Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Abécédaire

étude de documents sur
l'Atelier

Jean Claude Grumberg

Avis :

J'ai trouvé cette pièce de théâtre bizarre parce que les personnes sortait et venait comme il veulent par rapport a Iphigénie qui dès que un personnage rentrait ou sortait on changeait de scène. De plus je m'attendais a lire une histoire avec un début un nœud et a un dénouent, mais il y a rien eu de telle, pas de complication, pas de dénouent rien que des personnages qui font des blagues tout en parlant de la guerre, des déportés et des sujets du temps de l'avant guerre. donc je pense que je n'ais pas aimé cette pièce pour c'est raison et le fait que ils crie beaucoup durant la pièce comme si ils voulaient juste en criant oublié le passé.

A comme
Apatrides


-Et en second, en rapport avec l'histoire et en particulier le mari déporté de Simone qui avait la nationalité Roumaine et qui s'était réfugié en France.

J'ai pris Apatrides pages 78 pour deux raisons :

-Prenièrement pour la découvert d'un nouveau mot que je ne connaissais pas du tout.

Durant tout ce livre j'ai appris des nouveaux mots comme celui ci ou redécouvert
les définitions de certians dans des contextes nouveaux comme le presseur.

  1. Qui est dépourvu de nationalité légale, qu'aucun État ne considère comme son ressortissant.

B comme
s

J'ai choisi ce mot parce qu'il appartient au langage familier et le lire dans une pièce c'est peu commun.

C comme
Clients

le mot client me fait penser au fait que quoi qu'il arrive, tu as toujours des clients à satisfaire. Que si tu n'en as pas, tu ne reçois pas d'argent.

Comme dans la scène où Léon n'a pas terminé les commandes et que Max vient les chercher car il ne peut pas servir ses clients donc pas d'argent.

Scène
Max et Léon

D comme
Déporté

J'ai choisi ce mot pour sa valeur dans la pièce ; mais aussi, pour tous les déportés qui ont vu l'horreur ou qui en ont entendu parler ou même ce qui ont soufferts.

Dans la pièce on sait que deux personnes ont été déportés : le mari de Simone, mais aussi le premier presseur qui lui a survécu à cette horreur.

C'est un mot important que toute personne connait la signification. Mais aussi un mot tabou que dans cette scène ils n'hésitent par à dire haut et fort.

Un déporté d'auschwitz

E comme

J'ai choisi le mot essai en rapport avec la première scène qui se nomme ainsi. Mais aussi parce que je trouve que cette scène ressemble à une scène d'exposition comme on trouve chez Racine et Molière, on découvre grâce à des didascalies qui sont les personnages, où nous sommes et qu'elle est le contexte.

F comme
Femmes

J'ai pris le mot femmes parce que presque l'entièreté de la pièce est parlée par des femmes à l'exception de temps en temps de Léon ou un presseur qui fait une remarque. Mais le fil conducteur est dit par les femmes.

Je trouve aussi que le fait d'avoir des femmes qui travaillent et des rôles réservaient aux hommes, nous permettent de très bien se situer dans les années 40. Car avant les femmes ne travaillaient pas et maintenant les métiers ne sont plus réservés à un sexe en particulier.

G comme
Gosses

J'ai pris ce mot pour deux raisons d'une car une scène est presque entièrement consacrée aux enfants, les enfants sont souvent dans les sujets de discussion.

Mais aussi c'est un gosse qui termine la pièce de théâtre en nous apprennent que Simone est à l'hôpital, il marque la fin de la pièce puis que le personnage principal ne peut plus jouer.

H comme
Hélène

Hélène en référence à celle qui est dans la pièce.Elle est très touchée par la mort des Juifs puisqu'elle est elle-même juive. Elle n'arrive pas à exprimer ses émotions et quand elle le fait, elle n'est pas écoutée, comme si elle est en trop, qu'elle gêne. C'est un personnage touchant.

I comme

J comme
Juifs

J'ai choisi les mots juifs car la pièce est entièrement en rapport avec les Juifs, leur guerre, le déportement, le génocide.

C'est un sujet marquant et malheureusement douleur pour beaucoup, le voir écrit comme dans la pièce le rend plus enfantin moins meurtrier.

En faite Grumberg a réussi à transformer un sujet douleur en une pièce comique.

archive de juifs déporté

K comme

L comme
larmes

Même si la pièce est joyeuse ça reste un sujet dramatique et difficile à parler.

C'est pourquoi j'ai choisi larmes pour rappeler que même s'il y a de l'humour, il ne faut pas oublier que ça a marqué des millions de personnes et 3 millions de Juifs sont morts. La scène le rappel bien grâce au nombreuses fois où les personnages se mettent à pleurer.

M comme
morts

J'ai choisi le mot mort pour sa signification dans le livre, parce que la pièce parle énormément des morts.
Il s'en moque beaucoup comme si il essaie d'oublier le souvenir douleur de ses morts, qui ont été tués injustement.

