Want to make creations as awesome as this one?

No description

Transcript

L’accord conclu entre l’Égypte et le Soudan fixe leurs parts respectives du volume des eaux du Nil à 48 milliards de m3 et 4 milliards de m3.

Vue satellite du Nil.

Le traité, amendé en 1959, permet au Soudan d'augmenter sa part de mètres cubes de 4 à 18,5 milliards et l'Égypte passe de 48 à 55,5 milliards.

L'accord entre l'Égypte et le Soudan.

En vertuce traité, l'Égypte estime avoir un droit de veto sur les travaux d’infrastructures susceptibles d'influer sur le débit du Nil, dont le pays dépend à 90 % pour son approvisionnement en eau douce.

L'Égypte met en garde l'Éthiopie contre toute construction de barrage.

Le Nil en Éthiopie.

L'Éthiopie lance la construction du barrage de la Renaissance, source d'un bras de fer avec l'Égypte qui risque de provoquer un conflit régional.

Construction du barrage de la Renaissance à Benishangul-Gumuz en Éthiopie.

L'Égypte affirme qu'à partir de cette année-là ses besoins en eau dépasseront les ressources actuellement disponibles.

Bateaux amarrés sur le Nil en face de l'île de Heisa, à Assouan, dans le sud de l'Égypte.

L'Égypte demande de discuter directement avec l'Éthiopie, en excluant le Soudan des négociations, et propose la Banque mondiale comme médiateur neutre dans le conflit.

Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi, à droite, serre la main du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed.

L'Égypte commémore le 50e anniversaire de l’inauguration du Haut Barrage d'Assouan sur le Nil, projet pharaonique construit avec le concours des Soviétiques.

Construction du barrage d'Assouan en 1968.