Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

STEVE JOBS

Horizontal infographics

FIRE FIGHTER

Horizontal infographics

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

SITTING BULL

Horizontal infographics

BEYONCÉ

Horizontal infographics

ALEX MORGAN

Horizontal infographics

Transcript

1960

Affiche en référence à Ma sorcière bien-aimée

1970

La femme (ménagère) parfaite des années 1970

1950

L'aspirateur "TORNADO"

1960

L'aspirateur "boule" de hoover

1970

Aspirateur moulinex

Aspirateurs, robots & affiches

1950 - 1970

1950

"Christmas morning she'll be happier with a Hoover"

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Sur cette affiche de Hoover, une femme tient dans ses mains "le premier aspirateur sur coussin d'air".

Le texte est entièrement au féminin : "l'utilisatrice", "la ménagère" ce qui nous montre que c'est un produit uniquement destiné à un usage féminin.

Les nouveautés techniques de cet aspirateur sont nombreuses : il a notamment un tuyau extensible, un verrouillage automatique mais également un interrupteur de pied. On peut remarquer que l'on peut encore retrouver un certain nombre des caractéristiques de cet aspirateur sur nos aspirateurs modernes.

Il existe également la vidéo publicitaire pour l'aspirateur "boule" de hoover : https://www.youtube.com/watch?v=GbwUEsHc91I

Sur cette affiche de Paris Rhone on peut observer un femme qui chevauche un aspirateur. De nos jours, cette publicité aurait directement été interpretée comme sexiste. En effet, elle présente une femme, a l'air heureux, assise sur un aspirateur ayant pour unique droit de nettoyer sa maison. D'autant plus que, sur cette affiche, on peut associer le manche de l'aspirateur que la femme tient dans ses mains à une verge. Or, à l'époque où à été crée cette affiche, bien qu'elle ait évidemment une connotation sexiste due aux moeurs de l'époque, la référence à Ma sorcière bien-aimée est évidente pour le public.

https://th.bing.com/th/id/R.14ba05b74aab3cbabb49ac10dc487b6b?rik=ypQUi66STMKkfw&riu=http%3a%2f%2fwww.wallpapers-cinema.com%2fwallpapers%2fmedium%2f94%2f17072.jpg&ehk=%2bwuklaMjXEckQqk2zICQTlqL%2b%2f371iQnSYxdj864s7s%3d&risl=&pid=ImgRaw&r=0


Dans les années 60, la femme est une femme au foyer qui doit à la fois s’occuper de l’intendance générale, des enfants et du bien-être de son mari : ménagère, mère, éducatrice, infirmière ou séductrice, cette femme parfaite, véritable fée du logis, est surtout l’instrument de son époux auquel elle semble inféodée.

Ces publicités ont été réalisée dans les années 1960, soit durant une période où tous les médias diffusent sans cesse le cliché de la ménagère parfaite qui devient donc un devoir pour chaque femme. Ce stéréotype qui se consacre entièrement aux travaux ménagers et domestiques, commence à se briser dans les années 60 car la lassitude des femmes face à ce rôle prend de plus en plus d’ampleur. Une vent se liberté souffle et elles n’ont plus envie de se dévouer entièrement pour leur mari. Elles souhaitent avoir un travail, des loisirs, des responsabilités autres que celles de bien s’occuper de la maison et des enfants afin de gagner en indépendance et de vivre pour elles-mêmes aussi bien moralement que dans leurs occupations quotidiennes. Les femmes commencent à penser à elles en priorité et faire passer les autres (= hommes) après.

À cela s’ajoute lesTrente glorieuses (1945–1975), période de haute croissance économique et d’amélioration du niveau de vie, qui se traduit par l’essor de la consommation. En effet, l'expression «société de consommation» se popularise dans ces années. Dans ce contexte, l’équipement des ménages en produits électroménagers progresse considérablement (machines à laver, réfrigérateurs, aspirateurs…). Les foyers s’équipent à une vitesse exceptionnelle et ce n’est pas un privilège. Ces nouveaux produits sont abordables pour toutes les classes de la société.

