Want to make creations as awesome as this one?

Voici la réalisation d'appropriation de la lecture cursive Cendrillon de Joël Pommerat par Victoire

Transcript

Cendrillon de Joël Pommerat

http://www.theatrorama.com/theatre-belgique/theatre-national/cendrillon-a-pied-doeuvre/Cendrillon, de Joël Pommerat, à pied d'oeuvre au théâtre NationalUne réécriture du conte qui passe un coup de balai sur les clichés pour transformer Cendrillon en femme moderne, n'ayant plus besoin de trouver...Théâtrorama

https://publikart.net/cendrillon-de-joel-pommerat-fable-initiatique-coeur-de-linconscient/Cendrillon de Joël Pommerat : une fable initiatique au cœur de l'inconscientAprès le Petit Chaperon rouge en 2004, et Pinocchio en 2008, c'est à Cendrillon que se frotte Joël Pommerat pour nous en proposer un spectacle...PublikArt - Webzine Culturel

https://florilegeswebjournal.com/2019/04/17/cendrillon-disney-vs-realite/

Présentation : Cendrillon est une pièce de théâtre écrite par Joël Pommerat en 2011. Elle est mise en scène au Théâtre national de la Communauté en coproduction avec la Monnaie.

Résumé : C'est l'histoire d'une très jeune fille, Sandra qui est surnommée "Cendrier" par les deux soeurs puis "Cendrillon" avec le très jeune prince. Sa mère étant mourante lui murmure ses dernières paroles. Sandra ayant mal entendu, elle comprend : "Tant que tu penseras à moi tout le temps, sans jamais m'oublier plus de cinq minutes, je ne mourrai pas tout à fait"(scène 2 - Première partie). Elle déménage alors avec son père chez sa belle-mère et ses deux filles après que la mère soit décédée.

Ma scène préférée

Ma scène préférée est la scène 12 de la deuxième partie. Après que le roi ai dit à la belle-mère que le très jeune prince ne parle plus que de la femme qui l'a bousculée lors du bal, celle-ci se rend au palais et monologue son histoire avec le prince. Cependant, il ne comprend pas et avoue après avoir été coupé à de multiples reprises que ce n'est pas elle. Elles sort alors bouleversée. Sandra entre et commence à discuter avec le très jeune prince. Il dit être préssé car il attend l'appel de sa mère absente depuis dix ans. La très jeune fille le raisonne et explique qu'elle est décédée. Cette scène est ma préférée car on voit la naïveté et l'envie d'être aimée de la belle-mère. Elle devient ridicule en laissant parler son imagination qu'elle croit réelle. Dans la seconde partie de la scène, Sandra explique avec fermeté que sa mère est partie mais tout en essayant de ne pas le blesser ou du moins, le moins possible. Pour ce faire, elle prend le temps de parler, lentement et clairement. Malgré l'énervement et le trouble du jeune prince, elle garde son calme. Après que le très jeune prince ait réalisé que Sandra disait la vérité, il pleure. Les très jeunes personnes se prennent dans les bras, le prince la remercie et les deux sont émus. C'est à ce moment-là qu'un lien se tisse et que les deux semblent enfin libérés du décès de leurs mères respectives. Cette scène est comique au début suite à la tirade de la belle-mère et devient ensuite émouvante avec la relation qui débute entre le très jeune prince et la très jeune fille.

Le moment qui marque un lien profond entre la très jeune fille et le très jeune prince : LE TRÈSJEUNEPRINCE. Je peux peut-êtrete donnerune de meschaussures, tu m’as dit qu’elles te plaisaient l’autre fois. LA TRÈS JEUNE FILLE.Ah bon j’avais dit ça ?LE TRÈS JEUNE PRINCE.Tu le pensais pas ? LA TRÈS JEUNEFILLE.Si si bien sûr... Bon t’as qu’à me donnerunede tes chaussures en souvenir. C’est bien t’as raison.Il lui donne sa chaussure. LE TRÈS JEUNEPRINCE.Alors voilà, ça fera un souvenir, c’est mieuxque rien, j’ai rien d’autre à te donner pour le moment. LA TRÈS JEUNE FILLE.Bon ben, merci. LE TRÈS JEUNE PRINCE.Au revoir. LA TRÈS JEUNE FILLE.Au revoir. LE TRÈS JEUNE PRINCE.Tu t’appelles comment ? LA TRÈS JEUNE FILLE.En ce moment on m’appelle “Cendrier”. LE TRÈS JEUNE PRINCE.Cendrillon ? LA TRÈS JEUNE FILLE.Non pas “Cendrillon”! Mais si t’as raison,c’est plus joli, appelle-moi Cendrillon... ou Sandra.Elle sort. Le très jeune prince la regarde partir.

