Want to make creations as awesome as this one?

No description

Transcript

"Les cafeieres les plus belles de l'ituri"

Hubert LEYSexpertRapport Mission Planco, 1946Archives de la société Plantations du Congo oriental, UCL

histoire de la société "plantations du congo oriental"

start

Société créée par Fernand DELMOTTE en 1926, située à Mahagi en Ituri, Province orientale du Congo belgeObjet : élevage et production de caféSociété anonyme à responsabilité limitéeFin de la société en 1963

Café, colons et planteurs1910-1943

index

Genèse du travail de mémoire ........

Mémoire............................

Fernand Delmotte au Nizi.............

Fernand Delmotte en Belgique...........

Fernand Delmotte au Mayumbe...........

Le projet de plantation.............

La société Plantations du Congo Oriental ..........................

Bilans ..............................

Les événements de la société ........

Le café .............................

FICHES

Régime des terres ....................

pg. 40

Leplae.................................

pg. 42

Agriculture .........................

pg. 43

Main d'Oeuvre Indigène............ ....

pg. 44

Ethnies Alurs..........................

pg. 45

Chefferies............................

pg. 47

Cultures ..............................

pg. 48

Les colons...........................

pg. 49

Organisation de la colonie ...........

pg. 51

Sources...............................

Mot du colon..........................

Conflits.............................

Définitions...........................

pg. 54

pg. 52

pg. 50

pg. 53

Genèse de ce travail

Des entretiens avec Brigitte Delmotte, recueil de souvenirs Une rencontre à la bibliothèque de la rue d'Ulm à Paris avec le professeur d'histoire coloniale: Jacques Frémeaux La recherche des archives de la société créée par Fernand Delmotte La découverte des archives dans leur totalité parfaitement conservées aux Archives de l'université catholique de Louvain Copie d'une partie des archives par scanner

Introduction

Souvenirs et mémoires de Pierre DELMOTTEconsignés dansL'"ALBUM BLEU"

view more

Introduction

Mémoire de master2Histoire et civilisations contemporainesUniversité Toulouse II - Jean Jaurès

Bibliothécaire. Chercheur en sciences de l'information et de la communication et en Histoire

0

Stéphanie Delmotte

view more

Un travail sous la direction de Sophie Dulucq professeur, histoire colonialepuis Sylvie Vabre, maître de conférence sur l'histoire des produits avec focus sur le caféDes choix contraintsDes archives très complexes, des déplacements pour scannerLe découpage de 1910 à 1943 est un peu artificiel mais s'est imposé en fonction de l'environnement académique

La Famille delmotte

Facteurs d'orgues à Tournai

une longue tradition familiale de facteurs d’Orgues transmise de père en fils, depuis 1812, Pierre-Fidèle Delmotte (1792-1867) organiste, crée sa propre manufacture à Saint-Léger dans la province du Hainaut en Belgique. ll s’associe avec son frère Théophile Delmotte qui s'est initié au style symphonique chez A. Cavaillé-Colli. Ils s'installent en 1872, à Tournai, La renommée des frères Delmotte s'étend et ils équipent en orgues les églises de Belgique, du Nord de la France et du Pas de Calais. Maurice Delmotte, né en 1855, prend la succession, puis son fils Georges en 1961Plus d'information sur la Manufacture d'orgues à Tournai :

01 Fernand Delmotte

01

voir la pageORGUES DELMOTTE SPRLEn 1812, Pierre-Fidèle Delmotte (1792-1867) horloger auprès de son père, puis organiste, crée sa propre manufacture à Saint-Léger Hainaut Belgique....Orguesdelmottehttp://www.orguesdelmotte.be/

Carrière

24 mars 1910 arrivée au Congo : Société nationale des chemins de fer vicinaux.du Mayumbe.Construction de la ligne Tshéla ─ Matadi. Naissance de son premier enfant Anne-Marie1914-18 : Lyon, où naît son deuxième enfant, Aline, en 1915. En 1917, l’ingénieur travaille aux mines de Decazeville, où naît son troisième enfant, Pierre1918-1926 : Mines d’or de Kilo et Moto, sous la direction du «colonel Moulaert». Directeur du site du Nizi1926-1949 : directeur et administrateur-délégué de la société Plantations du Congo oriental

Naissance à Tournai 23 septembre 1883Etudes à Liège: à 16 ans, ingénieur des Mines. Construction de la ligne de tram Ath – Lessines, « Lignes vicinales » 1907Anna Mat : naissance à Gand, le 3 décembre 1884, rencontre Fernand sur les « Lignes vicinales » 1907 Mariage à Gand le 24 août 1912.

02 Fernand Delmotte

Fonctionnaire ingénieur des mines

Colon

02

Belgique

fonctionnaire

Decazeville

Nizi

Ogondjo

Ingénieur des Mines Chemin de fer du Mayumbe

Colon. Planteur de café

1883-1910

11 Timeline

Biographie Fernand Delmotte

1926-1949

1910- 1914

1914-1918

1918-1925

Mayumbe

1949 décès

Ingénieur des Mines

Ingénieur des Mines Kilo-Moto

fonctionnaire

fonctionnaire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam.

Une histoire controversée

Un "Etat" propriété personnelle d'un monarque Un système d'exploitation domaniale 1851-1892Le régime léopoldien avait les caractéristiques d’une compagnie à charte d’Ancien RégimeGrandes concessions à des sociétés concessionnaires ABIR anglo-belgeANVERSOISEsur le modèle de la colonie néerlandaise à Java 1830-1870modèle repris par le Congo français1908 Colonie gérée par un ministère à BruxellesSituation semblable dans nombre de coloniesCaractère spécifique de la colonie belge :le rôle du capitalismeun fonctionnement en "bloc colonial"Une colonie ni pire ni meilleure que les autresVictime de propagandes et souvent d'informations totalement fausses

Histoire du congo

légendes, mythologies, propagandes

1885-1907Etat indépendant du CongoSuppression de l'esclavage"Oeuvre nationale de civilisation et de mise en valeur"1908-1960Congo belgeReprise par l'Etat belgeCharte de 1908Loi organique

Le Congo économique a été essentiellement l’œuvre du capitalisme européen, selon Stengers1.La particularité belge en Afrique noire coloniale fut la présence de l’État au stade de la production et sa participation dans le capital des entreprises coloniales, notamment des compagnies minières, pointe EtemadStengers Jean, 2005, Congo : mythes et réalités, Réédition augmentée de la première édition publiée en 1989 chez Duculot, Paris-Louvain-La-Neuve., Bruxelles, RacineEtemad Bouda, 2005, De l’utilité des empires : colonisation et prospérité de l’Europe XVIe-XXe siècle, Paris, A. Colin

VELLUT Jean-Luc, Hégémonies en construction : articulations entre État et entreprises dans le bloc colonial belge (1908-1960)"bloc colonial"conjonction qui réunissait pouvoirs publics et privéL’État détenait des participations dans le capital des entreprises coloniales, soit en contrepartie d’un actif qu’il y apportait, soit en échange de la concession de droits miniers, par exemple.Les assemblées législatives de la métropole belge n’eurent qu’un rôle effacé dans les questions coloniales. Le ministère des Colonies régna en maître durant toute la période coloniale jusqu’aux années 1950, lorsqu’une « modernisation » accélérée de la société et de l’économie congolaises fut envisagée.

