Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Délégation régionale Sud-Est - 2022

POLLUTION à la chlordécone

À LA RECHERCHE DE SOLUTIONS DURABLES

Dans les Antilles françaises, le gouvernement fait face à une crise sanitaire, environnementale, sociale et politique sans précédent, due à la contamination des sols et des populations par la chlordécone.

Les méthodes de décontamination connues ne sont pas toujours réalisables techniquement ou envisageables financièrement et écologiquement.

En Martinique, l'IRD et ses partenaires travaillent sur une innovation agro-écologique :



la séquestration de la chlordécone
par ajout de matière organique

Martinique

Les enjeux

Utilisée dans les bananeraies jusqu'en 1993, la chlordécone est un insecticide toxique pour l'Homme, qui a entraîné une pollution durable des eaux et des sols.




Sols et cours d'eau

Faune

Flore

Les habitants consomment des produits locaux souvent contaminés, or les impacts de cette molécule sur la santé ont été avérés (risques de cancers, perturbations chez les jeunes enfants...).

~ 92%

En Martinique, environ 92% de la population est contaminée à la chlordécone

On estime à 300 tonnes la quantité de produit déversé en Martinique et en Guadeloupe en 20 ans. Selon l'évolution des techniques, la décontamination pourrait prendre entre 7 décennies et plusieurs siècles.

Aujourd'hui, tous les écosystèmes sont touchés :

~300
tonnes

La chlordécone était utilisée entre 1972 et 1993, pour lutter principalement contre le charançon noir du bananier, insecte ravageur.

© Licence creative commons

Sac et aspect de la Curlone, insecticide dosée à 5% en masse de chlordécone, utilisé contre le charançon du bananier de 1981 à 1993 dans les Antilles françaises.
Un autre produit dosé à 5% de chlordécone similaire à la Curlone, y a également été utilisé de 1972 à 1978 sous le nom commercial de Kepone.

© IRD - Hervé Macarie

Le projet en détail

1

3

Création de biochars "pilotes"

Taux de chlordécone moins important dans les plantes cultivées et dans les sols

Le projet mené par l’IRD et ses partenaires consiste à isoler la molécule de chlordécone par l’utilisation de biochars* issus de boues de stations d’épuration.


Les scientifiques ont étudié leur efficacité, leur composition et leurs caractéristiques physico-chimiques.

* biochars

Qu'est ce que c'est ?

Une forte augmentation (600%) du taux de séquestration dans le sol, ce qui correspond à une importante diminution de la contamination des radis en présence de biochars (jusqu’à 6 fois plus faible).

En plus d'être une alternative à la dépollution des sols et des eaux, c'est également une méthode agroécologique propre, qui améliore la fertilité des sols, tout en restant facile à mettre en œuvre pour les agriculteurs.

résultat

2

Introduction dans des cultures modèles et séquestration du chlordécone par les biochars

© Thierry WOIGNIER

L’équipe prélève différentes données dans les plantes cultivées et dans les sols, et relève la quantité de chlordécone. Les analyses sur les échantillons permettent ainsi d’évaluer les meilleures solutions.

On obtient les biochars en transformant des matières résiduelles organiques locales (déchets qui n'étaient pas valorisés jusqu'à présent) par une technique de pyrogazéification.

C'est un charbon biologique d’origine végétale, connu pour sa capacité à isoler des produits nocifs pour l’environnement. On l'obtient grâce à la pyrolyse de résidus organiques.

© Licence creative commons

L'expertise proposée

L’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE) est implanté au sein du campus agro environnemental Caraïbes, sur la commune du Lamentin.

L’équipe étudie les transferts de chlordécone dans les sols et les eaux et recherche des procédés de décontamination des sols, pour préserver les écosystèmes. Les données réalisées permettent de proposer une solution à la problématique de la pollution de l’environnement par la chlordécone.

L'équipe

Thierry Woignier

CNRS

Luc Rangon

IRD

Directeur de recherche au CNRS, Thierry Woignier s'implique sur la thématique chlordécone et particulièrement sur les relations contamination/structure des argiles et sur le procédé de séquestration par ajout de matière organique .

Technicien à l’IRD, Luc Rangon s’implique dans la partie agronomique du projet : mise en place des essais et gestion des données du transfert des pesticides du sol aux cultures.

Les partenaires

Afin de déployer cette solution durable, l’IMBE travaille en collaboration avec des acteurs locaux pour :

La formulation, la caractérisation et l’homologation des biochars.

L'approvisionnement, le traitement et le séchage de boues provenant de stations d'épuration.


En savoir +

En savoir +

sriv.dr-sud-est@ird.fr

Pour aller plus loin...

Nous rencontrer
à la délégation régionale Sud-Est de l’IRD

ird.fr/sud-est/

L’IRD œuvre pour le déploiement de solutions innovantes et durables principalement sur les territoires d’Outre-Mer de l’espace méditerranéen et de la zone intertropicale.

Plus d'informations sur l'IMBE
(laboratoire porteur du projet)

Conférence

"La séquestration des pesticides,
une alternative à la dépollution.
Résultats expérimentaux et simulation"
Par Thierry Woignier

à VOIR

BD documentaire

"Tropiques toxiques"
qui retrace l'histoire
du chlordécone
De Jessica Oublié

à découvRir

à VOIR

Conférence

“La chlordécone: situation actuelle aux Antilles, gestion du problème et quelles solutions possibles”
Par Hervé Macarie

Audition de Thierry Woignier et Hervé Macarie

Assemblée Nationale - Mardi 9 juillet 2019

L'audition démarre à 12'40