Les industriels font d’énormes profits et continuent à innover pour vendre encore davantage. L’économie entre alors dans un cercle vertueux entre les foyers et les industries. Plus il y a de nouveautés, plus on achète. Le design et l’esthétique deviennent de plus en plus importants et deviennent des arguments de vente. Les équipements ménagés sont une fierté, ils s’exposent presque, ils font désormais partie de la décoration. Les industriels utilisent des couleurs pop et des matériaux brillants comme atouts pour rendre leur aspect plus attractif. Cependant, les industries commencent à avoir peur de ne plus vendre car leurs produits sont solides et les ménages ne les rachètent seulement quand il se cassent, très longtemps après leur achat. Ils mettent alors une stratégie en place: produire de mois bonne qualité et produire de manière à tomber rapidement en panne et être irréparable.

Les foyers sont sans cesse renouvelés en terme d’équipements ménagers qui aident la ménagère au quotidien et lui libère du temps. Avant les années 50, une lessive à la main prenait quatre heures et un raccommodage, deux heures environ. Les charges ménagères s’allègent donc considérablement. Les rôles changent et évoluent petit à petit vers plus d’indépendance des femmes et une timide, mais nouvelle, prise de conscience des hommes face à la société sexiste.


Les années 1960 sont donc parallèlement des années de libération et de consolidation des stéréotypes pour les femmes. En effet, de plus en plus de nouvelles machines viennent faciliter, alléger leur travail ménager tout en les conservant à leur place de «bonne ménagère».


Sur cette publicité des années 1970, on peut observer, au premier plan, un aspirateur «The new eureka easy glide». Un femme tient cet aspirateur à l'aide d'une seule main. Avec son autre main elle s'appuie sur la vitre ouverte d'une baie vitrée. On remarque qu'elle est dans une posture «sexy» et que sa tenue, une robe et des nus-pieds, n'est pas forcément la tenue la plus adaptée pour faire le ménage. De plus, elle est parfaitement coifée et son air détendu donne l'impression que le nettoyage est aisé avec cet aspirateur. On peut également remarquer que l'aspirateur est placé dans le prolongement du bras de cette femme. L'aspirateur est posé sur un tapis ce qui permet de démontrer à la marque que cet aspirateur peut aspirer sur des surfaces diverses et variées.

On pourrait interpreter le fait que la femme soit apprétée par le fait que, grâce à cet aspirateur, son ménage sera rapidement terminé et sans fatigue ce qui lui donnera la possibilité de sortir par la suite. On pourrait aussi penser que cette publicité véhicule le stéréotype de la femme parfaite pour son mari : une femme belle en toutes circonstances et qui fait le ménage avec plaisir.

A partir des années 70, sous l’influence de mai 68, la publicité se libère des carcans de la réclame. Elle aborde des thèmes nouveaux, tel celui de la libération sexuelle et du nouveau statut de la femme dans la société, non plus seulement en tant qu’épouse et mère, mais aussi en tant que femme qui a acquis son indépendance sexuelle, avec l’autorisation de la pilule en 1967 (loi Neuwirth), puis la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse en 1975 (loi Weil), et son indépendance financière lorsqu’elle commence à travailler et à gagner sa vie. A nouvelle société, nouvelles publicités qui ne vont plus se fonder sur les valeurs traditionnelles en vigueur jusqu’alors, mais vont utiliser des images transitionnelles pour se diriger vers les nouvelles valeurs sociétales sans pour autant bousculer l’ordre établi. C’est à partir de cette époque que l’affiche cède la place à la photographie.

Cette nouvelle femme ne va cependant pas être vraiment prise en compte par la publicité qui va continuer à la traiter comme une écervelée ou un objet sexuel. La nudité, absente jusque là, fait tout d’un coup son apparition à tort et à raison. Mauvaise interprétation de la libération sexuelle, les publicitaires dénudent le corps féminin. Un raz de marée de femmes nues envahit les magazines et les affiches, ce que personne ne semble trouver déplacé ni même étrange.


