Want to make creations as awesome as this one?

Pour info, cliquez sur les divers logos pour visualiser les informations associées, et cliquez sur l'œil de chaque livre pour découvrir les critiques  ;)

More creations to inspire you

Transcript

TOUS LES LUNDIS, LES COUPS DE ♥ 2020

#6 Lundi 21 décembre

Conseils de lectures, idées cadeaux…Le Salon d’Essayage de la Fête du livre vous recommande une sélection de titres jeunesse parus en 2020. Chaque lundi, retrouvez surnotre site et nos médias sociaux les coups de ♥ de professionnel(le)s du livre.

En partenariat avec les équipes de la Bibliothèque Départementale de Prêt de l’Ardèche, de la Médiathèque Jean Ferrat à Aubenas, de la Médiathèque de Nyons, de la Médiathèque de Saint-Paul-Trois-Châteaux, ainsi que la librairie du Tiers-Temps à Aubenas, l’OCCE de Valence et l’équipe de la Fête du Livre.

Feux follets, mandragores et cadavres frais - Fingus Malister tome 1 de Ariel Holzl aux éditions RageotRoman, dès 9 ansFingus Malister est un jeune sorcier qui rêve de devenir le plus grand nécromancien de tous les temps. Mais il n’est pas très doué en magie et réalise des choix douteux pour parvenir à ses fins.Ajoutons qu’il n’a pas une vie facile : il vit dans une hutte près du château familial en ruine, suite au massacre de sa famille par les habitants du village, et personne ne l’apprécie beaucoup du fait de ses antécédents familiaux. Il est souvent le bouc émissaire en cas de problème inexpliqué même s’il n’est pas impliqué !Heureusement, il peut compter sur son amie sorcière Polly qui veille sur lui en le nourrissant avec de gros sandwichs et en l’empêchant de faire des bêtises.Dans ce premier opus, l’auteur aborde des sujets sérieux sous couvert d’humour : la discrimination associée aux origines, choisir entre la facilité et ce qui est juste… Il met beaucoup en avant l’opposition entre l’hérédité, le destin de son personnage et son libre-arbitre. Car malgré son envie de devenir un sorcier malfaisant, Fingus possède un bon fond.Cette jolie histoire jeunesse est conçue comme une potion anti-morosité: Prenez une grosse louche de discrimination, une cuillère à soupe d’amitié et une pluie d’actions aux conséquences désastreuses.Faites mariner dans un univers gothique mais joyeux. Saupoudrez d’un soupçon d’humour noir et d’un peu de magie et vous serez servi !Amélie, Bibliothèque Départementale de l’Ardèche

Le monstre chez moide Amy Giles (traduit de l’anglais par Julie Lopez), aux éditions NathanRoman, dès 12 ansQu’est ce qui se cache derrière un sourire ?Hadley 17 ans est souriante, obéissante, sportive, bonne élève …Pourtant elle ne sort pas beaucoup, n’a pas de flirt !Pour elle, pas de repos, son père est très exigeant : lever 4h30 pour un footing, matchs qu’on doit louper sous aucun prétexte et surtout pas question de s’inscrire dans une autre université que celle qu’il a fréquentée.Sa mère est inexistante, aussi elle se rapproche de sa petite sœur avec qui elle est complice et qu’elle essaie de protéger ! De quoi ?Quels secrets ne peut-elle pas dévoiler alors qu’une enquête est en cours sur la mort de ses parents ?Sophie, Médiathèque de Saint-Paul-Trois-Châteaux

La cape de Pierrede Inger Marie Kjølstadmyr et de Øyvind Torseter (traduit du norvégien par Aude Pasquier), aux éditions La Joie de lireAlbum, dès 6 ansLe 14 février 1912, le tailleur François Reichet s’élançait depuis la Tour Eiffel pour expérimenter une cape parachute de son invention. Cet album s’inspire de cet événement au final tragique.Dans « La cape de Pierre », un petit garçon se fait conter chez son coiffeur l’histoire de Pierre, ancien propriétaire des lieux. Dans le Paris du début du 20ème siècle, Pierre est un illustre tailleur, tout le monde se bouscule dans sa boutique pour lui faire réaliser robes et costumes.Mais notre tailleur est un Icare moderne, et chaque soir à la fermeture de sa boutique il s’affaire à confectionner une cape qui lui permettrait d’aller narguer les oiseaux.Sa passion devient une obsession, Pierre sacrifie tout son temps, toute sa vie à son rêve.Mais le happy end n’est pas au programme.Nous retrouvons avec un réel plaisir le personnage d’Øyvind Torseter à la tête d’éléphant, « Mulysse », ou « Tête de Mule ».L’illustration singulière mélange les codes de l’album à ceux de la BD.Loin des canons esthétiques, les personnages à la beauté cabossée évoluent dans des décors Belle époque audacieux aux couleurs sobres, riches de multiples détails signifiants.Au final, une histoire touchante, plus mélancolique que triste, qui s’avère être un formidable hommage aux doux rêveurs.Caroline, Bibliothèque départementale de l’Ardèche

