Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

  • Contexte de l’expérimentation
  • Apprendre une comptine
  • Situation d’écriture
  • Un retour sur l’activité : lecture et trace
  • Situation d’explicitation du projet
  • Situation d’explicitation : les outils d’écriture
  • Ateliers d’écriture
  • Une expérimentation en langue basque

Elles ont décidé de mettre en place ce nouveau projet d’apprentissage qui intègre la mise en voix de la comptine et sa communication auprès des familles à l’aide d’une application numérique.

Le texte référent est le dernier couplet de « la maison citrouille ».

Deux enseignantes ont expérimenté le projet “Tourne Comptines” en 2020-2021.

Cette expérience a donné lieu à de nombreuses productions d’écrits d’élèves, autour de la comptine “Une souris verte”.

Contexte de l'expérimentation

Elles ont décidé de mettre en place ce nouveau projet d’apprentissage qui intègre la mise en voix de la comptine et sa communication auprès des familles à l’aide d’une application numérique.

Le texte référent est le dernier couplet de « la maison citrouille ».

Deux enseignantes ont expérimenté le projet “Tourne Comptines” en 2020-2021.

Cette expérience a donné lieu à de nombreuses productions d’écrits d’élèves, autour de la comptine “Une souris verte”.

Contexte de l'expérimentation

Apprendre une comptine

Télécharger des activités d'apprentissage de comptines
Voir les vignettes 3, 4 et 5 du PDF

Consulter des méthodes d'apprentissage de comptines
proposées par MusiquePrim

Objectif d'apprentissage

Identifier des unités de langue (lettres / mot / phrase / texte / apostrophe)

Niveau des élèves
Compétence: Pouvoir redire les mots d’une phrase écrite après sa lecture par l’adulte, les mots du titre connu d’un livre ou d’un texte.

Progressivité possible (cf Carnet de suivi des apprentissages) :

> L’élève est capable de montrer un mot de la phrase écrite après sa lecture par l’adulte, sans pouvoir encore le nommer.

> L’élève est capable d’identifier et dire le 1er et le dernier mot de la phrase.

> L’élève est capable de nommer les mots de la phrase, en utilisant des étiquettes-mots.*

> L’élève est capable de nommer les mots de la phrase écrite au tableau (sans le support des étiquettes-mots).

* Niveau attendu en fin de cycle

Outils pour les élèves

Pour mener à bien cette tâche d’encodage, les élèves ont besoin du référentiel phonologique, construit progressivement dans la classe, accessible pour être mobilisé dans l’instant.

Trace de l'activité

Le texte est photographié puis les étiquettes repositionnées sur une affiche qui pourra être remobilisée pour mettre en œuvre des activités ritualisées de repérage de mots.

La situation d'écriture

Les élèves sont en grande activité intellectuelle; penser une activité de 15 à 20mn.

Veiller à ne pas interrompre le travail d’écriture en plein milieu d’une phrase ou d’une strophe (il est difficile de remobiliser les élèves pour poursuivre une activité non terminée).


Rôle de l'enseignant:

Guidage fort de l’enseignant en début d’écriture.

Puis, l’enseignant délègue peu à peu aux élèves le découpage des mots et leur dénomination.

Mise en oeuvre

  • 2 groupes de 6 enfants sont constitués. Le 1ergroupe écrit la première phrase. Puis explique au 2ème groupe comment ils ont fait pour écrire la phrase. Le 2ème groupe écrit la 2ème et 3ème phrase.
  • L'enseignant au préalable a préparé des étiquettes mots (étiquettes vierges)
  • L’enseignant et les élèves définissent le nombre de mots dans la 1ère phrase de la comptine (le mot n’est pas la syllabe)
  • 10 étiquettes vierges sont déposées au sol. «On écrira un mot sur chaque étiquette »
  • Chaque mot identifié est écrit par l’enseignant devant les élèves (l’enseignant verbalise toutes les étapes et procédures mises en oeuvre) : nommer et faire nommer chaque mot
  • L’enseignant impulse des premières tentatives d’encodage : « combien de syllabes y a-t-il dans le mot chaussure ? » … « Comment j’écris [chau]...[su] …[re] ? »
  • L’enseignant pointe régulièrement, et sans attendre la fin de la phrase, les mots écrits et les lit. Puis demande à chaque élève de les lire en les pointant. Il questionne « Quel est le mot que nous allons écrire ensuite ? »
  • En fin d’écriture, les points de fin de phrase sont identifiés afin de repérer chaque phrase « Le texte a 3 phrases. La première phrase a 10 mots, la 2ème a 7 mots, la 3ème a 7 mots. »
  • Des mots très courts sont repérés «le »/ « les » et très longs « chaussure ». Des mots identiques dans le texte sont identifiés.