Map

Congo

l'Ituri

4 Provinces en 1926puis 6 provinces en 193321 DISTRICTS

view more

Mayumbe

Ituri

LOCATIONLorem ipsum dolor sit amet consecteteur auri set

LOCATIONLorem ipsum dolor sit amet consecteteur auri set

03 Fernand Delmotte "MANDEFU"

construire une ligne devant relier un point accostable de l'estuaire du Congo (Boma) à un point de la frontière avec le Congo Français

Société des Chemins de fer Vicinaux du Mayumbe, créée par décret du 30 juillet 1898La ligne sera limitée à Tshela. Elle est longue de 140 km, allant de Boma à Tshela.En octobre 1901, le rail atteint la Lukula. En 1910, l'État décide de prolonger la lignede Lukula à Tshela. Les travaux se terminent en 1914Fernand Delmotte est appelé MANDEFU "Grande Barbe" par les Congolais, selon leur habitude de donner un surnom

Société des Chemins de fer Vicinaux du Mayumbe

1910-1914

Bavu, km 86, "Mon château et mon boy", 1910, ",Album bleu"

01

01

03

view more

J.-L. Vellut, dans son article "Image du Blanc en colonie" explique que les Africains avaient un regard moqueur sur les Blancs et les ont caricaturés de mille manières. Chaque Européen était affublé d’un sobriquet, en allusion à un tic de langage, un détail physique ou au souvenir d’un épisode marquant ; ainsi en Swahili on trouve la désignation « Mandevu » pour « grande barbe »( in Vellut Jean-Luc, 2017, Congo : ambitions et désenchantements, 1880-1960 : carrefours du passé au centre de l’Afrique, Paris, Éditions Karthala (coll. « Hommes et sociétés »), 509 p.)

03 Fernand Delmotte

Les équipes se déplacent au gré des travaux avec des maisons démontablesLes familles vivaient proches des ingénieurs

Société des Chemins de fer Vicinaux du Mayumbe

1910-1914

Anna et leur premier enfant dans un intérieur, 1913, Archives familiales

les ingénieurs sont accompagnés de leurs épouses: L'épouse Anna témoigne de leurs conditions de vie et du courage de ces femmes qui vivaient avec de jeunes enfants dans un environnement sommaire, où s’établissaient des liens d’entraide, qui apparaissent sur des photos d’intérieurs partagés par plusieurs jeunes mères avec leur enfantA noter : le rôle des femmes européennes, au Congo Belge, reste peu cité

Maison démontable, 1913, Archives familiales

"Gender Studies"L'histoire des femmes apparaît "en filigrane"La mémoire des familles est recueillie et transmise essentiellement par les femmes

03 Fernand Delmotte

Un village dans le Mayumbe

L'ingénieur s'intéresse aux autochtones à leur mode de vieà leur artà leur culture

Société des Chemins de fer Vicinaux du Mayumbe

1910-1914

Un autochtone fumant la pipe. Mayumbe, Archives familiales

Ces images montrent le contexte des rencontres entre les Belges et les Congolais

A penser plus en termes de CULTURE (Lévi-Strauss)Une situation interculturelle (Vellut)

view more

Lévi-Strauss se refuse à laisser tout un chacun se faire enfermer par la notion de « race »mais préfère celle de CULTURE.« On ne saurait prétendre avoir résolu par la négative le problème de l’inégalité des races humaines, si l’on ne se penche pas aussi sur celui de l’inégalité — ou de la diversité — des cultures humaines qui, en fait sinon en droit, lui est, dans l’esprit public, étroitement lié », écrit-il explicitement.Il préfère ainsi à la notion de race, « dont l’usage est bien dangereux », celui de diversité des cultures.Il montre par là que l’on peut ne pas effectuer de confusion entre les deux.« Et le problème de la diversité ne se pose pas seulement dans leurs rapports réciproques ; il existe aussi au sein de chaque société, dans tous les groupes qui la constituent : castes, classes, milieux professionnels ou confessionnels etc. », note-t-il, ce qui apparaît comme une réalité à travers les époques et les lieuxStrauss Claude Lévy-, 2001, Race et histoire ; [suivi de] Race et culture, Paris, Albin Michel UNESCO (coll. « Bibliothèque Idées »), 172 p., p.12-13

site Chemin de fer du Mayumbe https://kangu11.wordpress.com/2009/02/23/chemin-de-fer-boma-tshela/

04 Fernand Delmotte

Régie industrielle des mines

constituée d’un comité qui comprend un président, un fondé de pouvoir, deux administrateurs ingénieurs, un secrétaire général et un représentant du ministère.

directeur dU site DU Nizi,Mines de Kilo et Moto

Kilomines. Clean up I, on ramène le gravier dans les bacs supérieurs, 1921 Archives familiales

1918-1926

Voir la région :

ARSOM, Carte des concessions minières

En 1923, le personnel est constitué de 44 Européens, un médecin et de 1.500 à 2.300 travailleurs africains, réguliers et auxiliaires confondus

Dirigée par Georges Moulaert, dit « le colonel Moulaert »

04

04 Fernand Delmotte

Encadrement des travailleurs L'ingénieur est très apprécié, comme note Pierre Daye

une vie sociale

Photo de groupe, 1921, archives familiales

Une vie sociale intense dans et en dehors de la Régie

Nizi, promenade en voiture, 1921, Archives famililaes

Des collègues, dont :Moulaert, Monti, Siffer, Forget

avec des actions : les cultures vivrièresdes projets :Le "Syndicat des Mines"

Nizi

Kilo dépend, comme Moto, de la Régie industrielle des Mines. La direction est actuellement assurée par un homme aussi entreprenant et actif que courtois et adoré de ses subordonnés : l’ingénieur Delmotte. C’est une remarque digne d’être faite, et qui est tout à l’éloge de nos coloniaux, que partout où se révèle un chef digne de ce nom, tous ses collaborateurs, jusqu’aux plus humbles, loin de rechigner devant les tâches qu’on leur demande, admettent l’autorité qui les dirige, aiment sa fermeté, et font assaut d’émulation dans l’accomplissement de leurs travaux respectifs. Un animateur est, au Congo, un homme heureuxPierre Daye, 1923, L’Empire colonial belge, Bruxelles : Ed. du « Soir » Paris : Berger-Levrault. p. 329-330.