Cuisine des bois et des forêts de Justine Gautier et Laure van Der Haegen, aux éditions Thierry MagnierAlbum, dès 7 ansSaison après saison, ce sublime album ne donne qu'une envie:passer une journée en forêt, apprendre à récolter fruits, fleurs ou plantes sauvages, pour ensuite les cuisiner et finalement... se régaler !Sans parler des bricolages à réaliser et des petites infos de récolte bien utiles...Claire, Librairie du Tiers temps

Ma langue dans ta pochede Fabien Arca aux éditons Espace 34Théâtre, dès 10 ans« Je m’appelle Loubia et depuis toute petite, moi, j’adore parler Je suis comme ça ! J’y peux rien.»Au collège Loubia rencontre Louis qui lui ne parle pas.Elle n’a pas sa langue dans sa poche et préfère la mettre dans celle de Louis.Un pièce de théâtre qui alterne des monologues de Loubiaqui nous raconte son quotidien au collège et à la maison où tout n’est pas simple,ponctués par des pauses plus poétiques et philosophiques, comme des respirations indispensables à Loubia.Emmanuelle, OCCE de la Drôme

Olga et le cri de la forêt de Laure Monloubou, aux éditions AmaterraRoman, dès 9 ansOlga a six ans et déménage pour la septième fois. Ses parents adorent l’aventure et ont décidé cette fois-ci d’habiter dans une vieille maison à côté d’une mystérieuse forêt.Tout en s’installant dans sa chambre, la petite fille découvre une toute petite porte dans un mur. Elle fait la connaissance d’un petit lutin hargneux qui l’invite à aller dans la forêt. La forêt, où ses parents sont allés se promener et d’où ils ne sont pas revenus.Avec du courage, l’aide de son chat et du lutin, elle va essayer de sauver ses parents du danger qui les attend…Ce petit roman tout simple et un peu effrayant nous invite à voir la surdité comme un atout et non pas un handicap. Car Olga est sourde, et comme on le découvrira par la suite, son absence d’audition lui permettra de sauver ses parents d’un cri qu’elle ne peut entendre.L’auteure aborde ici avec subtilité et intelligence la surdité chez les jeunes enfants car à aucun moment le lecteur ne peut se douter du handicap de la petite fille.Une histoire très positive et inclusive qui dédramatise ce handicap auprès des jeunes lecteurs, tout en lui faisant croire au merveilleux. Car à priori, les lutins n’existent pas… Quoique… ?Amélie, Bibliothèque Départementale de l’Ardèche

Le Salon d'Essayage, qu'es acò ?Habituellement,le Salon d’Essayage des livres est un espace de consultation au sein du Salon, présentant les 100 coups de ♥ jeunesse de l’année par des professionnel(le)s du livre : bibliothécaires, libraires, médiateur(rice)s...La Fête du livre n’aura malheureusement pas la possibilité en 2021 de proposer un Salon avec une grande librairie, ses auteurs, éditeurs et Salon d’Essayage.Elle vous propose cependant un rendez-vous hebdomadaire sur notre site et nos médias sociaux dès lundi 16 novembre, pour retrouver des conseils de lectures avec une sélection de titres parus en 2020 accompagnés de critiques littéraires.Dans cette rubrique de notre site web, vous trouverez toute la sélection archivée :

Pour plus de renseignements et de conseils, n'hésitez pas à contacter nos libraires partenaires de la Fête du livre jeunesse !à Aubenas (07)Page Facebook de la librairie du Tiers-Tempsà Avignon (84)Page Facebook de la librairie de L'Eau Vive

Feux follets, mandragores et cadavres frais - Fingus Malister tome 1de Ariel Holzl aux éditions RageotRoman, dès 9 ansFingus Malister est un jeune sorcier qui rêve de devenir le plus grand nécromancien de tous les temps. Mais il n’est pas très doué en magie et réalise des choix douteux pour parvenir à ses fins.Ajoutons qu’il n’a pas une vie facile : il vit dans une hutte près du château familial en ruine, suite au massacre de sa famille par les habitants du village, et personne ne l’apprécie beaucoup du fait de ses antécédents familiaux. Il est souvent le bouc émissaire en cas de problème inexpliqué même s’il n’est pas impliqué !Heureusement, il peut compter sur son amie sorcière Polly qui veille sur lui en le nourrissant avec de gros sandwichs et en l’empêchant de faire des bêtises.Dans ce premier opus, l’auteur aborde des sujets sérieux sous couvert d’humour : la discrimination associée aux origines, choisir entre la facilité et ce qui est juste… Il met beaucoup en avant l’opposition entre l’hérédité, le destin de son personnage et son libre-arbitre. Car malgré son envie de devenir un sorcier malfaisant, Fingus possède un bon fond.Cette jolie histoire jeunesse est conçue comme une potion anti-morosité: Prenez une grosse louche de discrimination, une cuillère à soupe d’amitié et une pluie d’actions aux conséquences désastreuses.Faites mariner dans un univers gothique mais joyeux. Saupoudrez d’un soupçon d’humour noir et d’un peu de magie et vous serez servi !Amélie, Bibliothèque Départementale de l’Ardèche