D'un autre côté, les années 70 sont également le début de l'étude des robots manipulateurs. En effet, leur faible complexité en a fait de bons premiers sujets d'étude pour les roboticiens intéressés par les systemes autonomes. Cependant, malgrè leur simplicité apparente (mécanismes plans, actionneurs linéaires), ces systemes ont soulevé un grand nombre de problemes difficiles. Nombre de ceux-ci ne sont d'ailleurs toujours pas résolus.

Cette publicté de Moulinex a pour slogan : «Moulinex réalise une performance qualité». La publicité nous présente également la fiche technique de l'aspirateur. Sur cette publicité, il yy a uniquement l'aspirateur, un tube large avec une brosse au bout. On comprend que, pour cette publicité, Moulinex mise tout sur les caractéristiques techniques de ce nouvel aspirateur. De plus, on peut supposer que cette publicité à un public qui ne connaîtrait pas la marque mais, au contraire, pour des habitués que l'on voudrait convaincre d'acheter le denier modèle. Aujourd'hui, ce genre de publictés «minimalistes» revient de plus en plus.

Sur cette affiche, qui est une publicité de l'entreprise Hoover, on peut voir une femme qui ouvre son cadeau de noël. Ce cadeau est un aspirateur Hoover offert par son mari. La femme a l'air ravie de son cadeau. En bas de la page, il y a un petit mot de la marque pour le mari qui explique que sa femme se préoccupe de la maison et donc que si il tient à sa femme, pourquoi ne pas lui offrir un aspirateur qui permettrait à sa femme de s'occuper encore mieux de la maison ? Le slogan de cette publicité résume vient insister sur la joie que doit ressentir la femme si on lui offre cet aspirateur : «Christams morning (and forever after) she'll be happier with a Hoover» ce qui signifie «Le matin de noël (et pour toujours ensuite) elle sera plus heureuse avec un Hoover».

Cette publicité nous dit donc que le bonheur extrême de la femme réside dans un appareil d'éléctroménager, qu'il vient automatiquement du mari et que la seul chose qui compte pour une femme c'est la propreté de sa maison ainsi que l'amour de son mari. De plus, on peut remarquer que cette publicité se place sur un piedestal car elle se définit comme la meilleure : «the best», mais également celle qui procure le bonheur éternel : «and forever after she will be happier».




Un pitch : «Le matin de noël elle sera la plus heureuse avec un Hoover». Telle est la promesse faite par la société d’aspirateur Hoover sur cette affiche des années 1950. Entreprise fondée en 1908 par William Henry Hoover, elle domine le secteur du nettoyage domestique la première moitié du vingtième siècle, à tel point que le mot Hoover devint synonyme d’aspirateur en anglais.
Sur cette affiche est représentée une femme découvrant son cadeau de Noël : un aspirateur ! Les allusions à cette période de fin d’année sont nombreuses. D’abord les couleurs. Le blanc qui représente la pureté de cette femme si insouciante et heureuse de recevoir son paquet. Le rouge et le vert, les paquets ou encore les motifs sur la robe de madame rappellent que nous sommes à Noël. Au centre de l’image se positionne la personne qui nous intéresse : l’épouse, la femme au foyer, la ménagère. Elle adopte une position vraiment enfantine, allongée par terre, un peu comme un enfant qui essayerait de comprendre comment faire fonctionner son jouet. On peut lire la joie sur son visage, exprimée par un grand sourire. De par sa tenue, cette femme représente la classe moyenne des années 1950-60 qui seule peut en réalité s’offrir un aspirateur, un objet coûteux. En effet cette famille a de l’argent. Madame porte une belle robe. Elle est maquillée et bien coiffée. Ses ongles sont recouverts de vernis. Sa main gauche est posée sur l’aspirateur comme un signe d’affection et d’appartenance. L’objet lui appartient dorénavant en propre.

