Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

TEN WAYS TO SAVE WATER

Horizontal infographics

GRETA THUNBERG

Horizontal infographics

STEVE JOBS

Horizontal infographics

FIRE FIGHTER

Horizontal infographics

ONE MINUTE ON THE INTERNET

Horizontal infographics

SITTING BULL

Horizontal infographics

Transcript

3. 9. 1939

+

+

+

+

+

10. 5. 1940

+

+

+

+

title here

CHRONOLOGIE DE LA SHOAH EN FRANCE 1940-1945

PARTIE 1

Le régime de vichy

22. 6. 1940

10. 7. 1940

22. 7. 1940

27. 8. 1940

4. 10. 1940

Loi du gouvernement de Vichy portant sur le statut des Juifs

début de la bataille de FRANCE ET DU BENELUX

ABROGATION DE LA LOI MARCHANDEAU

3. 10. 1940

27. 9. 1940

Réalisée par Gilles Brizard (professeur d'Histoire) et Stéphane Amélineau (professeur documentaliste). Lycée Saint Jospeh, Château-Thierry (Aisne - Académie d'Amiens).

Déclaration de guerre à l’Allemagne suite à l’invasion de la Pologne

Après l’armistice signé le 22 juin 1940, les 3/5e du territoire français sont occupés par les troupes allemandes. Une ligne de démarcation est créée entre cette zone occupée et la zone dite libre. L’administration de « l’État français », dirigé par le maréchal Pétain et dont le gouvernement siège à Vichy, est présente dans les deux zones.


Décret-loi de Vichy sur la révision des naturalisations. La révision porte sur toutes les acquisitions de nationalité française intervenues depuis la promulgation de la loi du 10 août 1927 sur la nationalité. Plus de 7 000 Juifs sont dénaturalisés.

La IIIe République cesse de fait d’exister le 10 juillet 1940 avec le vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain. La démocratie est remplacée par un régime autoritaire. Faisant figure d’homme providentiel, le chef de « l’Etat français », installé avec le gouvernement à Vichy, bénéficie alors du soutien massif de la population française traumatisée par la débâcle militaire et l’effondrement du pays.

Appelé au gouvernement dès le 18 mai, Pétain avait rapidement exclu le principe de la poursuite des combats, convaincu du caractère inéluctable de la défaite.

Le régime de Vichy entend mettre en œuvre une « Révolution nationale », devant se traduire par « l’assainissement » politique, social et moral de la nation, à la base d’un ordre nouveau. Substituant la devise « Travail, Famille, Patrie » à la formule républicaine « Liberté, Egalité, Fraternité », il se fonde sur une idéologie nationaliste, autoritaire, xénophobe et antisémite, rejetant la démocratie parlementaire. Il applique d’emblée une politique d’exclusion à l’égard des individus jugés « nuisibles », au premier rang desquels les Juifs.


« Le don à la patrie juin 1940 » : affiche vichyste, Limoges, Imagerie du Maréchal, 1941.


En zone occupée, les autorités allemandes appliquent une législation antisémite, inspirée par les lois du Reich. L’ordonnance du 27 septembre 1940 énonce les critères d’appartenance à la religion juive et ordonne le recensement des personnes considérées comme telles. Il leur est interdit de quitter cette zone. Le processus de spoliation des entreprises et commerces juifs s’engage également. Tout commerce, dont le propriétaire ou le détenteur est considéré juif, doit être désigné comme « entreprise juive » par une affiche spéciale rédigé en allemand et en français.

Abrogation de la loi Marchandeau du 21 avril 1939, qui interdisait la propagande antisémite dans la presse.

Cette loi exclut les Juifs de tout poste dans la fonction publique et dans les professions artistiques. La loi proclame la notion de race juive, alors que l'ordonnance allemande du 27 septembre ne faisait référence qu'à la religion juive. Le statut des Juifs est publié au Journal Officiel du 10 octobre 1940, signé par Pétain.

Le Matin, édition du 10 octobre 1940


Le 4 octobre, c’est la loi sur « les ressortissants étrangers de race juive ». Ils sont 40 000 à être internés dans « des camps spéciaux » (Gurs, Rivesaltes, etc.) où règnent la faim, le froid et les maladies. Les Juifs d’Algérie, sont privés de la nationalité française, acquise depuis le décret Crémieux en 1871 : le 7 octobre 1940, ils deviennent des « indigènes des départements de l’Algérie ».