Un retour sur l'activité : lecture et trace

Activités décrochées

  • Mélanger les élèves, leur distribuer à chacun une étiquette. (Phrases déjà mémorisées par les élèves, et vues à l’écrit)
  • Jeu de Jacques a dit autour des notions, de mots, phrases:

Jacques a dit “Le mot qui a quatre lettres se lève”

Jacques a dit “les mots qui ont un u se lèvent”

  • Modifier les rôles : les spectateurs deviennent acteurs

Trace de l'activité

Un double affichage est construit :

  • abstrait (phrase )
  • vécu par le corps (photo de ce que l’on a vécu)

Rôle de l’enseignant :

  • Guider le questionnement qui aboutira à l’institutionnalisation de comment est construite une phrase.

Combien de mots dans la phrase, comment reconnaître un mot (espace entre les mots), comment se termine la phrase (point), à quoi sert la corbeille, ou le ballon = représente le point, comment débute la phrase (la grande lettre), comment est fabriqué un mot (avec des lettres).?

  • Inverser les groupes afin de rendre chaque élève actif.

Mise en œuvre :

A partir de la phrase : “je peins les voitures à la confiture”, l’activité sera vécue corporellement.

Deux groupes seront constitués, un groupe sera acteur, un groupe sera spectateur.

  • « Vous allez représenter les mots de la phrase. Vous allez donc vous installer en ligne et vos camarades vont vous remettre un mot chacun. Lorsque chacun d’entre vous aura été servi, nous pourrons lire la phrase. »

Les élèves spectateurs recevront chacun une étiquette mot qui aura au préalable été agrandie par l'enseignant.

  • Faire placer les élèves de façon à reformer la phrase : le premier élève (lettre majuscule) lèvera les mains, le point sera matérialisé par un ballon, ou un objet.

« vous devez remettre votre mot à un de vos camarades-mots, dans l’ordre des mots de la phrase »

Situation d'explicitation: le projet d'écriture

Trace de l'activité

L’affiche où est écrit le texte dont les mots ont été modifiés, reste en place pour la suite du projet.


AUDIO

Rôle de l’enseignant :

  • Guider le questionnement qui aboutira au repérage des mots à substituer
  • Conduire la relecture régulière des phrases pour faciliter le repérage

Mise en œuvre :

  • Écoute 1 :

Écouter l’audio de la même strophe qui aura déjà été modifiée.

On va écouter quelque chose : Connaissez vous ce texte? Est-ce que vous reconnaissez des mots? (identifier que c’est la maison citrouille, mais que l'on ne connaît pas).

Comparer ce que l’on entend avec ce que l’on connaît. (l’enseignant se laisse la possibilité de rechanter la chanson plusieurs fois si nécessaire)

  • Ecoute 2/3/4… :

Le texte initial avec les étiquettes (trace écrite) est mobilisé pour repérer les mots qui ont changé. Retourner l’étiquette du mot modifié, écrire les nouveaux mots entendus sur une étiquette colorée.

Relire tous ensemble la comptine inventée

  • Lancement du projet

Ecrire une nouvelle comptine à partir de la comptine existante.

Situation d'explicitation: les outils d'écriture

Des listes de mots sur un portant

Des cahiers de mots individuels

Des référents phonologiques

L'alphabet

Trace de l'activité

Une trace est construite avec les élèves qui leur permettront de revenir sur la méthodologie pour produire des écrits. Cette trace pourra être remobilisée par l’enseignant lors des essais d’écriture.


