Want to make creations as awesome as this one?

Synthèse du préambule du guide de l’évaluation au service des apprentissages des lycéens s'inscrit dans le prolongement et en complément de la note de service « Modalités d'évaluation des candidats à compter de la session 2022 » du 28 juillet 2021 publiée au Bulletin officiel du 29 juillet.

More creations to inspire you

Transcript

Pour une culture commune de l’évaluation

Choix des évaluations

Lycée

Les différents types d’évaluation, le contrôle continu, la certification : de quoi parle-t-on ?

01

Une évaluation adossée à des principes communs

02

Moyenne trimestrielle ou semestrielle

03

Diversifier les types et la nature des situations prises en compte dans l’évaluation dans le cadre des enseignements

04

Nécessité de ...

Un travail d’entente collective

La préparation des épreuves anticipées de français et de l’épreuve terminale de philosophie

Préparation de l’élève à l’oralité et donc au Grand oral

Les devoirs communs

Au moins trois par trimestre

Objectifs de formation des programmes

Egalité de traitement des élèves

Les différents types d’évaluation

Processus d’évaluation

En complément de la note de service du 28 juillet 2021

Source

Explicitation

Les situations d’évaluation

05

Harmonisation académique

Le projet d’évaluation

Se concerter

en préambule

. Dans le prolongement et en complément de la note de service « Modalités d'évaluation des candidats à compter de la session 2022 » du 28 juillet 2021 publiée au Bulletin officiel du 29 juillet

L’évaluation diagnostique a pour objet de connaître le niveau de maîtrise des connaissances, des compétences, des capacités des élèves, en début d’année scolaire ou en début d’une nouvelle séquence d’apprentissage ; elle peut faire l’objet d’une note indicative mais qui n’a pas vocation à entrer dans la moyenne de l’élève.L’évaluation formative prend sa place en cours d’apprentissage. Elle permet à l’élève de se situer dans l’acquisition des connaissances, des compétences et des capacités, grâce aux appréciations régulières portées par l’enseignant, afin de progresser. L’évaluation sommative atteste un niveau de maîtrise des connaissances, des compétences et des capacités des élèves et se situe au terme d’un temps d’apprentissage spécifique.

Ce processus lui-même s’inscrit dans le cadre du programme défini pour chaque niveau d’enseignement et chaque champ disciplinaire et respecte les attendus qui y sont associés.Ce processus se traduit par un ensemble d’évaluations, chiffrées ou non, réalisées dans ou hors la classe, que les professeurs effectuent dans le cadre de leurs enseignements. > déterminer les évaluations qui seront à visée certificative dans le cadre du contrôle continu

Ces choix présentés dans le projet d’évaluation de l’établissement et faisant l’objet d’une communication transparente et anticipée aux élèves et à leurs représentants légaux, l’établissement des moyennes trimestrielles ou semestrielles doit donc toujours faire l’objet d’uneprocédure (modalités de calcul) suffisamment simple, et facilement compréhensible par les familles.Le choix des évaluations ainsi prises en compte est le fruit d’une décision de l’enseignant, prise de façon privilégiée en équipe pédagogique (autour du groupe classe1 et/ou dans un cadre disciplinaire), et d’une appropriation collective de l’établissement.Projet d’évaluation d’établissement, validé en conseil pédagogique et présenté en conseil d’administration pour les établissements publics comme indiqué dans la note de service « Modalités d'évaluation des candidats à compter de la session 2022 » du 28 juillet 2021 publiée au Bulletin officiel du 29 juillet.

La valeur certificative ainsi conférée aux moyennes prises en compte dans le contrôle continu renforce la nécessité :de porter une attention particulière d’une part, aux évaluations, à leur organisation et à leur statut, leur nature, leur contenu, leur fréquence et leur notation et d’autre part à la communication qui en est préalablement faite aux élèves ;de mener une réflexion d’ensemble sur les procédures d’évaluation, en particulier sur l’usage et la fonction des notes en cours de formation, en fin de trimestre ou de semestre (sur le bulletin et donc dans le livret scolaire) ;d'assurer collectivement une entente et une harmonisation au sein de l’établissement.