Cette main laisse très clairement entrevoir une alliance, signe que cette publicité s’adresse avant tout aux hommes. Bien que l’objet soit destiné à l’usage des femmes, la personne qu’il faut toucher est le client potentiel, celui qui va payer qui est bel et bien l’homme de la maison. On retrouve tout d’abord le pronom « elle » pour désigner une épouse, puis le slogan give her a Hoover and you give her the best. Enfin en bas à gauche on trouve une post-note à l’intention des maris, un PS: to husbands.

Cette affiche montre clairement la place des femmes dans la société américaine au milieu du vingtième siècle. Bien que les femmes aient obtenu le droit de vote (dans tous les états au États-Unis) en 1920 et qu’elles cherchent à affirmer leur place, avec notamment un emploi, leur image n’a pas tellement évolué dans les années 1950. Le sexisme fait toujours partie de la société et les stéréotypes de femmes au foyer n’ont pas évolué. La femme est d’abord une ménagère : elle lave, elle cuisine et s’occupe des enfants. Puisque c’est un slogan vendeur, bien des entreprises d’électroménager s’en sont servi. On retrouve ainsi au cours des mêmes années « Le chef fait tout sauf la cuisine, les femmes sont là pour ça ! »: comprendre le chef, l’homme, le patriarche, celui qui amène de l’eau au moulin, autrement dit qui va gagner de l’argent pour entretenir sa famille. En France notamment, la célèbre marque Moulinex n’est pas en reste. Elle imposa dans les années 1960-70 l’image de la bonne ménagère avec des publicités pour ses robots avec pour slogan « Moulinex libère la femme » ou encore « Pour elle Moulinex, Pour lui de bons petits plats ». L’entreprise Dormeyer est d’ailleurs allée encore plus loin pour la promotion d’électroménager en publiant une affiche, un peu dans le style des catalogues de Noël comme aujourd’hui nous les connaissons, avec le titre : « Épouses. Regardez cette publicité avec attention. Entourez l’objet que vous voulez pour Noël », suivi de : «Regardez cette publicité attentivement. Entourez ce que votre femme veut. Allez l’acheter. Avant qu’elle ne commence à pleurer ».
Les appareils d’électroménager sont nés aux Etats-Unis dans les années 1930 et sont apparus en France après la seconde guerre mondiale. A cette époque tout ce qui est électrique coûte très cher : les aspirateurs, les machines à laver le linge… Et les français n’ont pas l’habitude d’acheter des choses chères. Le crédit n’est pas encore démocratisé, mis à part en ce qui concerne le logement. Mais très vite il n’a plus été possible de faire sans, car ces appareils se sont avérés être une grande révolution dans la vie de la maison et pour le quotidien de la ménagère. Le réfrigérateur notamment permet un gain de temps phénoménal pour la femme qui n’est plus obligée d’aller chercher les fruits et le lait tous le matins. Il s’accompagne de l’évolution de l’industrie laitière (lait conditionné en bouteille verre, carton ou plastique). L’aspirateur soulage les femmes. Le ménage devient plus simple et moins fatiguant. Enfin la machine à laver… Jusqu’au XIXe siècle, le lavage du linge sale se fait avec de la cendre de bois dans un cuvier en chauffant l’eau sur le feu, ou au lavoir, lieu de rencontre. Fini le lavoir, fini les lessiveuses qui restent sur le gaz pendant des heures pour faire bouillir le linge qu’on doit ensuite laisser à sécher dans la cuisine, ce qui crée de l’humidité. Désormais cette tâche se fait facilement, à la maison et, suivant les programmes, rapidement.
L’électroménager est une révolution. Elle a changé la vie de bien des foyers au détriment de l’image des femmes dans la société. La publicité a fortement contribué à la façonner. D’un autre côté, cette évolution a fait naître une femme nouvelle. En effet les tâches ménagères s’accomplissent plus facilement et surtout plus rapidement, ce qui laisse à cette dernière plus de temps libre. De quoi étudier, se former, apprendre, faire respecter ses droits et gagner sa place dans une société nouvelle.