04 Fernand Delmotte

Nizi maison du directeur, 1918-1922, Archives familiales

Nizi, "Le triomphe de l'agriculture", 1922, Archives familiales

Les Congolais travaillent dans des conditions que Fernand n'accepte pas toujoursLes employés congolais sont plus ou moins "captifs" du système des MinesFernand s'oppose au colonel Moulaert. Celui-ci lui fait quitter son poste de fonctionnaire 2 mois avant sa fin de terme en 1926

05 Le projet de plantation

En 1925, dans le contexte de développement prometteur de la colonie et de ses ressources agricoles, il élabore avec de futurs sociétaires un projet de plantation calqué sur les préconisations de LeplaeLes sociétaires : membres de la famille, amis, bourgeoisie de Tournai

1925

1921

Ogondjo. Plaine d'Iswa vue du Mokambo, 1933, Archives familiales

"Projet de plantation de café dans l'Ituri : programme de 250 hectares à mettre en culture en 3 ans" Archives, documents d'entreprise : Dépenses prévuesEvaluation du fonctionnement en année normale

05

Fernand Delmotte veut fonder une société, en faisant apport d'un terrain de 500 hectares

DEPENSES PREVISIONNELLES 1ère année2ème année3ème annéeTotauxTraitement des blancs50.00050.00050.000150.0002°) salaire de défrichement25.00017.00017.00059.0003°) salaire pépinières et plantations20.00015.00015.00050.0004°) salaire entretien8.00014.00022.0005°) outillage et matériel agricole10.0005.0005.00020.0006°) construction et matériel (habitations, usine)25.00050.00075.000150.0007°) frais généraux12.00012.00012.00036.000142.000157.000188.000487.000

Traitement blancs75.000Entretien 250 ha x 80 j. x 1,00 fr20.000Cueillette 250 ha x 20 j. x 1,005.000Outillage2.500Préparation : 185.000 X 25046.250Frais expédition 185 T. à 1.300 fr240.500Amortissement usine 150.000 en 10 ans15.000Plants 350.000 en 30 ans12.000Frais généraux18.000Total frais434.250Prix de vente moyen 185.000 x 7.5 fr1.387.000Bénéfice net952.750Prix de vente minimum 185.000 x 5 fr925.000Bénéfice net490.750

Sociétaires 10/04/1926ProfessionLien avec Fernand DelmotteAlphonseBEUDINCommerçantAlineBURYSans professionMère de FernandEdmondCARTONAvocatLéonardCARTONIndustrielLien E. CartonVeuveCOLINSans professionLéonardCOLMANTIndustrielLien E. CartonFernandDELMOTTEIngénieurGabrielleDELMOTTEProfesseurSœur de FernandMauriceDELMOTTEFacteur d'orgueFrère de FernandGeorgesDELPORTEFondé de pouvoir, banqueÉpoux de la sœur de Fernand, CécileEvaDRAPPIERSans professionJeanDRAPPIERIngénieurLéonGABRIELProfesseurLien F. GualbertFirminGUALBERTIngénieurAmiCamilleJADOTPharmacienÉpoux de la sœur de Fernand AliceÉmileHAUSTRATEIndustrielAmiPaulHERVEPropriétaireLien M. DelmottePaulHESPELNégociantLouisHONORECommerçantÉpoux de la sœur LaureCélestinLEGRANDJuge d'instructionBeau-frère de E. CartonSimoneLEGRANDVeuve J. JacquesLien E. CartonErnestMATIngénieurFrère de AnnaLéonTIBERGHIENLien L. HonoréErnestTOCKSecrétaire communalAmi

06 Société Plantations du Congo oriental

Société anonyme à responsabilité limitée

1921

Objet : agriculture et élevage

Document Ministère des Colonies

06

création 10 avril 1926 Tournai

Conseil d'administration

Kilo dépend, comme Moto, de la Régie industrielle des Mines. La direction est actuellement assurée par un homme aussi entreprenant et actif que courtois et adoré de ses subordonnés : l’ingénieur Delmotte. C’est une remarque digne d’être faite, et qui est tout à l’éloge de nos coloniaux, que partout où se révèle un chef digne de ce nom, tous ses collaborateurs, jusqu’aux plus humbles, loin de rechigner devant les tâches qu’on leur demande, admettent l’autorité qui les dirige, aiment sa fermeté, et font assaut d’émulation dans l’accomplissement de leurs travaux respectifs. Un animateur est, au Congo, un homme heureuxPierre Daye, 1923, L’Empire colonial belge, Bruxelles : Ed. du « Soir » Paris : Berger-Levrault. p. 329-330.

Conseil d'administrationFirmin GualbertEdmond CartonFernand DelmotteCamille Jadot (époux Alice Delmotte)Émile HaustrateCommissairesMaurice Delmotte (frère)Ernest Tock

06 La société Plantations du Congo oriental

1926/1927 Installation

1921

Vie en brousseUne vie rudimentaire et précaire d'abordUne épouse dévouée Mobilier : le style "Louis Caisse", à mettre sur pieds pour ne pas donner accès aux bestioles

Le couple est séparé de ses enfants placés en pension en Belgique et aux bons soins de la famille

Nous sommes toujours dans des huttes. La maison s'achève mais bien lentement. Cependant il devient grand temps que nous déménagions. La saison des pluies est arrivée et il pleut un peu partout dans les huttes. Je voudrais pouvoir vous envoyer une photo de notre intérieur ! Un fourbis inimaginable ! Cela ressemble à une grange dans laquelle on aurait entassé tables, chaises, étagères, meubles etc.LETTRE D'ANNA A LOUISE 29/03/1927

Si le commerce marche bien c'est en grande partie à Anna qu'ils le doivent. Il faut, outre la confection, couper, étiqueter etc. chaque morceau d'étoffe ou chaque article vendu. Les étiquettes sont enlevées par le vendeur qui les rend chaque soir avec l'argent, c'est un contrôle des sommes reçues. Un contrôle est effectué aussi une fois par semaine des livres, Anna est occupée à cela 4 à 5 h par jour au moins ; le soir ils font les comptes ensembleLETTRE DE FERNAND OCTOBRE 1927

LEONARD Guillaumechercheur au Musée Royal de l'Afrique centrale"Un divorce belge : expériences contrastées du planteur belge de café au Kivu (1945-1960)"inVan Schuylenbergh Patricia, Lanneau Catherine et Plasman Pierre-Luc, 2014, L’Afrique belge aux XIXe et XXe siècles : nouvelles recherches et perspectives en histoire coloniale, Bruxelles Bern Berlin [etc.], P. Lang (coll. « Outre-Mers »).