Camp de Gurs (Pyrénées-Atlantiques actuelles)

Affiche à apposer sur les magasins Juifs après l'ordonnance de septembre 1940
(Source : Archives départementales de l'Aisne)

Lettre du ministre Garde des sceaux informant le préfet de la Nièvre que Léon TISCHLER, juif d'origine polonaise, naturalisé français après 1927 est désormais dénaturalisé. Léon sera déporté avec sa femme et son fils de 7 ans à Auschwitz en novembre 1942 où ils périrent tous les trois. (Sources : archives collection Stéphane Amélineau)


Les Allemands ont fait signer l'armistice du 22 juin 1940 aux Français dans la forêt de Rethondes à Compiègne, en ressortant le wagon de son musée où les français avaient fait signer l'armistice aux Allemands le 11 novembre 1918
Source : Bundesarchiv, Bild 146-1982-089-18
.


19. 10. 1940

+

+

+

+

+

7. 11. 1940

+

+

+

+

title here

CHRONOLOGIE DE LA SHOAH EN FRANCE 1940-1945

PARTIE 2

SECOND STATUT DES JUIFS

29. 3. 1941

14.5.1941

2.6. 1941

21. 6. 1941

19. 10. 1941

EXPOSITION :
"LE JUIF ET LA FRANCE"

"JUIF"
sur les cartes d'identité

LOI sur les etudiants juifs

5. 9. 1941

20. 8. 1941

Fin des opérations de recensement des Juifs dans le département de la Seine (le 31 octobre 1940 dans l’Aisne) en application de l’ordonnance du 27 septembre 1940. Elles donnent lieu à la création du Fichier des Juifs de la préfecture de Police.

Création, sur proposition allemande, du Commissariat général aux questions juives - C.G.Q.J. -, chargé de "reconnaître et éliminer les Juifs de toutes les interférences dans les domaines vitaux et dans la vie publique, administrer leurs biens, jusqu'à la date de leur évacuation". Le C.G.Q.J. s'occupe de l'aryanisation économique, de l'élaboration de la législation anti-juive et de la surveillance de son application.

À Paris, en liaison étroite avec l’administration française, les autorités allemandes procèdent aux premières arrestations de juifs étrangers et apatrides. Le 14 mai 1941, 3 710 hommes sont convoqués dans des commissariats où ils sont arrêtés pour être transférés dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande (Loiret). C’est la rafle dite du « billet vert » du nom du document envoyé par les autorités aux personnes visées par les arrestations.

Convocation au commissariat de police le 14 mai 1941 de monsieur Wyssezk. Source Fondation pour la Mémoire de la Shoah



Du 13 octobre au 7 novembre 1940, le préfet de Police ordonne aux juifs de se présenter aux commissariats de leur domicile pour y recevoir des cartes d'identité portant la mention " Juif " ou " Juive " apposée en lettres rouges.

Carte d’identité d’une femme frappée du tampon « JUIVE ».

Mémorial de la Shoah, coll. Benzecri

Le 2 juin 1941, tout en ordonnant un recensement sur l’ensemble du territoire, l’État français promulgue un deuxième statut des Juifs, qui élargit les critères d’appartenance à la « race juive » et étend le champ des interdictions professionnelles.


Affiche posée à Marseille en zone libre annonçant le recensement des Juifs (1941) - Musée de la liberté retrouvée à Quinéville (Manche)


Le 20 août , plus de 4 000 juifs sont arrêtés à Paris, principalement dans le XIe arrondissement. Ce sont surtout des Juifs étrangers bien qu’il y ait aussi parmi eux des Français.

Ils sont conduits à la cité de la Muette, à Drancy, camp d’internement désormais ouvert exclusivement pour les juifs à compter de ce jour-là.

Photo : L’arrivée des premiers internés dans le camp de Drancy le 20/08/1941
Crédits : Mémorial de la Shoah/coll. Bundesarchiv

Loi réglant les conditions d’admission des étudiants juifs dans les établissements d’enseignement supérieurs. Ils ne peuvent excéder 3% des inscriptions.

