Want to make creations as awesome as this one?

No description

Transcript

SupOpticiennes, SupOpticiens...

Cliquez sur les portraits pour découvrir les parcours de nos élèves

Tituan

apprenti sur le site de Paris-Saclay

Fanny

en filière Classique sur le site de Paris-Saclay

Inès

en filière Classique sur le site de Bordeaux

Tituan A.

Promo 2022, en filière par apprentissage sur le site de Paris-Saclay, souhaite poursuivre en thèse dans le domaine de l'astronomie

« En tant qu’amoureux de l’optique, de l’astronomie et de la physique en général, Supop était pour moi une évidence »

SES COURS

Interaction Lumière Matière, Speckle et Holographie, Rayons X...

« …Depuis mes 5 ans (!), je veux faire de la physique en lien avec l’astronomie, l’optique, les télescopes.. »

« Grâce à mon statut d'élève-apprenti, j’ai la chance de pouvoir un vrai travail de recherche avec des collègues très sympas dans un domaine que j'aime !»

« Pour moi, c'est avant tout une école de passionnés, avec une très bonne ambiance entre les étudiants et une vie associative extrêmement active par rapport au nombre d’élèves. »

SON CFA

J’effectue mon contrat d’alternance chez Nokia Bell Labs, la filiale recherche de Nokia, dans l’équipe de télécommunications satellites. Tous mes travaux s’effectuent en anglais. Mon travail comporte une part théorique où j’utilise et développe des modèles de la littérature scientifique pour simuler numériquement des phénomènes physiques. Il comporte aussi une part plus pratique avec des expériences de laboratoire.

Retour vers la galerie de portraits...

Parle-nous de ton cheminement avant ton arrivée à SupOp…Prépa MPSI puis MP au lycée Chateaubriand à Rennes. Admis en 3/2 en 2018 sur concours centrale. J’habitais à Rennes pour les études mais mes parents sont de Caen.A la fin de la MPSI, je me suis renseigné sur toutes les écoles accessibles histoire de trouver un peu de motivation pour attaquer l’année de MP. Je suis donc naturellement tombé sur Supoptique. Mon prof de physique de MP, m’en a également parlé pendant l’année.Qu’est-ce qui a motivé ton choix de rejoindre l’école ?C’était la seule école qui me plaisait véritablement.«En tant qu’amoureux de l’optique, de l’astronomie et de la physique en général, Supop était pour moi une évidence»Le fait de pouvoir faire une thèse très facilement après le diplôme d’ingénieur m’a aussi convaincu que c’était l’école qui me convenait. A partir du moment où j’ai découvert l’existence de Supop, ça a été mon objectif pour les concours.

As-tu un projet professionnel qui se dessine et qui te motive ?« …Depuis mes 5 ans (!), je veux faire dela physique en lien avecl’astronomie, l’optique, les télescopes...»Depuis, je n’ai pas vraiment dévié même si je me suis ouvert à d’autres domaines de la physique que l’astronomie. Mon objectif est de faire une thèse sur un sujet sympa, et après on verra. Je souhaite faire de la recherche, mais sans savoir vraiment où ou comment pour le moment : recherche académique, R&D en entreprise, ingénierie de recherche… C’est dur de faire un choix !Jusqu'ici c’est la passion qui m'a poussé, et la soif d’apprendre de nouvelles choses. J’ai tendance à penser que dans la recherche, on ne s’ennuie pas, qu’il y a toujours des choses à creuser.

