les fondements du débat collectif. L’école maternelle assure ainsi une première acquisition des principes de la vie en société. L’accueil et la scolarisation des enfants handicapés participent à cet enjeu pour ces enfants eux-mêmes et contribuent à développer pour tous un regard positif sur les différences. L’ensemble des adultes veille à ce que tous les enfants bénéficient en toutes circonstances d'un traitement équitable. L’école maternelle construit les conditions de l’égalité, notamment entre les filles et les garçons.

Des compétences travaillées du cycle 2 au cycle 4

Culture de la sensibilité

- Identifier et exprimer en les régulant ses émotions et ses sentiments.

- S’estimer et être capable d’écoute et d’empathie.

- Exprimer son opinion et respecter l’opinion des autres.

- Accepter les différences.


Culture du jugement

- Développer les aptitudes au discernement et à la réflexion critique.

- Confronter ses jugements à ceux d’autrui dans une discussion ou un débat argumenté et réglé.

Le site « Lecriveron »permet de réaliser immédiatement un livre de huit pages au format 10,5 cm X 7,50 cm, à partir d’une synthèse des idées produites par les élèves.

Document élaboré par Claudine Lachaud, enseignante en maternelle à l'école de Douville:

https://blogacabdx.ac-bordeaux.fr/0240072y/wp-content/uploads/sites/58/2022/06/Ressources-Projet-Emotions-Cycle-1.pdf

des chants

Album des Enfantastiques: 16 chansons écrites dans le cadre de "Chanson en création" par Mr Mô avec élèves et enseignants pour répondre aux questions concernant la citoyenneté, l'éducation, la laïcité, la liberté d'expression.

Elle me plaît bien comme ça, la France - Sentinelles - Des larmes sur les joues de Marianne - Because I am a girl - Avec un crayon - Liberté, égalité, fraternité...

Différences, racisme, handicap, liberté de religion, égalité filles garçons...

- Lily, de Pierre Perret - Armstrong, Claude Nougaro

- Café au lait, Anne Sylvestre - Les crayons de couleur, Hugues Aufray

- La petite rivière, Anne Sylvestre - Nono, Anne Sylvestre

- Être né quelque part, Maxime Le Forestier - Des hommes pareils, Francis Cabrel
- Fille ou bien garçon, Zut - Aux âmes Citoyens, Aldebert

- Elle me plait bien comme ça, la France!, des Enfantastiques

Lily


On la trouvait plutôt jolie, Lily
Elle arrivait des Somalies, Lily
Dans un bateau plein d'émigrés
Qui venaient tous de leur plein gré
Vider les poubelles à Paris


Elle croyait qu'on était égaux, Lily
Au pays d'Voltaire et d'Hugo, Lily
Mais, pour Debussy, en revanche
Il faut deux noires pour une blanche
Ça fait un sacré distinguo


Elle aimait tant la liberté, Lily
Elle rêvait de fraternité, Lily
Un hôtelier, rue Secrétan
Lui a précisé, en arrivant
Qu'on ne recevait que des Blancs


Elle a déchargé des cageots, Lily
Elle s'est tapée les sales boulots, Lily
Elle crie pour vendre des choux-fleurs
Dans la rue, ses frères de couleur
L'accompagnent au marteau-piqueur


Et quand on l'appelait Blanche-Neige, Lily
Elle se laissait plus prendre au piège, Lily
Elle trouvait ça très amusant
Même s'il fallait serrer les dents
Ils auraient été trop contents


Elle aima un beau blond frisé, Lily
Qui était tout prêt à l'épouser, Lily
Mais, la belle-famille lui dit
"Nous n'sommes pas racistes pour deux sous
Mais on veut pas de ça chez nous"


Elle a essayé l'Amérique, Lily
Ce grand pays démocratique, Lily
Elle aurait pas cru sans le voir
Que la couleur du désespoir
Là-bas, aussi ce fût le noir


Mais, dans un meeting à Memphis, Lily
Elle a vu Angela Davis, Lily
Qui lui dit "viens, ma petite sœur"
"En s'unissant, on a moins peur"
"Des loups qui guettent le trappeur"