Inauguration de l'exposition "Le Juif et la France" organisée par les Allemands avec le concours de l'Institut d'études des Questions juives.L'exposition a lieu à Paris, au sous-sol et au 1er étage du Palais Berlitz. Elle sera close le 11 janvier 1942. Les organisateurs, exagérant probablement les chiffres, ont enregistré 383 000 visiteurs payants le temps de l'exposition.

Création de la Police aux Questions Juives, chargée de collaborer avec le Commissariat Général aux Questions Juives, dont elle reçoit les directives, dans la recherche aux infractions à la loi du 2 juin 1941 commises par les Juifs et de renseigner les autres services de police sur les activités suspectes des Juifs.

Xavier Vallat, 1er Commissaire Général aux Questions Juives.


Photo : la rafle de mai 1941 dite du « billet vert »
Crédit de la photo : Mémorial de la Shoah

Photo : L’arrivée des premiers internés dans le camp de Drancy le 20/08/1941
Crédits : Mémorial de la Shoah/coll. Bundesarchiv

Camp de DRANCY : Histoire de la Cité de la Muette.

« Police nationale Révolution nationale » : affiche de propagande pour le recrutement de la Police nationale dans le cadre de la Révolution nationale du régime de Vichy, Édition du Secrétariat Général de l’Information, imprimerie Giraud-Rivoire à Lyon, fin 1941 - début 1942 (80 x 105cm).

2. 11. 1941

+

+

+

+

+

19. 11. 1941

+

+

+

+

+

title here

CHRONOLOGIE DE LA SHOAH EN FRANCE 1940-1945

PARTIE 3

6e ordonnance
allemande contre les juifs en france

20. 1. 1942

7. 2. 1942

27. 3. 1942

29. 5. 1942

26. 08. 1942

LA RAFLE DU VEL D'HIV
à PARIS

Déchéance des
parlementaires
juif

Le port de "l'étoie"
8e ordonnance
allemande

16&17. 7. 1942

2. 7. 1942

12. 12. 1941

Loi interdisant toute acquisition de fonds de commerce par les Juifs sans autorisation.

27 mars 1942 Premier convoi de déportation de Juifs de France vers le camp d'Auschwitz.

Au printemps 1942, l’application des décisions radicales adoptées par le régime nazi se met en place, avec la complicité du régime de Vichy qui entend affirmer ses prérogatives et sa loyauté envers les autorités d’occupation, plus encore après le retour au pouvoir de Pierre Laval en avril 1942, comme vice-président du Conseil aux côtés du maréchal Pétain.

Le responsable des affaires juives de la Gestapo en France, le SS Theodore Dannecker, organise le départ d’un premier convoi de Juifs à destination d’Auschwitz le 27 mars 1942, en représailles des attaques commises contre les troupes allemandes. Il se compose de 1 112 hommes. Les départs de convois reprendront à partir du mois de juin et se multiplieront dans les mois suivants. L’arrestation et l’internement des Juifs destinent désormais ces hommes, ces femmes et ces enfants, à la déportation et à la mort.
Au total, 43 convois partiront de France au cours de l’année 1942, 17 en 1943, 14 en 1944.

Source : Légifrance.fr


Sixième ordonnance des autorités d’Occupation contre les juifs. Elle instaure une interdiction de sortie entre 20 heures et 6 heures, et une interdiction de changement de résidence.

L'Argus Soissonnais du 22 février 1942.
Source : Fonds régional de la Médiathèque de Soissons.



Depuis l'obligation par les Allemands de faire porter aux Juifs l’étoile jaune. L’accès à la plupart des lieux publics leur est interdit. L’exclusion se renforce. Reinhard Heydrich (général SS,, chef du RSHA - Service de sécurité du Reich - planificateur de la "solution finale de la question juive en Europe") se rend à Paris le 5 mai 1942 afin d’installer le général SS, Karl Oberg, comme chef de la SS et de la police en France et pour lancer la préparation des déportations massives. Adolf Eichmann, le chef de la section antijuive du RSHA, se déplace à son tour le 30 juin.