Un point que tu apprécies particulièrement dans ta scolarité à SupOp ?Je passe rapidement sur les autres étudiants, je pense qu’à l’IOGS comme partout ailleurs, on fait de superbes rencontres et c’est génial !Autrement, j’aime beaucoup la passion des enseignants. On sent que ce qu’ils font leur plaît vraiment, et qu’ils sont content d’en parler.L’abondance des TP est aussi une chose appréciable. Ça prend beaucoup de temps et d’énergie, mais en sortant d’un TP on a souvent bien plus appris qu’en 10h d’amphis.Enfin, ce qui me plaît c’est mon choix de la filière par apprentissage.«Grâce àmon statut d'élève-apprenti, j’ai la chance de pouvoir un vrai travail de recherche avec des collègues très sympas dans un domaine que j'aime!»Voir que l’équipe apprécie mes idées et mon travail, c’est très valorisant.Peux-tu nous dire quelques mots de ta participation aux assos de l’école ?Je participe pas mal à la vie associative de l’école.Je suis président du club astro dans lequel on fait des observations du ciel, de l’astrophoto, du bricolage pour construire des télescopes etc. Je fais aussi parti d’un autre club d’astronomie, mais en dehors de l’école.Sinon je fais parti du Bureau des Arts, j’étais chargé de démarcher des artistes pour le festival d’art Eidolon organisé chaque année.Je suis aussi un membre actif des club Optimiss et Coquelickiogs avec lesquels j’organise des activités et réalise divers projets.

Quel message ferais-tu passer à un étudiant qui hésite dans son choix d’école ?Pour moi le plus important pour venir à Supop c’est d’aimer la physique. Cela ne veut pas dire qu’il faut forcément en faire son métier, d’ailleurs beaucoup de font pas du tout d’optique ou de physique une fois le diplôme en poche.« Venir à SupOp et aimer la physique, c’est l’assurance de passer 3 ans dans une école intéressante pour soi.»Je sais qu’une minorité vient à Supop pour la réputation de l’école plus que par intérêt, je comprends, mais je trouve ça quand même dommage pour eux.« Pour moi, c'est avant toutune école de passionnés,avec une très bonne ambiance entre les étudiants et une vie associative extrêmement active par rapport au nombre d’élèves.»J’ai beaucoup d’amis dans d’autres écoles qui sont impressionnés par la vigueur de la vie étudiante de Supop.

Fanny K.

Promo 2022, en stage de césure chez EY, s'intéresse aux métiers d'auditeur-conseil ou d'ingénieur technico-commercial

« ...mon professeur de physique m’a dit que je ne regretterais pas un tel choix !»

SES COURS

Physique Statistique, Optique et Biologie, Sources à Semiconducteurs...

« …mon projet s’est formalisé pendant mon séjour à l’IOGS, notamment avec mon expérience de Junior-Entrepreneuse mais aussi en discutant avec des alumni de SupOp .»

«C’est comme une très grande famille !»

« Je suis la preuve qu’on peut faire un métier autre que dans l’optique et la recherche.»

SES STAGES

« J'ai fait mes stages pour le moment en France:Admisseur en 1A comme stage ouvrier et Assistante en Marketing chez Hamamatsu Photonics France en 2A . Je compte faire un stage à l’étranger après ma césure chez EY»

Retour vers la galerie de portraits...

Parle-nous de ton cheminement avant ton arrivée à SupOp…J’ai intégré SupOp par le Concours CentraleSupelec. Avant SupOp, j’ai réalisé deux années en CPGE en filière PCSI puis PC* au lycée Masséna, à Nice. J’habitais à Nice avant d’arriver à SupOp.Qu’est-ce qui a motivé ton choix de rejoindre l’école ?Je ne visais pas spécialement d’école…mais je m’orientais plutôt vers une école généraliste. Lorsque j’ai été admise à SupOp, j’ai d’abord hésité, mais les cours m’ont paru intéressants !« Aussi, mon professeur de physique m’a dit que je ne regretterais pas un tel choix ! »