Fernand : Merci pour votre amabilité pour nos fillettes ! Cela nous a beaucoup touchés. Elles sont si seules les pauvres petites et pour si longtemps! Car je ne pense pas qu'il me sera possible de revenir avant 1929.Anna : Grand merci pour l'offre si aimable de vous charger des fillettes pendant une partie des vacances.Archives UCL, Lettres d’Anna et Fernand Delmotte, 29/03/1927, Liasse no.94

CLAESSENS Le Haut Ituri et l’Uélé oriental pays de colonisation : installation d’une ferme expérimentale, 1925, Bruxelles, Empr industrielle et financière

07 La société Plantations du Congo oriental

Les evenements

Premières floraisons : Collignon 1927, Archives UCL

1926-1929

Démarrer l'aventure du café

Recherche et découverte du terrain Enquêtes réglementaires"Mise en valeur"Création de routesConstruction de maisons d'habitationConstruction d'un village pour les travailleursDéfrichages et plantation d'OGONDJO

1929-1934

Premières productions

Premières productionsCréation de la deuxième plantation au MÊCréation d'une usine de traitement du caféPremières commercialisationsChute des cours du café

1935-1938

1939-1943

Marasme et difficultés

Les années trente

Lutte contre les ennemis : vers, sécheresse, vents desséchants venant du NordAugmentation de la surface selon la demande du CA en dépit des préconisations gouvernementalesAppauvrissement des sols Cours du café très basAides et prêts proposés par le Gouvernement : non utilisés par la Planco

Le directeur est remplacé par un agronome Théodore de OtsoligFernand Delmotte n'est plus rémunérécontraint de reprendre et racheter le fonds de commerce Perte totale de la meilleure récolte de 100 tonnes en 1940 (guerre)Appel au Crédit agricole et emprunt de 150.000 fr

07

STENGERS"Les idées maîtresses qui guidaient la politique coloniale :une œuvre nationale, de civilisation et de mise en valeur"Congo. Mythes et réalité; ,Bruxelles, éd. Racine, 1925

07 La société Plantations du Congo oriental

Les personnels

Pollet, Mme Meesen, Mandefu, 1933, Archives familiales

1926-1929

Un directeur seul

Delmotte : directeur et administrateur-déléguéContrat court d'un Boer pour le défrichage

1929-1934

Une équipe

Delmotte : directeur et administrateur-déléguéForget : comptabilité et commerceCollignon : directeur des cultures

1935-1939

1939-1943

Turn over

Des conflits

Delmotte : directeur et administrateur-déléguéCollignon : directeur des culturesOtsolig : expert agronomie 3 mois par an

Otsolig : directeurDe Craene : plantationsCollignon directeur des culturesGreen

"Main-d'oeuvre indigène" M.O.I.

Capitas : encadrementPlantons : surveillantsClercs : écritures, secrétariat, "homme à tout faire"Ouvriers.ères : divers, artisans, travaux aux champs, élevage, récolte, tri

250 à 500 travailleurs par an selon les annéesTribu des ALURS (pasteurs)Réguliers avec un contrat sur plusieurs annéesSaisonniers pour la récolte et le traitement

Une relation de proximitéUne vie commune en brousseFernand Delmotte a des liens forts avec son "staff" :OPIERAERNESTALPHONSE

Les Congolais embauchés sont formés à tous les métiersMission des Pères Blancs

Réglementation par le Gouvernement

07 Société

jusqu'à 1185 hectares en 1946

deux plantations de café, 45 km de routes carrossables, quatre maisons d’habitation pour Européens, un barrage sur la rivière «Arow» proche, une usine alimentée par la force motrice hydraulique, un village de travailleurs, une école, bois cultures vivrières, un élevage de bétail, une pêcherie et une corderie, hangars et claies de séchage pour le poisson (lac Albert) cinq magasins. et des "comptoirs" de commerce plus ou moins ambulants

Le domaine

Maisons d'habitation et caféiers,, 1933, Archives familiales

07 Société

Le café

Claessens, 1925, aspect de la brousse avant culture

500 ha "fonctionnaire méritant" : Plantation "Ogondjo"jamais reconnu, Fernand Delmotte doit l'acheter

Achats, ventes de terrains et baux emphythéotiques

« Rapport Mission Planco », audit réalisé en 1946 par Hubert Leys, Liasses no.20 version expurgée et no.56, version intégrale

1925

1930

500 ha: achat de la plantation du "Mê"185 ha : rachat d'un terrain de Fernand Delmotte

1931

pêcherie sur les rives du lac Albertet hangars

Un processus long et délicat

le choix de la variété de café, en fonction du terrain et des certaines caractéristiques botaniques du café choisil’achat et la qualité des terrainsl’achat et la qualité des semences : les conditions climatiques et édaphiquesle mode de culture et les méthodes utilisées en fonction des critères précédentsla répartition et l’organisation des caféièresl’organisation du travailla lutte contre les ennemis du café et leurs remèdesla récoltela préparation du café après récoltele transportla commercialisationla prise en compte du marché de consommateurs

Culture et production

Caféiers et coupe-vents, 1933, Archives familiales

La "chaîne de valeur du café" (Daviron & Ponte)

08 Le café

08

Café ArabicaOpérations →État du produitPépinière →PlantulesPlantation →Plantules - dans le vergerEntretien des plantules →Caféiers adultesDésherbage, fertilisation, taille, pulvérisation… →Cerises de café sur les caféiersRécolte →Cerises de café récoltéesvoie humideTransport →Cerises de café livrées à l’usine de dépulpagevoie humideDépulpage →Cerises dépulpéesvoie humideFermentation →Cerises fermentéesvoie humideLavage →cerises fermentées et lavéesvoie humideSéchage →Café parche T1voie humideStockage →Café parche T2voie humideTransport →Café parche à l’usine de déparchagevoie humideDéparchage →Café vert en vracNettoyage, triage, calibrage, ensachage →Sacs de café vert calibréTransport - pour le port →Sacs de café vert calibré au port du pays producteur T1Stockage →Sacs de café vert calibré au port du pays producteur T2Embarquement →Sacs de café vert dans le bateau du pays producteurTransport →Sacs de café vert dans le bateau du pays consommateurDébarquement →Sacs de café vert calibré dans l’entrepôt du pays consommateur T1Stockage →Sacs de café vert calibré dans l’entrepôt du pays consommateur T2commercialisationMélange →lots café vert mélangésTorréfaction →lots café vert mélangésMoulure →Lots café torréfiéTransport →Sacs de café torréfié au point du consommateurStockage →Paquets de café torréfié au point du consommateurPréparation - de la boisson, consommationCafé prêt pour la consommation