Début juin, Oberg entame des négociations avec les autorités françaises sur l’organisation et les conditions de mise en œuvre de l’arrestation, du transfert et de la déportation des Juifs de France, négociations qui aboutissent le 2 juillet 1942 à la signature d’un accord officiel avec René Bousquet, secrétaire d’Etat à la Police de Vichy représentant le gouvernement. L’accord valide la participation des forces de l’ordre françaises aux arrestations de Juifs (étrangers et apatrides prévus par l'accord), fixe le nombre de Juifs à arrêter et à livrer ainsi que les critères d’arrestation, et acte le transfert de Juifs depuis la zone sud, alors non occupée, en vue de leur déportation.



Eté 1942 :Bousquet, en civil, SS Oberg (légèrement caché), SS Hagen (de face, secrétaire de Oberg) et un outre officier SS (Source : Photo by Keystone-France/Gamma-Keystone via Getty Images)

Réclamée par l’occupant et menée exclusivement par la police française, la rafle des 16 et 17 juillet 1942, dite rafle du Vel’ d’Hiv’, marque un tournant décisif dans l’application de la « Solution finale de la question juive » en France. Pour la première fois, les femmes et les enfants ne sont pas épargnés. Cette rafle visant essentiellement les Juifs étrangers se solde par l’arrestation, à Paris et en banlieue, de 12 884 personnes dont 4 051 enfants de 2 à 16 ans.


L'unique photographie de presse de la tragédie des 16 et 17 juillet 1942. On y voit des bus réquisitionnés débarquant des victimes de la rafle devant l'entrée du Vél' d'Hiv DR/Couv. Vel'd'Hiv,Ed. Archipel/rue des Archives/PVDE



Au cours de l’été, le gouvernement de Vichy, soucieux d’atteindre le quota de Juifs à déporter, fixé lors des négociations, livre aux Allemands des milliers de Juifs étrangers jusqu’alors internés dans les camps de la zone "libre" (non occupée). Dans les principales villes de cette zone, il organise par ailleurs une grande rafle entre le 26 et le 30 août. Environ 10 000 juifs seront livrés aux Allemands par la police française.

Cependant, les persécutions et les arrestations émeuvent une partie de la population dont la grande majorité était restée jusqu’à alors indifférente ou passive. Quelques hautes personnalités de l’Église catholique ou réformée protestent publiquement. L’État français ralentit alors sa collaboration policière avec l’occupant. Des actions clandestines de sauvetage, notamment celui des enfants, se multiplient. Ces actes de résistance civile sont l’œuvre de Juifs et de non-Juifs.

Loi relative aux entreprises juives. Les juifs ne sont plus autorisés à diriger ou détenir une entreprise et doivent nommer un administrateur provisoire non-juif. Un non respect de la loi peut encourir de 1 à 5 ans de prison et d'une amende de 10 000 à 200 000 francs.


Source : Legifrance.fr



Lors de la conférence de Wansee, estimation des Juifs d'Europe par pays (occupés ou non) pour la "solution finale de la question juive en Europe", c'est-à-dire l'extermination.
Source : Yad Vashem.

La rafle dite "des notables"

Le 12 décembre 1941, à Paris, 743 hommes juifs, des notables essentiellement, sont arrêtés et enfermés au camp de Compiègne-Royallieu (Oise). Ce camp sera par la suite le lieu de rassemblement et de transit des déportés politiques.




Témoignage de Simon Gutman, déporté dans le convoi n°1 du 27 mars 1942


Sur cette photographie (de propagande) prise par les Allemands au camp de Drancy figurent 7 personnalités juives arrêtées lors de la rafle du 12 décembre 1941, dite "des notables". Tout à droite, Pierre Masse était sénateur, secrétaire d’État et avocat. Il fur déporté dans le convoi n°39 du 30 septembre 1942 vers Auschwitz où il périt.

De gauche à droite, les avocats Weill, Valensi, Azoulay, Ulmo, Crémieux, Bloch et Masse.




René Bousquet avec Reinhard Heydrich, le 5 mai 1942. (Source : KLARSFELD/SIPA)



Plaque commémorative de la rafle à Vichy, sur la promenade du Parc des Sources, à proximité de l'entrée de l'Hôtel du Parc (Siège du Maréchal Pétain et de son gouvernement de Vichy).