Les notes portées et retenues pour le calcul des moyennes correspondent à des travaux donnés à tous les élèves d’un même groupe classe et validant les mêmes connaissances, compétences et capacités.

L’évaluation des élèves est fondée sur la mesure de l’acquisition des connaissances, des compétences, et des capacités, liées aux objectifs de formation des programmeset reprises de façon synthétique dans leLivret scolaire du lycée(LSL) pour le cycle terminal. Les connaissances, les compétences et les capacités procèdent à la fois des domaines disciplinaires et des compétences transversales dont les compétences langagières écrites et orales (la maîtrise de la langue doit être évaluée et accompagnée dans toutes les disciplines), et celles qui préparent la certification numérique, entre autres* .Les connaissances, les compétences et les capacités travaillées dans les programmes et enseignées, ainsi que les attendus de fin de cycle ou d’année, sont les références principales qui structurent l’évaluation des élèves.Une telle démarche permet de renseigner le livret scolaire en totale cohérence avec la moyenne des évaluations trimestrielles ou semestrielles.*La liste des compétences transversales n’est pas exhaustive : faire preuve d’autonomie ; travailler en groupe ; savoir exercer son jugement ; être rigoureux dans ses recherches et ses traitements de l’information ; etc.)

Afin que les élèves comprennent le sens de l’évaluation, celle-ci se doit d’être explicite : chaque élève sait sur quoi il sera évalué, connaît les attendus, les critères d’évaluation et retient de l’évaluation menée le degré d’acquisition atteint ainsi que les éléments à travailler. En cela, l'évaluation fait partie intégrante de l'apprentissage. Elle constitue le retour informé indispensable aux élèves pour progresser.Les évaluations sommatives sont, dans leur format, dans leurs exigences, progressives et proposées dès lors qu’un nombre suffisant d’activités d’entraînement a été réalisé en amont, en classe ou à la maison. Toute note est accompagnée d’appréciations explicites pour attester du niveau atteint en fin de période par un élève. Les commentaires visent à expliciter la progression de l’élève et proposer des pistes de progression. Pour le cycle terminal, les commentaires explicitent le niveau atteint pour les compétences du livret scolaire.

La moyenne doit, pour être représentative, être construite à partir d’une pluralité de notes, au moins trois par trimestre.Elle doit également porter sur des situations variées qui évaluent des connaissances, des compétences et des capacités différentes et complémentaires, précisément associées au programme ayant été enseigné.Les élèves doivent accomplir les travaux écrits et oraux qui leur sont demandés par les enseignants et se soumettre aux modalités de contrôle continu qui leur sont imposées. Le traitement des situations pouvant conduire à d’éventuelles difficultés de constitution de moyennes est abordé dans la note de service « Modalités d'évaluation des candidats à compter de la session 2022 » du 28 juillet 2021 publiée au Bulletin officiel du 29 juillet. Les règles de prise en compte des évaluations sont claires et édictées aux élèves en amont des évaluations, elles sont partagées entre les enseignants de manière à éviter toute contestation.

La mise en place de devoirs communs à l’échelle de l’établissement, selon des dimensions qui peuvent être variables (deux classes, davantage de classes, l’ensemble des classes concernées par l’enseignement, …), est recommandée, ainsi que son appui sur les sujets de la banque nationale de sujets.Ils permettent aux professeurs de travailler ensemble, de définir des objectifs partagés et des exigences harmonisées. Ils peuvent conduire à des corrections communes ou croisées entre les professeurs.En dehors des devoirs communs, les professeurs doivent saisir toute opportunité leur permettant le plus souvent possible de croiser leurs attendus en termes de critères d’évaluation.