Café moka du Kenya

Plants de café semences "café pour moka" des Pères du Saint-EspritKenya

Traitement du café

Usine de traitement en construction, 1933, Archives familiales

Utilisation de la rivière Awo et sa force hydraulique :Création d'une usine de traitementConstruction d'un séchoir

08 Le café

La propriété

Mise en place d'un étangretenue d'eaubarrageforce hydraulique

Maison du directeur , Ogondjo, 1933, Archives familiales

Maison du directeur , Ogondjo, 1933, Archives familiales

Le premier terrain 500 hectares

Plan de la propriété, Liasse no.76

ét ang

prairie clôturée

magasins ateliers

habitations

potager

Plans des plantations à 1:10.000 par Otsolig, 15/06/1937, Ogondjo Liasse no.76

Plans des plantations à 1:10.000 par Otsolig, 15/06/1937, Mê Liasse no.76

Annexe à la demande de terres introduites le 8 mars 1930 par la société Plantations du Congo oriental" à Mahagi ; échelle 1/20000

Archives de l'UCL

Toute une société

les occupants :

PLANCO

superficieOccupants1réserve vétérinaire2315VDE BRUYNENioka3126FORGETNioka4199F.ROYNioka5500M.SIFFERNioka6177SelimanMIRROWNioka7500N.SCHAFRAD8Centre commercialNioka9100SelimanMIRROWNioka10182J.VAN THIELENDra11250MORDANT11250BEELEN1225Africa Inland Mission13125Pères BlancsLogo13A200Pères BlancsLogo13B300Pères BlancsLogo14500FernandDELMOTTELogo15200SelimanMIRROWNiarembe1678Africa Inland Mission1740Africa Inland Mission1873Africa Inland Mission1933MirzaSHORAB20100JOUBERT21100SMITH22185DEBEER23235J.J. pèreDUTOIT24236J.J. FilsDUTOIT25230R.P.DUTOIT26200DUPLESSIS2715 000Foncière et immobilière28500PLANCO29185FernandDELMOTTE29'185FernandDELMOTTEplan liasse no.76

Domaine de 1.185 ha2 terrains et plusieurs champs

La valeur des plantations augmente au fil du temps

08 Bilans

08

Les plantations

Lorem ipsum dolor sit amet consectetuer

Bénéfices et pertesDébut des années 1930 très difficileMilieu des années trente : sécheresse, vers et fatigue des caféiersUne embellie espérée à la fin de la décennie, ruinée par le début de la guerre

La vente du café1929 : débuts aux alentours de 10 fr le kg1931-33 : chute brutale1934-36 : une faible remontée (moyenne 8 f/kg)1937- : descente continue à une moyenne aux alentours de 5 fr/kg

08 Bilans

08

La vente du café

Bénéfice café

Dans les années 1930 :-1ère qualité A, B, AP, PB ; -2ème qualité AVS, BVS, TV ; -3ème qualité buni et brisures

08

La préparation, les grades

Bénéfice café

Importance de la préparationL’Arabica, le traitement délicat par voie humideLes grades : une évolution lente depuis le début du XXe siècle

08 Bilans

Production de café

Faible par rapport aux espoirs initiauxPerte totale de la meilleure récolte en 1940Chute de la production suite à la forte taille

Augmentation régulière des surfaces jusqu’à 1939 d'après les ordres du conseil d’administrationSuppression de certaines surfaces et taille forte par Otsolig à partir de 1939

08

Surface des caféières

Bénéfice café

Production

08 Bilans

Bilan de l'entreprise

Analyse de la comptabilité : des ratios équilibrés

Une situation saine financièrement en 1939Pas d’emprunt

08

Surface des caféières

08 Bilans

La situation d’un colon

Pas de soutien du gouvernement

Se soumettre à des sociétaires éloignés ne connaissant rien du terrainDes sociétaires mécontents (pas de dividendes de 1932 à 1935)

Les jeux politiques aux mains du ministère des colonies et des grandes sociétésLe poids des injonctions : «mise en valeur», «moralité», «exemple pour les Congolais»Des règlementations contraignantes pour l’acquisition des terres, la gestion de la main-d’œuvre, les taxationsUne vision édulcorée des «experts» gouvernementaux comme LeplaeUne absence de droits politiquesUne faible marge de manœuvre

09 Conclusion

09

Le poids du système capitaliste

Incompréhension entre «Belgicains» et colons

Concurrence acharnée des Mines

Un conseil d’administration et des décisions «hors sol»Une animosité croissante envers le directeur

Un gouvernement qui favorise les grandes entreproses concessionnaires

Le Régime des terres 1908

Par un décret du 29 janvier 1924 (B.O. 1924, p. 136), note Heyse, le Gouvernement a voulu «donner certaines facilités à des personnes déjà acclimatées et aimant l’Afrique, avec un décret leur attribuant une concession gratuite pouvant atteindre 500 ha». Cela s’appliquait aux anciens fonctionnaires méritants ayant accompli 12 années de services effectifs et ayant été bien notés (une note 3 ou un «Bon»). Les anciens fonctionnaires ont eu le choix de terres à caractère résidentiel ou à destination agricole ou d’élevage. Dans le premier cas, il fallait qu’elles soient situées en dehors des limites des circonscriptions urbaines et des postes du Gouvernement; dans le deuxième cas, elles devaient être choisies à plus de 5 km des dites agglomérations

Dès l'origine de l'EIC paraissent des ordonnances et des décrets en vue de protéger les indigènes contre les tentatives de spoliation et leur inexpérience"Décret du 3 juin 1906 : précisions sur les occupations indigènes de manière à maintenir aux collectivités toutes les utilités qu'elles retireraient des terres"1908Les cessions et concessions ne sont accordées que sous réserve du respect du droit des indigènes Les cessions et concessions sont subordonnées à une enquête préalable ; c'est donc sur la présomption des droits résultant des occupations indigènes qui sont la règle

02

FICHE

Heyse, Théodore. Grandes lignes du régime des terres du Congo belge et du Ruanda-Urundi et leurs applications (1940-1946)

Attribution de 500 ha aux fonctionnaires méritants 1924

54 fonctionnaires ont reçu un terrain

Le Régime des terres 1908

Le contrat est dressé en présence d'un délégué spécialement désigné et chois parmi les magistrats du ParquetIl en résulte une insécurité du point de vue des propriétés du droit civil parce que les revendications éventuelles d'indigènes peuvent se présenter à tout moment et sans qu'il soit mis un terme à celles-ci par l'expiration d'un délai quelconqueLa force légale du procès-verbal constatant la vacance des terres n'était pas définie et seule une procédure basée sur l'ordonnance du 30/09/1922 permettait aux indigènes de renoncer par acte authentique à des droits fonciers qu'ils exerçaient sur les terresDécret du 6/02/1934. Rend inutiles dans beaucoup de cas, les délimitations générales des teres prévues par le décret de 1906

02

Heyse, Théodore. Grandes lignes du régime des terres du Congo belge et du Ruanda-Urundi et leurs applications (1940-1946)

L’obtention de terrains est soumise à la réalisation ou non de l’injonction de «mise en valeur» par le gouvernement de la métropole. L’article 15 de la Charte coloniale reste toujours la base juridique du régime des cessions et concessions tel qu’il fut modifié par la loi du 5 mars 1912

La situation de la Planco, société privée créée par un colon, la met dans une position où elle dépend de l’administrateur territorial, du commissaire de district et des chefferies, pour l’obtention de terrains ou de travailleurs.