Et c'est pour conjurer sa peur, Lily
Qu'elle lève aussi un poing rageur, Lily
Au milieu de tous ces gugus
Qui foutent le feu aux autobus
Interdits aux gens de couleur


Mais, dans ton combat quotidien, Lily
Tu connaîtras un type bien, Lily
Et l'enfant qui naîtra, un jour
Aura la couleur de l'amour
Contre laquelle on ne peut rien


On la trouvait plutôt jolie, Lily
Elle arrivait des Somalies, Lily
Dans un bateau plein d'émigrés
Qui venaient tous de leur plein gré
Vider les poubelles à Paris


Pierre Perret

Café au lait
Café au lait, café au lait
Tous les enfants sont faits de lait
Avec plus ou moins de café
De grenadine ou bien de thé
Ce qui n'empêche pas d'en voir
Café tout noir
Ce qui n'empêche qu'ils aient tous
Belle frimousse


Dans les familles on vit ensemble
Et bien souvent
On peut se dire qu'on ressemble
À ses parents
Ou bien qu'on ne ressemble à personne
Mais qu'on rappelle de très loin
Une arrière-grand-mère bretonne
Ou bien un grand-père africain


Café au lait, café au lait
Tous les enfants sont faits de lait
Avec plus ou moins de café
De grenadine ou bien de thé
Ce qui n'empêche pas d'en voir
Café tout noir
Ce qui n'empêche qu'ils aient tous
Belle frimousse


On additionne et on échange
Tous ses trésors
Et toutes sortes de mélanges
Se font alors
On aura les yeux en amande
Les cheveux raides ou frisés
Le nez pointu la bouche grande
Et la peau claire ou bien foncée


Café au lait, café au lait
Tous les enfants sont faits de lait
Avec plus ou moins de café
De grenadine ou bien de thé
Ce qui n'empêche pas d'en voir
Café tout noir
Ce qui n'empêche qu'ils aient tous
Belle frimousse


D'autres familles s'arrondissent
Et c'est joli
D'enfants que parfois elles choisissent
Très loin d'ici
On voit avec deux qui sont roses
Un chocolat l'autre de miel
Quand tous ensemble ils se reposent
On croirait voir un arc-en-ciel


Café au lait, café au lait
Tous les enfants sont faits de lait
Avec plus ou moins de café
De grenadine ou bien de thé
Ce qui n'empêche pas d'en voir
Café tout noir
Ce qui n'empêche qu'ils aient tous
Belle frimousse


Mais comme tout n'est pas facile
On est aussi
Gourmand coléreux indocile
Ou trop gentil
Les caractères se mélangent
Avec plus ou moins de soleil
Si au-dehors les couleurs changent
Dedans on est bien tous pareils


Café au lait, café au lait
Tous les enfants sont faits de lait
Avec plus ou moins de café
De grenadine ou bien de thé
Ce qui n'empêche pas d'en voir
Café tout noir
Ce qui n'empêche qu'ils aient tous
Belle frimousse
Belle frimousse


Anne Sylvestre

La petite rivière


La petite rivière, elle est toujours couchée toujours couchée
La petite rivière, elle peut pas se lever pas se lever
Mais elle chante mais elle chante
Toujours elle sourit toujours contente
Elle passe en riant les heures lentes
Tachant de faire sans bouger
Mais rien qu'í force de rêver
Des tourbillons, des friselis
Qui mettent les rayons du soleil dans son lit

Ses parents sont des saules
Qui se penchent vers son courant
Ils ont sur les épaules un bout de ciel trop grand

Ils campent sur ses plages
En rêvant qu'elle soit torrent
Cascade ou pluie d'orage
Ou fille du vent

La petite rivière, elle est toujours couchée toujours couchée
La petite rivière, elle peut pas se lever, pas se lever
Mais elle chante, mais elle chante
Toujours elle sourit toujours contente
Elle accorde la vie í tant de plantes
Et tant d'oiseaux viennent chercher
Près d'elle de quoi s'envoler
Ses tourbillons, ses friselis
Font tomber les rayons du soleil dans son lit