Elle est portée par tous les professeurs et personnels d’éducation.Elle est particulièrement programmée, ainsi que les évaluations l’accompagnant au fil de l’eau, dans les enseignements de spécialité et dès le début du cycle terminal.On peut suggérer la définition progressive d’un cadre évaluatif commun tendant vers les attendus du Grand oral au cours du cycle terminal : gérer le temps de présentation, s’exprimer sans note, participer à un entretien d’approfondissement à la suite de la présentation, etc.

Les situations d’évaluation peuvent inclure des évaluations écrites et/ou orales, avec des questions ouvertes ou à choix multiples, sous format papier ou numérique, des évaluations pratiques ou expérimentales, des travaux individuels ou collectifs, des travaux proposés en classe ou hors la classe, des devoirs surveillés (devoirs sur table) en temps et conditions contraints, des devoirs en temps libre,en présence ou à distance, selon les exigences du projet pédagogique conçu par le professeur. Le recours à des interrogations régulières de courte durée, dont les QCM, permet d’accompagner des apprentissages réguliers.De nombreuses productions peuvent être évaluées et prises en compte dans les appréciations et dans les évaluations chiffrées : des projets divers, des exposés, des travaux de recherche, des écrits réflexifs individuels à la suite d’une activité collective, des activités pratiques, des activités expérimentales, des productions collectives, des participations à un débat, etc.

La préparation des épreuves anticipées de français et de l’épreuve terminale de philosophie, comme celle des épreuves de spécialité de terminale, qui ne relèvent pas du contrôle continu, doit donner lieu, tout au long de l'année de première (français) et de terminale (enseignements de spécialité et philosophie) à des entraînements en nombre suffisant.

Se concerter sur les pratiques à l’échelle de l’équipe pédagogique, de l’établissement, par l’instauration dans tous les lycées d’un projet d’évaluation.Un travail d’entente collective sur les principes et les pratiques d’évaluation au niveau d’une équipe disciplinaire ou pluridisciplinaire est indispensable pour rendre l’évaluation la plus équitable possible : il s’agit de conduire une réflexion collective et de s’accorder sur les objectifs de formation poursuivis, les objets évalués, la nature et le nombre des évaluations, le poids des évaluations (coefficients), les critères retenus, les situations diverses d’évaluation et les modalités de calcul de la moyennequi apparaît sur les bulletins et sera donc prise en compte dans le livret scolaire, le baccalauréat et pour l’entrée dans l’enseignement supérieur le cas échéant.Les moyennes sont l’objet d’une harmonisation interne au sein de l’établissement.

Conformément à l'arrêté du 27 juillet 2021 portant adaptations des modalités d'organisation du baccalauréat général et technologique à compter de la session 2022, l’harmonisation académique, qui ne porte que sur les notes de contrôle continu prises en compte pour le baccalauréat peut conduire à ce que la note portée dans le bulletin (qui, elle, ne change pas) ne soit pas la note finale comptabilisée dans le cadre du baccalauréat, l’objectif de travail de l’instance académique étant d’identifier parmi les notes analysées les discordances manifestes entre les notes présentées et les notes de l’académie ainsi que celles des années antérieures. Mais, à terme, la méthodologie mise en place pour assurer dans l’établissement et entre établissements une harmonisation intra et interdisciplinaire devrait permettre de limiter les effets de cette harmonisation académique.

Le projet d’évaluation présente de façon synthétique et lisible la politique d'évaluation adoptée dans l'établissement après présentation en conseil d’administration.Les conseils d’enseignement et le conseil pédagogique sont les instances à privilégier pour établir collectivement et le valider un programme annuel des évaluations des élèves, avec l’accompagnement des inspecteurs. Le conseil d’administration permet d’une part de présenter le projet d’évaluation auprès des parents (de leurs représentants) et des élèves et d’autre part de l’inscrire dansle projet d’établissement.