FICHE

Leplae ,

02

1923, Prix de revient et rendements probables de plantations au Congo belge dans la revue Congo. Revue générale de la colonie belge1936, Les plantations de café au Congo belge.

Expertise, politique agricole

Planteurs au 1er janvier 1934 selon Leplae 1937 :

CAFECafés sauvages au CongoLe botaniste belge Émile Laurent joua un rôle décisif dans l’implantation de la caféiculture au Congo et dans le monde avec une espèce qui sera connue plus tard comme le «café INÉAC».AGRICULTURELeplae compare la gestion d’une plantation au Congo au travail d’une ferme en Belgique :"La culture du café est facile, contrairement à l’exploitation si compliquée d’une ferme belge. Ainsi la culture du café peut être abordée par des personnes qui, sans grande pratique agricole, possèdent l’esprit d’organisation et se sont instruites par un stage dans la plantation expérimentale de l’État».

ingénieur agronome, directeur au ministère de l’agriculture

il faut donc imposer le travail obligatoire aux indigènes, «pour les obliger à cultiver soit par ordre, soit par impôt» pourconseiller les Congolais dans les cultures à mener et vérifier que les quotas prescrits étaient respectéséviter les famines et de pourvoir à l’alimentation régulière des travailleurs

« l’agriculture indigène est une culture arriérée »

Comme l’agriculture tropicale comportait des risques considérables et était soumise aux fortes variations des cours mondiaux, on estima qu’elle devait être pratiquée par «l’indigène» Jewsiewicki, 1979, Le colonat agricole européen au Congo belge

Leplae, Les cultures obligatoires dans les pays d'agriculture arriérée

FICHE

1. Bas et Moyen-Congo – Lac Léopold II et Kwango : régions avec pluies irrégulières et longue saison sèche.District du Bas-Congo : 21 planteurs, 25 plantations, 1.233 ha. Compagnie J. Van Lancker ; Société de Colonisation agricole du Mayumbe ; Société d’Agriculute et de Plantations au Congo ; Compagnie Coloniale Belge ; Société Palmegger ; Compagnie des Produits du Congo ; les colons Jacques, Drousie, Nunes et Fréytas, ; Missions de Scheut et des Rédemptoristes ; Mission des Jésuites à Kisantu avec le Frère GilletDistricts du Kwango et du Lac Léopold II : 17 planteurs, 710 ha ; société la Forescom ; la Texaf ; la Compagnie du Kasai ; Missions de Scheut2. Congo centralDistrict du Congo-Ubangui: 12 planteurs, 23 plantations, 2.763 ha ; Compagnie de Libenge ; Compagnie du Kasai ; l’Équatoriale ; la grande Plantation de la Société Agricole ; la Sécia ; le colon Pollet ; Missions de ScheutDistrict de la Tshuapa : 21 planteurs, 30 plantations, 3.509 ha ; Forescom ; Plantation de Djombo ; Sicomac ; Synkin ; Lukolela Plantations ; Sécli ; le colon Anderson ; Missions de Scheut, de Mill Hill, de ten BunderenDistrict de l’Uélé: 24 planteurs, 28 plantations, 4.638 ha ; Société Cemmerciale et Minière ; Société des Plantations de Dembia ; Société Cotonnière de Bomokandi ; Société Belgika ; Société Brockivu ; les colons Ferytag, Daelman etc. ; Missions des Prémontrés et des DominicainsDistrict de Stanleyville : 29 planteurs, 28 plantations, 8.052 ha ; Société des Plantations de la Biaro ; Bamboli Cultuur Maatschappij ; Compagnie du Lomami et du Lualaba ; Société du Haut-Uélé et du Nil ; Belgika ; Lowa ; Cafco ; Cafégas ; Plantation de Bolame ; les colons Deleuze, Prüm, Gaspar, Mosselmans etc.District du Maniéma: 16 planteurs, 20 plantations, 1.767 ha ; Société Belgika ; Société de Lowa ; les colons Vendelmans, Parmentier, Chantraine, Detienne, Delandsheere, Thierry, etc.District du Kasai : 12 planteurs, 13 plantations, 896 ha ; Société d’élevage et de Culture ; Société industrielle des Bois et Plantations du Kasai ; les colons Rey, Vervoort, Van Velsens, Bartin, Vandenbrock etc. ; Missions de Scheut3. Région du KatangaDistrict du Lualaba : 12 planteurs, 3 plantations, 1.274 ha ; Compagnie du Lubilash ; Agri-Congo, les colons Baudelet, Vanweehaeghe, Verlaine etc. ; Missions des Franciscains, des Méthodistes etc.District du Tanganyka : 1 plantation, 1.200 ha ; Société des Plantations de Katompe4. Région des Grands LacsDistrict de Kibali-Ituri: 47 planteurs, 57 plantations, 3.291 ha ; Société Speli ; Fincaf ; Société du Haut-Uélé et du Nil ; Compagnie de l’Uélé ; Société des Plantations de l’Ituri ; les colons Siffer, Puttemans, Roy, Lowies, Puffet, Rensonnet, Toussaint, Orban, Collée et Jacobs, Van Rooyen, Grobler, CatchPole, Dubois, Bastin, Verheileweghen, Chaidron, Meessen, Morimont, Closset etc. ; Missions des Pères BlancsDistrict du Kivu : 94 planteurs, 128 plantations, 9.938 ha ; Société Auxiliaire Agricole du Kivu (SAAK) ; Société Cafco ; Compagnie de Linea ; Société d’Entreprise du Kivu ; Société Brockivu ; Caca ; Spek ; Société des Plantations de la Niongéra ; Syndicat des Planteurs du Kivu, Interfina ; Société des Plantations de Gwessé ; Syndicat Agricole du Kivu ; Domaine de Cognée Kavumu ; Société d’Études et Plantations du Kivu ; les colons Dierckx, de Bonhomme, Costa, Deschrijver, Cosyns, Cornelius, Papazoglakis, De Semeries, Castanier, Sapieha, Babault, Bisman, DeCoster, Valette, Parodi, Rappoort, Moreau, Duplan, Boulogne, Vandelanote, Bona, Scarpa, Misonne etc. ; Missions de Lulenga, Bobandana, Katana, Kabara, Gwessé, Nya-Ngési

SERVICE AGRICOLE

1908 : peu de développement agricole1910 : Mission de LEPLAE, Service agricole Jean CLASSENS mandaté pour une inspection des plantations1922 : CLAESSENS directeur au ministère des colonies fonde la Ferme expérimentale de Nioka1932-33 CLAESSENS accompagne le Prince lors de son voyage d'étude1934 CLAESSENS fonde l'INEACInstitut National pour l'Etude Agronomique au Congo

02

FICHE

Le traitement de la "Main d'Oeuvre Indigène" (M.O.I.)