Il est d'autres rivières

D'autres ruisseaux, d'autres enfants
Qui leur vie toute entière vivent différemment
Mais cette différence, il ne faut pas en avoir peur
Car tous ils sautent et dansent avec le coeur

La petite rivière elle est toujours couchée, toujours couchée
La petite rivière, elle peut pas se lever, pas se lever
Mais elle chante, mais elle chante
Toujours elle sourit toujours contente
Elle ne se plaint jamais et quand il vente
C'est elle qui vient rassurer
Ceux qui vivent í ses côtés
Ses tourbillons, ses friselis
Enferment les rayons du soleil dans son lit


Anne Sylvestre

Etre né quelque part


On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille
On choisit pas non plus les trottoirs de Manille
De Paris ou d'Alger pour apprendre à marcher
Être né quelque part
Être né quelque part, pour celui qui est né
C'est toujours un hasard
(Nom'inqwando yes qxag iqwahasa)
(Nom'inqwando yes qxag iqwahasa)


Y a des oiseaux de basse cour et des oiseaux de passage
Ils savent où sont leur nids
Qu'ils rentrent de voyage ou qu'ils restent chez eux
Ils savent où sont leurs oeufs
Être né quelque part
Être né quelque part, c'est partir quand on veut
Revenir quand on part
(Nom'inqwando yes qxag iqwahasa)
(Nom'inqwando yes qxag iqwahasa)


Est-ce que les gens naissent égaux en droits
À l'endroit où ils naissent
(Nom'inqwando yes qxag iqwahasa)
Est-ce que les gens naissent égaux en droits
À l'endroit où ils naissent
Que les gens naissent pareils ou pas


On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille
On choisit pas non plus les trottoirs de Manille
De Paris ou d'Alger pour apprendre à marcher
Je suis né quelque part
Je suis né quelque part, laissez-moi ce repère
Ou je perds la mémoire
(Nom'inqwando yes qxag iqwahasa)
(Nom'inqwando yes qxag iqwahasa)
(Nom'inqwando yes qxag iqwahasa)


Est-ce que les gens naissent égaux en droits
À l'endroit où ils naissent
Que les gens naissent pareils ou pas
Est-ce que les gens naissent égaux en droits
À l'endroit où ils naissent
Que les gens naissent pareils ou pas


Maxime Le Forestier

Fille ou bien garçon, Zut

J’m’appelle Théo et j’aime les poupées
Surtout celles aux cheveux frisés
J’adore jouer à les coiffer

Mais mon Papa trouve que c’est suspect

Au lieu de m’offrir un sèche-cheveux

J’ai eu un camion à gros pneus

Mais bof, mais bof bof bof (bis)


J’m’appelle Manon et j’aime les voitures

J’adore faire rugir les moteurs

Je rêve de conduire un tracteur


Mais maman dit que c’est contre nature

Au lieu de m’offrir un circuit

On m’achète une poupée Barbie

Mais bof, mais bof bof bof (bis)


Y’a pas d’zizi à mes outils

Y’a pas d’zezette à ma poussette

Que l’on soit fille ou bien garçon

On peut shooter dans l’même ballon

Que l’on soit fille ou bien garçon


Quand on m’demande « Que veux-tu faire plus tard ? »

Je réponds garde-forestière,

Pilote d’avion ou bien pompière


Baby sitter ou même coiffeur de stars

On m’voit plutôt vétérinaire

Et moi bien sûr infirmière

Mais bof, mais bof bof bof (bis)


Bof, mais bof, mais bof bof bof (bis)

Ce soir Papa nous a fait à manger

Pour une fois que c’est arrivé

C’était bon on s’est régalé

Mais quand Maman à la fin d’sa journée

S’assiérait bien sur le canapé

Y’a tout le linge à repasser…


Y’a pas d’zizi à mes outils

Y’a pas d’zezette à ma poussette

Que l’on soit fille ou bien garçon

On peut shooter dans l’même ballon

On peut chanter la même chanson

Que l’on soit fille ou bien garçon

Armstrong (Let my people go)