As-tu un projet professionnel qui se dessine et qui te motive ?Actuellement, je penche pour le métier d’ingénieur technico-commercial ou bien celui d’auditeur-conseil. Mais ce sont donc des métiers moins techniques et scientifiques que ceux que beaucoup envisagent en sortant de SupOp.Ce qui me plaît dans le métier d’ingénieur technico-commercial c’est de pouvoir allier à la fois ses connaissances techniques et scientifiques tout en ne faisant pas vraiment de la technique. Je veux comprendre comment fonctionne le produit que je vends. J’avais une idée assez vague mais...«…mon projet s’est formalisé pendant mon séjour à l’IOGS, notamment avecmon expérience de Junior-Entrepreneusemais aussi en discutant avec desalumni de SupOp»Durant notre scolarité au sein de l’IOGS, nous avons pu découvrir dans les tiroirs des chercheurs de l’Institut de nombreux effets méconnus du grand public vraiment fantastiques. Notre formation d’ingénieur nous permet de nous frayer un chemin dans le monde de l’Art et c’est toujours avec bonheur que l’on regarde notre public découvrir émerveillé ce qui peut être fait avec de la lumière.

Un point que tu apprécies particulièrement dans ta scolarité à SupOp ?Sans hésiter : être une petite promo, de 150 étudiant.e.s, ce qui fait que tout le monde se connait ; et en même temps il y a assez de monde pour faire vivre la vie associative.«C'est commeune très grande famille !»Peux-tu nous dire quelques mots de ta participation aux assos de l’école ?Je suis très active dans la vie associative. En 1A j’ai listé BDE (liste gagnante) et BDA (liste perdante…). Au début de ma scolarité, j’étais donc membre active du BDE, Secrétaire Générale de la junior entreprise entre autres…Je pense que la J.E. est l’asso la plus sérieuse et professionnalisante, et elle donne un bon avant-goût du travail en entreprise (notamment apprendre à travailler avec ses camarades). Le BDE est aussi professionnalisant car l’on a beaucoup de responsabilités et beaucoup de gens comptent sur nous. Cette asso est cependant plus “fun” car on liste avec son groupe d’amis donc c’est une super expérience.

Quel message ferais-tu passer à un étudiant qui hésite dans son choix d’école ?Je pense à l’une des raisons qui m’a poussé à choisir SupOp : des écoles généralistes il y en a pleins, elles sont en compétition pour des embauches sur les mêmes postes...« SupOp,il n’y en a qu’une dans son domaine, c’est doncla meilleure»Cette spécialisation est un énorme atout, mais elle ne définit pas notre destin ! Malheureusement, la plupart des étudiants de prépa ont un gros stéréotype en tête: “SupOp c’est une école d’optique, je ne vais faire que ça pendant 3 ans et je ne pourrai faire que de l’optique plus tard”. Mais SupOp offre un diplôme d’ingénieur qui permet à quiconque de faire ce qu’il veut de son avenir !« Je suis la preuve qu’on peut faire un métier autre que dans l’optique et la recherche.»

Inès B.

Promo 2022, en filière Innovation-Entrepreneuriat à Bordeaux,souhaite poursuivre son projet dans le monde du spectacle vivant

« Lorsque j’ai appris l’existence d’une option Arts et Sciences au sein de l’IOGS, ça a été le déclic.»

SES COURS

Traitement d'images, Radiométrie, Colorimétrie, Conception optique...

« Utiliser notre statut hybride entre artiste et ingénieur afin de proposer des scénographies nouvelles au monde du spectacle vivant.»

« …rencontrer pleins de gens différents avec qui je n’aurai peut-être pas eu l’occasion de discuter auparavant. »

«Il y aura toujours quelqu’un à Supoptique pour nous aider à mener à bien le projet qui nous passionne.»

SES STAGES

« En première année, j'ai fait un stage au sein du cabinet de design Stark pour la création d’un luminaire aux effets particuliers.»

Retour vers la galerie de portraits...