Rôle de l’enseignant :

  • Expliciter le projet d’écriture pour conduire les élèves à identifier les outils de classe qui permettront de les aider pour l’écriture : référents lexicaux, référents phonologiques,…
  • Construire une première trace qui permette aux élèves de visualiser les outils d’écriture utilisables

Mise en œuvre :

  • L’enseignant interroge les élèves sur les outils qui pourraient les aider pour écrire un nouveau couplet : « qu’est-ce qui existe dans la classe et qui peut nous aider à écrire les mots ? »
  • L’élève qui a une idée sur un outil va le chercher dans la classe.

Ensemble on s’interroge « comment l’utiliser pour que ça nous aide ? »

  • L’enseignant amène les élèves à imaginer collectivement un nouveau texte en remplacement de la 1ère phrase. Des listes de mots sont écrites par la maîtresse. Les référents permettent aux élèves de préciser l’écriture des mots.
  • Lorsqu’ils n’existent pas sur les listes existantes, on s’interroge sur leur écriture : « quelles sont les syllabes qui constituent le mot « tortue »? Qu’est-ce que j’entends dans la syllabe [tor] ?...



Différenciation

3 niveaux d’élèves ont été identifiés.

N3 : les élèves qui possèdent des indices d’encodage. Ils entendent les sons et sont capables d’associer les graphèmes correspondants. Ils connaissent le nom des lettres et se repèrent sur une bande alphabétique et sur le mur des sons.

N2 : les élèves qui possèdent quelques indices d’encodage. Ils entendent quelques sons (les voyelles et quelques sons consonnes) et sont capables d’associer les graphèmes correspondants aux lettres qu’ils connaissent.

N1 : les élèves qui ne possèdent pas d’indices d’encodage. Ils savent se repérer sur les listes de mots existants et recopier le référent dont ils ont besoin pour leur production. Ils ne connaissent pas toutes les lettres et n’entendent pas tous les sons.

Document d'écriture

https://nuage-bordeaux.beta.education.fr/s/JDTtfQAFnsdc25T

Des productions d'élèves

les ateliers d'écriture

Les élèves sont en grande activité intellectuelle; penser une activité de 30mn maximum

Veiller à ne pas interrompre le travail d’écriture en plein milieu d’une phrase ou d’une strophe (il est difficile de remobiliser les élèves pour poursuivre une activité non terminée).



Rôle de l’enseignant :

  • Guider le questionnement pour repérer les mots à substituer
  • Conduire la relecture régulière des phrases pour faciliter le repérage
  • Formaliser la méthodologie d’écriture pour les mots dont les élèves doivent inventer l’écriture (nombre de syllabe du mot, ce qu’on entend sur la première…)




Mise en œuvre :

  • L’enseignant remet à chaque élève la trame du texte dont les mots à remplacer sont représentés par des cases vides (rappel aux étiquettes utilisées pour l’écriture de la comptine).
  • Une base en script minuscule pour les Niveaux 2 et 3
  • Une base en capitale pour le niveau 1
  • L’enseignant remobilise la trace méta pour lancer les élèves dans la production d’écrit.
  • « On va se chercher des idées, se faire un film dans la tête pour trouver les mots que l’on veut écrire pour remplacer ceux de la première phrase ».
  • Les élèves relisent la phrase en pointant chaque mot pour repérer la place de ceux qui doivent être inventés.
  • Il prend note des idées des élèves et les oriente vers les listes de mots déjà catégorisés. «Dans quelle famille, vas-tu trouver ce mot : légumes, vêtements,… ? »
  • Les mots non existants dans la classe sont décortiqués en syllabes « combien y a-t-il de syllabes dans le mot rateau ? » Un codage (pont envers) permet aux élèves de rechercher l’écriture de chaque syllabe.
  • Lorsque l’élève a terminé sa production, il la relit à l’enseignant en pointant chaque mot. L’enseignant relève les erreurs orthographiques en précisant, sans s’y attarder, l’écriture correcte des mots.



Une expérimentation en langue basque

Télécharger le diaporama en version Powerpoint (avec 2 extraits audios)

Télécharger le diaporama en version PDF