Salaire+ Ration pour chaque homme et chaque semaine:Farine de manioc: 7.200 grHaricots: 500 grHuile de palme : 300 grViande fraîche : 1.400 grLégumes frais: 1.000 grSel: 100 grVivres à bas prixUne houeUne machetteUne couvertureUne culotte+ Avantages de la Planco : fournit un terrain pour les cultures personnelles

La législation mise en place après 1908 avait fait appel à de «l’ingéniosité» pour régler l’épineuse question de l’emploi de la main-d’œuvre indigène (M.O.I., terme employé dans l’administration), d’une manière qui favorise la prospérité de la colonieLes salaires étaient généralement fixés par les commissaires de province et de districts.Elle doit leur fournir la «ration» en nature suivant les règlements officiels.

02

FICHE

LES ALURS, des nilotiques

Habitants du Congo ancienCLANfamille nucléaire qui abrite 2 clansla plus petite unité familiale : union de la mère et de l'enfant en filiation matrilinéaire ou encore du père et de l'enfant en filiation patrilinéaireréalité homogène sur le plan de la parenté

02

Peuples

NDAYWEL E NZIEM, 1998, Histoire générale du Congo,

"Hommes et structures"

ETHNIEexcroissance de la structure claniqueacquiert une plus grande importance comme mode d'organisation de la sociétéLes ethnies connaissent des évolutions divergentes suivant les circonstances et le dynamisme des aristocraties en place

Les Pygmées et les Bantus semblent avoir été les occupants les plus anciens (Ndaywel è Nziem)Les Bantus ont refoulé les autochtones vers les régions les plus défavorisées et, en même temps, des phénomènes d’assimilation eurent lieu entre les différents groupesIl y eut ensuite l’arrivée de populations d’origine soudanaise et nilotique, qui vinrent réaliser l’identité démographique congolaise. L’essaimage des Soudanais vers le Sud semble être un phénomène ancien et s’est effectué par vagues successives (Ibid. : 194). Les Soudanais ont refoulé les Bantu qui occupaient ces terres, ce qui a abouti à un certain nombre d’organisations centralisées. Puis il y eut une invasion plus récente dans la région, dans le Kibali-Ituri, de populations nilotiques: Nyoro, Toro, Nkole, en Uganda, Rwanda et Burundi; au Congo les Alurs et, dans une moindre mesure, les Hemas.

365 groupes ethniques du Congo au XXe siècle

FICHE

LES ALURS

Les Pygmées et les Bantus semblent avoir été les occupants les plus anciens (Ndaywel è Nziem)Les Bantus ont refoulé les autochtones vers les régions les plus défavorisées et, en même temps, des phénomènes d’assimilation eurent lieu entre les différents groupesIl y eut ensuite l’arrivée de populations d’origine soudanaise et nilotique, qui vinrent réaliser l’identité démographique congolaise. L’essaimage des Soudanais vers le Sud semble être un phénomène ancien et s’est effectué par vagues successives (Ibid. : 194). Les Soudanais ont refoulé les Bantu qui occupaient ces terres, ce qui a abouti à un certain nombre d’organisations centralisées. Puis il y eut une invasion plus récente dans la région, dans le Kibali-Ituri, de populations nilotiques(en violet sur la carte) : Nyoro, Toro, Nkole, en Uganda, Rwanda et Burundi; au Congo les Alurs et, dans une moindre mesure, les Hemas.

02

Peuples

L'Afrique des routes.Catalogue de l'expostion au Musée du Quai Branly, 2017

LES CHEFFERIES

«tout indigène fait, en principe, partie d’une chefferie dont il indique la composition Ceux-ci concourront officiellement, avec les agents coloniaux de tous grades, à l’administration de la population noire à laquelle une certaine autonomie est laissée». volonté d’organiser plus complètement la population de la colonie dans le cadre des chefferies et exprime que son intérêt n’est plus seulement administratif mais «civilisateur». Dans sa déclaration, le ministre des colonies à cette époque affirmait: «Le but était de constituer dans toute l’étendue de la colonie, des groupements animés d’une vie propre et munis de moyens d’action traditionnels destinés, tout d’abord à pourvoir, selon leurs vues et sous la surveillance du gouvernement, aux intérêts communs des membres des groupements dans le cadre de l’organisation politique et administrative générale; en outre, à réaliser les mesures prescrites par le gouvernement pour améliorer les conditions matérielles et morales des indigènes qui en font partie»

Les chefferies sont des groupements administratifs organisés sur la base de la coutume. Le chef d'une chefferie est un indigène, respectant en cela l’organisation traditionnelle. Les chefs sont placés sous l'a u t o r i t é des chefs de secteur.

02

FICHE

1906La chefferie devient une subdivision administrative dans l’organisation européenne1910En organisant les chefferies et sous-chefferies, le décret associe les chefs indigènes à l’administration européenne

Sourdillat Jacques, 1940, Les Chefferies au Congo belge, contribution à l’étude de la législation et de la sociologie coloniales, Ed Domat-Montchrestien, Paris.

