Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

SITTING BULL

Horizontal infographics

BEYONCÉ

Horizontal infographics

ALEX MORGAN

Horizontal infographics

GOOGLE - SEARCH TIPS

Horizontal infographics

Transcript

#1

#4

#5

+info

+info

+info

+info

+info

+info

#2

Des cadres d'analyse

Plus ou moins centrés sur l'élève et/ou le maitre

1.Le socle commun

5.Les trois pôles de l'analyse pédagogique (Ph. Meirieu, 2018)

2.Les postures (D.Bucheton, 2021)

4.La théorie du mort et du fou (J.Houssaye, 1993)

#3

3.Les 5 focales (R.Goigoux, 2021)

#6

6.Le MAPE (G.Delboé, 2018)

réalisé par
Grégory Delboé, avril 2021

Un socle pour fonder les programmes scolaires

Le texte de référence

    Chaque domaine de formation ...
    - comprend des objectifs de connaissances et de compétences
    - requiert la contribution transversale et conjointe de toutes les disciplines et démarches éducatives [elles-mêmes] déclinées dans les programmes d'enseignement.

    Les acquis des élèves dans chacun des domaines de formation sont évalués au cours de la scolarité sur la base des connaissances et compétences attendues à la fin des cycles 2, 3 et 4, telles qu'elles sont fixées par les programmes d'enseignement.

Cinq domaines de formation

"les grands enjeux de formation durant la scolarité obligatoire"

Source : Décret n° 2015-372 du 31-3-2015 - J.O. du 2-4-2015

Idées et concepts clés à retenir

retour
accueil

1° les langages pour penser et communiquer : ce domaine vise l'apprentissage de la langue française, des langues étrangères et, le cas échéant, régionales, des langages scientifiques, des langages informatiques et des médias ainsi que des langages des arts et du corps ;

2° les méthodes et outils pour apprendre : ce domaine vise un enseignement explicite des moyens d'accès à l'information et à la documentation, des outils numériques, de la conduite de projets individuels et collectifs ainsi que de l'organisation des apprentissages

3° la formation de la personne et du citoyen : ce domaine vise un apprentissage de la vie en société, de l'action collective et de la citoyenneté, par une formation morale et civique respectueuse des choix personnels et des responsabilités individuelles

4° les systèmes naturels et les systèmes techniques : ce domaine est centré sur l'approche scientifique et technique de la Terre et de l'Univers ; il vise à développer la curiosité, le sens de l'observation, la capacité à résoudre des problèmes

5° les représentations du monde et l'activité humaine : ce domaine est consacré à la compréhension des sociétés dans le temps et dans l'espace, à l'interprétation de leurs productions culturelles et à la connaissance du monde social contemporain. »

Les gestes professionnels dans la classe

voir les postures d'apprentissage des élèves

Source : Dominique Bucheton, Les gestes professionnels dans la classe (2021)

Idées et concepts clés à retenir

- posture de contrôle : pilotage serré de l'avancée des tâches, l'enseignant "tour de contrôle" cherche à faire avancer tout le monde en synchronie.

- posture de contre-étayage (ou sur-étayage) : le maître "fait à la place de l'élève", le silence l'angoisse, il avance ! Typique du "cours dialogué".

- posture de sous-étayage : opposée à la précédente, les élèves essaeint, tâtonnent, mais rien n'aboutit ou n'est mis en discussion.

- posture d'accompagnement : aide ponctuelle du maitre, en partie individuelle en partie collective, en fonction de l'avancée de la tâche et des obstacles à surmonter. Le maitre se considère comme une ressource, pose des questions pour guider (Et toi, tu en penses quoi ? On a déjà vu ça où et quand ?), use de gestes d'évaluations formatifs, montre le chemin qui reste à parcourir, explique à la demande et fournit les ressources nécessaires.

- posture d'enseignement : L'enseignant apporte, organise, formule, institue, struture les savoirs, les normes, et fait éventuellement la démonstration.

- posture de lâcher-prise : L'enseignant assigne aux élèves la responsabilité de leur travail et l'autorisation d'expérimenter les chemins qu'ils choisissent.