Mémoriel en mémoire des morts de la Shoah

N comme
Naturelle

J'ai choisi ce mot en référence à la sélection naturelle qui existe depuis toujours chez les animaux.

Durant la déportation des juifs, ils étaitent si mal considérés, qu'ils étaient traités comme des bêtes, c'est quelque chose de touchant et important. Il ne faut pas oublier que des hommes avaient le jugement sur la vie d'autre hommes par le simple fait de leur âge ou de leur sexe.

O comme
Ouate

J'ai choisi le mot ouate pas vraiment en rapport avec l'atelier même si ça parle de couture.

Mais en particulier en rapport avec le fait que je ne connaissais pas ce mot, cette matière qu'on a surement tous portés et que en plus j'utilise avec mon crochet.
Ce n'est pas le seul mot que je ne connaissais pas dans ce livre. Pourtant ça a l'aire d'un mot courant dans les années 45.

Bourre de matière textile (surtout de coton) préparée pour garnir les doublures de vêtement, la literie, pour rembourrer les sièges.

P comme
Presseur

On revient un peut comme le mot d'avant à l'exception que j'avais une autre définition du mot. Pour moi, presseur était un ouvrier qui travaillait à la presse.


Ce livre m’a permis de connaitre de nouvelle signification de mots que je connaissais déjà et un nouveau vocabulaire.

ouvrier chargé de repasser les étoffes (à l'aide d'un fer à repasser)

Q comme

R comme
Rire

Je trouve que ce mot représente très bien la pièce car j'ai l'impression que Jean-Claude Grumberg essaie de dédramatisé la pièce en utilisant le comique.
C'est pourquoi j'ai pris le mot rire qui représente les scènes puisqu'il y a toujours quelqu'un pour faire une blague.

S comme
Simone

J'ai pris Simone car c'est un peu l'héroïne de cette pièce. Mais aussi on voit que les personnes qui travaillent avec elle lui vouent du respect car elle travaille, elle élève ses enfants seule et court de bureau en bureau pour avoir l'aide alors qu'elle est toute seule et qu'elle a perdu son mari. Une chose surement très difficile à vivre et encore plus avant ou la plus grande partie du revenu des Français était rapporté par l' homme.

T comme
Tissus

Pour le mot tissus, je l'ai pris pour montrer l'importance qu'à la couture dans cette pièce alors qu'on ne parle pas du sujet principal. Dans les scènes qu'importent de quoi ils parlent, le sujet va revenir sur la couture à un moment, ce qui pour moi je trouve différencie des pièces qu'on a étudiée en cours parce qu'on ne s'intéressait pas à ce qu'ils faisait mais à ce qu'ils disaientt par rapport à la pièce où il y a beaucoup de jeux de mains.

U comme
UGIF

(L'Union générale des israélites de France )

J'ai pris cette abrévation pour montrer que les lois sont parfois mal honnêtes surtout en temps de guerre comme l'Ugif qui a servi à démasquer les Juifs qui se sont cachés et de prendre leur bien pour leur propre finance. Je trouve cela scandaleux et immoral parce que les lois sont faites pour la santé et le bien-être des citoyens.

V comme
Vissent

Comme pour le mot ouate ce sont des termes qu'on utilise régulièrement sans savoir qu'il y a un mot spécifique.
Je trouve ça important à montrer la différence de language entre les différentes générations alors qu'il y a moins de cent ans entre les deux.

vissent : font des plis disgracieux.

W comme

X comme

Y comme
Yiddish

Encore une fois ce mot fait référence aux Juifs et à un nouveau mot de vocabulaire, Pour moi, la langue des Juifs était l'hébreu et non le Yiddish.
De plus le fait que cette langue apparaisse dans le livre par le biais de la musique m'a surprise en particulier par des cédéroms car je pensais que tous les cédéroms, livres ou objets qui avaient un rapport avec les Juifs avaient été détruits comme nous l'expliquent nos livres d'histoire alors dans le contexte actuel où est la scène je trouve cela insensé.

L'aphabet Yiddish

la langue germanique parlée par les communautés juives ashkénazes.

Z comme
Zazou

Pour le dernier mot j'ai choisi un mot que je ne connaissais pas du tout.
Je pense que je ne le connaissais pas juste car je ne connais pas trop le jazz et tout ce qui l'entoure.
C'est vrai que ça n'a pas trop de rapport avec la pièce puisque le seul moment où il sert c'est dans la scène où on fête le mariage de Mimi.
Mais j'ai quand même tenu à le mettre pour le fait que c'est un nouveau mot.

Jeune qui se signalait par sa passion pour le jazz et son élégance tapageuse.

Comme je l'ai dit dans l'avis je n'ai pas trop aimé la pièce pour différentes raisons, mais ça reste une époque importante et difficile. J’espère donc que nous nous en souviendrons pour ne pas refaire la même erreur dans le futur.

Fin