Sur cette affiche, qui est une publicité pour un aspirateur nommé «TORNADO», une ronde de femmes est dessinée. Ces femmes aspirent différents endroits de la maison : un radiateur, un fauteuil ou encore des rideaux. Une seule image représente un homme qui aspire et il aspire un vélo. Au centre de cette ronde de femmes qui passent l'aspirateur, se trouve l'aspirateur «TORNADO». On touve différents slogans sur cette affiche qui est assez chargée en informations. Le premier est «mieux qu'un aspirateur, plus complet qu'une cireuse». Ce slogan est le premier que les potentiels clients lisent et ils permet de présenter le plus brièvement possible le produit. Le deuxième slogan est une accumulation d'adjectifs décrivant l'aspirateur : «léger, maniable, puissant, ...». Ces adjectifs valorisent l'aspirateur et donnent envie au client d'acheter. Ensuite, en bas de l'affiche, est présenté une nouveauté : c'est le filtre-sac. Ce filtre sac permet à la ménagère de ne pas se salir et de gagner du temps lors de son ménage. Cette publicité est donc complète car elle attire le client non seulement par ses images mais également par ses nombreux slogans et descriptifs.

Par ailleurs, on peut aussi relever que le visuel des aspirateurs n'a pas énormément changé entre 1950 et nos jours.

Dans les années 50, soit peu de temps après la Seconde Guerre Mondiale, l’économie commence doucement à se relancer. Les 11 millions de soldats américains ayant participé à cette guerre rentrent progressivement chez eux, et souhaitent reprendre leurs emplois, ainsi que leur place dans la société. Or, les femmes, durant l’absence de leur mari, ont commencé à s’émanciper et investir le marché du travail, soit 38% des emplois restés vacants. Cela n’est pas du tout du gout des autorités américaines, qui vont s’empresser de mettre en place une véritable propagande, qui vise à pousser les femmes à retourner chez elles : ainsi, les médias tentent par tous les moyens de persuader les femmes que leur place est au foyer, et non dans le monde du travail, qui s’avère bien trop rude pour elles. Une réelle discrimination s’instaure, les empêchant de rester dans la vie active. Pourtant, depuis le 10 décembre 1948, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme a été adoptée à Paris par l’Assemblée Générale des Nations Unies ; elle précise les droits fondamentaux de l’Homme sans pour autant y ajouter une portée juridique. Une femme Américaine est néanmoins à la tête du Comité de rédaction composé de 18 membres ; il s’agit d’Eleanor Roosevelt. Dès lors, la femme se place comme sujet phare de la publicité. Cependant, l’image véhiculée par les publicitaires est entièrement stéréotypée : en effet, les publicitaires sont prêts à tout pour vendre leurs produits, quitte à dégrader l’image de la femme à travers des propos machistes. Le rôle de la femme ne semble se résumer qu’aux faits d’être une épouse dévouée, une mère aimante, une cuisinière hors pair et une bonne ménagère, dont l’avis n’a aucune importance aux yeux du reste du monde; et ce, malgré le droit de vote des femmes effectif en 1919 aux Etats-Unis. En effet, la période d’après-guerre permet aux femmes de se consacrer pleinement a leur rôle de femme au foyer, grâce à l’invention d’appareils ménagers, censés leur simplifier la vie et la rendre confortable. De plus, suite au «baby-boom» de 1945, les publicités pour des produits destinés aux mères ne cessent d’augmenter; cela appuie l’idée que le statut social d’une femme se caractérise seulement par le fait de fonder une famille.