Armstrong, je ne suis pas noir
Je suis blanc de peau
Quand on veut chanter l'espoir
Quel manque de pot
Oui, j'ai beau voir le ciel, l'oiseau
Rien, rien, rien ne luit là-haut
Les anges zéro
Je suis blanc de peau

Armstrong, tu te fends la poire
On voit toutes tes dents
Moi, je broie plutôt du noir
Du noir en dedans
Chante pour moi, louis, oh oui
Chante, chante, chante, ça tient chaud
J'ai froid, oh moi
Qui suis blanc de peau

Armstrong, la vie, quelle histoire?
C'est pas très marrant
Qu'on l'écrive blanc sur noir
Ou bien noir sur blanc
On voit surtout du rouge, du rouge
Sang, sang, sans trêve ni repos
Qu'on soit, ma foi
Noir ou blanc de peau

Armstrong, un jour, tôt ou tard
On n'est que des os
Est-ce que les tiens seront noirs?
Ce serait rigolo
Allez louis, alléluia
Au-delà de nos oripeaux
Noir et blanc sont ressemblants
Comme deux gouttes d'eau


Claude Nougaro


Les crayons de couleur


Un petit garçon est venu me voir tout à l'heure
Avec des crayons et du papier
Il m'a dit je veux dessiner un homme en couleur
Dis-moi comment le colorier
Je voudrais qu'il soit pareil que moi quand je serai grand
Libre, très fort et heureux
Faut-il le peindre en bleu, en noir ou en blanc
Pour qu'il soit comme je le veux


Si tu le peins en bleu, fils
Il ne te ressemblera guère
Si tu le peins en rouge, fils
On viendra lui voler sa terre
Si tu le peins en jaune, mon fils
Il aura faim toute sa pauvre vie
Si tu le peins en noir, fils
Plus de liberté pour lui, hop


Alors le petit garçon est rentré chez lui
Avec son beau cahier sous le bras
Il a essayé de dessiner toute la nuit
Mais il n'y arriva pas, yep


Si tu le peins en bleu, fils
Il ne te ressemblera guère
Si tu le peins en rouge, fils
On viendra lui voler sa terre
Si tu le peins en jaune, mon fils
Il aura faim toute sa pauvre vie
Si tu le peins en noir, fils
Plus de liberté pour lui, yep


S'il fallait trouver une morale à ma chanson
C'est assez facile en somme
Je crois qu'il faut dire à tous les petits garçons
Que la couleur ne fait pas l'homme
Que la couleur ne fait pas l'homme
Que la couleur ne fait pas l'homme


Hugues Aufray

Nono


Même s'il n'est pas très beau, Nono
Il n'y a pas plus gentil que lui
Même s'il n'est pas très adroit
S'il ne compte pas jusqu'à trois
S'il a du mal à nous parler
S'il a parfois l'air de rêver
Nous dans la classe on l'aime bien
C'est un copain


Nono, si tu ne sautes pas très haut
Et si tu tombes de vélo
Pour les sourires tu es costaud
C'est ça qui compte
Vois-tu, on est tous un peu mal fichus
L'un est menteur, l'autre têtu
Si on nous aimait, rien de plus
On n'a pas honte


S'il ne connaît pas les mots, Nono
S'il gribouille quand on écrit
Tant pis
Nous on sait qu'il est comme ça
Et ça ne nous dérange pas
S'il rit aux anges, c'est sûrement
Qu'il les connaît personnellement
Nous dans la classe on se sent mieux
S'il est heureux


Nono, t'es avec nous sur les photos
Tu fais les courses de vélo
T'es gentil et t'es rigolo
C'est ça qui compte
Tu sais, si jamais quelqu'un se moquait
Tu peux croire qu'on se battrait
Quand on nous aime comme on est
On n'a pas honte


Anne Sylvestre

Des hommes pareils


Vous, vous êtes et nous, nous sommes
Des hommes pareils
Plus ou moins nus sous le soleil
Mêmes cœurs entre les mêmes épaules
Qu'est-ce qu'on vous apprend à l'école
Si on y oublie l'essentiel?
On partage le même royaume
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes


Moi, j'ai des îles, j'ai des lacs
Moi, j'ai trois poissons dans un sac
Moi, je porte un crucifix
Moi, je prie sur un tapis
Moi, je règne et je décide
Moi, j'ai quatre sous de liquide
Moi, je dors sur des bambous
Moi, je suis docteur-marabout


Et nous sommes des hommes pareils
Plus ou moins loin du soleil
Blancs, noirs, rouges, jaunes, créoles
Qu'est-ce qu'on vous apprend à l'école
S'il y manque l'essentiel?
Semblables jusqu'au moindre atome
Vous, vous êtes et nous, nous sommes


Moi, je me teins et je me farde
Moi, mes chiens montent la garde
Moi, j'ai piégé ma maison
Moi, je vis sous des cartons
Moi, j'ai cent ans dans deux jours
Moi, j'ai jamais fait l'amour
Nous, enfants neveux et nièces
On dort tous dans la même pièce


Quelque soit le prix qu'on se donne
On nage dans le même aquarium
On partage le même royaume
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes
Où nous sommes des hommes pareils
Plus ou moins nus sous le soleil
Tous tendus vers l'espoir de vivre
Qu'est-ce qu'on vous apprend dans les livres
S'il y manque l'essentiel?
S'il y manque l'essentiel?
J'aime mieux ce monde polychrome
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes
Des hommes pareils
Des hommes pareils
Des hommes pareils
des hommes pareils
(J'aime mieux ce monde polychrome où nous sommes)
(J'aime mieux ce monde polychrome où nous sommes) des hommes pareils
(J'aime mieux ce monde polychrome où nous sommes) des hommes pareils


Francis Cabrel

Aux âmes citoyens


Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton
Aux âmes citoyens
Que les armées désertent nos chansons


Allons enfants de toutes les patries
Le jour de croire est enfin arrivé
Si alentours nous semions l'harmonie
L'étendard sanglant serait lavé
Entendez vous dans les campagnes
S'unir nos précoces petits gars
Ils viennent jusque dans vos bras
Vous serrer fort et soulever des montagnes


Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton
Aux âmes citoyens
Que les armées désertent nos chansons


Amour sacré de la fratrie
Conduis, soutiens nos bras enjôleurs
De la liberté, liberté chérie
Nous voilà les ambassadeurs
Militant du parti des étoiles et du vent
Les tireurs de sonnette et puis des cerf-volants
Bambins et marmots, gardiens de l'espoir
Sans nos drapeaux que de victoires


Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton
Aux âmes citoyens
Que les armées désertent nos chansons


Quand la haine s'élève
Nous allons bienveillants
Sur le sentier de la trêve
Mais armés jusqu'aux dents
Nous livrerons bataille
Sentiments en jalons
Nos sourires pour médailles
La tendresse comme canon


Aux âmes citoyens
Que nos baisers donnent le ton
Aux âmes citoyens
Que les armées désertent nos chansons


Aldebert

des oeuvres d'art

Earth Day (1985) Best Buddies (1990)

Liberté - Fernand Léger (1953)
traduction plastique du poème de Paul Eluard de 1942

"Enfants jouant le long du mur"

Henri Cartier-Bresson,
Berlin-Ouest (1962)

Quand l'art devient le témoin de l'histoire

Le pouvoir des mots

L'art de broder de façon militante

Keith Harring engagé contre l'injustice sociale

Le mur de Ben (1995) Portrait Grandeur Nature
Agnès Thurnauer (1962)

Ma collection de proverbes Souffler l'aigrette
Annette Messager (2012) Geneviève Duris

des exemples de productions

Un exemple d'illustration des articles de la charte de la Laïcité par l'écriture et la mise en scène de saynètes. (cycle 3)

Un exemple de document numérique créé par des élèves de CM1 pour illustrer la charte de la laïcité.

Projet sur la laïcité et les Valeurs
de la République, école maternelle
Brantome en Périgord, novembre 2020 lien vers le support pédagogique

Cliquez sur les vidéos