22. 1. 1943

1943-1944

+

+

+

+

+

+

+

+

title here

CHRONOLOGIE DE LA SHOAH EN FRANCE 1940-1945

PARTIE 4

LE "DERNIER" CONVOI

6. 6. 1944

11. 8. 1944

17. 8. 1944

25. 8. 1944

8. 5. 1945

RETOUR EN FRANCE DES TROIS PREMIERES SURVIVANTES JUIVES DES CAMPS DE LA MORT

de 1943 à la libération de la FRANCE fin 1944, l'arrestion des juifs est surtout du fait des allemands tout en ayant le concours de la police ou de la milice française.

LIbération de
PARIS

1. 4. 1945

27. 1. 1945

Plaque commémorative de la rafle à Vichy, sur la promenade du Parc des Sources, à proximité de l'entrée de l'Hôtel du Parc (Siège du Maréchal Pétain et de son gouvernement de Vichy).

Débarquement des Alliés en Normandie.

Parmi les 156 000 soldats alliés qui ont participé au Débarquement, 15 000 étaient soldats juifs de l'armée américaine dont beaucoup avait pu émigrer d'Europe centrale et orientale aux Etats-Unis avant ou au début des persécutions nazies. Environ 200 d'entre eux tomberont lors de ce combat.

Libération du camp de Drancy.

Il s'y trouve encore ce jour-là 1 386 juifs internés : 917 hommes et 469 femmes dont 64 enfants. Le camp de Drancy est alors remis à ceux qui représentent la Résistance sous l’autorité de Raoul Nordling, consul général de Suède. Les internés quittent le camp en quelques jours.

Dernier convoi massif* de Juifs (420 personnes) déportés de France (de Lyon) vers le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz.

En tout, entre le 27 mars et le 11 août 1944, 74 convois déportèrent 76 000 Juifs de France pendant l’occupation allemande.

*Le dernier train qui quitta la France le 17 août, juste avant la Libération de Paris, avec 51 juifs est celui du commandant SS du camp de Drancy Aloïs Brunner. Il prit ces juifs dans le camp comme otages et bouclier pour sa retraite vers l'Allemagne.



25 août "L'accueil fait aux soldats"© Rue des Archives/AGIP / Musée Carnavalet / Parisienne de photographie


1er avril 1945 :

Les trois premières rescapées juives du camp d’Auschwitz-Birkenau arrivent à Marseille après un périple de trois semaines en bateau, sur le navire britannique Indrapoera, à traverser la Mer Méditerranée depuis Odessa (Ukraine, Mer Noire). Elles s’appelaient Sophie Bich dit Mochet de Soissons, Paulette Apfelblum et Anna Stocklamer de Paris. Jusqu'à la fin de 1945, seulement 2500 juifs déportés de France reviendront. 97 % des juifs déportés de France furent assassinés ou périrent de la barbarie nazie.


Carte de rapatrié de Sophie Bich Mochet délivrée à son retour à Paris en avril 1945
(Sources : Archives particulières Stéphane Amélineau)




Déportation de Juifs, gare d'Arenc, Marseille, 24 janvier 1943. (Source : Bundesarchiv, Bild 101I-027-1476-24A / Vennemann, Wolfgang )




Soldats américains sur la plage d'Utah beach le 6 juin 1944


Images de l'INA,

Après la libération d'Auschwitz, fin janvier 1945. Un soldat-infirmier soviétique avec des détenus du camp.

Fin de la guerre en Europe.

Les survivants juifs de France (environ 2500 sur les 76 000 déportés - 3%) mettront plusieurs semaines, voire plusieurs mois avant de revenir.


Rafle des Juifs de Marseille. L'opération appelée "sultan" par les Allemands, débute le vendredi 22 janvier 1943 et durera jusqu'au 27 janvier. Elle est ordonnée par le Reichführer SS Himmler pour des motifs de sécurité militaire et d'obsession d'épuration suscitée par la réputation internationale de la ville de Marseille. L'objectif est d'arrêter des "éléments troubles" ainsi que des Juifs. En 5 jours, 5 956 personnes sont arrêtées, 1642 seront envoyées dans des camps dont 782 juifs. Ces derniers sont déportés de la gare d'Arenc le 24 janvier vers les camps de transit de Compiègne, puis de Drancy pour être voués à l'anéantissement vers le camp d’extermination de Sobibor (Pologne) en mars 1943.