- posture dite "du magicien" pour provoquer l'étonnement : Par des jeux de rôles, objets mystérieux, récits frappants, vidéos, énigmes, l'enseignant capte l'attention des élèves. Le savoir n'est ni nommé, ni construit, il reste à explorer.

  • Une posture n'est pas un geste ponctuel (une répimande, un sourire, une demande d'explication, le ton d'une réponse) mais une configuration en organisation de gestes qui fait sens pour l'élève comme pour le maitre

  • L'étayage renvoie au "souci de l'enseignant d'aider les élèves à apprendre, à se développer"

  • Plus les enseignants sont expérimentés, plus ils convoquent un panel large de postures d'étayage

retour
accueil

Les postures d'étayage de l'enseignant

La posture : une configuration de gestes reconnue par les élèves, un signal fort

Voir les postures détayage, des enseignants

Idées et concepts clés à retenir

- posture scolaire : la préoccupation essentielle de l'élève est d'être "dans les attentes du maitre". versant - : posture scolaire aveugle, conformiste (la réflexion personnelle les angoisse)
versant + : posture scolaire consciencieuse et stratégique (joue avec le système, voire le manipule)

- posture première : L'élève se jette dans la tâche sans attendre, est dans l'urgence impérieuse du faire, s'implique, s'empresse d'aller au bout de la tâche. Il s'intéresse peu aux liens avec la leçon, une tâche ou une consigne précédente [logique de rendement]. Le bon élève est celui qui finit le premier.

- posture ludique et créative : "L'envie ou la nécessité de détourner la tâche tarraude l'élève"

- posture réflexive : L'élève distingue la tâche (ce qu'il y a à faire) de l'objectif (ce qu'il apprend quand il fait). Cette réflexivité peut être "outillée et scolaire" (centrée sur l'école, avec un travail méta) ou "quasi-philosophique, en hauteur" (au-delà de l'école, en tant que personne inscrite dans une société qu'il est urgent de comprendre). Une posture scolaire savante conduit des élèves à s'intéresser froidement aux concepts, avec un certain détachement, une sensibilité mise à l'écart.

- posture de refus de la tâche

- posture dogmatique : L'élève sait déjà et n'a pas l'intention de réviser ses conceptions.

- Les postures énumérées (≠ classement) constitue une modélisation , construit théorique explicatif, descriptif.

- Toutes les postures ont, selon les circonstances, un versant positif et un versant négatif

- Les postures d'apprentissage, pour un même élève, sont variées et variables (≠ "déterminisme sociologique irrévocable") et sont construites - ou non - par l'école.

- Moins de postures constatées au cours d'une recherche (élèves de 3ème) en REP qu'en non REP (2 collèges parisiens)

retour
accueil

Les gestes professionnels dans la classe

Source : Dominique Bucheton, Les gestes professionnels dans la classe (2021)

Les postures d'apprentissage des élèves

La posture : une configuration de gestes reconnue par les élèves, un signal fort

Lire et écouter celui qui en parle le mieux...

Idées et concepts clés à retenir

- focales : "points de vue à partir desquels observer et analyser l'activité d'enseignement"
- Cette modélisation comprend 5 ensembles et un total de "19 caractéristiques qui apparaissent critiques, c'est à dire capable de faire la différence"
- Comprendre l'activité de l'enseignant, c'est "accéder à ses schèmes professionnels (comprendre l’organisation des gestes, ses invariants et ses mobiles)."
- Dans l'analyse des pratiques, "le risque (de se tromper) peut être réduit si le jugement est fondé sur des connaissances scientifiques relatives à la qualité et l’efficacité de la pratique."
- Il faut aussi replacer chaque observation dans son contexte et dans une temporalité plus large (expérience) : l’épisode, la séance, la séquence, la période, l’année, le cycle…
- intérêt de distinguer préparation et réalisation (cf. Musial&Tricot, théorie des 3 actes) pour organiser l’analyse (savoirs d’expérience)
- considérer la logique de celui qui s'implique (cf. Favre et principe de cohérence) que chacun a de bonnes raisons de faire ce qu'il fait, penser ce qu'il pense, renssentir ce qu'il ressent...