La publicité des années 50 dévoile d’abord la femme ménagère, dont le plus grand bonheur est de nettoyer chez elle sans cesse : En effet, la femme ménagère adore occuper son temps à passer le balais ou bien à faire les poussières, ainsi qu’à préparer de bons plats pendant que ses enfants sont à l’école, et que son mari est au travail. Elle a un rôle secondaire dans le foyer, puisque son travail quotidien de femme au foyer n’est pas reconnu par son mari, qui passe sa journée au bureau. Les années 50 sont un tournant vers la société que nous connaissons dorénavant. En effet, les Etats-unis sont depuis 1945 insérés dans une période appelée les Trente Glorieuses (1945-1973). Cette longue phase de forte croissance économique et d’amélioration des conditions de vie qu’ont connu la grande majorité des pays développés, ont permis de nombreux progrès économiques, sociaux, et technologiques notamment. La société de consommation va essentiellement connaitre une révolution dans l’automobile, ainsi que dans l’électroménager, avec l’apparition de la télévision, la machine à laver, l’aspirateur et le réfrigérateur. Ces diverses inventions vont permettre une évolution considérable dans le confort des femmes au foyer. Cela va faciliter leur vie quotidienne, mais va surtout permettre à ces femmes de consacrer la majeure partie de leur temps à leurs enfants, ainsi qu’à leur mari.


2003

Les robots aspirateurs roomba, de 2003 à 2010

2004

Vidéeo publicitaire robot Deebot

2010

2020

Aspirateurs, robots & affiches

2000 - 2020

2004

Une campagne ratée en faveur de l'égalité H-F

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Cette publicité datant de 2004 et crée par LG Electronics Inc nous montre un homme agenouillé tenant un aspirateur. Cette marque s’est lancée dans la bataille pour la parité des tâches ménagères. Son slogan, « Un petit pas pour l’homme, un bond pour sa femme ». La marque entend prouver par là que l’homme moderne peut participer aux travaux domestiques grâce à ses produits électroménagers, sans perdre de sa virilité ! La campagne fut décliné en presse magazine, puis en affichage dans le métro parisien, sur le périphérique et dans les villes de plus de 100 000 habitants. Les galeries Lafayette consacrèrent même 4 vitrines à des cours d’arts ménagers, donnés par des hommes pour des hommes ! (Campagne conçue par l’agence V) Or, cette affiche est une des plus sexistes que nous avons pu étudier. En effet, cette publicité place l'homme en héros. Tout d'abord, sa tenue et son corps musclé nous renvoie à l'image des dieux grecs, symboles de puissance, de virilité et de masculinité suprême. Ensuite, le slogan, une référence évidente à la phrase de Neil Amstrong lors de sa sortie sur la lune, place à nouveau cet homme dans la position du héros, à l'image du premier homme à avoir marché sur la lune. Ensuite, l'image que renvoie cette publicité. En effet, que ce soit l'homme qui soit mis en avant alors que depuis des centenaires ce sont les femmes qui font le ménage est absolument révoltant. Pourquoi faire croire à un message féministe quand on continue à relayer le stéréotype de l'homme puissant, viril, sauveur, héros ?

De plus, l'aspirateur est placé dans le prolongement du bras de l'homme comme si cet objet lui était destiné et comme si l'homme avait dû apprivoiser la "bête féroce et sauvage" qu'est l'aspirateur.

En bref, cette publicité est très largement critiquable sur de nombreux aspects et alors que cette campagne se voulait être en faveur du féminisme ainsi que de l'égalité homme-femme, cet tentative se retrouve être un fiasco.

C'est le deuxième aspirateur robot de la marque Roomba et il fait son entrée à peine 1 an après son grand frère.

C'est le 1er robot aspirateur conçu pour l’aspiration de poils d’animaux, avec un nouveau système de brosse et des outils de nettoyage inclus.

Cet aspirateur Roomba a été le modèle le plus vendu entre 2002 et 2004, au total pas loin de 1.5 millions d’aspirateurs robots se sont écoulés dans le monde. Ce nouveau modèle est capable de retrouver sa base automatiquement quand sa batterie est vide et son temps de charge est désormais de 3h. De plus, il est le premier robot aspirateur doté de la programmation, ce qui permet de lancer le robot automatiquement dans la journée à une heure définie et cela pour tous les jours de la semaine.



