Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

LA raie manta

modula-birostris

CARTE D’IDENTITÉ


Sa taille est de 5 a 8 mètre .Elle pèse 1 a 2 tonnes .

Elle peux vivre 50ans minimum.Son corps aplati.Son dos sombre.son ventre est clair.Ses larges nageoires latérales elle est surnommer le diable de mer.


;SON HABITAT NATURELLE

Plutôt habituée à des températures supérieures à 20°C,

la raie manta vit principalement dans les eaux tropicales et subtropicales du globe

Ces raies peuvent sauter hors de l’eau

c’est parfois à cette occasion qu’elles donnent naissance à leurs petit

L'HABITAT DE LA RAIE MANTA.



LA RAIE MANTA habituée à des températures


supérieures à 20°C, la raie manta vit principalement dans


les eaux tropicales et subtropicales du globe.

Au large de la caroline du Sud Bermude;cote est et

Madere

elle vie dans les zone tropicales et dans chaude



REPRODUCTION


La raie manta est ovovivipare. Les jeunes se nourrissent ensuite de leurs réserves vitellines. La femelle donne généralement naissance à deux petits dont la taille atteint un mètre d'envergure pour un poids d'une dizaine de kilos.

LES RAIE MANTA MANGE


Les raies s'alimentent essentiellement sur le plancher

océanique.

elles se nourrissent aussi dans la colonne d'eau

crustacés, comme des crabes, des crevettes, des

homards, des amphipodes, des isopodes et des

mysidacés.


Sources

wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Raie_manta_oc%C3%A9anique

conversation nature

https://www.conservation-nature.fr/animaux/poisson/raie-manta/


Pourquoi la raie Manta est t'elle en vois de disparition


La raie Manta est en vois de disparition a cause de la surpêche et des pêche accidentelle .

Les principales menaces qui pèsent sur la raie manta, proviennent du fait qu'elle ne pratique que des migrations peu importantes. Les populations se rencontrent peu et les naissances ne suffisent pas à compenser les pertes des raies qui disparaissent du fait de la pression exercée sur leur milieu. Cette dernière est essentiellement liée à la pêche, à la pollution et à l'exploitation des milieux côtiers. Le risque d'extinction locale est de ce fait très élevé.