retour
accueil

Une "boite à outils" pour guider l'analyse

Source : Roland Goigoux, Cinq focales pour aider les formateurs à analyser l'activité d'enseignement (2021)

Les cinq focales de l'analyse de pratiques

Deux focales majeures et trois focales complémentaires en synergie

Les limites de tout dispositif à un instant "t"

  • Chaque relation entre deux pôles définit un processus pédagogique
  • Dans la mesure où les trois pôles ne peuvent être mis en relation à la fois, il ne peut y a voir qu'un processus en jeu à un instant "t".
  • Par conséquent, l'un des trois pôles est systématiquement exclu , de façon plus ou moins temporaire. La situation pédagogique "tient" tant que le pôle exclu s'en tient au rôle de "mort" (symbolique). Lorsqu'il ne joue pas le jeu, il se met à "faire le fou".
  • C'est alors que l'élève n'accepte plus d'être un "témoin passif" (processus enseigner), que la relation fusionnelle entre le maître et l'élève mettent de côté les apprentissages (processus former), ou que le maître se sente interdit d'enseigner à en devenir fou (processus apprendre)
  • L'institution elle-même intègre cette théorie (dans cette version, après celle de 1993), avec des rapports différents en fonction des processus : identité (enseigner), tolérance (apprendre), opposition (former)

Le triangle pédagogique M-E-S

Pour aller plus loin

pour avoir conscience des processus en jeu dans l'acte pédagogique et leur équilibre/déséquilibre

Source : Jean Houssaye*, Le triangle pédagogioque ou comment comprendre la situation pédagogique, in Questions pédagogiques. Encyclopédie historique, 1999

Idées et concepts clés à retenir

retour
accueil

savoir

maitre

élèves

PROCESSUS
ENSEIGNER

PROCESSUS
FORMER

PROCESSUS
APPRENDRE

INSTITUTION

identité

opposition

tolérance

pédagogies traditionnelle
magistrale

"cours vivant"

Neil, Makarenko, Korczak

pédagogies
institutionnelle,
non directive

éducation nouvelle,
Freinet

Enseignement assisté par ordinateur, pédagogie de maîtrise/par objectifs

* à l'oral, prononcez "Jean Houss[é]"

L'analyse de la cohérence d'un modèle pédagogique

  • "L'éducation et la pédagogie, dans une démocratie, se discutent". Mais quel modèle d'analyse pour comprendre et "discuter" ?
  • Tous les systèmes pédagogiques articulent systématiquement trois éléments (cf. ci-contre) : "on ne saurait donc trop recommander de s'interroger tout à la fois sur les trois pôles que nous venons de décrire et cela sans se laisser fasciner ou absorber par l'un d'entre eux (...) une véritable méthode pédagogique est un modèle lucide sur ce qui le constitue et attentif à l'équilibre entre ces trois pôles" . (cf. dictionnaire pédagogique, site Meirieu.com, "méthode pédagogique".
  • Ainsi posé, ce modèle d'analyse interroge "à la fois la cohérence interne et la validité des éléments qu'elle configure de manière originale"

Trois pôles pour définir une pédagogie

un modèle macro, pour situer les courants et débusquer les incohérences

Source : Philippe Meirieu, La riposte (2018), De la pédagogie aux pédagogies, pp.140-144

Pour aller plus loin, un article sur le site de Philippe Meirieu

Interprétations liées aux lacunes d'une pensée pédagogique partielle
(étudiants du site INSPE de Douai - 2020)

Idées et concepts clés à retenir

retour
accueil

Pôle des finalités

Quels enfants pour quelle société ?

Pôle des pratiques

Que fait-on ? Comment ?
Selon quels cadres en vigueur ?
Dans quel contexte ?

Pôle des acquis scientifiques

Que sait-on ?
Comment le sait-on ?

retour
accueil

Reconnaître les (im)postures dans le champ éducatif

Qui sont ceux qui "font" et "pensent" l'éducation" ? Qui sommes-nous tour à tour ?