Les conditions édaphiques

1938, 1939, 1940 Otsolig décide une forte taille1939/40 forte production1941/42 faible productionla forte taille fait perdre un an avec une seule récolte abondantevents chauds et secsCulture et améliorations par Fernand Delmotte :fumureengrais par cendre de bois comme les Africainscréation d'ombragestravail permanent de nettoyage et entretien

CAFE Culture et production

Caféiers et coupe-vents, 1933, Archives familiales

Le café

Extrait du Rapport Annuel 1942/43par A. De CraeneArchives UCL

Café ArabicaOpérations →État du produitPépinière →PlantulesPlantation →Plantules - dans le vergerEntretien des plantules →Caféiers adultesDésherbage, fertilisation, taille, pulvérisation… →Cerises de café sur les caféiersRécolte →Cerises de café récoltéesvoie humideTransport →Cerises de café livrées à l’usine de dépulpagevoie humideDépulpage →Cerises dépulpéesvoie humideFermentation →Cerises fermentéesvoie humideLavage →cerises fermentées et lavéesvoie humideSéchage →Café parche T1voie humideStockage →Café parche T2voie humideTransport →Café parche à l’usine de déparchagevoie humideDéparchage →Café vert en vracNettoyage, triage, calibrage, ensachage →Sacs de café vert calibréTransport - pour le port →Sacs de café vert calibré au port du pays producteur T1Stockage →Sacs de café vert calibré au port du pays producteur T2Embarquement →Sacs de café vert dans le bateau du pays producteurTransport →Sacs de café vert dans le bateau du pays consommateurDébarquement →Sacs de café vert calibré dans l’entrepôt du pays consommateur T1Stockage →Sacs de café vert calibré dans l’entrepôt du pays consommateur T2commercialisationMélange →lots café vert mélangésTorréfaction →lots café vert mélangésMoulure →Lots café torréfiéTransport →Sacs de café torréfié au point du consommateurStockage →Paquets de café torréfié au point du consommateurPréparation - de la boisson, consommationCafé prêt pour la consommation

LES COLONS AGRICOLES

Certains planteurs de la régionCHAIDRONCLOSSETMEESSENPUTTEMANSetc.

1898 : 11939 : 4791950 : 1.0711958 : 1.899

02

JEWSIEWICKI Bogumil " Le colonat agricole européen au Congo belge, 1910-1960 : questions politiques et économiques" in The Journal of African History, 1979, vol.20, no4

Leplae La situation économique au Congo belge en 1935-36

FICHE

Conflits

Logo à 70 km de Mahagi-PortIrumu à 250 km de LogoGoté à 37 km de LogoAdranga à 157 kmGote à 55 km d’Alezia Gote à 100 km de MaieGote à 157 km de AdrangaGote à 300 km de WatsaWatsa à 300 km de Mahagi (12 jours de route)Wamba est à 500 km de Kilo, 400 km de Watsa, 4 à 500 km de Stanleyville, Buta. Il y a 12.000 km de routes (26/05/1934)Irumu à 750 km de Stanleyville seulement avec la route terminée, représente 3 jours d'autoComptoirs à ouvrir pour le commerce: le circuit Logo- Blukura - Djugu - Nioka – Logo est d'environ 250 km" J'ai fait une route nous reliant à la Mission et réduisant la distance de 14 à 5 km. C'est la direction de Kwandruma - Djugu - Irumu et chaque voyage nous fait économiser 18 km. De plus, elle servira à amener le café des Pères à l'usine, nous le traitons à raison de 500 fr par tonne".

début années 1930pas assez de dividendes1931 courrier de Claessens remerciant pour les dividendes

02

FICHE

1932-1935la comptabilité tenue par Forget laisse plusieurs dizaines de milliers de francs de créances non perçuesFernand Delmotte les reprend et les soldele CA décide de licencier Forget

1935reproches sur l'achat de voitures et camions

distances et déplacements en Ituri

« J’apprends avec plaisir que le coupon n° 4 est payable, je ne m’y attendais pas et par ce temps de crise cela fait plaisir. Je dois vous féliciter ainsi que M. Delmotte pour l’excellente conduite des « Plantations du Congo oriental »correspondance d'entreprise, 01/12/1931, Liasse no.52

Organisation de la colonie

Les principales divisions administratives au Congo belgeGouverneur général, pouvoir exécutif, «vice-roi», représentant du roi.Provinces: commissaire de provinceDistricts: commissaire de districtTerritoires: administrateurs de territoire (ou «agent territorial»)Chefferies : chefsSecteursCentres extra-coutumiersCités indigènesIndépendants:Le pouvoir judiciaire.La Force publique: force militaire et de police pour l’État

02

FICHE

Personnes de référence

M. Boey administrateur de territoireson épouse YvonneFernand 1932/35

courrier Fernand Delmotte 03/05/1938

"Je commence à être fatigué d'être traité comme l'écrémeur de la Planco. Il faudrait mettre les choses au point. Notre affaire est loin d'être brillante mais citez-moi une affaire d'Arabica qui soit en bonne posture ? Au moment où je sentais que ça n'allait pas - et la situation s'est aggravée d'une façon presque tragique par la crise du café - je vous ai proposé de céder la direction à un homme plus compétent que moi en agriculture. Mes connaissances agricoles n'étaient plus à la hauteur des circonstances et les conseils des agronomes officiels insuffisants. Je vous ai donc proposé Otsolig en qui j'ai confiance.Tout mon petit capital se trouve engagé dans la Planco.Une seule chose sera changée, c'est qu'au lieu de recevoir un traitement correspondant au traitement le plus bas des Européens au service de la Colonie (40.000 + pension + indemnité familiale + voyages) j'aurai le traitement le plus élevé d'un clerc noir (1.500 jusque 2 .000 fr aux Mines de Kilo sans voyages ni congés) et pour ce prix je devrai remplacer Otsolig pendant ses absences de 2mois par an et ses congés. Je ne dirai rien de l'avantage que je vous donne en fournissant le bétail indispensable à la production de fumier, notre dernière et meilleure carte j'en suis convaincu. Vraiment c'est difficile d'admettre que j'exploite la Planco.Pour 32.700 fr de marchandises, j'ai payé un droit de reprise de 100.000 fr, ce n'est pas la coutume en Afrique et de plus vous conviendrez que c'est excessif. Cela fut avec des conditions avantageuses pour la Planco. Ne croyez pas que cette somme ait été prélevée sur mes bénéfices mais bien sur le capital et cela parce que la caisse de Planco est vide. Cela m'a fait un tort considérable. Je ne compte plus les nuits blanches que cette situation m'a coûtées"

02

FICHE

Définitions

Histoire de la colonie

colonisateurs : qui ont mené la conquête du Congo et ont édicté les lois, élaboré le système politiquecoloniaux : fonctionnaires ou agents travaillant dans les grandes sociétés et le plus souvent dans des villes ou des centres organiséscolons : entrepreneurs, créateurs de sociétés de droit privé ; colons agricoles : loin des grandes villes, vivent en brousse

Archives familiales

Recueil de souvenirs de Pierre Delmotte "Album bleu"PhotosEntretiens avec Brigitte Delmotte

Archives de la société

Archives de la société aux Archives de l'université catholique de Louvaindéposées en 1968 par Léopold Génicot, professeur d'histoire médiévale et beau-fils de Fernand

Sources

Bibliographie

Ouvrages sur la colonisationOuvrages sur le caféOuvrages sur l'histoire d'entreprise

Ecrits de et sur la colonisation belge :=Bulletin officiel du Congo belge=Moniteur belge=site ARSOM=Publications de l'INEAcBibliographie des sources

voir la bibliographie du mémoire de M2 =>

view more