Parle-nous de ton cheminement avant ton arrivée à SupOp…J’ai fait ma classe prépa (PCSI/PSI*) au lycée Condorcet à Paris. J’ai intégré Supop en 2018 par le concours commun Centrale Supélec. J’ai vécu toute ma vie à Paris.Qu’est-ce qui a motivé ton choix de rejoindre l’école ?J’ai toujours nourri un grand intérêt pour les Arts et les Sciences. En me renseignant sur l’IOGS, je me suis rendu compte que cette école spécialisée dans l’optique avec un fort lien avec la recherche pouvait être une belle porte ouverte sur le monde de l’Art (Restauration d’oeuvres d’arts, Archéologie, Cinéma…).« Lorsque j’ai appris l’existence d’une option Arts et Sciences au sein de l’IOGS, ça a été le déclic.»

As-tu un projet professionnel qui se dessine et qui te motive ?Avec trois autres élèves de ma promotion et encadrée par un artiste lumière dans le cadre de cette option Arts et Sciences, nous avons conçu des shows sons et lumières. En deuxième année, nous avons rejoins la filière Innovation et Entreprenariat de l’IOGS afin de poursuivre notre projet et de lui donner une dimension nouvelle : c’est ainsi que le projet GAIN est né en 2019.« Notre objectif : utiliser notrestatut hybride entre artiste et ingénieurafin de proposer des scénographies nouvelles au monde du spectacle vivant. »Notre travail est principalement axé autour d’une utilisation plus sensible et organique du laser que l’utilisation froide et techno centrée que l’on en a souvent fait : grâce à cette vision, nous sommes lauréats du concours Créart’up 2020 organisé par la ville de Paris récompensant les jeunes entrepreneurs dans le domaine de la culture.Durant notre scolarité au sein de l’IOGS, nous avons pu découvrir dans les tiroirs des chercheurs de l’Institut de nombreux effets méconnus du grand public vraiment fantastiques. Notre formation d’ingénieur nous permet de nous frayer un chemin dans le monde de l’Art et c’est toujours avec bonheur que l’on regarde notre public découvrir émerveillé ce qui peut être fait avec de la lumière.Pour l’après Supoptique, rien n’est décidé mais plusieurs pistes se profilent…mais j’aimerais poursuivre mon projet, soit à temps plein, ou peut-être en parallèle d’études à l’école d’Affaires publiques de Sciences Po en spécialité Culture.

Un point que tu apprécies particulièrement dans ta scolarité à SupOp ?En termes de parcours purement scolaire , mon expérience en FIE a été très enrichissante pour moi. Mais ce n’est pas tout ! Sur le plan personnel, Supoptique a été jusqu’ici une très belle expérience où j’ai pu rencontrer des gens géniaux, participer à de nombreux clubs et organiser des événements.«Une vraiebouffée d’airaprès la prépa !»Peux-tu nous dire quelques mots de ta participation aux assos de l’école ?En première année, j’ai récupéré SupopCorn, le club cinéma qui était un peu éteint lors de notre arrivée. Pendant toute ma première année, j’ai organisé des projections chaque semaine suivies d’un court débat autour du film. C’était vraiment agréable de pouvoir échanger sur des films qui nous passionnent et de voir l’enthousiasme des élèves autour du club.« Cela m’a permis de rencontrer pleins de gens différentsavec qui je n’aurai peut-être pas eu l’occasion de discuter auparavant. »Pour l’inté 2019, nous avons pu organiser une séance de cinéma en plein air pour accueillir la nouvelle promo, un super bon souvenir ! Sinon, à part Supopcorn, j’ai aussi pas mal aidé pour les décors au BDE et j’ai été respo design au BDA.

Quel message ferais-tu passer à un étudiant qui hésite dans son choix d’école ?Je leur conseillerais d’essayer le plus de choses possibles, de rester ouverts à toutes les nouvelles expériences qui se présenteront à eux.Supoptique est une école qui permet de découvrir de nouveaux horizons. Ce que j’ai adoré à l’école, c’est son ouverture, et celle des gens qui nous ont encadré.«Il y aura toujours quelqu’un à Supoptique pour nous aider àmener à bien le projet qui nous passionne.»