INTERVENIR

(se) SITUER

(SE) METTRE A DISTANCE

INCARNER

l'intervenant - le réactif - le débrouillard - l'interventionniste

le préoccupé - l'idéaliste - le penseur - le concepteur influenceur

le chercheur - le scientifique - le savant

le diagnostiqueur fermé - l'expérimentateur - l'explorateur applicateur - l'explorateur avisé

le commentateur hors-sol - le théoricien - l'analyste réfléxif - le philosophe scientifique -

l'ajusteur réfléchi - l'acteur sensible - l'applicationnsite réfléchi - l'ingénieur

Le pédagogue

Le triangle
inter-sections

SITE DE DOUAI
Master 2 - 2020-2021

  • "préparer ma classe"
  • "faire dans ma classe"
  • travailler en équipe à l'école
  • Une part des programmes (contenus, démarches, etc.)

  • contexte et environnement
  • instructions officielles (conceptions)
  • valeurs - axes - finalités
  • influences "théoriques"
  • etc.

études :
  • scientifiques
  • historiques
  • philosophiques
  • etc.

Nos inspirateurs : Ph. Meirieu, F.Muller, B.Robbes, M.Tozzi

le site conation.fr - Article à venir dans dossier "Méthodes", les Cahiers pédagogiques, mai 2022

MAPE (Modèle d'Analyse du Parcours d'Expérience)

retour
accueil

Source : Grégory Delboé, thèse "conflit de sens entre maître et élèves" (2018)

Idées et concepts clés à retenir

  • mobilisation : mise en mouvement des ressources (1)
  • ressource : moyen interne et/ou externe de s'adapter dans une catégorie de tâches
  • L'étude des personnes mobilisées met en évidence quatre boucles d'adaptation. A chaque grande étape de l'expérience (cf. curriculum conatif, Bui-Xuân, 1993), l'une des quatre boucles est plus sytématiquement investie : la "boucle d'adaptation dominante" (2)
  • Chaque boucle convoque trois "grandes familles d'activité", en interrelation. Le mobilisation est entravée dès lors que l'une des activités échappe à l'élève (exemple de la vérification réalisé par le maître)
  • L'expérience ne se confond pas avec le niveau ou la réussite : le meilleur n'est pas toujours le plus expérimenté. L'expérience (E) s'enrichit lorsque la mobilisation (M) engage des récurrences (Quantité = ce qui se répète) et de la nouveauté (Qualité = ce qui est spécifique) ; d'où le mathème : E = M.Q². Cette défintion métaphorique permet de conclure : un apprentissage est une expérience qui 1) engage (mouvement) - 2) une personne (être en relation) - 3) à faire et penser 4) toujours (peristance et persévérance) et encore (récurences des tâches) - 5) autrement (nouveauté dans les ressources convoquées et l'activité produite).
  • Disposition d'esprit (mobile interne) et environnement (mobile externe) (3) constituent les 2 continuums qui fondent cette modélisation. Les variables à l'extrémité de ces 2 axes définissent pour chaque boucle une situation préalable (flèche en entrée de processus) transcendée par un enjeu (flèche en sortie) : c'est ainsi que peut se décrire "le sens de la mobilisation"


sentiment d'incertitude
(goût du doute)

BOUCLE DE
FAMILIARISATION

BOUCLE
D'IMPREGNATION

BOUCLE D'INTEGRATION

BOUCLE DE CREATION

La dynamique d'adaptation des sujets mobilisés

L'expérience fait évoluer les façons dont les personnes s'adaptent à leur environnement

très présent du débutant au débrouillé

très présent de l'initié au spécialisé

très présent de l'aventurier aguerri au grand créateur

très présent de l'adaptable au compétent

(1) "Se mobiliser, c’est réunir ses forces, pour faire usage de soi comme d’une ressource." (Bernard Charlot, 1997)
(2) cf. coins du schéma
(3) dans un environnement stable, les mêmes causes (actes par exemple) produisent les mêmes effets ou des effets relativement analogues. Il est donc possible de reproduire sysématiquement les mêmes relations entre les causes et les effets, ce qui n'est pas le cas dans un environnement instable.

DISPOSITION D'ESPRIT

ENVIRONNEMENT


sentiment de certitudes
(goût de l'évidence)

stable, reproductible

instable, non reproductible