Mon personnage préféré

Bibbity Bobbity Boo

Mon personnage préféré est la fée car c'est la seule qui semble réelle et qui se rend compte de ce qu'il se passe. Elle est amusante et naturelle. Elle entraîne Sandra à aller au bal et c'est aussi grâce à elle que la très jeune fille rencontre le très jeune prince. Grâce à ses pouvoirs, Sandra peut revoir son dernier moment avec sa mère qui lui murmure ses derniers mots. Elle comprend enfin ce qu'elle n'avait pas entendu auparavant. Elle lui dit : " Ma cherie...Si tu es malheureuse, pour te donner du courage, pense à moi... Mais n'oublie jamais ; si tu penses à moi fais-le toujours avec le sourire" ( scène 14 - Deuxième partie). La fée permet à Sandra de s'amuser et de comprendre. Elle est un des personnage clé de cette histoire, elle permet le déroulement de celle-ci.

Arrivée de la fée :LA TRÈS JEUNE FILLE. Oh c’est quoi qui se passe là ?! y a un problème ou quoi ?LA FÉE. Merde de merde… J’ai failli me faire mal en plus.LA TRÈS JEUNE FILLE. Vous foutez quoi là-dedans ?LA FÉE. J’ai mal évalué mon coup… et je me suis endormie, j’ai l’impression ! Merde !LA TRÈS JEUNE FILLE. Endormie dans mon armoire ? On se connaît en plus ou on se connaît pas ?LA FÉE. Non, c’est la première fois je crois qu’on se voit.LA TRÈS JEUNE FILLE. Alors vous déboulez comme ça dans ma chambre ?LA FÉE, l’air très surpris. C’est ta chambre ?LA TRÈS JEUNE FILLE. Bon… mais moi j’ai pas le temps de parler avec vous, excusez-moi !La fée sort une cigarette et l’allume.LA TRÈS JEUNE FILLE. Oh oh oh oh ça va la vie pour vous comme ça ?!LA FÉE. Ça te dérange si je fume ? On ouvrira une fenêtre !LA TRÈS JEUNE FILLE. Y a pas de fenêtre.LA FÉE. Ah bon ? Y a pas de fenêtre ?LA TRÈS JEUNE FILLE. Oui, c’est provisoire mais c’est comme ça. Moi ça me va en fait ! C’est moche, ça me correspond ! (La fée souffle la fumée de sa cigarette avec volupté.) Vous êtes pas trop gênée vous en fait ?LA FÉE, montrant sa cigarette. J’arrive pas à arrêter ce truc c’est terrible, j’ai tout essayé, ça n’a pas marché !LA TRÈS JEUNE FILLE. Bon, je vous connais pas, je vous ai jamais vue, vous fumez dans ma chambre et je suis obligée de vous écouter me raconter votre vie en plus ? Mais moi, je peux pas vous écouter, j’ai des choses importantes que je dois faire et j’ai besoin d’être seule, d’avoir ma tranquillité ! Alors bon, je vous demande de me laisser maintenant ! De partir ou au moins de vous taire ! Je sais pas si c’est clair ?LA FÉE. C’est quoi que tu dois faire ?LA TRÈS JEUNE FILLE. J’ai dit que j’avais plus envie de vous écouter ni de vous parler ! (Petit temps.) Ce qui est important, c’est que je dois penser à ma mère, parce qu’elle me l’a demandé et que c’est important. (La montre de la très jeune fille se met à sonner.) Voilà ce que je dois faire.LA FÉE. Même la nuit elle sonne ta montre ?LA TRÈS JEUNE FILLE. Oui !

http://laboiteadisney.kazeo.com/cendrillon-1950-gallery161252

Crise personnelle

On peut parler ici de crise personnelle avec le personnage de Sandra. Suite à la consigne de sa mère (qu'elle ne mourrai pas tout à fait si elle pensait à elle toutes les cinq minutes), la très jeune fille se prive de toute vie, enpêche son imagination de prendre place. Elle achète une montre qui sonne toutes les cinq minutes pour ne pas oublier. Sa vie est réglée comme une horloge et l'empêche de se détendre, de s'amuser, de découvrir... Elle s'empêche de rencontrer du monde et est alors très renfermée. Elle refoule sa personnalité et laisse cette consigne prendre le dessus sur sa vie.