La cape de Pierrede Inger Marie Kjølstadmyr et de Øyvind Torseter (traduit du norvégien par Aude Pasquier), aux éditions La Joie de lireAlbum, dès 6 ansLe 14 février 1912, le tailleur François Reichet s’élançait depuis la Tour Eiffel pour expérimenter une cape parachute de son invention. Cet album s’inspire de cet événement au final tragique.Dans « La cape de Pierre », un petit garçon se fait conter chez son coiffeur l’histoire de Pierre, ancien propriétaire des lieux. Dans le Paris du début du 20ème siècle, Pierre est un illustre tailleur, tout le monde se bouscule dans sa boutique pour lui faire réaliser robes et costumes.Mais notre tailleur est un Icare moderne, et chaque soir à la fermeture de sa boutique il s’affaire à confectionner une cape qui lui permettrait d’aller narguer les oiseaux.Sa passion devient une obsession, Pierre sacrifie tout son temps, toute sa vie à son rêve.Mais le happy end n’est pas au programme.Nous retrouvons avec un réel plaisir le personnage d’Øyvind Torseter à la tête d’éléphant, « Mulysse », ou « Tête de Mule ».L’illustration singulière mélange les codes de l’album à ceux de la BD.Loin des canons esthétiques, les personnages à la beauté cabossée évoluent dans des décors Belle époque audacieux aux couleurs sobres, riches de multiples détails signifiants.Au final, une histoire touchante, plus mélancolique que triste, qui s’avère être un formidable hommage aux doux rêveurs.Caroline, Bibliothèque départementale de l’Ardèche

Cuisine des bois et des forêts de Justine Gautier et Laure van Der Haegen, aux éditions Thierry MagnierAlbum, dès 7 ansSaison après saison, ce sublime album ne donne qu'une envie:passer une journée en forêt, apprendre à récolter fruits, fleurs ou plantes sauvages, pour ensuite les cuisiner et finalement... se régaler !Sans parler des bricolages à réaliser et des petites infos de récolte bien utiles...Claire, Librairie du Tiers temps

Olga et le cri de la forêt de Laure Monloubou, aux éditions AmaterraRoman, dès 9 ansOlga a six ans et déménage pour la septième fois. Ses parents adorent l’aventure et ont décidé cette fois-ci d’habiter dans une vieille maison à côté d’une mystérieuse forêt.Tout en s’installant dans sa chambre, la petite fille découvre une toute petite porte dans un mur. Elle fait la connaissance d’un petit lutin hargneux qui l’invite à aller dans la forêt. La forêt, où ses parents sont allés se promener et d’où ils ne sont pas revenus.Avec du courage, l’aide de son chat et du lutin,elle va essayer de sauver ses parents du danger qui les attend…Ce petit roman tout simple et un peu effrayant nous invite à voir la surdité comme un atout et non pas un handicap.Car Olga est sourde, et comme on le découvrira par la suite, son absence d’audition lui permettra de sauver ses parents d’un cri qu’elle ne peut entendre.L’auteure aborde ici avec subtilité et intelligence la surdité chez les jeunes enfants car à aucun moment le lecteur ne peut se douter du handicap de la petite fille.Une histoire très positive et inclusive qui dédramatise ce handicap auprès des jeunes lecteurs, tout en lui faisant croire au merveilleux. Car à priori, les lutins n’existent pas… Quoique… ?Amélie, Bibliothèque Départementale de l’Ardèche

Le monstre chez moide Amy Giles (traduit de l’anglais par Julie Lopez), aux éditions NathanRoman, dès 12 ansQu’est ce qui se cache derrière un sourire ?Hadley 17 ans est souriante, obéissante, sportive, bonne élève …Pourtant elle ne sort pas beaucoup, n’a pas de flirt !Pour elle, pas de repos, son père est très exigeant : lever 4h30 pour un footing, matchs qu’on doit louper sous aucun prétexte et surtout pas question de s’inscrire dans une autre université que celle qu’il a fréquentée.Sa mère est inexistante, aussi elle se rapproche de sa petite sœur avec qui elle est complice et qu’elle essaie de protéger ! De quoi ?Quels secrets ne peut-elle pas dévoiler alors qu’une enquête est en cours sur la mort de ses parents ?Sophie, Médiathèque de Saint-Paul-Trois-Châteaux

Ma langue dans ta pochede Fabien Arca aux éditons Espace 34Théâtre, dès 10 ans« Je m’appelle Loubia et depuis toute petite, moi, j’adore parler Je suis comme ça ! J’y peux rien.»Au collège Loubia rencontre Louis qui lui ne parle pas.Elle n’a pas sa langue dans sa poche et préfère la mettre dans celle de Louis.Un pièce de théâtre qui alterne des monologues de Loubiaqui nous raconte son quotidien au collège et à la maison où tout n’est pas simple,ponctués par des pauses plus poétiques et philosophiques, comme des respirations indispensables à Loubia.Emmanuelle, OCCE de la Drôme