Ce robot fut un best seller dans le domaine de la robotique domestique pendant 3 ans! Un prix attractif, une aspiration de qualité, une base de charge, un timer, une télécommande et une brosse latérale qui ont séduit un grand nombre de Français jusqu’à la fin 2013.

L’histoire des robots aspirateurs a commencé avec la société Américaine Irobot et ses célèbres Roomba. Les robots aspirateurs Roomba sont restés la référence pendant de nombreuses années et doivent aujourd’hui faire face à de nombreux concurrents tels, Samsung, e.Zicom, Agait Asus, LG, mais également et plus récemment Ecovacs, Moneual, Neato Robotics, Yoo Digital. Depuis le début, beaucoup d’évolutions, d’innovations on été réalisées, face aux demandes accrus et exigeantes des consommateurs.

Roomba fut l’une des premieres marques a etre équipée d’un système de déplacement semi-intelligent avant les robots Samsung, le Celestial Navigation System, plus poussé et toujours plus flexible, en effet il permettait de choisir à l’avance quelles pièces nous souhaitons nettoyer et le temps fournis par le robot aspirateur dans chacune d’entre elles. En 2011, les grandes nouveautés étaient le HomRun de Philips et le HomBot de LG, la gamme HomBot existe toujours et propose régulièrement de nouveaux modèles qui ne présentent cependant plus d’innovations majeurs. Quand au HomRun, ça durée de vie n’a pas était très longue et Philips n’a d’ailleurs plus fournit d’investissement pour ce type de produit.



Les Roomba, ces petits robots aspirateurs très populaires aux Etats-Unis, ne sont pas simplement des aides ménagères indispensables et le moyen de locomotion préféré de nos animaux de compagnie. Depuis qu’ils sont connectés au Wi-Fi, ils cartographient nos lieux de vie, appartements ou maisons, et envoient ces données directement à iRobot, le fabricant. Mais Colin Angle, le créateur de Roomba, voit plus grand. Il a révélé lundi 24 juillet 2017 à Reuters qu’il souhaitait vendre les données à l’une des trois (ou aux trois) grandes entreprises de la Silicon Valley : Amazon, Apple et Google.

On découvre donc que ces petits robots domestiques sont de véritables robots espions, puisque les données collectées sont envoyées quotidiennement à iRobot, et analysées. Les cartes de nos logements sont ainsi mises à jour continuellement.

À première vue, ces informations servent essentiellement à faire évoluer le service proposé par les aspirateurs intelligents. L’entreprise aide les robots à comprendre ces données: ils repèrent mieux les obstacles et parviennent à détecter les zones qui nécessitent le plus de nettoyage et calculent la fréquence à laquelle le Roomba doit passer dans certaines zones. L’aspirateur intelligent est désormais capable de savoir quelle pièce est la chambre des enfants : il s’agit de celle dans laquelle il butte le plus souvent sur des jouets.

Pratique ? Pour l’instant. Colin Angle espère cependant pouvoir bientôt vendre ces données à Google, Amazon ou Apple. Le PDG d’iRobot vient en effet de révéler à Reuteurs vouloir profiter des cartographies complètes de nos lieux de vie pour pouvoir les vendre aux plus offrants d’ici deux ans.

En offrant une cartographie précise à Amazon pour son haut-parleur Echo, l’objet pourrait adapter sa capacité sonore en fonction de l’acoustique de la pièce. Si la pièce ne comporte pas beaucoup de meubles, l’enceinte pourrait par exemple émettre des pubs pour des biens mobiliers.

Parmi les robots domestiques, le robot aspirateur est l’un de plus plébiscités dans nos foyers. Le nouveau robot aspirateur de Deebot dénommé Ozmo T8 AIVI arrive en France. Il apporte bien entendu tout un tas de caractéristiques que l’on attend dans un tel aspirateur qui se promène de manière autonome dans notre intérieur. Ce modèle est doté d’une technologie qui doit faire ses preuves dans un tel contexte: un soupçon d’intelligence artificielle.