DatA

Amazing subtitle here

A la fin de la pièce, la fée met fin à cette crise et l'aide à aller aux soirées du très jeune prince. C'est aussi grâce à elle que Sandra comprend que sa mère est décédée et qu'elle ne peut pas y remédier. Elle peut enfin vivre sa vie de jeune fille.

https://www.marieclaire.fr/etes-vous-en-pleine-crise-du-milieu-de-vie,1261940.asp

Crise familiale

On peut parler ici de crise familiale avec le conflit entre la belle-mère et Sandra. La belle-mère l'insulte et la prend pour une bonne à tout faire. Les deux soeurs se moquent d'elle constamment et la surnomment même "Cendrier". Son père est impuissant et ne prend pas part au conflit, il laisse sa fille se faire malmener par sa femme et ses deux filles. Sa belle-famille la prend pour une incapable mais Sandra qui n'est occupée que par sa mère ne donne pas d'importance à ces idioties.

Cette crise familiale ne se résout pas vraiment mais le fait que le père et sa fille quitte la maison familiale y met un terme.

Exemple du mépris que témoignent les deux sœurs pour Cendrillon :SŒUR LA PETITE(pouffant de rire).Sandra... Cendrier !SŒURLA GRANDE(pouffantde rire).T’es déjà levée ou t’es pas encore couchée, Cendrier ?SŒUR LA PETITE.Tu t’es occupée des poubelles ce soir ?LA TRÈS JEUNE FILLE.Ben oui, c’était le soir du camion qui passe.SŒUR LA PETITE.Faut se laver de temps en temps, Cendrier.

Théâtre image

La photographie met en scène l'arrivée de la fée de Cendrillon. J'ai choisi ce moment car il est fort, marquant et important pour cette pièce de théâtre. L'arrivée de la fée va marquer un réel tournant dans la vie de la très jeune fille. Elle l'invite à participer aux différentes soirées organisées par le Roi qui vont lui permettre de s'ouvrir de nouveau au monde extérieur. Enfin, grâce à ses pouvoirs, la fée permet à Sandra de réécouter les dernières paroles de sa mère où elle comprend qu'elle avait tout faux. Grâce à elle, la jeune fille a rencontré le prince qui a permis aux deux de se détacher de leurs défuntes mères pour vivre pleinement le moment présent et profiter de la vie.

La photographie est éclairée par le flash de l'appareil photo car sinon la fée arrive la nuit. On peut voir l'armoire de Sandra renversée avec les tiroirs dérangés car l'histoire le spécifie : "l'armoir se met à trembler, à basculer et finalement se renverse." (scène 3-p 48) On peut remarquer la montre appartenant à Sandra qui exaspère la fée tout au long de la pièce. De plus, le jeu de cartes réfère aux tours de magie que fait la fée. On peut d'ailleurs apercevoir le détail des cartes citées dans la pièce : "C'est le sept de coeur ? ", "Quatre de pique! ", "Ah merde, quatre de carreau " et enfin : "As de coeur ? ". Des étoiles sont ajoutées pour donner le côté féérique et magique de la scène à la photo. L'objet principal est la cage. On peut observer trois jeunes filles vêtues de robes de bal référant aux soirées du Roi. Deux debouts symbolisant les deux soeurs et celle assise représentant Sandra. La cage montre le renfermement de Sandra sur elle-même et la situation dans laquelle elle est : qui ne peut pas sortir de peur d'oublier de penser à sa mère. L'ouverture de cette cage est due à l'arrivée de la fée qu'on voit en haut de celle-ci (voir épingle). Ce mouvement symbolise la libération de la très jeune fille débarassée de la consigne de sa mère, de ses demi-soeurs méprisantes et aussi et surtout l'ouverture sur le monde et la rencontre avec le prince.