On retrouve des fonctionnalités telles que la cartographie multi-étage, la programmation de nettoyage par zone, l’autonomie autonomie allant jusqu’à 3h, plusieurs puissances d’aspiration et de débits d’eau car cet aspirateur est aussi une serpillière connectée sur roues.

Sa connexion à la Smart Home est un petit plus qui saura trouver ses adeptes qui souhaiteront le connecter à Alexa ou à Google Assisant rien que pour avoir le plaisir de lui indiquer à la voix d’aller nettoyer la cuisine. L’Ozmo 8T ayant parcouru votre intérieur a dressé les plans de votre maison. Il sait exactement où se trouve la cuisine si vous avez mis des noms aux pièces de votre maison.

L’Intelligence Artificielle, car c’est bien la point différenciant par rapport à la concurrence, est mis à contribution dans le système de navigation. Ozmo T8 AIVI est le premier robot que Deebot lance en France doté de cette technologie. Le fabricant à travaillé son système AIVI (Artificial Intelligence & Visual Interpretation) qui lui permet de reconnaître différentes catégories d’objets. Ce sont les objets que le robot croisera en se promenant dans la maison et qu’il doit éviter. On parle de choses telles que les câbles, les chaussettes, etc… L’IA est là pour lui permettre de les reconnaître et d’adapter son passage en fonction de ce qu’il a détecté. Il ne s’étouffera plus avec une chaussette traînant au sol. Il ne s’emmêlera plus les rouleaux dans les câbles électriques de la lampe non plus.



Timeline Infographic

LOREM IPSUM DOLOR

1990

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer suscipit lobortis nisl

2000

Adipiscing elit, sed diam nonummy nibh

wuismod tincidunt

2010

Euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquip ex ea comodo

1995

Suscipit lobortis nisl ut aliquip ex ea comodo lorem ipsum dolor

2005

Duis autem vel eum iriure dolor in iusto laoreet dolore magna

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam.

SOURCES

« Macho, fée du logis, superwoman ou mâle idéal, l’évolution des rapports hommesfemmes dans les stéréotypes sexuels publicitaires des années 1960 à nos jours. » Dr Clara CLIVAZ- CHARVET / Chercheuse associée Institut de langue et de littérature françaises / Université de Berne (Suisse) (Article stéréotypes sexuels pub / 2018 / C3 (unibe.ch) )

HUFFPOST : SONDAGE EXCLUSIF. Publicités sexistes : les Français les réprouvent... mais ne les voient pas, Aude Lorriaux, 03/03/201 (SONDAGE EXCLUSIF. Publicités sexistes : les Français les réprouvent... mais ne les voient pas | Le Huffington Post LIFE )

Les années 60 : la vie domestique des femmes, SYLIA, 25 novembre 2017, Silence … Action ! (Les années 60 : la vie domestique des femmes – Silence… Action ! (wordpress.com) )

La société d'hyperconsommation, Gilles Lipovetsky, Dans Le Débat, 2003, Cairn.info (La société d'hyperconsommation | Cairn.info )

(Microsoft Word - Chapitre 1 Introduction g\351n\351rale) (ens-kouba.dz)

Souvenirs, souvenirs… - Persée (persee.fr)

file:///C:/Users/Anaïs/Dropbox/Mon%20PC%20(NEO14A-4WH64)/Downloads/人05浜名.pdf

LG au secours des femmes | Pub en stock

1955 ♦ Aspirateur de Noël (publicité) – La Lucarne (hypotheses.org)

Les années 50 : stéréotype unique de la femme au foyer – L'image de la femme dans la publicité américaine au fil du temps (wordpress.com)

Les robots aspirateurs, un peu d'histoire.... de 2002 à nos jours - Bestofrobots

Le robot aspirateur doté d'intelligence artificielle Deebot Ozmo T8 AIVI arrive en France (abavala.com)